lundi 3 juin 2019

Scolies anti électorales

§. Chaque fois qu'une Urnette a lieu les GC de commentateurs ramènent leur science. Esprits épais qui font de l'élection, de la farce électorale leur horizon borné.

§. Voter après l'incendie volontaire de N.D ? C'est se montrer inférieur aux pyromanes.

§. Le suffrage universel c'est l'arnaque suprême, la participation des esclaves à leur servitude, la clé de voûte du crétinisme parlementaire, la conscience politique ramenée à l'Isoloir, à la politicaille puante comme des pissotières, avec sa meute des "chiens de politiciens" professionnels, cette vermine.
Chaque période électorale devient un moment supérieur de crétinisme, un spectacle de pur abrutissement pendant lequel on constate une extinction généralisée de la conscience politique.

§. Les petits boutiquiers de la dissidence, qui sont des petit-bourgeois,  en viennent souvent à expliquer que les peuples auraient les dirigeants qu’ils méritent, parce qu'ils votent mal. Comme si on avait le choix ! Cela revient au fond à protéger le pouvoir, à dédouaner la pourriture politicienne de ses crimes, et faire porter au pauvre peuple le poids de son malheur.  C’est l’opinion classique des demi-habiles, qui méprisent les simples qui les admirent, mais ignorent qu’ils sont eux-même méprisés par les spirituels. Lire Pascal. Et Orwell.

§. Extrait d'une Scolie après l'Enfer de Don Juan
"Depuis la dégénérescence, puis la mise à mort de la Royauté solaire, l’État s’est métamorphosé en un chancre induré. Un monstre tentaculaire qui étouffe la société. Les gouvernements ploutocratiques, au service exclusif de la Banque, sont des gouvernements-ulcères, mortels aux peuples. Le personnel qui les constitue est formé par la plus basse catégorie humaine. Ceux qui ne savent rien faire, ni travailler, ni créer, qui ne sont ni des tribuns, ni des meneurs d’hommes, seulement de serviles canailles."


§. Alors quoi voter pour cette crapule ? Participer à la Lutte des Places ?
Mettre une once d'espoir dans la politicaille du "camp national" avec la petite Maréchal me voilà qui a voté l'Etat Policier avec sa petite menotte ? Vous voulez rire ?

§. Désormais, il n'y a que les bourgeois, les vieux cons, les jeunes réchauffés de Durban et les bonnes femmes qui vont voter en Ex-France. Tout ce qui est jeune, viril, exploité ne vote plus. Le fait que ce vote n'existe pas ne signifie pas qu'il ne signifie rien ou qu'il s'agit d'un vide. La conscience vient de l'existence. Et c'est de l'existence des plus exploités, des plus opprimés, des plus malmenés par le Racisme immigré d'Etat,  que viendra la conscience la plus radicale. Identitaire et prolétaire.
Or il n'y a aucun parti identitaire, ni prolétaire dans la pègre politicarde.

§. Le petit bourgeois enragé veut sa part du gâteau.  Le plus exploité veut foutre en l'air tout le système. Ce n'est pas du tout la même chose.
Dans ce moment transitoire se côtoient des radicaux et des crétins mécontents.

§. Demain si le camp populiste triomphe, la deuxième révolution sera entre ces 2 espèces.
 Après février vient toujours Juillet comme en 1848.
 Après Février viendra toujours Octobre.   C'est une loi inéluctable. Mais cette fois Octobre ne sera pas bolchevique parce que nous sommes instruits, nous savons quel autre mouvement flamboyant a su nommer l'Ennemi, et affirmer que les races humaines ne sont pas faites pour se mélanger.  Le "National-sionisme" nous révèle le nom, au mot près, de la prochaine radicalité nécessaire, qui serait la volonté de puissance restaurée des européens.

§. Déjà depuis que F urne, c'est déchoir que d'aller à l'ISOLOIR. Tellement bien nommé.
On entend tout le temps dire que les dames auraient "conquis" ce droit d'aller urner comme de grande filles. Or, "les femmes" n'ont pris aucune part à cette soi disant conquête, le droit de vote ne fut nullement consécutif à une quelconque lutte de suffragettes.


