mercredi 28 janvier 2009

Carlos Luis de Funès de Galarza

Je viens de lire ceci:
" Vous êtes croyant ?
- Bien sûr, bien sûr.
- Depuis longtemps ?
- Depuis toujours…Jésus était le compagnon radieux de mon enfance, c’est le compagnon radieux de ma vie professionnelle et de ma vie tout court.
- Est-ce qu’il vous a aidé dans votre vie professionnelle ?
- Toujours. J’ai eu beaucoup de chance et c’est sûrement grâce à lui.
- Quelle image avez-vous de Jésus ?
- Selon les images de mon catéchisme, c’était toujours quelqu’un de très frêle, blond et l’on sentait qu’au moindre coup de vent il s’envolerait…Alors qu’il était le fils d’un charpentier. Je crois moi que c’était un gaillard qui mesurait 1,90m, d’une puissance extrême et qui devait avoir des biceps comme ça ! Quand il mettait à la porte les marchands du temple, il devait les prendre par trois et…Hop ! Il parlait très fort, faisait des gestes…C’était un meneur d’hommes et moi, je le vois riant beaucoup."
Louis de Funès.
.A l'égal de Verlaine, cette charbionière Foi, simple et claire, est aussi la mienne.

" J'aime les livres lus et sus
Je suis fou de claires paroles
j'adore la Croix sans symboles:
Un gibet et Jésus dessus."
.
Carlos Luis de Funès de Galarza, dit Louis de Funès, malgré une aversion testiculaire pour les pitres et la pitrerie, inexplicablement je l'aimais bien.
Je sais aujourd'hui pourquoi.
Félix le Chat.

mardi 27 janvier 2009

Un d'E&R qui ne manque pas d'air.

 
EXCLUSIF: Une interviouve clandestine d'un membre anonyme du politburo d'E&R, Félix Niesche, à la sortie du service des urgences pédiatries de l'Hôpital Cochin, où il rendait visite à ses jeunes camarades du S.O matraqués.
Par notre correspondante Philistine Stringulat, affiliée au PPPJEDIAAMSH (1) qui a tenu, pour des raisons de sécurité bien compréhensibles, à garder l'incognito
.
.
Philistine: En fait, ils sont un tout petit peu jeunes okay, les premières lignes de votre S.O. Vous faites comme les palestiniens c'est clair !
Félix: Disciples de Machiavel, pas seulement de Mussolini ! tels nous sommes. Nous imitons le Hamas, et les bougnoules en général, qui placent les enfants comme bouclier humain et ensuite exhibent leur petits corps déchiquetés, complaisamment...C'est bien connu. Il faut bien que jeunesse trépasse.
Philistine: En fait, pourquoi cette tentative vouée à l'échec, c'est clair, d'infiltrer le mouvement de la Gauche antisioniste ?
Félix : Infiltrer dit Littré c'est " pénétrer comme par un filtre."
Et bien grâce au filtre de notre amour nous voulions pénétrer cette femelle rétive.
Philistine: C'est c'lâ oui ! Et quand elle vous résiste vous employez la manière forte, c'est clair ! En fait vous êtes peu sûrs de votre virilité...
Félix : Si vous le dîtes....
Philistine : En fait y a du masochisme inconscient, dans votre attitude vous feriez mieux de consulter un psy c'est clair.
Félix : Argumentum baculinum des pyrrhoniennes contre tous les incompréhensibles Byroniens.
Dans notre asile d'aliénés on pousse les gens encore sains d'esprit et de coeurs vers les camisoles de force. C'est à devenir fou.
Philistine : Heu...en fait tout ça dit toujours pas les raisons inconscientes de votre politique incompréhensible à tout le monde, c'est clair.
Félix : C'est plus fort que nous : une pulsion.  On est là, peinards, on discute, on fume, puis soudain on voit des types qui braillent avec des drapeaux ! Aussitôt il faut qu'on y aille pour taper notre zone.
Philistine : Mais en fait pourquoi tant de haine ?
Félix : On se le demande. Nous arrivons à 102 et nous chargeons une manif de 56 324.
Philistine : Résultat : vous prenez une bonne raclée, en fait, comme le Hamas, et qui l'a bien cherché c'est clair,  par Tsahal.
Félix : J'ai déjà lu ça quelque-part.  Cette opinion obscène, obscène sur tous les plans, dans tous les ordres,  à la fois grossière, immonde et immorale, et qui insulte à l'intelligence, à la raison, à la simple humanité, à la compassion, au sens de la mesure, et même au plus infime sens du réel, proférée par une bonne femme, et qui téléphone sans arrêt sur son insupportable, sans savoir comment et pourquoi ça marche un portable, et qui n'a pas l'ombre du début du commencement de la plus petite connaissance militaire, Madame Verdurin parlant des Tranchées et des Poilus....
Philistine : Okay les grandes phrases, c'est clair!  Mais en fait pour vous, concrètement samedi à Denfert, c'était l'Enfer, là, c'est clair.
Félix : Décidément, Gaza c'est une bonne petite raclée, mais quelques horions à Denfert cela vous parait l'Enfer l'Enfer. Les lacrymogènes, les charges des flics, quelques coups de manches de pioches en travers les têtes de pioche, tout ça vous a foutu les foies. Pauvre oie sans imagination : qu'est ce que de vous à Gaza?
Pour nous, nous fûmes relativement défaits. Ni vaincus, ni brisés car nous savons nous replier en bon ordre et refaire la ligne de front.
Philistine : En fait comment expliquez vous ce repli en bon ordre, où je vous ai vu détalr comme un lapin hi hi hi ?
Félix: D'abord, et avant tout, parce que nous n'étions qu'une poignée. Une poignée de braves. A cent contre un, pris entre le marteau des hordes gauchistes déchaînées et l'enclume policière. Dur. Mais nous en ressortirons plus trempés.
Philistine : Plus trempés de sueurs oui, hi hi hi hi ,c'est clair ! En fait tout ça dit toujours pas les raisons de votre désir bizarre de porter les couleurs du drapeau de c'pays dans une manif où les seules oriflammes autorisées sont celles des intégristes Islamistes et les drapeaux rouges des gauchistes....
Félix : Exactement, pour cette raison que vous dîtes : porter l'emblème de la France, des résistants français à l'Empire, dans la tradition humaniste et chrétienne qui est la notre, jusque dans des manifestations de solidarité avec le peuple martyre de Palestine.
La cause palestinienne en France est littéralement absorbée par la Gauche, cette boniche du capital.
La cause palestinienne leur appartiendrait de droit divin. C'est eux qui décrètent qui sera jugé digne de manifester.
Et puis, nous raffolons d'arborer deux drapeaux. Le drapeau des trois couleurs de notre mère LA FRANCE, et le drapeau Noir de notre mouvement.
Philistine : En fait c'est débiles! En plus c'est faux,  puisque vous étiez avec des islamistes c'est clair ! En fait se prétendre nationaliste et frayer dans des manifestations de bougnes qui soutiennent le hamas ou le hezbollah, voilà qui est obscur à tout le monde, c'est clair ?
Félix : Nous sommes à la solde des muzz on ne vous l'a pas dit ? Moi même, dès que j'aperçois un arabe il faut impérativement que je courre me mettre à sa Solde, peux pas m'en empêcher... Et puis, c'est la saison des soldes : vous avez -40% sur les strings aux Gals Laf, savez vous ?
philistine : -40 !! Vous êtes sur ? Ah je vois : en fait vous essayez de noyer le poisson dans l'eau des vos vannes de mec amer, c'est clair ?
Félix : Que voulez vous, tel le sapeur Camanber " ma vie est un tissus de coup de poignards qu'il me faut boire goutte à goutte " !
Philistine: En fait une belle formule, c'est clair.
félix : N'est ce pas? Les grues adorent les coquecigrues.
Philistines: Pour filer la métaphore : en fait combien de gouttes de pétrodollars saoudiens, vous faut il avaler pour donner des coups de poignard dans le dos des autres, avec vos mains de vipères lubriques ? Je vous rappelle que moi aussi je suis auteurE okay !
Félix: Je vois. Très stalinienne.  Philistine Vichinsky. Mais hélas très chère, les saoudiens sont côté opposé au nôtre.  Nous, nous sommes grassement payés sur les fonds secrets des les trésors du hamas, de l'immense fortune de Madame Arafat....
Philistine : En fait ce qui permet à ces gens de tenir les médias français, c'est clair.
Félix : Comme de l'eau de roche; ça suinte d'évidence.
Philistine :  En fait laissez moi tout de même vous rappeler qu'à l'autre bord, il y en avait des drapeaux Français, okay, et si j'étais de l'extrême droite, simple hypothèse okay, je sais très bien avec qui je serais. En fait une armée propre. Et virile, c'est clair.
Félix : Très clair.Vous seriez tout simplement avec les mêmes que ceux pour qui vous êtes en étant pas de l'extrême droite.
Quant à nous, il est probable qu'un attachement oedipien et prégénital à notre mère, La FRANCE, nous empêche d'entreprendre des relations sexuelles adultes avec cette Vieille Maîtresse devant qui tout tremble, tout bande...
Philistine : En fait c'est ce que je disais : déficit de maturité, c'est clair.
Félix : Très clair. Cette vieille femelle trop fardée, tantôt geignarde, tantôt glapissante, dégoulinant de sang, nous ne la trouvons pas très à notre goût. Qui pouvons nous ?
Philistine : En fait vous pourriez, plus intelligemment, faire comme vos confrères les bloggueurs de la fameuse réacosphère, comme de vrais petits fâchistes majeurs et responsables : laisser cette cause aux autres, et défiler dans des quartiers chics, et sous protection policière, avec des croix et des scapulaires, en récitant des cantiques, et foutre la paix au peuple, qui est de gauche okay, c'est clair !
Félix : Ecoutez Philistine, je vais vous  faire une confidence. Mais je vous demande de ne pas la divulguer, car elle pourrait politiquement nous nuire davantage, en ces temps de vaches maigres.
En fait, pour parler ainsi que vous-même, nous autres, à E&R, nous exécrons l'extrême droite. Lorsque Alain Soral proclame qu'il n'est PAS, qu'à E&R nous NE SOMMES EN AUCUN cas d'extrême droite, ça n'est pas une hypocrite dérobade : nous sommes patriotes, les nationalistes de gauche. L'aile de gauche(extrême) du nationalisme.
Notre modèle vivant, actuel, c'est Chavez !
Et je vous dirai qu'entre nous, nous estimons cent fois plus, même une racaille, même un type d'extrême gauche, parce qu'au moins il se montre capable de descendre dans la rue pour essayer de nous le faire sanglant, cependant qu'une quelconque fiotte bien pensante, ne sait qu'applaudir quand nous sommes matraqués par la flicaille de la Ploutocratie et les bandes armées sionistes; ces gens là ne se sont à nos yeux que les onanistes d'internet.
Philistine : En fait je trouve au contraire qu'ils sont souvent de très brillants analystes. C'est clair.
Félix: Les Dieux savent si ils le sont. Coupeurs de cheveux en quatre : ils pèsent, supputent,  examinent. Ces petits bloggueurs qui nous traînent dans la fange, ces bavardes, ces étudiants ratiocineurs, les onanistes intellectuels sont les tout petits laquais du désordre établis.
Ce sont les manifestants gaullistes de juin 68, qui sortent enfin quand l'ordre bourgeois est rétabli.
Pour ne pas les imiter je te propose de briser là ce charment entretien.
Vous ne le publirez pas, c'est convenu ?  Ce sont des notes pour votre livre si j'ai bien compris ?
Philistine : En fait oui.

