vendredi 21 février 2014

Il était un petit nazi...



Il était un petit nazi
Qui n'avait ja- ja- jamais gouverné ohé ohé !
Son souhait étant "remédions-y"
Il se vendit au premier Nez O nez O nez !

Vas y vas y nazillon, nazillon bousille tout en rond
Vas y vas y nazillon, nazillon instille le Pognon.

Tes bailleurs sont Bernard Botul
Et Angèle la Chancelière :
Tu chancelles devant seine große Cul ?
Elle s'assoit sur toi, Auxiliaire !

Le premier s'exprime « en tant que »,
En tant que Messire concis :
Parle peu ! Mais suivent les Tanks,
Les Libyens lui disent pas merci !

Nazi Nazi Ukrainien tu es bien la crème des crétins
Nazi Nazi Ukrainien pour le botulisme nul ne craint

Hier tu servis les Ebert Noske
Tu lèches maintenant Angela bas !
Toujours la Sozialdemokratische !
Rien ne répugne que vos ébats !

Ainsi donc petit naze-broque,
Tu vas à l'ouest dans la combine
La Marche vers l'Est d'hémoglobine
Le Marché euro-amerloque !

Nazi Nazi Ukrainien tu n'es qu'un monte en l'air
Nazi Nazi Ukrainien tu donnes raison à Himmler

Quand demain tes bailleurs de haine
Auront saisi par les nichons
Ta toute-belle belle Ukraine,
La baiseront d'abord au con,

Puis en feront une femen,
Et toi un nazi de Carême,
Qui pissera à croupetons
Comme un suédois rejeton.

Nazi Nazi Ukrainien tu es bien la crème des crétins
Nazi Nazi Ukrainien tu es bien le mâle des fémens

Tes frontières seront poreuses
Comme ta cervelle d'abruti,
Quand viendront chanter, doucereuses,
Des populations assorties !

Ah tu auras bien du bonheur :
Du gender à tous les repas,
Des gendermettes et des violeurs,
Violeurs d'enfants à deux papas.

Au refrain

Para bellum si vis pacem !
Je te souhaite de belles Kacem,
Avec de grandes dents de rates !
Des radars anti-phallocrates,

Et les radasses ôtées des routes,
Pavées des Codes Taubiroutes :
Les répressions elgébétées
Faites pour les nazes hébétés !

Au refrain

félix lechat

mercredi 19 février 2014

bulletin N° 2


Vendredi j'ai écrit mon meilleur teste. Si j'en juge par la compréhension aimable des glossateurs. De vrais Armand.
C'est normal : depuis ma cavité pleurale, si encore j'avais pu y verser quelques pleurs, mais seuls de longs écoulements mornes de mucus laissaient leur sentence funèbre dans une couronne de camélias verts et bleuâtres offerts à la delectatio de mes chers lecteurs, comme si je leur avais donné des pensées, mortes, plutôt que de donner à penser.

Tous nous connaissons la toux. Mais la toux à ce taux, peu peuvent s'enorgueillir de la tousser du doigt, tout au plus toussote-t-on à l'abri de sa menotte repliée.  Je suis (je fus, je serais?) de ces rares saints toussant.
Encore moins peuvent se vanter d'avoir touché le fond du pseudo thorax par des séismes qui dessouchent jusqu'aux racines des testicules : la toux tellurique. Je suis (j'étais? espérance en parenthèse) de ce petit nombre d'élus en épectase expectorante. Moi, fumeur de Juliette, comme Romeo, et qui ne toussait jamais ! Silence ! Quelqu'un tousse ! C'est elle ! Oh! tousse encore, ange phtisique! Car tu rayonnes dans cette nuit fébricitante au-dessus de ma tête couverte de sueurs !

Cette secousse tectonique de tout l'être éclate les vaisseaux incandescents de fièvre, et la lave qui jaillit sera chargée de sang !
De sens ! si j'en crois Ibara, qui m'a dit au téléphone, que depuis quelque temps il sentait que j'étouffais et j'ai tout fait pour qu'il le sente. Pas étonnant dès lors la pneumopathie, puisque notre vie dans sa continuation est "une continuelle insufflation et expiration de l'air dans ses poumons" (Professeur Leroux.)

Et l'air ambiant, n'est ce pas, est devenu absolument irrespirable.

Félix Lechat

vendredi 14 février 2014

Bulletin

Malade :
39,7°
douleurs thoraciques
tousse et crache du sang

mardi 11 février 2014

Arriba español !

 "Les Fascistes de demain se feront appeler antifascistes"
(Winston Churchill)

J'ai toujours pensé que derrière Dieudonné c'est E&R, qui était visée.
Confirmation par les propos récent du Caudillo de la place Beauvau : « Dieudonné M'bala M'bala n'était que le symptôme d'un mal malheureusement plus profond. Alain Soral est celui qui, par son parcours, l'utilisation du Net, les manipulations auxquelles il se livre, les réseaux qu'il a constitués, unit et fédère, de façon inédite, le front des extrêmes. »
Fermez le ban.

