mercredi 16 août 2017

Radicalité

L'Involution d'E&R se poursuit inexorablement, dans un sens de non radicalité. Et ne pas être radical, c'est ne pas aller à la racine, vouloir redistribuer les cartes, alors qu'il faut renverser la table et dire on ne joue plus.

On pourra lire ici un article sur l’Alt-right américaine, modéré, conservateur, teinté de réformisme, qui m'est contraire absolument.
Qu'est qu'il y a donc à conserver ?
Le terme de "radicalité" reste pris dans sa définition journaliste et policière de "violence et d’ extrémisme". Le contraire de modéré.
" Refuser la violence, refuser les clivages, œuvrer à la cohésion nationale", lit-on dans la conclusion.  C'est refuser d'abattre le pouvoir maudit, s'entendre avec nos fossoyeurs.

Parce que le Pouvoir Entitaire qui programme notre déchéance, cet antinazisme de forcené qui fait du nazisme l’alpha et l’omega de sa conscience politique, cet antinazisme n’est pas le contraire du nazisme, mais un nazisme contraire, absolument.
 Diamétralement contraire, en ce qu’il rabaisse ce que nous sommes essentiellement.

 La nécessaire politique de Salut public, socialiste et européen, se doit donc d’être identitaire et prolétaire. Sans des éléments de socialisme réel, et de défense tangible de la race blanche, point de salut, aucune victoire possible, il ne reste qu’à crier Viva la Muerte,  puisqu’à la différence des tueurs du Bataclan qui sont les sicaires légaux, et qui peuvent frapper à leur guise la population sans défense, on ne pourra même plus approcher, ni de près ni de loin, toute la vermine d’État, cette lie de criminels qui mériterait cent fois la mort, et la mort la plus ignominieuse.

 Ainsi, ayant commencé une carrière politique comme anarchiste pubertaire, en révolte contre l’autorité, je la finis dans la peau d’un anarchiste spirituel qui désespère tellement de la naissance sanglante et splendide d’un Ordre Nouveau, qu’il préfère encore la destruction, au triomphe de cette pourriture qui sera pour nous servitude sans fin ni sans fond.


mardi 8 août 2017

Demain l'Algérie ?


Quand l'Empire attaquera l’Algérie, après la Libye, après la Syrie, quand sonnera l'heure atlantique du dépeçage du pays de Bouteflika, en ce cas mes yeux resteront secs et mon cœur impassible comme un sphinx.

—  Erreur, rêveur mélancolique ! Quand l’Otan détruira cette ratière, les rats pullulant déferleront sur nous encore plus nombreux. Bouteflika est notre baraka ! L’état algérien n’est rien, à côté de ce qui nous attend s’il se délite. Des fleuves de sang !

 —  Mais qu’y pourrons nous, de toute manière, O savant politologue , si le sixième sceau se rompt ? Ce qui doit arriver arrive. De notre côté de la mer les plexus solaires attendent après les coups de couteaux comme l’averse rafraîchissante après la canicule.

 —  Et toi, aride assembleur du nuées, où irais tu ?

—  Au désert où je suis déjà en esprit.
Je traverserai la Méditerranée à la voile jusqu'à la Côte des Barbaresques. Là, j'irai à l'orée du Sahara demander l'hospitalité aux Imezghans qui rêvent sous leurs tentes. Avec ces fiers bédouins, cependant que l'Empire épluchera ses agents oranges, nous boirons en silence le thé à la menthe autour des feux de camp.
 Au matin nous poursuivrons la gazelle, le soir nous savourerons le kouscous apprêté par les moukères obscures aux yeux soulignés de khôl.
 Puis je m'endormirai en burnous près de mon dromadaire à genoux, bercé par les vrombissements des drones.


dimanche 6 août 2017

TEL QU'IL VA


JAPON
On commémore HIROSHIMA leur amour.
L'amour de la Bête en chaleur thermonucléaire du 6 août 1945 —  et la remise du couvert le 9 août, avec la très chrétienne Nagasaki,  son second coup de foudre.
  A Hiroshima, tous furent transformés en chaleur et lumière, fantômes infrarouges et spectres ultraviolets, rayonnant d’X et brillant de gamma, avant d'aller danser dans l’ionosphère, au delà d'Uranus, au grand bal des super-novæ débutantes, cependant qu’ici-bas leurs ombres s'éternisent sur les murs.