note:
(1) Philistine Stringulat est membre de : Pour un Processus de Paix Juste Equitable et Durable entre Israel et ses Aggresseurs Arabes Mais Sans le Hamas.

jeudi 22 janvier 2009

Yes he can

Une employée de banque de 32 ans a été poignardée mercredi en pleine rue dans le XXe arrondissement de Paris.
Amel, commerçante et riveraine, a raconté à l'AFP la scène à laquelle elle dit avoir assisté :
" Ça s'est passé à 11h20. La demoiselle fumait tranquillement sa cigarette à l'extérieur. Le jeune homme est venu, il avait 24/25 ans, c'était un grand Black baraqué qui avait fait un stage dans un magasin de sport juste à côté .
" J'ai vu la femme tomber à terre à plat ventre, elle avait le couteau planté dans le cou. Son visage était ensanglanté, elle a essayé de dire quelque chose. Le tueur s'est fait courser par des gars qui travaillaient sur un chantier à côté. Ils ont réussi à le taper avec une pelle mais ça ne l'a pas arrêté. A côté du cadavre, on a retrouvé un sac du BHV plein de couteaux. C'était une bonne lame, entièrement plantée."

Une bonne lame ? Certainement .
Ah !, l'impétuosité de la jeunesse !  Car l'apport incisif de la diversité, pour un esprit acéré, paraît sans doute trop lent à trancher nos routines émoussées.
Faut il pour autant aiguiser son coutelas tout de suite ?
Un peu de patience que diable !

On ne peux pas égorger comme ça au débotté, en pleine rue, tous ces salauds de blancs, comme de vulgaires fermiers du Zimbabwe.
En 1980, il y avait 500 000 Blancs au Zimbabwe. En 2000, il en restait encore 200 000 . En 2004, il n'en reste plus que 30 000.  Mais cette heureuse politique d'éventration positive n'a pu être mise en place et réussie que grâce l'installation préalable d'un Président et d'un pouvoir Noir, contre des Blancs-boucs émissaires. Il faut savoir attendre d'avoir un Prézydent plus franchement métisse, plutôt qu'un simple agent du métissage.
Patience, peut-être Ramatoulaye Yade sera l'élue.
Et à partir là, yes you can !  Vous pourrez vous en donner à cou joie, et rire à gorge d'employée.

mardi 20 janvier 2009

Fascisme et Grand Capital

Le Fascisme fut la dictature impitoyable du Capital financier.
Le moyen du Fascisme c'est la mobilisation et le déchaînement de larges couches plébéiennes contre la classe ouvrière.
La réalisation de cet objectif se fait grâce au Racisme qui vient supplanter la Lutte de Classe.