« Si l'ennemi nous attaque avec violence, nous peignant sous les couleurs les plus sombres et dénigrant tout ce que nous faisons, c'est encore mieux, car cela prouve non seulement que nous avons établi une ligne de démarcation nette entre l'ennemi et nous mais encore que nous avons remporté des succès remarquables dans notre travail » enseigne le grand Timonier.


« Des forces sombres se sont misent à prospérer » dit encore l'Ibère à Sion parlant de nous. Nous dépeindre sous les sombres couleurs des Zeures-les-plus-zombres permet de rester dans le noir et d'éviter de faire la lumière sur ses propres agissements ténébreux. Celui qui par son bilan est nommé le « pire ministre de l’Intérieur » est d'abord le pire ennemi de l'intérieur, logé au cœur m^me de l’État, dans lequel il prospère et ourdit ses intrigues. 
Le ver est dans le fruit, l’ennemi à l'Intérieur, M. Valls assis dans son cabinet. C'est de là que sortent les groupes d'assauts qui sèment la Terreur antifa contre les factieux qui rêvent d'un lavement de l'Intérieur de la France.
Car voyez vous ma chère, la prochaine dictature arrive non par la prise du Ministère de l'Intérieur par des factieux, mais par la prise de la France par le ministre de l'Intérieur.
Arriba español !

D'ailleurs un sondage colorectal inopiné d'opinions sur rue, nous révèle que 50% des entubés ne tripent plus du tout avec la démocratie trop molle, mais souhaitent plutôt se faire mettre par « un homme fort qui n’a pas à se préoccuper du parlement ni des élections ».  Miracle : la moitié des français ainsi explorés intimement ont les m^me goûts que les grands banquiers internationaux !
Sauf que ces derniers verraient plutôt le Putschiste de l’Intérieur remplacer le Flan, cependant que beaucoup des sondés souhaiteraient la prise du pouvoir par l’armée !
C'est toute la différence entre l'extrême de la droite et l'extrême-droite.
De l'importance des tirets.
FLC

samedi 8 février 2014

Fiers, Nobles et Cruels !


Le Vieux Général ! C’était pas la peine de lui faire toute une histoire de France, quand même  !, de lui foutre en travers la rue Gay-Lussac des barricades, de lui lâcher des gros Cohn, petits bandits de Bundesbank aux basques, des "nous sommes tous des juifs pas des allemands" en travers le képi !
Pour quelques mots maudits, dits d’un ton débonnaire peut être feint, mais fin.
Si c’est pour en arriver à les redire, et avec des accents nietzschéens en plus, ces paroles qui se gravèrent dans le mur des lamentations, et lui valurent sa décapitation politique.
« Ce peuple d’élite [= Noble], sûr de lui [= Fier], et dominateur [= Cruel].  »

Nous sommes des « juifs Fiers, Nobles et Cruels  ! » disent ici et  aujourd’hui les nouveaux liguards, descendants des liguards de 68 qui ont descendu le vieux général à cause précisément de cette appréciation à leur égard.
« Au fond de toutes ces races aristocratiques, il est impossible de ne pas reconnaître le fauve, la superbe brute blonde rôdant en quête de proie et de carnage ; ce fond de bestialité cachée a besoin, de temps en temps, d’un exutoire, il faut que la brute se montre de nouveau, qu’elle retourne à sa terre inculte ; »
Qu’importe si la blonde brute germanique, a fait place à la brute brune sépharade, les races nobles se reconnaissent à leur style à l’emporte-pièce, cette « audace » des races nobles, audace folle, absurde, spontanée ; la nature même de leurs entreprises, imprévues et invraisemblables ! »

O Noblesse, O Force enfin réveillée ! Sépharadim, Kibboutzim, Gros Colons ! Forte lignée indomptable et cruelle ! Noblesse d’une race antique mêlée à la fierté d’un sang héroïque ! Issue de chapitre très fermés où l’on ne pénètre que par d’irréfutables quartiers noblesse. Qui ne s’acquièrent que par des déterminismes biologiques irréfutables, et par les soins jaloux d’une divinité cruelle !
O toi Noble combattant qui roule à tombeau ouvert en MP3 sous ton casque DESIGN, qui te désigne à l’envie des vrais motocyclistes !
Sommet de l’évolution, ton courage invincible s’exhausse encore par l’impunité totalitaire, étatique, absolue, dont tu jouis dans tous les territoires occupés par ta fière noblesse cruelle et splanchnique.
Saluons ce jour la splendide Impunité ! Grandeur des Forts. C’est elle l’Assurance tout risque des audacieux. C’est elle qui donne ce petit sourire de triomphe, cette certitude qui décuple la force !
Louons cette indifférence « pour toutes les sécurités du corps, pour la vie, le bien-être », des autres, ignorant férocement « la gaieté terrible et la joie », toujours des autres (quand ils sont loin de vos fioles d’acide cyanhydrique !)