SYRIE
Pendant ce temps les yankis larguent des bombes au phosphore sur la population civile. Comme ici sur un hôpital à Raqqa.
La lutte contre DAESH n'est qu'un prétexte pour intervenir plus directement contre la Syrie, son peuple et son régime antisioniste.


TURQUIE
Là, les bourgeoises en chaleur manifestent pour être des pétasses comme les autres. Des Tas turcs se sont  rassemblées à Istanbul pour clamer publiquement leur droit à s'exhiber dans la rue.  Atatürk se retourne dans sa tombe. Lire ici.


mercredi 19 juillet 2017

La Carmen de Félix N.

La Carmen de Félix N. Une imposture au service des impuissants par Marion Palépédès.
Une analyse de mon poème précédemment présenté, estival et hiémal, et qui fait mal, par la Grande Historienne. 




dimanche 2 juillet 2017

V, W ...

L'annonce officielle du décès de la grosse, déjà morte depuis longtemps, m'a remémoré la Grande :



 « Dieu a fait à Moïse et à Josué des promesses purement temporelles à une époque où l’Egypte était tendue vers le salut éternel de l’âme. Les Hébreux, ayant refusé la révélation égyptienne, ont eu le Dieu qu’ils méritaient : un Dieu charnel et collectif qui n’a parlé jusqu’à l’exil à l’âme de personne (à moins que, dans les Psaumes) ?…

Parmi les personnages des récits de l’Ancien Testament, Abel, Enoch, Noé, Melchisédech, Job, Daniel seuls sont purs.
Il n’est pas étonnant qu’un peuple d’esclaves fugitifs, conquérants d’une terre paradisiaque aménagée par des civilisations au labeur desquelles ils n’avaient eu aucune part et qu’ils détruisirent par des massacres — qu’un tel peuple n’ait pu donner grand-chose de bon. Parler de « Dieu éducateur » au sujet de ce peuple est une atroce plaisanterie.

Rien d’étonnant qu’il y ait tant de mal dans une civilisation — la nôtre — viciée à sa base et dans son inspiration même par cet affreux mensonge.
La malédiction d’Israël pèse sur la chrétienté. Les atrocités, l’Inquisition, les exterminations d’hérétiques et d’infidèles, c’était Israël. Le capitalisme, c’était Israël, notamment chez ses pires ennemis.

Il ne peut y avoir de contact « personnel » entre l’homme et Dieu que par la personne du Médiateur. En dehors du Médiateur, la présence de Dieu à l’homme ne peut être que collective, nationale. Israël a simultanément choisi le Dieu national et refusé le Médiateur ; il a peut-être tendu de temps à autre au véritable monothéisme, mais toujours il retombait, et ne pouvait pas ne pas retomber, au Dieu de tribu. »

Simone Weil. La pesanteur et la Grâce


lundi 12 juin 2017

Elections piège à cons

De l'Abstention

52 % : Un désaveu!
"Et la lumière luit dans les ténèbres mais les ténèbres ne l'ont point reçue" Jean 1:5.

La vermine dorée ne luira plus que sur l'arrière fond noir de l'abstention.
Micron est suspendu dans le vide macrocosmique. Si l'on tient compte de cette énergie noire, "En Marche", qui pourtant arrive en tête avec 32,2 % des votants, n'obtient que 13% des inscrits.
Treize sur cent connards a guillotiner, ce serait une révolution économique.

Non seulement le conglomérat LREM est minoritaire, mais il est fondamentalement artificiel : Macron l'a fondé alors qu'il était encore ministre du gouvernement Hollande, et le voilà devenu en quelques semaines le principal parti bourgeois d'Ex-France!  Il s'est constitué en effondrant par pans entiers LR et PS, et en remplaçant par transvasement ces 2 formations historiques classiques.
Il est le nouveau Parti unique et inique, le vrai parti de Réconciliation Nationale qui arrive largement en tête dans le très bourgeois 16e arrondissement et le très immigré 19e arrondissement, par exemple, ainsi que dans tous les biotopes d'élection où prolifère cette double malédiction : la reproduction exponentielle du fric et des faciès ! Cette double abjection de la Richesse qui lamine la société, et du Pullulement qui lui constitue son terreau.
Toute la vieille merde politicarde court se recycler dans ce parti néo-fasciste, sioniste et islamo-sodomite.


