mardi 7 mars 2017

ça y est, on peut

le commander, ici L'Enfer de Don Juan !
Sans crainte du Commandeur !




Treize euros ! Très heureux, c'est donné ! A vos sous !

vendredi 24 février 2017

Le ralliement

« Le danger est trop grand, il faut changer les choses et le faire d’urgence » a dit François Bayrou en plein Etat d’urgence, pour justifier sa nouvelle volte face d’inconsistant. [1]

 Quelle fourche du Démon du MoDem vous pique, Monsieur Bayrou ?
 Pour quelle raison ce ralliement à la plus foireuse, la plus dégoûtante de toutes les gauchiasses déféquées par la Finance cosmopolite ?

— Parce que nous somme dans une « situation [qui] nourrit le pire des risques »

Fichtre ! Et quel est donc ce risque, Monsieur Bayrou ?

— « Une flambée de l’extrême droite » !

Evidemment, là, on ne peut que s’incliner. Mais, Monsieur le Ministre, ces propos sur la colonisation comme Crime contre l’humanité, crime qui a accru le nombre des vivants de la dite humanité ?

— Ah, mais je lui ai pas envoyé dire !

 Dire quoi Monsieur Bayrou ?

 — Mon « incompréhension » !

 Carrément ! Et après ? — « Il m’a entendu, je crois. » ....

Ça prouve au moins qu’il n’est pas sourd.
 Aussitôt, à peine ce ralliement su, la Bourse a bondit, le CAC a fait comme les algériens pendant la colonisation, il s’est multiplié !

    De toute manière, Monsieur le Maire de Pau, permettez à un humble et ancien palois de vous le dire : si votre pire inquiétude est la victoire de Marine Le Pen, vous faites un très mauvais calcul.
Marine Le Pen n’aurait aucune chance face à un Fillon, rendu plus propre, ou à un Hamon allié à un Mélenchon. Mais elle a toute ses chance, et la nôtre, de battre un Macron !
 Si vous ne l’entrevoyez pas, si vous ne le pressentez pas, vous manquez de la pénétration politique nécessaire pour cesser d’être un loser, Mister Bayrou ! (Il faut parler anglais quand on est du Macron.)

Citations du Notable de Pau
— Septembre 2016, en prose :

 « Derrière Emmanuel Macron il y a des grands intérêts financiers incompatibles avec l’impartialité exigée par la fonction politique. Il y a là une tentative qui a déjà été faite plusieurs fois par plusieurs grands intérêts financiers et autres, qui ne se contentent pas d’avoir le pouvoir économique, mais qui veulent avoir le pouvoir politique. »

 « On a déjà essayé en 2007 avec Nicolas Sarkozy et ça n’a pas très bien marché. On a essayé en 2012 avec Dominique Strauss-Kahn… »

 « D’ailleurs c’est très simple : posez-vous la question du pourquoi ces heures et ces heures de télévision en direct ? Pourquoi ces couvertures de magazines, pourquoi ces pages et ces pages autours de photographies ou d’histoires assez vides ? »

 « Il y a la séparation de l’Église et de l’État. Moi je suis pour la séparation de l’État et de l’argent (…) Je ne suis pas pour que le pouvoir de l’argent prenne le pas en politique. Il faut en tenir compte, il faut le savoir il faut le connaître, il faut favoriser quand on peut l’activité et la création de richesses. Mais il ne faut pas que l’un ait le pas sur l’autre. »

— Février 2017, en vers (et contre tous) :

Je suis Monsieur Bayrou, le Magistrat de Pau 
Le bourgeois d’Aquitaine à l’accent aboli, 
 Je n’ai qu’une parole, et elle vaut balle-peau ! 
Mais ma conscience est bonne quand je me mets au lit.

Ah, Monsieur du Macron je suis votre féal ! 
Je vous laisse le Fillon, je lèche votre Ré- 
-putation d’Héritier et de Gendre idéal, 
Et le sillon qu’elle laisse sur la Publique Raie.

Monsieur Macron m’a répondu : vous en êtes un ! 
Tout le monde le pense, mais personne ne le dit 
Et pour vous remercier d’être tant opportun, 
Je vais vous adouber, cochon qui s’en dédit !