Un impérialisme ne se résout à cette extrémité dangereuse et coûteuse, dans tous les domaines, politique et en frais généraux, si une crise le menace dans sa survie même.
C'est tout à fait le cas de L'Impérialisme américain aux abois.
La phase la plus récente de la crise dite des subprimes, a commencé il y a deux ans.
Elle a, on le sait, pris désormais la forme de la crise financière la plus aiguë depuis la Grande Dépression.
Toutes les conditions sont réunies pour que cette crise financière se développe sous la forme d'un effondrement économique aux effets cent fois, mille fois plus dévastateur que ce qui a été vu depuis les années 1930.

Cette situation est l'expression de la faillite et de l'agonie du système économique du libre marché fondé sur la Spéculation, les Guerres ethniques, toutes les activités parasitaires, Drogue, Pornographie, qui fondent leur assise dans la pourriture et la décomposition.
Le rythme même de la crise a alarmé les plus prudents analystes.
Tous les économistes de Wall Street reconnaissent maintenant ouvertement que la Récession économique sera plus profonde et durera plus longtemps que celles connues depuis la fin de la Guerre Mondiale.
La réserve Fédérale a d'ores et déjà prêté 2500 milliards de dollars aux institutions financières au bord de la faillite, tandis que le trésor a sauvé les banques en injectant 1300 milliards de dollars, le cas le plus récent étant le PLAN PAULSON plan de renflouement des actifs en danger(Troubled Asset Relief Program ou TARP).

Evidemment, ces injections massives de fonds ont creusé considérablement la Dette combinée des Etats Unis.
Toutes dettes confondues, commerciale, fédérale, locale, et à la consommation, en 1980 était de 5000 milliards de dollars. On la considérait déjà comme faramineuse.
Elle atteint en 2008, la somme astronomique de 53000 milliards de dollars!
En outre l'énorme budget des guerres Irak et Afganistan depius 2003, ainsi que les énormes réductions d'impôts pour les riches sont les causes de cette dette.

Cependant, en dépit des sommes injectées par La Reserve Fédéreale et le Trésor, non seulement la crise n'a pas été jugulée mais empire de jour en jour, d'heure en heure.
Les dépenses de la consommation ont chutées dramatiquement cependant que des plans de licenciements se multiplient à un rythme saisissant.
Les économistes prédisent que si la crise actuelle se poursuit au même rythme qu'en ce début 2009, huit à douze millions d'emplois seraient supprimés.
L'économiste Jack Rasmus prévient qu'au total se seront plus de 25 millions d'emplois qui pourraient disparaître d'ici 2010.
Destruction des emplois, destruction des acquis de la civilisation, des retraites , de la protection-santé, et de ce qui est le pilier humain de la civilisation: destruction physique de la classe ouvrière même.
Certains ont salués "un retour à l'Etat" comme si soudain Wall Street et le gouvernement américain s'étaient convertis à une forme de contrôle étatique sur l'économie.
Or, ce n'est pas du tout de cela qu'il s'est agi, mais du contraire: la mise à disposition du Capital Financier des moyens de l'Etat pour sauver les profits de la classe capitaliste.
Un des exemples les plus extrêmes a été la décision de la Federal Reserve Bank de ramener son taux d'intérêt à presque zéro.
Cela ne vous dit rien?
Ça signifie tout simplement, que les grosses banques, les institutions financières, les spéculateurs peuvent se rendre au guichet de la FED: on y distribue des milliards, quasi gratuitement, que eux bien sur, pourront prêter aux taux qui leur convient!
D'où viennent ces milliards?
Mais, de la planche à billet. C'est à dire de la destruction systématique et organisée des dépenses publiques, des conditions de survie même de la population.

Le choix pour Monsieur Obama est clair.
Ou bien une réorganisation totale de l'économie au moyen d'un plan d'urgence pour sauver les travailleurs. Fin des guerres et retrait du plan Paulson.
Ou la dictature & la Guerre, pour sauver les banquiers et les spéculateurs afin de sauvegarder et consolider leur domination de classe.
L'élite capitaliste qui détient et contrôle la majeure partie de la richesse nationale est profondément inquiète des aspirations des familles américaines, de toutes "couleurs"qui ont porté Obama au pouvoir.
Mais il ont bruyamment applaudi a l'appel lancé par Obama au "consensus national".
"Les hommes sont égaux" vient il de proclamer dans son discours d'investiture.
Ah oui les riches et les pauvres, Monsieur le Président ?
Ou les Blancs et les Noirs?
Certaines vociférations de la foule femelle et nigritique qui l'acclamèrent à ces mots, sauf à spéculer que se sont des idiots congénitaux, laisse à penser que peut-être certains l'entendent bien de cette oreille. On assisterait alors à un Tsunami de Haine raciale, un déchainement organisé de racisme, à un fascisme Noir.

Nous verrons bien.
Félix le Chat

lundi 19 janvier 2009

Philistine Stringulat

Deux chiennes sanglantes,
La sale Rice et sa consœur israélienne se sont réjouis après le banquet de sang aux caillots de plomb durci, leurs hideux mufles de fouailleuses d'entrailles, dégoulinant de bave et de sanies. Cela répugne doublement quand il s’agit de femelles fussent elles des chiennes comme ces deux là....

- Et pourquoi SVP ? En fait les femmes aussi peuvent être dures, même pires que les mecs, okay ! clame fièrement mademoiselle Philistine Stringulat à mon oreille.
- Mais l'autre jour vous alliez répétant que «  la guerre c'est un truc de mec  » parce nous serions de « gros lourds » trop épais pour la finesse diplomatique, cependant que la gent qui porte string, elle, ne serait pas assez stupide pour descendre se faire descendre sur les théâtres des opérations.
Il faudrait savoir ce que vous dîtes très chère.
-  Okay 'kay 'kay ! En fait vous mélangez tout... je répondais entre autres choses relevées, à votre citation qu’une des horreurs les plus pénibles de la guerre de 14, c'est que les femmes ne s'y faisaient pas tuer okay ? En fait maintenant que les femmes prouvent leur supériorité dans des questions de mecs comme la guerre, vous renaudez, c‘est clair !
- Leur supériorité en tant que va-t-en guerre, qui la nie ! Mais pour ce qui est de la faire vraiment la guerre : on ne les voit plus beaucoup défiler les fameuses soldates ?
- En fait on est pas assez connes pour défiler...
- Vous défilez bien pour la gay-pride... et puis des femmes, en Palestine, en Iraq se font bien tuer de nos jours... donc les 2 chiennes sus nommées qui participent à bousiller d'autres femmes, trahissent la cause sacrée et sororales des fâmes !
- En fait on fait pas d'omelettes sans casser d'œufs, clairement.
- ….mais vous que la condition du moindre négrillon en France jette dans des transes, que pensez vous de ce carnage de petits enfants ?
- En fait les palestiniens mettent leurs gosses en avant c'est clair
- Vous y croyez vraiment à cette obscénité ?
- En fait sur france-culture Alexandra Labila-Bensussan, l'écri-vaine, okay, qui revient de là bas okay, donc qui connaît bien la situation okay, et qui est POUR les deux zétats, okay, la paix okay, et l'arrêt des violences okay, a formellement témoigné en ce sens...
- Vous en voyez pourtant ici, partout, des femmes arabes, elles ont l'air de les aimer leurs petits...
- Qui le nie ? En fait vous mélangez tout comme d'habe...je dis pas que ce soit cool okay, ce qui se passe là bas, mais y a le fanatisme et le fanatisme vous voyez, clairement c'est pas mon truc..
- Vous manifestiez pourtant pour ce bon lama dada et son régime cléricalo-féodal...
- J’hallucine là ! En fait comparer cet homme supérieur le Dalaï lama et donc bouddhisme okay, qui est, plus qu'une religion, une philosophie de tolérance et de d'harmonie, avec l'intégrisme islamique fanatique où on lapide les fâmes c‘est clair ! où on les enterre vivantes, okay !!! En fait là, c'est le moyen-âge clairement !
- Je croyais que le moyen âge c'était plutôt sombre. Mais après le passage meurtrier au plomb durci, ce sera plutôt le retour à l'âge de pierre.
Au fond qu'il y ait des guerres, si s'affirme un prétexte infime de libération féminine, ça ne vous dérange pas..
- En fait ce qui vous dérange à vous, c'est que les fâmes prouvent qu'elles ne sont pas justes bonnes à changer les couches des mômes et laver les slips de leur mec, clair ! Alors là, okay monsieur se sent atteint dans sa supériorité de macho... »
propos suivi d'un petit rire de gorge.