Du Suffrâge Universel !

Désormais, seuls les bourgeois, les vieux et les femmes vont voter en Ex-France. Tout ce qui est jeune, viril, exploité ne vote plus.
Le fait que ce vote n'existe pas ne signifie pas qu'il ne signifie rien ou qu'il s'agit d'un vide.
La conscience véritable est une instance négatrice. L'abstention populaire est une sur-conscience politique, ne pouvant dans le cadre truquée du "suffrage universel" s'exprimer positivement
Pour le faire il lui faudra briser ce cadre vermoulu.

Le suffrage universel n’a jamais été une" conquête sociale".
1848, suffrage universel mâle. Il fut octroyé par la bourgeoisie pour vaincre la tentative révolutionnaire de cette époque.
La révolution n'était présente que dans les grands centres industriels.
Le pouvoir de la rusée bourgeoisie institua le suffrage universel pour noyer la poudre des fusils des ouvriers sous les flots des bulletins paysans-petits propriétaires et boutiquiers.
Vae Victis !  Le vaincu perdra jusqu'à sa mémoire révolutionnaire, puisque le suffrage universel qui l'a écrasé, deviendra dans l'imaginaire de la "gauche" domestique, une "grande conquête."

Ah, qu'il m'est doux de pouvoir revenir, in extremis, à mon anarchisme inaugural, de retourner à mon premier engagement de jeunesse, après le Baptême vient la Confirmation ! Le drapeau noir est aussi un linceul. Aujourd'hui, je peux prononcer l'Extrême onction de ce cadavre puant dans les ténèbres parce que j'ai été baptisé politiquement dans la lumière.

1944, droit de vote des femmes. L’ordonnance du 21 avril 1944 donne aux femmes de plus de 21 ans le droit d'aller dans les isoloirs et rend ainsi le suffrage vraiment universel. C'est à dire planétaire. Beaucoup d'esprits légers s' indignent du « droit de vote des étrangers ». Depuis que les femmes votent, on ne voit absolument pas pour quelle raison n’importe qui ou quoi ne pourrait pas élire n'importe où.
On dit aussi qu'elles auraient "conquis" ce droit, d'aller urner comme de grande filles.
Or, "les femmes" n'ont pris aucune part à cette soi disant conquête, le droit de vote ne fut nullement consécutif à une quelconque lutte de suffragettes. Seule l'évolution "objective" des choses, (l'involution devrait on dire) explique cette réforme. Ayant eu le privilège pendant la Deuxième Boucherie de se voir réduites en hachis parmentier sous les déluges de bombes comme de vrais hommes, il était dès lors naturel qu'elles participassent au droit de choisir, tous les 4, 5 ou 7 ans, quels membres de la classe dirigeante ordonneraient ces bombardements.
Ce qui fut fait.
Comiquement, à l'époque, on vit plutôt les milieux radicaux d'extrême gauche traîner des pieds contre ce droit de vote pour dames, au motif que leurs suffrages iraient plus volontiers vers les partis bourgeois conventionnels, et même à l'époque au parti clérical, plutôt qu'au parti révolutionnaire.
Ce qui va s'avérer tout à fait exact. F vote pour la conservation sociale, quelle que soit cette conservation.

L'Abstention est la négation de la farce électorale : son nom positif est Révolution.
Ce que les travailleurs n'auront pas pu saisir dans les urnes, ils devront le prendre autrement, ou devenir des esclaves.


dimanche 21 mai 2017

Le Sauveur Suprême de volailles

Samedi 13 mai, à Villejuif, devant un auditoire recueilli d’un millier de bobos insoumis, s’est tenu la réunion des candidats aux législatives de la France Insoumise.
 Candidats soigneusement épurés de leurs brebis galeuses comme la journaliste Chenon Ramlat pour cause de « soutien d’Assad » et de « négationnisme ». 