Seule l'évolution "objective" des choses, (l'involution devrait on dire) explique cette réforme. Ayant eu le privilège pendant la Deuxième Boucherie de se voir réduites en hachis parmentier sous les déluges de bombes comme de vrais hommes, à Hambourg, Dresden, Hiroshima, Berlin, Brest, Saint-Nazaire, Le Havre, etc, etc, il était dès lors naturel qu'elles participassent au droit de choisir, tous les 4, 5 ou 7 ans, les Crevures qui ordonneraient ces bombardements.  Ce qui fut fait.

§. Avant, en 1848, suffrage universel mâle. Il fut octroyé par la bourgeoisie pour vaincre la tentative révolutionnaire de cette époque. La révolution n'était présente que dans les grands centres industriels. La rusée bourgeoisie institua le suffrage universel pour noyer la poudre des fusils des ouvriers sous les flots des bulletins paysans-petits propriétaires et boutiquiers. Vae Victis !  Le vaincu, longtemps, perdra jusqu'à sa mémoire révolutionnaire, puisque le suffrage universel qui l'a écrasé, deviendra dans l'imaginaire de la "gauche" domestique, une "grande conquête." Mais dans le MVMT fluorescent cette conscience claire renaît.

§. La V république est le régime le plus pourri de l'Histoire de France symbolisé par une succession de figures de bassesse au sommet. Et Macron couronne le plus immonde pouvoir que la Gaule ait connu depuis Mérovée, le pouvoir Hollandais du Bas Catalan qui a institutionnalisé un ignoble état policier. Et c'est dans les charniers du bataclan que naquit un bacille tout vibrionnant de son flagelle enduit de bran, avant sa métamorphose colo-électorale en une mouche bleue qui s'est posé avec ses pattes engluées de Typhus sur le grand cadavre de l’Ex-France.

§ . La V ème aggravée de son état policier donne à Macron une Armure indestructible. C'est cela et rien d'autre qui le soutient. Il est un micron, pas même élu par la majorité des français, 46 % des Inscrits, suspendu dans le vide, mais à peine a t il revêtu l'armure de fer des institutions, comme dans un dessin animé japonais il devient un super Robot dont la tête touche les nuages , et les semelles d'airain écrasent la contestation.  Castaner Nunez la trique rastaquouère sur les autochtones en gilet. 
C'est d'être désarmé qui a fait reculer le mouvement. Rien d'autre. Là est la tragédie.
Voter c'est opter pour la comédie.




samedi 1 juin 2019

Le Grand Œil parle

Or donc dans le camps des veautants, la nouvelle fracture politique se dessine entre les populistes et les réchauffistes.
A cet égard, un journal britannique The miror of Galadriel vient de révéler que le Seigneur ténébreux avait appelé ses fidèles d'Hexagonie occupée à voter pour les Verts de terre.
Sous le titre Sauron, le Seigneur de l’Anal, vote EELV, on pouvait lire :