Il y a la séparation de l’Église et de l’État. Moi je suis pour la séparation de l’État et de l’argent 
Ah, hypocrites ! La voilà bien la droite des valeurs boursière, la parole d’une partie de la droite catholique, celle qui donne la colique !
L’éternel Ralliement ! Tout le temps à se vendre aux milieux de l’Argent, en fin de compte, en fin de calcul, en fin dernière.


[1] Il avait appelé à voter Hollande en 2012 !

jeudi 23 février 2017

Ah j'ai ri, Française

Après les propos lâches et veules du lâche et veule Macron, pour satisfaire à la la Pègre algérienne, je "réactualise" ce petit texte rimbaldien.
Qu'est ce qu'un "génocide" qui aurait pour résultat l'accroissement d'une population, sa multiplication par cinq ou dix au lieu de sa destruction ?
  Pauvre petit Micron de macron, avec sa tête de c.., de chef-comptable, mais qui n'a même pas les capacités d'un comptable-dernier, s'il en a l’étroitesse d'esprit.

On pourra lire aussi, ici, la cinglante mise au point de Bernard Lugan.
Et les plus consciencieux liront le Rapport sur les archives de la Préfecture de police relatives à la manifestation organisée par le FLN le 17 octobre 1961. Où l’on verra que la racaille anti-complotiste, produit encore une belle théorie du complot, car pour étayer leur mensonge du massacre d'Algériens du 17 octobre, il leur faut poser que l’Institut Médico-légal ait été dans la combine !

*
**

       S’il est un gros besoin de Mémé Moire qu’il faut absolument satisfaire, c’est celui de l’Holocauste de centaines d’Algériens immergés dans la Seine et nos amours par la police raciste, le 17 octobre 1961.
Comme ils flottaient les FLN !

Ah, j’ai ri française, au Pont Saint Michel, en écoutant les sirènes, Pa Pon, Pa Pon ! et regardant couler la Seine et nos bougnouls !
 Son cours charriant les centaines de milliers de cadavres d'Arabes flottant sur leurs valises, à défaut de cercueils.
 Eux qui avaient reconstruit la France pourtant !

Sous le pont Mirabeau coule la Seine
Et nos bougnoules
Il faut que tu t’en souvienne 
 Ils étaient plusieurs centaines 

 Que France se repente et meure 
 Afin qu’ Hollande demeure

Il est des nations faites pour montrer leur chemin aux autres.
 Aujourd’hui dévolu au grand Israël, ce prestige fut longtemps usurpé par la France, patrie des Droits de l’Homme et des Pantalons.
 Mais nos rigoureux temps menstruels, autrement éclairés à la bougie fondante du Sapeur, ne furent pas long à éventrer l’imposture :
— Que ces droits dans leurs bottes sont des fils de Pétains de ta race !


Article 1 : Les hommes naissent et demeurent libres et égaux en droits.
Vous avez bien lu "En droits" ! Voilà où le bât blesse !
Car l'envers de cet "en droits" c'est qu'il laisse sur leur faim les races susceptibles !
Les dames zintellectuelles, les gens dit bizarrement, "de couleurs", lors qu’ils sont tout noirs ou bistres, les zinvertis, etc, etc, tous ceux qui se sentent discriminés par essence.
Ils savent bien, ces derniers, que les Zommes naissent zégos à l'envers aussi bien qu'à l'endroit.!

Zégos en tout !  C'est à dire pareils les zunzozautres !
( Ensuite c’est à eux, les zommes, qu’il appartiendra par un choix librement choisi, de déterminer quel sexe, quelle classe, quelle tournure convient le mieux à leur genre !)

Zinon, z’est du nazisme, du nauzéabond !
Pédales du Vel d’Hiv, trayeurs de mamelles négrières ! Et toi vil Colonialisme, que de crimes en ton nom !