 L’ex-Sénateur (mais sénateur un jour sénateur toujours) Mélenchon, drapé dans la toge pourpre du Tribun de la Plèbe, vint conclure ces agapes.
 Son discours fut beau comme l’Antique, l’élite d’Île de fRANCE inSOUMISE se soumettait à son verbe puissant !
 L’électricité passait dans l’auditoire survolté qui scandait par moment ‘’Résistance, résistance !’’ comme un seul Ohm.
 A la fin, les néo-papas barbus tendirent leurs bébés convenablement langés, vers le Sénateur ! Leurs compagnes tendaient leurs poings, avec des trémolos suraigus, admirablement discordants.

À certains moments, je sentais que dans une autre existence, débarrassée du lourd fardeau de la conscience, j’aurais pu m’accorder à certains des propos tenus, du genre :

 « Les communes, matrices des libertés des Françaises et des Français, c’est là qu’a commencé la République » ! 

 ou encore :

 « Un énorme coup de tonnerre se prépare avec l’abrogation du Code du travail » ! « un projet de contre-réforme, de contre-révolution, une violence sociale terrible » ! [remettant en cause] « un siècle et demi de lutte de classe dans notre pays ».
« C’est pour cela que Macron veut les pleins pouvoirs » 

Rien n’est plus vrai. Le code du Travail participe de ce qui fonde la classe ouvrière comme une classe, et non comme une servile réserve taillable et corvéable à merci.
Face à ce projet de « contre-réforme d’une violence sociale terrible », QUE FAIRE ?

 « Mettre en échec la constitution de la majorité macroniste dans c’pays ! (…).
 On peut renverser la situation, c’est le moment ou jamais ! » 

 Diable ! Le Sénateur sur le retour, par un mouvement orbital cyclique reviendrait-il au trotskisme de sa prime jeunesse ?

 Debout les damnés de la terre, debout les forçats de la faim ! 

 Assis, les bobos désorbités, la bouche ouverte, se regardaient, inquiets, en attendant la Chute.
Elle vint !
 On ne saurait tomber de plus haut !

 « La France insoumise propose aux électeurs d’organiser une nouvelle cohabitation ! » 

Ouf, on respire ! L’odeur de poudre des révolutions se dissipe, ce n’était que de la poudre aux yeux. C’était donc ça renverser une situation ! Non pas la renverser dans la paille pour la prendre, de gré ou de force, mais lui tourner virilement le dos, la priant de bien vouloir nous mettre !
Retour à Syriza, retour à l'électoralisme, cette science magique pour dindes votantes, qui ne spécule qu’en terme d'électorat, et non de classe sociale.
 Retour à l'idéologie contre l'histoire, à l’État contre la démocratie.

 On avait bien compris, par la composition du « nouveau » gouvernement Macron que son projet visait à une large cohabitation, à l’image de la « grande coalition », social-démocrate + chrétien-démocrate teutonique.
 Hé bien, cette promiscuité politcarde, ce concubinage de gouvernement, le Sénateur veut en être !
Comme un vulgaire LR ou PS, FI veut cogouverner, apporter sa caution au projet « de contre-révolution, d’une violence sociale terrible » !

 Et pour étayer son projet, le Sénateur donna en exemple le gouvernement de cohabitation Chirac-Jospin (1997-2002) !

 « La cohabitation de Lionel Jospin pendant cinq ans a été un des moments les plus positifs de la vie économique française ». 

 Positif, mais pour qui ? Comme bilan de son gouvernement, Jospin avait réclamé la reconnaissance du Medef, qui la lui accordera volontiers.
 Mais pas la population laborieuse qui en 2002, par une abstention exceptionnelle, du jamais vu lors d’une élection présidentielle, a balancé Jospin dans la poubelle de l’histoire.
 La suite on la connaît : ce que Lionel Jospin appellera « du théâtre ». Le théâtre de l’antiâchisme institutionnel.
 Des semaines durant, il nous fallut subir quotidiennement ces monstrations destinées à humilier et à affaiblir l’abstention des ouvriers décriés comme « sales collabos et populistes » !
 Plus de 50% d’abstention pour l'élection de sa majesté le Président, tout l'appareil d'état vacilla : l'élection du président-monarque étant la clé de voûte de la Cinquième République, dans la tradition la plus Louis-Philipparde du Roi bourgeois.