"Aussitôt tollé général dans le GQG des Nazgûls, les Spectres Nazis : — Quoi voter pour ces pédés ? Hier Sauron nous fit voter LGBT, d'une façon latente, on a vu le résultat. Gilets fluos partout  ! Serviteurs de la Lumière !
Sauron les aurait alors durement tancé en ces termes :
—  Silence Nazgûls ! Vous êtes les serviteurs de l’Anal ! L'Anal a été forcé dans les les caves du Destin par Benbella ! Il sert le Mordor ! Il a nommé la Grande tête de Biroute premier, et le Vagin bavard seconde. Il pourrit tout. Vous n’avez rien compris à ce Pouvoir de la Décomposition, tas de zombis couronnés, aussi gogol que des bobos sur google !
Vous croyez que Marine va ouvrir des camps de concentration en terre du Milieu avec des oriflammes rouges et noirs ? Quel romantisme d'un Mal ancien et obsolète!
 Ne voyez vous pas le beau camp d’extermination à ciel ouvert en Nysraül ?
 Que l'Enculé mondain va ouvrir toutes grandes les portes de l’Isengard à mes migrants orques et trolls !
 Qu'il a laissé incendier la Cathédrale de la Cité Blanche par les serviteurs de Sarumarrane, le supérieur du Quatrième Quartier ?
 Mais maintenant ce sont les couillons réchauffés de Durban, mitonnés à petit feu par les protocoles des sages de Kioto, nos meilleurs et plus loyaux serviteurs.
 Ils défendent le pouvoir des TRolls . Des Géants éoliens qui dénaturent les chemins, déracinent les arbres millénaires de la forêt de Lothlórien, et expulsent les Hobbits comme des moustiques dans le vent.  Ils taisent les empoisonnements et la dénaturation causés par les Géantes multinationales dont ils sont les serviteurs à gages.
 Et ils ne disent rien non plus du grouillement hideux du à la Multiplication exponentielle des Orques !   Ils accusent l'Homme en général, donc tous les hommes, mais principalement les habitants du Gondor et du Rohan !
 Et puis il y a cet humour que vous ne savez pas goûter Sinistres Nazguls, nazbols indécrottables ! Ils vont mobiliser la terre du milieu contre le réchauffement, alors que se prépare dans le secret du Morgull le nouvel Âge glacial ! Déjà la température dans l'Antarctique bat des records de froid ! LOL ! (On lira ceci avec profit.) 

    Mais par dessus tout, O Nazgûl ils sont les plus conséquents serviteurs des Ténèbres ! Pour faire baisser la température ils exigent encore plus de nuages artificiels pour recouvrir la Terre de secondes ténèbres. Le bleu du ciel les offense, comme une terrible provocation à Effet de serre. Ce sont les Rats d'égout, nos rats fait pour les boyaux électriques.
Pour contrer la toute mystérieuse Nuit elfique, nous avions déjà l'éclairage putride des luminaires qui suffit à cacher l'étincelante révélation du Cosmos. Le Ciel c'est le Cosmos, duquel la langue elfique a tiré cosmétique, car il est l'ordre de la Beauté, ennemie de notre Pouvoir.
Le ciel, artificiellement couvert de faux nuages devient le reflet maudit de l'Etat qui opprime et emprisonne.  Jusqu'à étendre bientôt notre linceul d'éternelle Grisaille.

Quand l'Etat étalant ses ignobles traînées
 Raie le ciel de barreaux pour les emprisonner
 Ah comment tiendront ils sous ce sombre cachot
En entendant brailler qu'il fait vraiment trop chaud ?










mardi 23 avril 2019

Notre-Dame de Paris de Victor Hugo.

Le drame de Notre Dame, nous pousse à la relecture.
Notre-Dame de Paris de Victor Hugo. Voici un extrait du chapitre II du Livre Cinq:

« Cependant, quand le soleil du moyen-âge est tout à fait couché, quand le génie gothique s’est à jamais éteint à l’horizon de l’art, l’architecture va se ternissant, se décolorant, s’effaçant de plus en plus. Le livre imprimé, ce ver rongeur de l’édifice, la suce et la dévore.
Elle se dépouille, elle s’effeuille, elle maigrit à vue d’œil. Elle est mesquine, elle est pauvre, elle est nulle.
 …..
Cependant, que devient l’imprimerie ? Toute cette vie qui s’en va de l’architecture vient chez elle. À mesure que l’architecture baisse, l’imprimerie s’enfle et grossit. Ce capital de forces que la pensée humaine dépensait en édifices, elle le dépense désormais en livres.
Aussi dès le seizième siècle la presse, grandie au niveau de l’architecture décroissante, lutte avec elle et la tue. Au dix-septième, elle est déjà assez souveraine, assez triomphante, assez assise dans sa victoire pour donner au monde la fête d’un grand siècle littéraire. Au dix-huitième, longtemps reposée à la cour de Louis XIV, elle ressaisit la vieille épée de Luther, en arme Voltaire, et court, tumultueuse, à l’attaque de cette ancienne Europe dont elle a déjà tué l’expression architecturale. Au moment où le dix-huitième siècle s’achève, elle a tout détruit. Au dix-neuvième, elle va reconstruire.