Présentation de Philistine

Il faut dire ici que Philistine Stringulat est bréhaigne. A 34 ans, elle est une vieille fille, mais elle se croit une jeune femme, et libre, parce qu'il lui arrive de temps à autre de nouer quelque idylle, purement charnelle ou plus exactement parfaitement non-platonique, si je puis accoler ces deux mots. Qui ne durent jamais bien longtemps : En fait j'aime pas qu'on me colle dit elle.
À ceux qui lui demandent si elle ne regrette pas la maternité : En fait non, clairement, on verra plus tard peut-être, pour le moment j'en ressens pas le besoin. Quoiqu'il en soit c'est « un truc » qu'elle envisage de faire seule, pas s'encombrer en plus d'un pot de colle de père. En fait.
Mais au fond, bien qu'elle s'en défende, elle a « les nains » en aversion. Ce ne sont pour elle que de petites boules de morve capable de déranger son petit confort égoïste.
Et je pense que son horreur des mâles vient aussi de cette profonde aversion qu'elle a de certaines « servitudes. » Un jour, parlant de Maternité elle a dit : Beurk! avoir un alien dans son ventre.  
Son ressentiment à l'égard de l'autre sexe, capable de lui faire ça, sa haine d'une position « passive » contre son désir d'être elle même « le phallus » le sceptre (symbolique) de la puissance.
Aussi Philistine est une vraie Miss Capote Anglaise, une fanatique, une mystique du préservatif. Sa haine de l'Église Catholique se concentre sur cette question : l'Église la Grande Ennemie de la Capote.
D'où son radicalisme gauchiste. Elle vote parfois Besancenot comme elle prend des « amants » : par hygiène.
Alain Soral est sa bête noire. Il est à ses yeux davantage qu'un fasciste ordinaire, le "Sexiste" pur, archétypal, le prototype du mâle à éradiquer d'urgence afin que cette vallée de sperme se métamorphosât enfin en ce bienheureux séjour terrestre, où coulera à profusion le miel et le lait, mais surtout la cyprine.
L'allaitement ne lui parait pas une activité digne d'éloge. D'ailleurs à l'endroit où les autres femmes ont généralement des seins, la nature l'a pourvue de deux pauvres petites caroncules flétries tout à fait impropres à l'idée même de la lactation. Paradoxalement, ses deux sacs inutiles ont l’air purement utilitaires comme ceux des chiennes, sans la moindre connotation érotique.

Par compensation, je soupçonne fort mère nature de l'avoir dotée, en une autre partie apothéotique de l'anatomie mulièbre, d'un clitoris atteignant de telles proportions qu'elle pourrait s'en servir comme d'une mentule pour pédiquer, si elle se fut adonnée aux amours saphiques. (Si bien décrites par Pline, Hysécius, Lucien de Samosate mais aussi par Nicolas Venette, médecin français auteur d'un remarquable Tableau de l'Amour conjugal.)
J'ai toujours été étonné qu'elle ne fut pas franchement une triviale tribade; je pourrais bien me la figurer en train de se trimballer dans le plus simple appareil défonçant vulves et podex avec son grand clitoris. Ou à défaut, avec un olisbos attaché par un appareillage compliqué de sangles.

Mais son envie du pénis s'assouvit davantage par une envie du pénal. De Soral elle dit d'ailleurs qu'il devrait être condamné pour incitation à la haine raciale des fâmes.
C'est elle, car je n'ai pas la télévision, qui me l'a fait connaître, me disant un jour :
— En fait, ça va plus être possible là ! Ce que vous dîtes c'est du Soral pur et simple !
Moi : Du Sorel? vous connaissez Georges Sorel ?
Elle : Soral! Vous ne connaissez pas Alain Soral ?
Moi : Non, mais j'ai lu Sorel..
Elle : En fait évitez de lire Soral, okay, c'est vraiment un E... de matcho, clairement.
Moi : Macho et sodomisé est ce bien compatible ? (Remarquez, le baron de Charlus….)
Elle : En fait les mecs matchos sont souvent des zommos refoulés c'est clair!
Très clair.
Quand j'aurais dit que cette délicieuse créature écrit des livres pour enfants, j'en aurais fini avec ce portrait d'une bobo de centre ville, ordinaire. Ces pseudo-contes pour enfants sont toujours des histoires de petites filles qui essaient des vêtements. Puis surgissent des loups très "second degré", très drag queen. Tout est basé sur « le look. » Très dansant, très métis, très coloré...à la fin les méchants loups tombent domptés, énamourés voire émoustillés, aux pieds des fillettes….
Quand je pense aux petits garçons ingurgitant dès le premier âge de pareils brouets, je me dis que tout est foutu.
félic lechat

samedi 17 janvier 2009

Louftallah est grand et Larebière est son prophète















Tout homme, en début de carrière, n'importe laquelle, doit choisir entre être un Soral ou un Larebière.
Et pas seulement parce que Soral s'appelle vraiment Soral au lieu que Larebière est un nom d'emprunt.
Si, à l'instar de l'antique esthéticienne Mullmann qui se fait appeler comiquement Madame de Fontenay, Monsieur Loutfallah a lui aussi choisi un pseudonyme fleurant bon l'ancienne France, cela tendrait à prouver son amour pour la ci-devant France. Nous n'y trouvons rien à redire. Bien au contraire.
Que Monsieur Larebière ou Louftallah, comme on voudra, n'aille pas encore écrire comme il l'écrivit d'un Alain Soral qui aurait selon lui  : "vite intégré les réflexes d’une certaine extrême droite, celle de la mouvance néo-nazie" que l'on  "a préféré me faire un procès en francité comme (pardon pour le cliché) aux « heures les plus sombres de notre histoire ». Encore une chance qu’il ne soit pas au pouvoir : j’aurais sans doute été convoqué et sommé de produire un certificat d’aryanité sous peine d’être interdit d’exercer ma profession et, qui sait, déchu de la nationalité française."
Cliché avoué cliché pardonné.