« Notre audace s’est frayé un passage par terre et par mer, s’élevant partout d’impérissables monuments, en bien et en mal. » O Boutiques d’I phones et de cigarettes électroniques ! O Murs de séparation élevés le long du sentier de votre passage terrible !
Pourquoi votre « insupportable police »[Annie Kriegel] est elle si bien supportée que tous (sauf Soral et Dieudonné) en redemandent ?
« Qui n’aimerait pas cent fois mieux trembler de peur s’il peut admirer en même temps, que de n’avoir rien à craindre, mais d’être submergé de dégoût au spectacle de l’abâtardissement, du rapetissement, de l’étiolement, de l’intoxication duquel l’œil ne peut se détourner ? »
Pourtant :
Les seules révolutions qui ont réussies sont celles qui ont reversé des Nobles et des Cruels ! La haine de la Noblesse. La haine de la supériorité affichée ; de la barrière infranchissable. De la Race supérieure assumée comme telle.
Les autres, les révolutions prolétaires, ont toutes échouées, car la bourgeoisie est une classe par essence minable, la portion contentée du peuple dit Hugo, elle ne marche pas l’épée au côté, sa réussite débecte, mais n’humilie pas le Médiocre.

« Nous sommes des guerrières [sic] nues  ! » clament vos associées femelles qui se battent les pis à l’air, pour renforcer votre Domination sûre d’elle. Elles aussi ont la nostalgie de la Force les pauvres, et veulent paraître terribles, dévastatrices !
Ah cet orgueil majuscule, cette nostalgie de la Particule, de la noblesse guerrière, en ce monde de femelles et de commerçants !
La marche du Monde est une marche vers le perfectionnement des anciennes valeurs barbares ! « Nous étions les Guépards et les lions, ceux qui nous remplaceront seront les chacals et les hyènes » dit le vieux Prince don Fabrizio Salina de Il Gattopardo.
Et les remplaçants peuvent dire à leur tour :  Nous étions les chacals et les hyènes, après nous règneront les tiques et les poux, toute la gale issue de nos crinières.

« Et n’est-ce pas là ce qui nous attend fatalement ? Qu’est-ce qui produit aujourd’hui notre aversion pour "l’homme" ? — Car l’homme est pour nous une cause de souffrance, cela n’est pas douteux. — Ce n’est pas la crainte, c’est bien plutôt le fait que chez l’homme rien ne nous inspire plus la crainte ; que la basse vermine "homme" s’est mise en avant, s’est mise à pulluler ; que "l’homme domestiqué", irrémédiablement mesquin et débile, a déjà commencé à se considérer comme terme et expression définitive, comme sens de l’histoire, comme "homme supérieur" ; — oui, et encore qu’il ait un certain droit à se considérer comme tel en présence de l’énorme abâtardissement de la maladie, de la lassitude, de la sénilité qui se sont mis à gangrener l’Europe, à se croire un être relativement robuste, au moins encore apte à vivre et à affirmer la vie... »

Toutes les citations sont de Nietzsche dans La Généalogie de la morale.

mercredi 5 février 2014

Télégramme




Il ne faut pas s'imaginer que les besognes de basse-police soient prérogatives exclusives de la Grosse Presse. Le concours de la presse régionale est sans doute plus modeste, mais elle ne rechigne pas à la tâche. Ses petites-mains plumitives vous mettent à l'index son hérétique comme des majeures de la capitale d'imprimerie !
Le diable est aussi dans les petites fientes. Gros Merdia, bien bousier, s'en nourrit avec delectatio.

Ainsi l'exposition d'Ibara à Quimper.
Samedi dernier, à l'occasion du vernissage de son exposition à la galerie Angle3, notre ami présentait son spectacle de peinture «Chaman», en direct.
" En vingt minutes, sur une toile de 3m de long sur 2m20 de haut, Ibara fait apparaître différents univers à l'image de la création. Au cours de cette performance picturale, physique et musicale, l'artiste renoue avec les origines de la philosophie des arts martiaux, dans une méditation active impressionnante."

Le public nombreux se pressait dans tous les angles d'Angle3.  Mais même en cherchant bien avec une lanterne sourde, et dans tous les recoins, nul angle obtus ne recelait l'ombre d'un représentant de la presse locale.
Finalement seul le gratuit Côté Quimper relaiera l'événement.

Interrogées au téléphone par la galeriste les emplumées bécassines des deux quotidiens loco! ont confirmé qu'il s'agissait bien d'un boycotcot voulu, car elles se faisaient un devoir moral de rejeter un pareil "personnage" dans les ténèbres extérieures, là où règne l'Oubli et la Confusion, et leur fille la Ruine.

Félix LeChat