Or, nous le demandons maintenant, lequel des deux arts représente réellement depuis trois siècles la pensée humaine ? lequel la traduit ? lequel exprime, non pas seulement ses manies littéraires et scolastiques, mais son vaste, profond, universel mouvement ? Lequel se superpose constamment, sans rupture et sans lacune, au genre humain qui marche, monstre à mille pieds ? L’architecture ou l’imprimerie ?

L’imprimerie. Qu’on ne s’y trompe pas, l’architecture est morte, morte sans retour, tuée par le livre imprimé, tuée parce qu’elle dure moins, tuée parce qu’elle coûte plus cher. Toute cathédrale est un milliard.
Qu’on se représente maintenant quelle mise de fonds il faudrait pour récrire le livre architectural ; pour faire fourmiller de nouveau sur le sol des milliers d’édifices ; pour revenir à ces époques où la foule des monuments était telle qu’au dire d’un témoin oculaire « on eût dit que le monde en se secouant avait rejeté ses vieux habillements pour se couvrir d’un blanc vêtement d’églises ». Erat enim ut si mundus, ipse excutiendo semet, rejecta vetustate, candidam ecclesiarum vestem indueret (Glaber Radulphus). »



Scolie 1. Cependant que sont les architectes devenus ?
Des valets du billet imprimés. De vulgaires rabatteurs pour les entreprises du BTP.
Par le truchement des syndics, ces succursales des affaires juteuses du Bâtiment, les architectes mènent par les naseaux les copropriétaires parisiens, ces vaches à lait. Ces bœufs votent partout, toutes sortes de travaux à sabot levés, et font venir dans leurs immeubles, contre les murs, dans les escaliers, sur les toits, des dizaines de ces trimardeurs dont le métier est de faire du Bruit.
L'Agence nationale de l'habitat relève une hausse de 46 % des travaux de rénovation des copropriétés en 2018 !
Nul n'en ignore, ou plus exactement seuls les nuls l'ignorent, ceux qui ne savent pas observer le monde et la vie, ceux qui ne voient rien, ni les rayures du ciel, ni les services secrets dans les interstices.
Pourtant l'Île d'ex-France est toute défoncée, dévastée, couverte de grues et d’échafaudages qui enserrent de leur réseau de fer la vaine populace.  Il y a de la construction tous azimuts, du chantier à tout va dans toute la France ! Cette débauche de travaux ne provient nullement d’une hausse « naturelle »  des affaires.  Mais de la décision arbitraire de l'Etat pour compenser la chute des investissements productifs. Sans l’argent de l'Etat, c'est à dire ponctionné sur la plèbe, il n’y aurait plus de secteur du Bâtiment, tout le Fric de son fonctionnement provient de l’endettement des français sur 10 générations!


Scolie 2.
Suspicion
Indices
Is fecit cui prodest (« le criminel est celui à qui le crime profite »)


Il est inutile de chercher plus loin que le marché, le bizness,  le profit, la cause matérielle de la destruction volontaire de N.D.  Une cause intrinsèque au capital.  La restauration de Leur-Dame va rimer avec profanation et accumulation. Depuis longtemps il était inadmissible "que les 14 millions de touristes ne se déplacent que pour visiter Notre Dame, sans qu'il n'y ait les retombées commerciales, avec des millions d’euros à récolter".  On lira ici avec profit, ceci.
Et aussi cela, là. 