 Vranze ! Maudite ! Mère de tous les vices de procédure je te salue une dernière fois !
Adieu, tu es mûre pour le trépas, et par une route de renoncements ta faiblesse te mène aux confins du tiers-monde et de la Barbarie, patrie des sous-hommes et des nazillons !
 Peuplée de Dupont-la-Joie, racistes, collabos, feignants, alcooliques, anonymes, sexistes, homophobes, transophobes, j'en passe et des plus phobes...
 Salope.

Ah ! Peuple vomi par l'Abyme, hors le gouffre sans fond vomissant du charbon !
Mineurs ! Gueules Noires offertes à la délectation de nos vierges folles !
Reniflons ensemble les prévisions du météorisme, de la populo-boulimie vrombissant à genoux les doigts dans la gueule sans fond du populisme, populo aboulie d’insanité émétique !

Et les rares, les trop rares rescapés des trains d’enfer des millions et millions et millions et millions et millions et millions qui roulaient à tombeau fermé vers les grands incinérateurs sous la lune, ces miraculés arrachés aux mains de la mort travaillèrent d’arrache-pied à l'extermination d’un tel préjugé, vivace surtout chez ceux qui ne furent que concentrés, camp-concentrés, trigano-concentrés, campés dans leurs préjugés, car nullement exterminés, jamais exterminés, vous entendez : EXTERMINÉS !
 Sur quel ton faut-il vous le dire à la fin !


mercredi 8 février 2017

L'autre est Hamon

"L'autre" c'est celui qui monte dans le champ du mal d'horreur.

Or donc, d’une part la candidature Fillon est compromise, hélas, et même très fortement compromise,



et d’autre part, se profile une alliance entre le Hamon et le Melenchon.
 Il existe deux pétitions invitant Mélenchon et Jadot à s’entendre avec Hamon.
« Ceux qui parrainent Macron seront exclus du PS », a déclaré Cambadélis, sur RMC/BFMTV

 Un sondage annonce déjà qu’une alliance Hamon-Mélenchon-Jadot arriverait en tête du premier tour des présidentielles !
Et, que face à Marine, Hamon finirait à coup sûr président de la république !
 C’est le plan B de l’Oligarchie.

Déjà les durs de dur, les casseurs d’assiettes, ceux qui disaient après la Loi Kroumhi  « Plus jamais je ne voterai pour le PS » s’apprêtent à urner comme des boeufs pour Hamon.

 Jadot, fort de ses 2,58 % a déjà dit OK ! Tu m’étonnes. Il sera ministre, alors que tout seul il irait dans les poubelles, certes avec tri sélectif des ordures, mais quand même !

 Quant au Sénateur, il dit pas non. Il tergiverse. Dans Le Pharisien, à la question : « Vous allez travailler avec Benoît Hamon ? », il a répondu :  « Pourquoi pas ? ».
   Il est pas débile le Sénateur, ou l’Ex-Sénateur, ou l’ancien sénateur socialiste, il sait qu’il ne sera jamais élu Prézydent. Par contre, avec l’Hamon, en aval il pourrait obtenir un maroquin, et des plus régaliens, et des plus prestigieux !
 Et pourquoi pas Matignon !

 Si Marine Le Pen PEUT battre Macron, elle sera, inexorablement, battue par l'Hamon allié au Sénateur.
A tel point que j’en arrive à penser, mais ne le répétez à personne, que face à un Hamon triomphant, vaudrait mieux un Fillon qu’une Marine.

La situation n'est pas grave, mais tout à fait désespérée.

lundi 6 février 2017

En avant-première

Prochainement, sous peu, on annonce la venue au monde du petit dernier, qui naîtra dans les forceps et les flammes : c’est un mâle, dit l'écho.
Son Double est aussi du théâtre. De la cruauté misogyne.
Nous l'attendons : sa pièce est chauffée (et comment!), son lit est fait, déjà plein de senteurs de soufre et de luxure, sous la couverture.
La voici (on la doit à Marie) :



vendredi 3 février 2017

Humeur à la mi-nuit

§. Je viens d'écouter le narbonoïde Conservano sur Radio-Versaillaise.
 Avec ces lâches et veules bourgeois qui lui servaient la soupe, dans le but de traîner Soral dans la boue, le cul sur leur chaises, sans tenir compte du réel, à savoir que le Pouvoir présent, dont ils sont les serviteurs inconscients, ne s'y est pas trompé, qui les ignore, et nous persécute par tous ses orifices puants, médiatiques, policiers, judiciaires, et nous seuls !
En ce moment même Soral est en état d'arrestation.