Or donc, disions nous, tout homme, en début de carrière, doit choisir d'emblée, entre recevoir des coups de trique avec Soral ou donner des coups d'encensoir avec Larebière, entre des positions d'avant-garde ou des léchages d'arrière-train.
Ce dernier, sur Radio-Courtoisie, ce jour à 13h 30, vient de chercher une querelle d'allemand (vous voyez, nous ne disons pas que vous êtes un Levantin) à Alain Soral, au prétexte de sa participation, de la participation de l'association Égalité & Réconciliation qu'il préside, aux manifestations contre la boucherie caschère à Gaza.
Ce n'est pas que M. Louftallah-Larebière ne prenne pas parti pour les victimes dans un conflit qui nous paraît le plus sujet à caution. 
Ce n'est pas non plus cette aversion de boutiquier inquiet pour sa boutique qu'il a, devant ces manifestations de l'indignation humaine de la barbarie israélienne, qui ne sont a ses yeux de bourgeois, que des chienlits qui pourraient casser des vitrines
Mais ce que Monsieur Louftallah n'a pas le droit de dire c'est qu'il aurait vu flotter au vent d'Allah parmi divers drapeaux de bougnoules, l'Etendard de L'Arabie Saoudite.

Il est louf Tallah.  Il faut changer de lunettes ou cesser de raconter n'importe quoi.
Les gros loukoums saoudiens, comme monsieur Larebière, sont dans l'autre camp.
Je ne dis pas que Louftallah est un gros loukoum, je dis que monsieur Larebière est dans le camp les louckoums.
Riyad finance les opérations, Riyad aide Tsahal, Riyad débourse des sommes gigantesques pour écraser les palestiniens.
La dynastie des Gorets Saoudiens sait qu’elle doit anéantir toute alternative sunnite au Proche-Orient pour se maintenir au pouvoir. C’est pourquoi elle a fait le choix du sionisme musulman.

Monsieur Larebière a le droit de faire parti comme les médias, exactement à la manière des médias, de ceux qui renvoient tireur de Roquette et Pilotes de F16 dos à dos.
Il a le droit de feindre de penser qu'il y a commensurabilité, qu'il y a un rapport de force proportionné entre des armes DIME et des cailloux.
Il a le droit, tout comme les journalistes Français, de prendre ses arguments directement dans les poubelles de Tsahal. Mais ce que Monsieur Louftallah et Madame Larebière n'ont pas le droit de faire, c'est de travestir cette soumission, cette lâcheté, par une posture d'indépendance de nationaliste français dans son pré carré.

Cette guerre ne nous concernerait en rien ?
D'abord, ça n'est pas un guerre, hein mes petites journalistes. Il faudrait apprendre un peu ce que c'est qu'une guerre. Ou alors il faut ajouter d'extermination, comme pour les camps Nazis. Il faut toujours dire d'extermination pour les camps nazis, Monsieur Larebière sait ça.
-C'est une expédition de police avec les moyens d'une guerre, exterminant par des attaques aériennes de F16, des barrages d'artillerie par mer et terre, une population civile affamée, enfermée, qui n'a nulle part où aller, coincée dans un piège mortel comme dans un camp d'extermine à Sion.
N'est ce pas traiter les Palestiniens comme des sous-hommes, de nouveaux Untermenschen que ces tracts lâchés par des avions annonçant que les bombardements vont être encore plus meurtriers, alors que la population de Gaza ne peut pas s’enfuir, que toutes les issues sont fermées, qu’il n’y a plus qu’à attendre la mort dans un enclos, dans le noir?
Ce genre de plaisanterie ne rappelle-t-elle pas à Monsieur Larebière si prompt à vilipender les heures les plus sombres un certain humour ?

Mais ce qui ne va plus du tout, le plus écoeurant, ce qui m'a dicté le ton de ce mot, c'est d'avoir entendu dans le poste, Monsieur Louftallah accuser Soral de servilité femelle.
Ces prises de positions pro-palestiniennes ne seraient qu'une inclination femelle pour la force, vouloir par faiblesse intime se rallier au côté obscur de la force.
Qu'il est répugnant d'entendre quelqu'un affirmer que c'est du côté des palestiniens que se trouverait la Force ! Et pas seulement pour Gaza mais ici même, en ex-france ! En l'an de disgrâce sarkozienne deux mille neuf ! De quel côté est le Prezydent ? Le Pouvoir d'Etat ?  En ce moment même le gouvernement Kouchner couché devant les désidératas des suppôts du Consistoire ne nous concocte-t-il pas  un pénultième plan de lutte contre un soi-disant Antisémitisme renaissant.

Je veux bien que l'on ait toutes les opinions que l'on veut.
Je veux bien que l'on rampe, puisque la reptation devant une puissance étrangère, qui avait trouvé en quelque sorte sa forme classique avec le gouvernement de Vichy, est devenue décidement en ex-france la seule manière d'avancer vers les honneurs, le pouvoir, les femmes et l'argent. Ou même de conserver sa tranquillité.
Je veux bien qu'on devienne lâche puisque la lâcheté est ce seul chemin. Mais je n'admet pas qu'un lâche traite un homme courageux de lâche.
Je veux bien que l'on ne supporte que l'eau minérale mais qu'on ne traite pas un amateur de vin nouveau et d'alcools plus forts, d'hépatique amateur d'eau de Vichy.

Derrière tout ça se profile l'artificielle idéologie de la guerre des civilisations.
Pour rallier ces bourgeois et petits-bourgeois de la droite nationale, qui ont votés, qui ont élus, qui ont permis par leur connerie immarcescile, que se pavane, en faisant des grimaces, sous les portrait de Bonaparte et de Richelieu, un vulgaire agent américain, l'argument subliminal c'est que l'Invasion Musulmane étant avérée, quiconque s'indigne des atrocités perpétrées par l'état hébreux fait le lit de l'islamisation de la france.
Il faut donc être au minimum neutre, quand on se respecte encore un peu pour ne pas applaudir bruyemment.
Cette neutralité bienveillante, c'est ce qu'attendent de nous les bouchers cashères. Ils ne nous demandent pas de venir écouter les jolies chansons d'Enrico Machias avec eux. Ils veulent juste qu'on ferme notre gueule.
Dans le système Loutfallah-Larebière l'Islam serait l'ennemi principal, qui menacerait de ruine notre Vieille Europe.
Pas ceux qui ont institué,  favorisé et excité contre nous l'immigration africaine.
Du coup monsieur Louftallah chasse Soral du camp national. (On aura tout vu.)
Monsieur Louftallah voudrait nous faire croire qu'il s'agirait d'une question de communautés.
Les centaines de milliers de manifestants qui ont déferlé dans les rues, de Ramalallah à Paris, de Londres au Caire, de Caracas à Tel Aviv même, prouvent qu'il s'agit non de question communautaires mais d'une question d'humanité.
Monsieur Louftallah ignorerait-il, que la même volonté de puissance qui s'exprime à Gaza par les bombes aux phosphores et à l'uranium appauvri, s'exprime en ex-France par l'apologie du métissage, la féminisation, et la préférence étrangère sous couvert de discrimination positive.
Jusqu'à plus ample informé les meilleurs, les vrais défenseurs des valeurs de ce camp du Bien, c'est Charlie-Hebdo, c'est Madame Bruni, Alexandre Adler, André Glucksmann, BHL, Julien Dray, Yvan Rioufol, l'im-Monde, France Culture et Télérama.
Les "valeurs"réelles, actuelles, vivantes, de l'Occident c'est le String, la Gay Pride, la Capote, le Fric, le Cul, la Télé, le Mariage des sodomites, les Clébards chieurs, la Repentance, les Téléphones portables et le Métissage laïque et obligatoire.
Je ne dis pas que se sont les valeurs de Monsieur Larebière, on ne décide pas de s'appeller Larebière quand on a ces valeurs, je dis que se sont les valeurs imposées par ceux qui exterminent physiquement les palestiniens, qui les servent à nous liquider spirituellement.
Monsieur Larebière ne va jamais au cinéma ?