samedi 6 avril 2019

Science occulte

Suite à la publication par les éditions K.K de   "Du branleur au hardeur : la pornocratisation des esprits", plus précisément, suite à l'interviouve de l'auteur par le Pierre le Grand, qui effleure, affleure tant de choses , car l'auteur a repéré une vérité, et c'est ce qui fait sa force, mais il ne sait pas la comprendre, la relier à une conscience;  ainsi, il débat dans le cadre piégé du monde, comment parler « du porno » sans parler de ce qui l'a rendu possible : le féminisme ? 
1 Comprendre que la Castration féministe est dedans la subjugation pornographique. 
Le féminisme a préparé le mental du cheptel pour l'offrir au nouveau mâle dominant dont elle est la servante. Qui ne sait que la très grande majorité des féministes sont des coreligionnaires des producteurs du porno.
2  Dire que la pornographie véhicule une image négative de la femme ; peut on prononcer plus grande stupidité ? Alors que positivement la pornographie l'encule et te vend cette image.  La misogynie induite par la pornographie n'est pas un effet secondaire qui devrait être rejetée. La porno  te révèle un "visage", si l'on peut dire, de F, que tu ne peux plus éluder. Démâtée de la virilité spirituelle F se voit telle qu'en elle même, en l'état de nature. C'est ton idéalisation de F qui devient le phantasme.
Or donc, comme scolie de cette vidéo je réactualise ce texte publié dans Fragrans feminae. 


    Saint Odilon de Cluny (994-1049), cinquième abbé de Cluny a dit :  «  La grâce féminine n'est que sang, humeur, fiel, et nous qui répugnons à toucher, même du bout des doigts, de la vomissure et du fumier, comment donc pouvons-nous désirer serrer dans nos bras le sac d'excréments lui-même ? »
Ainsi le pornocrate te faisant voyeur, tu croirais en être quitte, du moins pour le toucher, du contact avec la malpropreté de l’ordure, et la contamination virale.
Tu oublies la contamination spirituelle. Souviens toi qu’un autre que toi regarde par le trou de la serrure.
C’est l’ Œil de celui qui commande toute la scène, celui dont on tait le nom,  dont on baise le cul au sabbat.
Pour lui ravir sa clef kabbalistique, il te faudra triompher de "la succion d’Iônah et de l’accablement d’Hereb", qui déroulent sur toi leurs anneaux .

Prend garde aussi à l'autre œil, noir, de la femelle a tergo, qui te regarde du fond de son charnier. Cette ouverture est la porte du cloaque lépreux, où sur toi seront déplacées les vers cataboliques, les lémures stercoraires qui puent.
Car les êtres obscurés, semi-conscients ou brutaux et inconscients, comme les Élémentaux femelles, veulent à tout prix s’incarner : se sont les Lémures.
Vestales impures du tombeau de la virilité, elles mêleront la sève sur le plancher avec  « d' innombrables venins et d’obscènes humeurs », et verseront cet impur breuvage dans l’œil de celui qui les convoite.
Ceux qui l’absorbent bondissent comme les pourceaux sous la baguette de Circé.

Dans le maelström épais de ta convoitise confusément tu te débats dans les Ténèbres, car tu es pris sans le savoir dans une alchimie de magie noire.
Mais il est une alchimie contraire, c’est l’alchimie de soi-même. Par un ardent effort de volonté tu pourras te mithridatiser de toutes ces saletés toxiques et poisons de la vue.  Il te faudra au préalable éclairer la scène obscène du feu alchimique, et voir que ta position est celle de l’Impuissant, jouet du pornocrate, dans un pédérastique procès.
Tu comprendras alors que la Castration féministe est dedans la Subjugation pornographique.

« Se faire Voyant !  »
Brise ta gangue, pénètre les yeux ouverts dans la soue. Vois !
Efforce toi de garder la lucidité du guerrier, émonde la frondaison de tes pensées immondes.
Tu commences à saisir le sens du Mauvais message,  voici : tu es seul, brûlé par le Sel de la mortification et de la haine.
Va ! L’affliction est la semence de la conscience.
Cultive cette haine, isole là dans l' aludel,   hors de tous les ferments de l’envie bestiale, sépare le subtil de l’épais.
Ainsi tu auras transmuté l’Ordure qui souille en le Soufre qui éclaire.
Et réussi la sublimation du plomb durci du pornocrate en le Mercure du philosophe.