§. Et ils parlèrent en bien du fascisme, ces bourgeois de l'âme, avec leur tiède tempérament ! Mais du paléo-fascisme il n'en ont même pas l'ombre du plus petit pressentiment, tous ces masturbateurs intellectuels, il n'en ont pas goûté la véritable saveur, sauf un peu Conservano, par le poing de Soral.
Le fascisme ancien, fut, au départ, en dehors des autres déterminations regrettables, parce que liées à la GUERRE, un mouvement révolutionnaire exaltant, qui proposait une vision politique grandiose, la création d'un "homme nouveau", mais s'il n'alla pas loin dans cette voie c'est à cause précisément de l'esprit bourgeois, du style bourgeois, dans tout ce qui en lui, demeura ignoblement bourgeois et qui n'avait pas été extirpé.

 §. Puis, inéluctablement, vint le plaidoyer alter-féministe, exprimé par le fausset du Rastaquouère qui rompit quelques lances imaginaires contre l'odieuse misogynie, qui serait inspirée des Arabes, en des termes qui trahissaient l'absence de virilité intérieure du champion énamouré.
 D'ailleurs il ponctuait toutes ses phrases par des "en fait", tellement révélateurs de son être.

§. Je l'ai dit, un alter-féminisme, un féminisme new-look, bon chic bon genre, se vend maintenant en solde dans les rayons libre-échangistes de la droite décomplexée et islamophobe.
Ainsi se construit avec plumes et brindilles un féminisme de valeur actuelle et d’éléments utilisables, qui fait se pâmer tout un peuple de dindes romaines, de bécassines bigotes et autres oies blanches, révulsées qu'on ne les appelât plus mesdemoiselles, mais mesdames, ce qui les vieillit, et que l’on pût les violer impunément, comme de vulgaires teutonnes en 1945, qui, elles, l’avaient bien cherché !
Et les poules font chanter les coqs !
Les coquelets de la droite des valeurs, à valeur de sabre et de goupillon, mais aussi de couleuvres, coqueriquent d’admiration devant les nouvelles cocottes alter-féministes, qui ont soulevé le lièvre de Cologne.

§. Ont ils jamais lu Le Mythe du XXe siècle ces neo- Aryens, qui ne jurent que par leur fâmes  ?

 §. On peut donner sur un point raison à ces bourgeois : le vote des femmes n'explique pas tout.
 Ainsi, l’on en vient à se dire que le retour au pouvoir des "bien-pensants" serait la réaction des imbéciles, car leur lâcheté intrinsèque nous prémunit d’une solution hardie, d’une solution de force.
La manif pour tous l’a suffisamment montré, l’impuissance et la pusillanimité peuvent être élevées au rang de leurs vertus cardinales.
 Décidément, les bourgeois versaillais resteront à jamais indignes de la France.






lundi 23 janvier 2017

Notes primaires sur un bourrage d'urnes

Or donc, à l’heure où nous mettons sous presse, on nous dit qu’il y aurait eu Un million Six-cent mille primates ( 1 601 138 exactement) qui auraient urné pour la primogéniture mâle de la Gauche.

 Certes on est loin des Six millions fantasmés, pour dépasser les Quatre millions quatre cent mille de la primaire de la droite des valeurs boursières, mais l’honneur semble sauf !

Comme il y en avait Quatre-cent mille à midi, puis Neuf-cent mille à 17 heures, cela faisait en moyenne Cent mille de plus chaque heure, on aurait donc pu s’attendre à l’heure de clôture des urnoirs, à un total de Un million cent mille (1100 000) au maximum !

Eh bien non ! En deux heures tous les survivants de Nice, du bataclan, des terrasses, tous les terrassiers de la Loi Khroumi, tous ceux qui, à gauche, n’ont pas encore passé l’arme gauche de par la politique de la gauche, se sont levés en masse pour sauver l’Honneur du Parti sioniste, socialiste, veuillez excuser ce calamiteux lapsus calami. Sept cent milles (700 000) en deux heures !