On a le droit de vouloir être de la police supplémentaire. C'est une vocation. Et je dirais que c'est aussi un métier. C'est un métier-bénévole, mais c'est un métier.
Hier supplétifs anti-communistes de l'Impérialisme, une certaine Droite Nationale a fait suffisamment ses preuves : en soutenant par exemple les Islamistes Afgans contre les Russes, les musulmans bosniaques contre les "Serbolchévicks", etc....
Mais, aujourd'hui, pour être choisis comme supplétifs anti-Islamistes des néo-cons sionistes, car telle est la sale besogne pour laquelle certains font des offres de services, il va falloir un petit peu plaire à Monsieur Obama.

La période qui s'ouvre par des massacres à Gaza- la Morte, est bien sombre.
Ce siècle n'a que neuf ans, et déjà une nuit de plomb durci tombe. Mais neuf ans, n'est ce pas l'âge courant à Gaza pour descendre dans la tombe ?
Et nous ici, serons nous mis en bière par les capitulards genre Larebière?
Félix Niesche

vendredi 16 janvier 2009

Parash Hill

Jeunes Israéliens observant les bombardements sur Gaza à la jumelle...

Lu sur ALTER INFO :
" La colline de la honte Parash Hill (colline Parash), une reserve naturelle située dans le Sud d'Israël, constitue un endroit idéal pour picniquer, entourée de champs verdoyants dans un environnement quasi désertique, et une vue plongeante jusqu'à la Méditérranée.
Ces dernères semaines, c'est devenu le point de rendez vous incontournable pour une nation obscédée par les "glorieux" faits de guerre de son idole, l'armée.
Parash est actuellement l'endroit de rassemblement des sionistes israéliens qui s'adonnent à l'une de leurs perversions préférées : celle de regarder la machine de guerre ultra moderne des SS - Soldats Sionistes - massacrer des civils palestiniens par centaines.
Ils s'y précipitent, équipés de jumelles, viennent en famille et prennent des photos. Ils justifient les massacres de centaines d'enfants en disant que de toute façon ils seraient devenus des "terroristes".
Ils regardent avec une jubilation à peine contenue les massacres perpétrés par une armée super équipée qui, pour la premiere fois dans l'histoire de l'humanité, lance des attaques aériennes massives, des barrages d'artillerie par mer et terre, sur une population civile affamée, enfermée, qui n'a nulle part où aller.
Cette obscession à contempler la violence s'est attirée les critiques de quelques rares compatriotes qui ont surnommé cette colline, la "colline de la honte". Mais la vaste majorité des sionistes israéliens approuvent ce nouveau genre de "tourisme de guerre". La barbarie sioniste est sans limite.
Les Nazis aussi contemplaient les massacres de leurs victimes dans les camps d'extermination avec une jubilation perverse."

Les Nazis ! si vous voulez, mais personne ne pourra jamais dire que les allemands allaient le dimanche, en famille, se coller aux grillages d'Aushwitz ,de Bergenbelsen ou de Maunthausen pour y voir mourir les déportés.
F.l.C.

jeudi 15 janvier 2009

Je veux être traité d'antisémite,

 
Ne l'étant guère.
Mais parce que c'est un Honneur, en ces sales temps de guerre.

Naguère l'antisémite était l'homme qui n'aimait pas les Djuifs. Voltaire ou Marcel Jouhandeau pour aller à deux variétés extrêmes.
Aujourd'hui c'est un homme que les Djuifs n'aiment pas. Que BHL, Finekelkraut, Glucksmann, Alexandre Adler, etc., n'aiment pas.
Quiconque, de nos jours, n'a jamais été suspecté d'antisémitisme est un domestique.
Tout sous-chien de race se doit de l'être.

Celui qui, n'étant ni israélite, ni mahométan, n'ayant entrepris nulles affaires, n'ayant ni affinités ni inimitiés particulières avec djuifs ou adjuivants, ni intérêts avec le Pétrole Arabe, qui n'a pas été victime d'un escroc raélien, que Madoff n'a pas définitivement mis sur la paille, dont la petite amie n'essaie pas d'être actrice, qui n'essaie pas lui-même de faire son cinéma; bref ! celui qui ne jugerait des abominations perpétrées à Gaza qu'en son âme et conscience, comme on disait dans l'ancien monde, avec sa seule raison et les seules systoles douloureuses de sa compassion, celui là sera décrété  antisémite !  
Quand il ne prendrait son parti que selon les faits et les forces en présence (leur commensurabilité), il sera breveté antisémite ! Antisémite estampillé Beth Dim, diplômé antisémite de la faculté Licrasseuse, antisémite breveté Crif, et autres consisto-suppositoires.

Quoi, celui à qui l'on a dit, à qui la pègre des media a dit, sans faillir ni discontinuer : SHOAH !
Celui dont la classe dirigeante a fait aboyer son chien dans la figure depuis plus de quarante ans : shoah! shoah! shoah! shoah! shoah! shoah!, aurait malgré tout le coeur suffisamment endurci, l'entendement épais et la raison obscurcie tellement, qu'il ne verrait en Palestine que des hommes, des femmes, des enfants, de chair et sang, livrés à une armée ultra-moderne qui les massacre, au lieu de voir comme le premier con-venu ou comme monsieur Riouffol, des terroristes, des femellles de terroristes et des graines de terroriste face à l'armée courageuse d'un petit peuple d'élection, et qui a tant souffert !
Un tel franchouillard obtu, cartésien borné, ne peut être qu'atteint de l'inexplicable passion antisémitique, congénitale aux goyims. (Chaque petit français tête l'antisémitisme avec le lait maternel a délicieusement écrit le Marchand de bois précieux.)
.
Je suis un homme ordinaire. Que tous valent. Et qui les vaut tous. Un humble français de saint-André-des-Champs, comme dit Marcel.
Dans ma famille, ma grand-mère paternelle, à l'époque de la Deuxième Boucherie, veuve de guerre, cependant que son fils, mon père, pourrissait dans un camp de prisonnier en Allemagne, a caché des israélites, en route vers l'Espagne, dans son petit appartement de Bordeaux.  
Plus tard, je nacquis, et mon père, si j'avais eu un mot, un seul mot malheureux à l'encontre d'un Israélite, ou des Israélites en général, m'aurait vite fait passer le goût d'en redire un deuxième.  De même que si j'avais manqué de respect à une dame. Ou si je m'étais moqué d'un ancien combattant de la Grande Guerre.
Tout simplement.
Tels étaient nos pères, tels nous sommes devenus, nous les français ordinaires de l'humble race de saint-André-des-Champs.
Aussi, pour cela, j'aurais le sentiment de déchoir, de me ravaler au rang d'un boucher casher de Tsahal, ou d'un dénonciateur de la Gestapo du Crif, si j'adoptais la forme de pensée très en vogue chez le peuple soi disant élu, je veux dire le Racisme. Le plus définitif et le plus incurable racisme quintessencié.
Je puis croiser dans Villejuif un rutilant Djuivant de stricte observance,  en grand uniforme, chapeau noir et papillotes, sans que jamais l'ombre d'une pensée ne m'effleure de m'en prendre à un homme qui ne m'a rien fait, au prétexte des évènements révoltants de Gaza.