 Petit rappel des haut-faits du gouvernement Jospin 

Aucun gouvernement avant celui là, de mémoire de Cinquième, n’avait plus privatisé, plus déréglementé, davantage mis en œuvre de contre-réformes ayant entraîné des souffrances accrues pour le peuple travailleur. Le Sénateur le sait bien, il en était ministre !

Le gouvernement de Lionel Jospin pendant cinq a :

 -privatisé EDF-GDF
-mis en application le plan Juppé sur la Sécurité sociale, qui avait pourtant dressé contre lui des millions de gens. -mis en place l’euro, qui divisé le pouvoir d’achat par sept
- ‘’annualisé’’ et ‘’flexibilisé’’ le temps de travail
- aboli la loi interdisant le travail en dessous de 16 ans.
-  contre-réforme de l’enseignement technique et professionnel, contre-réforme concoctée par... le ministre Jean-Luc Mélenchon himself !

 - Et, cerise féministe sur le gâteau capitaliste , cet infâme gouvernement a osé rétablir le travail de nuit des femmes dans l’industrie ! Qui était interdit par le Code du travail, précisément !
 Cette régression sociale inouïe s'est faite au nom de « l'égalité homme-femme! » Au nom de la Parité, autre conquête majeure du gouvernement de la gauche plurielle qui fut nommé « le plus féministe de l’histoire » !

 Alors, en 2002, les ouvrières livrées au travail de nuit refusèrent de voter, et les petites-bourgeoises antifâchistes, qui sont toutes aujourd’hui au Parti de gauche, manifestèrent pour traîner dans la boue cette superbe abstention ouvrière !

 Du féminisme réel 

Le gouvernement de la gauche plurielle fut un des exemples les plus aveuglants de la nature réelle du féminisme. De la main droite il a institué la Parité obligatoire et de la gauche il a rétabli le travail de nuit pour les femmes, il fut à la fois le plus féministe et le plus ennemi des femmes !

 Ce fait, comme tant d’autres, est si aveuglant qu’on ne l’a pas vu.
 On appelle désormais féminisme la protection des femmes.
 Prendre le mot pour la chose.

 «  Il y a un féminisme idéal, un idéal du féminisme, en dehors des faits et gestes des féministes, en dehors du féminisme institué, qui serait intrinsèquement bon. Ainsi tout le monde porte son petit féminisme à soi, sa petite idée du féminisme ; dans féminisme il y a féminin, c’est donc qu’il doit bien contenir une part aimable, une défense des femmes, de la « condition de la Femme », n’est-ce pas ? » L'Enfer de Don Juan 

 La défense des femmes, des femmes réelles, qui vivent et meurent, qui peinent et enfantent, nos filles, nos sœurs, nos compagnes, n’est pas, n’a jamais été, l’objet du féminisme.
 Son objet, sa vérité ultime, ce qu’il est en nature et en vérité, je l’ai donné dans une forme théâtrale dans l’Enfer de Don Juan, qui n’est pas seulement un divertissement comique, mais l’expression de la vérité.
Il n’y a aucune contradiction entre l’antiracisme et le féminisme, ils sont étroitement enlacés, éternellement liés, dans l’Union consubstantielle avec leur Père, qu’on ne doit pas nommer.

 FI, Farce Insipide. 

O Sénateur, le gouvernement Jospin est un bel exemple à suivre pour une fRANCE inSOUMISE, insoumise au peuple et à la classe ouvrière.
 I n’est qu’une grosse dinde pleine de farce électorale. De la chair qui s’est faite autour de l’os.
La chair c’était les travailleurs qui ont voté Sénateur comme une continuation dans les urnes de leur marche dans la rue pour défendre leur Vieux Code du Travail. L’os, c’est le Parti de gauche, dont vous pourrez relire le récit de la naissance glorieuse ici, si le cœur vous en dit.