jeudi 15 janvier 2009

Je veux être traité d'antisémite,

 
Ne l'étant guère.
Mais parce que c'est un Honneur, en ces sales temps de guerre.

Naguère l'antisémite était l'homme qui n'aimait pas les Djuifs. Voltaire ou Marcel Jouhandeau pour aller à deux variétés extrêmes.
Aujourd'hui c'est un homme que les Djuifs n'aiment pas. Que BHL, Finekelkraut, Glucksmann, Alexandre Adler, etc., n'aiment pas.
Quiconque, de nos jours, n'a jamais été suspecté d'antisémitisme est un domestique.
Tout sous-chien de race se doit de l'être.

Celui qui, n'étant ni israélite, ni mahométan, n'ayant entrepris nulles affaires, n'ayant ni affinités ni inimitiés particulières avec djuifs ou adjuivants, ni intérêts avec le Pétrole Arabe, qui n'a pas été victime d'un escroc raélien, que Madoff n'a pas définitivement mis sur la paille, dont la petite amie n'essaie pas d'être actrice, qui n'essaie pas lui-même de faire son cinéma; bref ! celui qui ne jugerait des abominations perpétrées à Gaza qu'en son âme et conscience, comme on disait dans l'ancien monde, avec sa seule raison et les seules systoles douloureuses de sa compassion, celui là sera décrété  antisémite !  
Quand il ne prendrait son parti que selon les faits et les forces en présence (leur commensurabilité), il sera breveté antisémite ! Antisémite estampillé Beth Dim, diplômé antisémite de la faculté Licrasseuse, antisémite breveté Crif, et autres consisto-suppositoires.

Quoi, celui à qui l'on a dit, à qui la pègre des media a dit, sans faillir ni discontinuer : SHOAH !
Celui dont la classe dirigeante a fait aboyer son chien dans la figure depuis plus de quarante ans : shoah! shoah! shoah! shoah! shoah! shoah!, aurait malgré tout le coeur suffisamment endurci, l'entendement épais et la raison obscurcie tellement, qu'il ne verrait en Palestine que des hommes, des femmes, des enfants, de chair et sang, livrés à une armée ultra-moderne qui les massacre, au lieu de voir comme le premier con-venu ou comme monsieur Riouffol, des terroristes, des femellles de terroristes et des graines de terroriste face à l'armée courageuse d'un petit peuple d'élection, et qui a tant souffert !
Un tel franchouillard obtu, cartésien borné, ne peut être qu'atteint de l'inexplicable passion antisémitique, congénitale aux goyims. (Chaque petit français tête l'antisémitisme avec le lait maternel a délicieusement écrit le Marchand de bois précieux.)
.
Je suis un homme ordinaire. Que tous valent. Et qui les vaut tous. Un humble français de saint-André-des-Champs, comme dit Marcel.
Dans ma famille, ma grand-mère paternelle, à l'époque de la Deuxième Boucherie, veuve de guerre, cependant que son fils, mon père, pourrissait dans un camp de prisonnier en Allemagne, a caché des israélites, en route vers l'Espagne, dans son petit appartement de Bordeaux.  
Plus tard, je nacquis, et mon père, si j'avais eu un mot, un seul mot malheureux à l'encontre d'un Israélite, ou des Israélites en général, m'aurait vite fait passer le goût d'en redire un deuxième.  De même que si j'avais manqué de respect à une dame. Ou si je m'étais moqué d'un ancien combattant de la Grande Guerre.
Tout simplement.
Tels étaient nos pères, tels nous sommes devenus, nous les français ordinaires de l'humble race de saint-André-des-Champs.
Aussi, pour cela, j'aurais le sentiment de déchoir, de me ravaler au rang d'un boucher casher de Tsahal, ou d'un dénonciateur de la Gestapo du Crif, si j'adoptais la forme de pensée très en vogue chez le peuple soi disant élu, je veux dire le Racisme. Le plus définitif et le plus incurable racisme quintessencié.
Je puis croiser dans Villejuif un rutilant Djuivant de stricte observance,  en grand uniforme, chapeau noir et papillotes, sans que jamais l'ombre d'une pensée ne m'effleure de m'en prendre à un homme qui ne m'a rien fait, au prétexte des évènements révoltants de Gaza.

Entre nous et eux, entre antisémites par décret et flics contre-antisémites,  il y a un infranchissable fossé. 
Nous, nous voudrions voir la Terre purifiée de tous les tyrans couverts de sang, eux  purifient ethniquement une terre en l'abreuvant de sang. Du sang de habitants légitimes.
C'est qui les salauds ?

5 commentaires:

Philippe a dit…

Bravo pour l'ensemble de vos textes. Enfin quelqu'un qui réfléchit! Votre plume acérée est bien agréable à lire. Bonne continuation.

saladin a dit…

merci de garder votre esprit critique et votre coté "râleur" qui caractérise tout bon français. ça tend à disparaître hélas.
cordialement

Nami a dit…

Salut,

Francais de souch si tu parles en mal d'Israel, alors antidémite tu seras mais..
Tu as oublié de rappeler que les médias s'efforcent constamment de faire tourner l'idée que tout arabe (ou mahométan comme tu dis) est de facto antisémite..
C'était le truc d'Alliot marie les semaines passés par exemple, "n'importons pas le conflit.."
Elle prend les arabes pour des idiots, ben oui un arabe c'est con alors les ptits bougnoules francais risquent de refroidir leur nerfs sur leur ptits voisins juifs.
Les arabes étant souvent interessés par le conflit au moyen orient, ils en connaissent souvent plus que les francais "de souche" bercé par les médias.
Ils connaissent donc le massacre perpétué tous les jours par Tsahal et les colons..
Alors on les disqualifie d'office, en les faisant tous passer pour des antisémites.
Comme ca si un arabe l'ouvre, ben oui il est antisémité c'est dans ses gènes, il aime pas ses cousins..
"Toi l'arabe tu es antisémite, à moins que tu ne nous prouve le contraire par une bonne parole.."
Ainsi tout arabe est coupable jusqu'à ce qu'il ne prouve le contraire, en effectuant un "léchage" médiatique du sioniste. (ptit Sifaoui tu te reconnais surement)

Anonyme a dit…

De plus les arabes sont eux-meme des semites donc ils seraient des semites anti-semites!?! ya un probleme!! mais les juifs d aujourd hui ne sont pas plus proche des hebreux de Jesus que les arabes eux meme.la plupart des ashkenazes( ya naze dedans c drole) sont des convertis et les sefarades des arabos-berberes eux aussi convertis...donc personne n est plus dupe.Etant mahometant comme vous dites je suis aussi 100% francais pur souche converti a l islam et moi aussi je serai taxe d antisemitisme si je donne mon avis sur la question palestinienne de facon c est vrai un peu moins impartiale que d autres.mais si ces juifs d aujourd hui sont des semites ( et ce n est pas le cas du tout) alors appelez-moi antisemite meme si je suis anti-sioniste.

Antoine a dit…

"Antisémite" est devenu un noumène politiquement correct dont le but est de réduire au silence quiconque viendrait à critiquer toute action d'un juif ou de l'état d'Israël.
C'est une étiquette qu'on m'a collée il y a quelques années avant de m'assassiner professionnellement et socialement.
Depuis, j'ai appris à la porter avec fierté. Ma légion d'honneur à moi, en quelque sorte.