Entre nous et eux, entre antisémites par décret et flics contre-antisémites,  il y a un infranchissable fossé. 
Nous, nous voudrions voir la Terre purifiée de tous les tyrans couverts de sang, eux  purifient ethniquement une terre en l'abreuvant de sang. Du sang de habitants légitimes.
C'est qui les salauds ?

mardi 13 janvier 2009

Frères humains

N'ayez contre moi le coeur au plomb endurci qui vous dit :
LA TROISIEME BOUCHERIE MONDIALE VIENT DE COMMENCER, avec l'année 2009, à jamais maudite, et cette boucherie sera cachère.
Les gras bouchers de cette Cacherout

Se relaxent après le raout de sang, laissant en vrac les morceaux ou groupe de morceaux d'enfants découpés et grillés par leur soins à l'aide d'armes BETH DIME.
Quiconque serait révulsé par ces images, devrait consulter pour infectation antisémitique.
Et en urgence, avant d'aller tâter du camp de désinfection sanitaire derrière des barbelés prophylactiques.
« Nicolas Sarkozy et Hosni Moubarak ont manœuvré avec leurs va-et-vient pour laisser le temps à l’armée israélienne de commettre le nettoyage humain à Gaza. C’est une terrible catastrophe quand on voit les résultats des massacres intervenus (…) sans qu’il y a une révolte autre que verbale (…). Des gens qui ne voulaient absolument pas arrêter le conflit immédiatement et qui laissaient le temps à Israël de faire son massacre (…). L’attitude de Monsieur Moubarak avec son complice, le président de la République française consiste à laisser le temps de la discussion, par des allers-retours, à l’armée israélienne de faire son travail, comme elle a l’habitude de le faire tous les deux ou trois ans, c’est-à-dire le nettoyage ethnique et inadmissible, je trouve que c’est amuser la galerie pour rien (…). La diplomatie française est complice de l’administration américaine et de l’administration égyptienne… ».
Monsieur Roland Dumas, ancien Ministre des Affaires Etrangères de la France.

mercredi 7 janvier 2009

La Fiction de l'Unité Arabe

Le 29 décemmbre, ici même nous écrivions: "L’impérialisme ne voulait plus dépendre de l’état hébreux seul, et n’aurait pas besoin de l’utiliser de la même façon que par le passé. En outre, le gouvernement américain, depuis les résultats électoraux du « mid-term »en novembre 2006, marqués par une victoire des démocrates au Sénat, reprenant les propositions de ces derniers, modifiait la forme de sa stratégie.
Face au désaveu populaire américain, au désastre de la « pacification » en l’Irak, l’impérialisme se devait désormais d’impliquer jusqu’au cou ses valets « arabes modérés » et européens pour réaliser ses objectifs de contrôle et de pillage des ressources du Moyen-Orient. L’intervention en Afghanistan, la tension aves le Pakistan, les menaces à l’encontre de l’Iran, la continuation de cette stratégie impliquait une réorientation. L’administration Bush arrivée à terme, avec l’aval du Sénat, mit tout son poids dans la construction d ‘un « état » palestinien. Cela exigeait pour Israël une subordination complète à Washington."

Comme il est impossible d'imaginer qu'une opération de l'envergure criminelle du "Plomb Durci", pût se réaliser sans l'aval des USA, nous en déduisions, raisonnablement, que le Vrai Maître, dans ce cas, n'est pas celui que l'on pense, celui qui paye....

Or, Thierry Meyssan toujours bien informé, révèle que "pour organiser son opération militaire, Israël a dû s’appuyer sur de nouveaux partenaires militaires, l’Arabie saoudite et l’Égype, qui constituent désormais un paradoxal axe sioniste musulman. Riyad finance les opérations, tandis que Le Caire organise des paramilitaires.

Israël a donc forcé la main de la nouvelle présidence états-unienne en la plaçant devant le fait accompli.
"Inquiets pour leur avenir commun, des délégations égyptienne, israélienne et saoudienne se sont réunies en Égypte en septembre et octobre 2008. Selon une source de la Résistance, à l’issue de ces négociations, il a été convenu qu’en cas d’évolution défavorable à Washington, Israël lancerait une vaste opération militaire à Gaza, financée par l’Arabie saoudite, tandis que l’Égypte feraient entrer des paramilitaires à Gaza. Si de nombreuses fois par le passé des gouvernements arabes ont laissé le champ libre à Israël, c’est la première fois qu’ils participent à la planification d’une guerre israélienne, constituant ainsi un axe sioniste musulman.."

"Pour la première fois, une guerre israélienne n’est pas financée par les États-Unis, mais par l’Arabie saoudite. Riyad paye pour écraser le principal mouvement politique sunnite qu’il ne contrôle pas, le Hamas. La dynastie des Séoud sait qu’elle doit anéantir toute alternative sunnite au Proche-Orient pour se maintenir au pouvoir. C’est pourquoi elle a fait le choix du sionisme musulman.
L’Égypte quand à elle craint une contamination via les Frères musulmans."
Thierry Meyssan

L’aviation israélienne par ses carnages et destructions massives a préparé le terrain. Suivront les paramilitaires arabes. Environ 10 000 combattants surarmés sont actuellement massés prés de Rafah. Entraînés en Égypte et en Jordanie, ces "chiens de guerre", autrement féroces et courageux que les Arnaud Klarsfeld de Tsahal, agiront comme la milice d’Elie Hobeika à Beyrouth lorsque les troupes d’Ariel Sharon encerclèrent les camps de réfugiés de Sabra et Chatila de triste mémoire.

Donc parmi les bourreaux directs du peuple palestiniens nous avons certains dirigeants arabes, et au premier chef les immondes "princes" saoudiens. Ensuite, sur le terrain, viennent les bouchers hallalh-supplétifs.

Mais n'est-ce pas exactement la division du travail de nos arabes en France?
Au sommet de l'appareil d'Etat, vautrées dans les ors de la République comme les gorets saoudien dans leur auge, toute la racaille des Dati et autres Amara (lire), arabo-sionistes s'il en fut.
En bas de l'échelle, la pègre en survêtement, les "Chances", vivant des miettes du grand marché du Haschich marocain, dans les zones dites de "non-droit" laissées par l'Etat à leur discrétion, et qui interviennent régulièrement en ex-france CONTRE le prolétariat et la jeunesse. Comme les Maures, Los Moros de Franco en Espagne en 36.