jeudi 21 mars 2019

Acte XIX : les Sentinelles de la Synagogue



"N'y manque que les soldats, nos vaillantes sentinelles de la synagogue. Hommes et femmes à Famas, vous nous avez laissé massacrer au Bataclan l'arme au pied, car vous aviez des ordres.  Allez vous demain obéir et tirer sur nous ?" 
Telle est la question que je posais le 16 décembre dans un article sur le site d'Egalité & Reconciliation .
(Gauche du travail (SOS Racisme) et Droite des Valeurs ( A.F). Ce qui se tient. Maurras était fondamentalement anti Boche, donc anti Aryen. Il a poussé à la boucherie de 14.)

On s'est bien foutu de ma gueule pour cet appel à la soldatesque de l'Otan. Hé pourtant nous y sommes ! "Acte XIX des Gilets Jaunes : le gouvernement mobilise les militaires de l’opération Sentinelle." Donc les manifestations fluos sont maintenant identifiées à du Terrorisme. 

On s'en souvient, le 13 novembre 2015 les Sentinelles de la Synagogue avaient reçu l'ordre de rester l'arme au pied devant l'abattoir.  Je les nomme ainsi pour la raison que j'ai vu pendant 2 ans, dans le douzième arrondissement de Paris, nos braves sentinelles monter une garde vigilante devant les locaux  Beth Loubavitch, rue de la Gare de Reuilly, pour prendre ensuite leur faction devant les grilles de Hôpital Rothschild, rue de Picpus, à 200 mètres.  Je n'y aurais rien trouvé à redire si entre ces deux vénérables institutions ne se dressaient la grande Bibliothèque Picpus, six étages, et le lycée Saint Michel de Picpus, laissés sans aucune protection.
Que Saint Michel archange, patron des parachutistes, veuille protéger les écoliers !

Pourtant les tueurs fichés S des services avaient marqué les 13 novembre un certain goût pour l'extermination du jeune goy!  Mais les Autorités ont choisi de protéger préférentiellement de vieux Juifs au stade terminal, et des Juifs en forme olympique. En forme, religieusement parlant, puisque la secte Loubavitch affirme entre autres choses que : «  seuls les Juifs sont des êtres Humains, les goïm sont de la semence de bétail »,  et que :  «  il y a moins de différence entre un goy et un animal qu’entre un juif et un goy ? »
Et je sentais bien, quand je passais devant le périmètre de sécurité des locaux Loubavitch pour me rendre à la Bibliothèque, que les hommes et femmes à Famas qui me regardaient de travers n'auraient pas fait pas de difficulté pour m'abattre comme une sale bête.

La Bibliothèque Picpus a eu beau se rebaptiser Hélène Berr, du nom d'une personne hélas disparue dans la Shoah,  les Autorités n'ont pas été dupes :  chez Hélène ne fréquente que de la semence de bétail ! Donc, ni sentinelle, ni protection !  Chez Hélène On n'y entre comme chez Jean Moulin.

Au fond en 2015 les SS ont servi à sécuriser le périmètre du bataclan pour permettre aux djihadistes alliés de l’armée française, qui faisaient du bon boulot en Syrie, d'en faire en fRANCE.
Bien sûr les soldats ne font qu'obéir aux Zordres !
Quant à celui qui les a donné le 13 novembre, un général d'Opéra-Bastille au nez consciencieusement épilé, on ne saurait lui reprocher de ne pas connaître sa partition. C'était une enclave inviolable le Bataclan, sacrée comme une ambassade, c'est là qu’avait lieu le gala annuel pour le bien-être des soldats de Tsahal.
Donc l'armée de l'OTAN, section hexagonale, n'avait pas le droit d'intervenir dans ces territoires occupés sans déclaration préalable de guerre.