On peut les voir qui rôdent dans, ou plus exactement autour des manifestations de protestation sur Gaza.
Les manifestants arabes, mêlés fraternellement aux Sous-Chiens, comme eux sont encadrés par leurs organisations politiques ou leurs associations; ce sont de braves gens, pacifiques, indignés, l'éboueur tunisien avec des moustaches, l'étudiant à Keffieh ou la secrétaire à lunettes et foulard de l'institut du Monde Arabe...
Mais à l'entour, sur les trottoirs, devant, derrière, sortant de toutes les fentes, toute une impatiente vermine s'agite, grouille....
Ils courent, bousculent, tournent en poussant des cris.....attendant le moment où ils pourront se manifester à leur tour...Ce moment c'est souvent la dispersion de la manifestation. Les services d'ordre se relâchent, une certaine confusion règne, toute la lie remonte....
On connaît la suite....
La palestine ils s'en foutent bien...

-"Alors quoi, tu oublies les classes? L'alliance objective de la bourgeoisie et du lumpen-prolétariat?"
- Non je n'oublie rien. Je transporte le concept de race dans l'historique: les "races humaines" sont uniquement des "mises au monde" historiques.
Mais dans le même temps, dialectiquement (hein, moi aussi je sais employer le jargon des doctrines) j'enfonce l'historique dans, je roule, je malaxe les classes dans le pétrin de chair et de sang.
Le darwinisme historique de Marx.
Je sais pas si des alliances sont "objectives". Purement objectives. Sereinement "objectives"en quelque sorte.
Impersonnellement "objectives": Gaza "c'est la faute à l'Impérialisme". A ses lois. "C'est la logique de l'Impérialisme" disent les types logiques, les types objectifs.
A suivre...
Félix le Chat.

lundi 5 janvier 2009

Zohra: des goûts et des couleurs....


Quelques membres choisis de sa Famille, venant de voir Zohra, mise récemment bas par Madame Rachida Dati, Ministre de la Justice, Garde des Sceaux, c'est à dire dépositaire du sceau de la République Française, appelé Grand Sceau de France.
La confusion entre les fonctions de garde des Sceaux et celle de ministre de la Justice remonte à l’Ancien Régime, lorsque le chancelier, qui était le chef de l’administration judiciaire, fut chargé par le Roi de garder la matrice des sceaux royaux, qui permettait de garantir l’authenticité des documents officiels du royaume.
Cette tradition a traversé les siècles, l’actuelle Ministre de la Justice continue de conserver, dans son bureau, la presse servant à établir le sceau officiel de la République, datant de juin 1848.

Juin 1848.
Le Grand Prolétariat Parisien se levait, brisant l'alliance de Février avec les Guizot, Sébastiani et Cavaignac, brisant son alliance avec l'ordre bourgeois, sa domination de classe, et l'esclavage des ouvriers.
La mitraille du bourgeois gronda en déchirant le corps du prolétariat.
Depuis, ce fossé entre la Race bourgeoise et la Race Prolétaire n'a cessé de s'approfondir. La Bourgeoisie "française", hait d'une manière inexpugnable et absolue le vieux peuple frondeur.
Des fleuves de sang séparent à jamais ces deux classes.
A tel point qu'après avoir par deux fois fait appel à l'étranger pour écraser son peuple insurgé, 1871 et 1939, la race bourgeoise, lassée, décida une fois pour toute de changer de peuple.

1970 et suivantes
 On remplaça tout d'abord les ouvriers dans les usines puis les petits enfants dans les maternités, et aujourd'hui, couronnant cette évolution, le gouvernement de la "France" himself, est un gouvernement de l'Etranger, un gouvernement d'étrangers. Piqueté, ça et là, dans les interstices, d'une valetailles de rats, genre Lagarde ou Fion, pour faire couleur locale.

Cependant, sous d'autres cieux, dans des contrées comme celles d'où est originaire la Fathma Dati , les peuples sont ontologiquement liés à leurs propres riches. Les tribus levantines, toujours capables d'un admirable fanatisme contre un envahisseur détesté, ne se sont jamais soulevées contre leur propre bourgeoisie.
Ils révèrent plus que tout la Richesse, l'acquérir leur semble empreint de la plus haute dignité, ils élèvent leurs riches au Pinacle, traînant leurs faces dans la poussière à Leurs Pieds chaussés de babouches d'or, le cul dressé vers le soleil couchant.
On le voit bien aujourd'hui en Hexagonie. Ils détruisent allégrement voitures, crèches, bibliothèques, écoles, infrastructures des Gaulois honnis, tout en filant à l'occasion un coup de main à l'Etat Bourgeois pour réprimer les révoltes beaucoup plus politisées des jeunes sous-chiens.
.Le sale boulot de Madââââme lA Ministre Dati, déguisée en ministre dans ses oripeaux Dior, consista à flinguer les tribunaux de proximité, les Prud'hommes, le code du travail, les petits juges, tout une partie du tissu social imposé par le peuple en arme en 1947, au compte des intérêts des Vrais jupes plissées et foulards Hermès.
 
Considérant cette évolution, il conviendrait, mentalement, de remplacer le Grand Sceau de France par un grand seau à anse, afin qu'un huissier anosmique et onirique l'allât vider régulièrement des vomissures de notre dégoût.
Félix le Chat

vendredi 2 janvier 2009

Sabrons le champagne avec les sabras

An de disgrâce Deux mille neuf  : le ton est donné en Palestine !

Sabrons le champagne avec les sabreurs
Tous les Sabras les Attila
Les massacreurs
Qui viennent comme des fiers à bras
pour fêter Anouccah
D’éventrer jusque dans leurs draps
les enfants de Gaza
Faisons la bombe avec les sabras
Qui dorment dans leurs beaux draps
Trempés de sang
Buvons la coupe de sang frais
D’enfants fraîchement immolés
Et boum ! Leurs petits cœurs font boum !
Quant ils explosent
De panique
Avant d’aller s’éparpiller
Avec leur mains avec leurs pieds
Vers les Etoiles bleues
Peintes sur les F16
Buvons la coupe de sang frais
D’enfants fraîchement immolés
Gloire et Honneur aux Sabras
Pataugeant dans les artères ouvertes de Gaza
Pour achever tout ce qui bouge
Les enfants déchiquetés
Palpitant encore dans leurs bouges

Le manque à gagner de Monsieur Madoff
Nous explique la Voix-off
Il faut s'en dédommager
Par des fleuves de Sang Frais
D’enfants fraîchement immolés

Levons nos verres aux Sabras !
Enténébrés de la terre, éclaboussés de sanies, ruissellant de sang, ruisselant du sang des enfants palestiniens, dégouttant partout de richesses innombrables, dégoulinant de sang, couverts de sang des pieds à la tête, pataugeant dans le sang, dans le sang des petits enfants de la Palestine.
Trafiquants de la mémoire,
Bouchers-boursicoteurs vendant à l'encan les mannes des enfants juifs de la Deuxième Boucherie,
Par quartiers asphyxiés de Mémoire
Pour jouir davantage de leur présence au monde, de leur suprématie, au nom d'une abjection passée, pour justifier, pour rendre plus facile encore leur abomination présente.

Et n'oublions jamais
Que ce sont ces gens là misère
Qui à longueur d'années
Donnent des leçons à la Terre entière
Trient le bon grain de l'ivraie
Disent le Beau le Bon le Vrai.