 Il y eût aussi le scandale de la propre garde rapprochée du bas-Catalan Valls, stoppée net dans son élan vers le Bataclan situé à proximité.
 Pour ne rien dire de la coïncidence surprenante de la répétition sanitaire, et de ce mot très mystérieux de monsieur Cazeneuve  à monsieur le Préfet de police Cadot : « je m'attends à 130 morts ».  Propos rapportés dans le livre "Les coulisses du 13 novembre", et que l'un des auteurs François Malye  a confirmé le Dimanche 13 novembre, sur France 5.
 Ces paroles visionnaires auraient été prononcé dans "l'après-midi" du 13 novembre 2015, lors de la présentation du Plan armes destiné à désarmer  complétement le peuple de france.

Nous sommes, là encore, devant quelque-chose que personne ne semble avoir remarqué. Ce Plan arme décidé par un crâne d’œuf ministre qui dit prévoir une tuerie massive contre le peuple a pour projet de désarmer un peu plus le dit peuple !  N'est ce pas craindre sa réaction, craindre qu'il décide de se sauver lui même, par ses propres moyens  ?
Sans parler des autres éléments factuels, comme la vente Touitou, l’absence des vigiles, les témoignages visuels sur les tueurs des Terrasses, qui ne ressemblaient nullement aux égorgeurs du bataclan.
Le témoignage du chanteur des Eagles of métals, affirmant avoir vu les Arabes le matin même dans les coulisses du cabaret. Etc., etc, etc, on n'en finirait pas de dresser la liste des faits pour le moins troublants, qui ne laissent pas de nous précipiter dans des abîmes de perplexité.

Quant à l'Etat policier institué après les tueries organisées du 13 novembre il semble qu'il préludait à la dictature militaro-policière en marche, planifiée depuis lors. Les violences de samedi dernier n'étaient que le prétexte pour ce recours à l’armée contre les manifestants.
La lutte contre le terrorisme destinée à protéger le peuple n'était que la terreur de l'Etat contre le peuple
Je l'ai dit et répété au soir de l'élection truquée du Golden Boy sur ERFM avec A.Soral : son gouvernement sera un gvnment de transition vers un Etat à la Pinochet .
Ainsi, de contre-révolutions en contre-révolutions va s'achever la soi disant "révolution libérale-libertaire".

On lira aussi ceci 




samedi 16 mars 2019

Déclaration de Gilets Jaunes

Nous, Gilets jaunes, sommes des pauvres en colère et nous n’admettons pas d’être traités pire que des bandits et des terroristes !

 Nous n’acceptons pas que ce soient des législations et des méthodes de répression mises en place contre le terrorisme qui nous soient opposées !

 Nous, Gilets jaunes, ne cassons pas des vitrines, mais nous brisons… le silence des plus démunis, nous détruisons le carcan d’oppression et de passivité forcée des plus pauvres, nous cassons les mensonges du pouvoir des milliardaires, nous rompons des décennies de passivité des opprimés, nous détruisons les mensonges des gouvernants au service des profiteurs et des voleurs, nous démolissons les réformes antisociales et les politiques au service des milliardaires !

 Nous, Gilets jaunes, manifestant pacifiquement, n’acceptons pas que des milliers d’entre nous soyons arrêtés, emprisonnés, détenus, condamnés, alors qu’aucune preuve réelle ne nous est opposée sur nos soi-disant actes délictueux !

 Nous, Gilets jaunes, dénonçons les violences commandées par le gouvernement des milliardaires aux forces de répression : yeux arrachés, mains coupées, bras et jambes détruits, les coups au crâne, les handicaps parfois définitifs, les souffrances et les conséquences dramatiques, jusqu’à la mort causées par ces répressions policières.

 Nous, Gilets jaunes, exigeons la libération de tous les emprisonnés qui sont des victimes de la guerre civile que nous imposent les gouvernants !

 Nous, Gilets jaunes, exigeons que toutes les victimes de la répression soient reconnues comme telles et indemnisées !

 Nous, Gilets jaunes, exigeons que tous ceux qui ont été inquiétés, menacés, licenciés, condamnés se voient libérés de leurs peines et des sommes qu’on leur a fait payer pour des dégâts qu’ils n’ont pas commis !

 Nous, Gilets jaunes, dénonçons la mainmise du pouvoir sur les média, y compris ceux d’Internet, les Google et autres Facebook ayant, à la demande du gouvernement, cassé toutes les indexations des automates qui gèrent ces moteurs de recherche et applications !

 Nous, Gilets jaunes, refusons la fausse démocratie des débats du pouvoir, des élections du pouvoir, des institutions du pouvoir et des forces de répression du pouvoir !

Gilets jaunes de Poitiers




Tract des GJ de Poitiers 


Déclaration de GJ de Poitiers 


samedi 23 février 2019

Phrases

Une journée couverte en février, une odeur de zyclon vole dans l'air, sombres zeures en vérité, « Dieu se cache », — Deus absconditus,  et Ben Allah en a une grosse, veuillez m'en croire, président et premier valet en sont tout éjouis — Micromégas, d'un derrière égayé, affirme que jamais prépuce incirconcis ne passera par lui, sous son trône, éjaculant la Haine !

Les rézos socios, astiqués, fourbus, sont à vif, l'effroyable attentat verbal contre Finkielkraut par un gilet fluorescent fichés S, qui l'avait pris pour Jakubovitch et lui dit de foutre le camp Jack !





Le saccage des allées ombragées d'un cimetière paisible et néanmoins juif,  stèles recouvertes de croix, découvertes au matin, — Stella matutina —  croix crochues, Hakenkreuz !  —  et pourquoi pas aussi un massacre sur la Canebière ?

Ça y est ! C'est fait !  Retour à Carpentras ! On dirait le Sud.
Ok ! Quel concentré, quelle concentration dans le camp du Bien !
En une seule nuit, la veille de l'immense manifestation organisée par l'Etat des milliardaires contre l’antisémitisme ! On arrache les yeux, on arrache les joues, on arrache les pieds et les mains non pas pour servir le pouvoir des nantis,  mais pour défendre des victimes, les Juifs — éternelles victimes !

Quand on sait qu'une simple ébauche de croix microscopique, gammée à l'envers au crayon à papier-cul sur une paroi de sanisette distante d'au moins 6 millions de millimètres d'une synagogue suffit à réchauffer climatiquement l'Etat — Cold Monster de c'te planète nantie derrière l'Etoile bleue qui luit dans le ciel  phosphorescent d'amour et d' Uranium !

Quand on se souvient, navré, de tant et tant de faux attentats antisémites, de fausses alertes, d'innombrables incidents montés en épingle, si innombrables, si légaux qu'il en deviennent réels  !
 Qui se souvient encore la paranoïa hystérique instituée après qu'une jeune juive a affirmé mensongèrement avoir été agressée sauvagement sur la ligne du RER D ?
Du rabbin Alexandre Moïse,  rabbi bon rabbi, où cours tu comme ça portant ta plinthe comme une croix ! Plainte contre les innombrables menaces..... qu'il s'adressait lui-même, en recommandé, pauvre rabbin, président de la Fédération sioniste de France !
De la jeune fille Israelite de Montpellier avec une une étoile jaune sur le bras, dessinée dans ses rêves.
Du faux incendie de l'école juive de Gagny, qui ralluma un foyer d'hystérie chez les prostituées du journal !

 De Rudy H., le jeune juif molesté dans le 19e africain ; « timide, frêle et réservé » (Les journaux)  « sauvagement agressé par une bande de "jeunes"» !
Pourquoi tant haine ?  Haine des juifs, inexplicable antisémitisme. Qu'importe que ce Rudy fut bien connu des services de police,  interpellé le 9 décembre 2007 à Paris après une rixe entre bandes rivales, juive et nègre.
Pour ne rien dire de Carpentras !
Et de combien d'autres que j'oublie. !

Quant à leurs démentis, susurrés, beaucoup plus tard, qui les entend, qui les connaît ? Seule l'infime minorité qui a de la suite dans les idées. Il y a en trop pour qu'on s'en rappelle. Ce qui renforce leur vérité.