Un ultime soubresaut citoyen tout à fait admirable.

Alors que de mémoire de vieil observant, tous les bureaux de vote étaient aussi déserts qu’un bistrot à l’heure de l’apéro, rue Ménilmontant, quand les biberonneurs repus vont fumer sur les trottoirs, soudain un afflux de peuple débordait les assesseurs !
Incroyable !
(Aussi on y croit pas.)

De toute manière comme tout le monde votait deux fois, on peut si on veut, si l’on est un accro de l’exactitude, un fana de la vérité, diviser les chiffres par deux. Mais, légalement, pour l’ex Caudillo cela lui fait Quatre-cents nonante-six mille (496 000) partisans, quand même !, ce qui correspond assez exactement au nombre de la communauté des Humains.

Ou Deux-cents quarante-huit mille (248 000) si l’on préfère le réel, qui divise par deux le légal. II La gifle de Lambdalle, ne fut qu’un camouflet microscopique, comparée de cette mandale arithmétique !

 Faut dire que le bilan de sa dictature n’est pas exaltant : la loi Khroumi, l’état policier, le réchauffement climatique social, tempéré par les exterminations estivales, c’est pas folichon.

Et comme la politique étrangère d’un état correspond à sa politique intérieure, il faut bien reconnaître que l’approbation éternelle de l’inhumanité, sur les rives du Jourdain, ne fut pas précisément un choix susceptible de soulever l’enthousiasme des foules, et même celui de ces foules susceptibles, qui appréciaient quand même, la condamnation ferme d’El Blanco sur : « Un apartheid territorial, social, ethnique [qui] s’est imposé à notre pays. » [1]

La France pays d’apartheid !
Faut il ne jamais avoir pris les transports en commun, quand bien même on aurait eu des transports communs, pour oser proférer une telle énormité !

Pour en rester dans la correspondance des politiques intérieures et extérieures, le terrorisme idéologique ici, avec ses procès iniques intentés pour des mots, des gestes, des pensées supposées, le délit d’intention, trouve son pendant à l’extérieur par l’alliance avec le terrorisme wahhabite le plus arriéré et le plus ignoble.
D’autant que le Caudillo lui même déclarait « La France est en guerre contre le terrorisme, le djihadisme, l’islamisme radical. »




Cette duplicité a reçue hier sa sanction.
Et c’est bien fait.

C’est un autre rocardien, Monsieur Hamon, avec un H aspiré, qui est en pole position pour le second tour des primates.
Tous les amis de Manuel valls le trahissent : La rançon de la gloire éternelle.
L'Aubry a annoncé officiellement son soutien à Hamon, dans un communiqué avec 20 autres signataires :« Dimanche prochain, nous voterons Benoît Hamon et nous appelons les électeurs de gauche à se mobiliser etc., bla bla bla. »

Lebranchu, ancienne ministre de Manuel Valls dans une interview au Télégramme :« Bla, bla, bla...Il en ressort une image positive pour Hamon car il est en tête mais apporte aussi de nouvelles idées. Je voterai pour lui, avec l’ensemble des aubrystes. »

Taubira est d’accord.
Et Belkacem, qu’est ce qu’elle dit ?

J’avais commis  ici même un petit texte en lequel j’exprimais que Le mot d’ordre de cette campagne devrait être : TOUT SAUF VALLS !
Il semble que je n’étais pas le seul à le penser. Bientôt nous serons délivré du Hollande. Le serons nous aussi du Valls ?

Dimanche 29 janvier, que ceux qui n’ont pas peur de se salir les mains aillent glisser un bulletin Hamon dans l’Hurne !


jeudi 19 janvier 2017

Bravo petite !

https://www.facebook.com/1949154848644734/videos/2007140219512863/

On oubliera pas ! Ni le Bataclan, ni le reste!


Pourquoi faut il qu’à Lamballe
 Il se soit pris une mandale ?
Serait ce que tout s’emballe
 Sous le signe de la kabbale ?

"Inadmissible Violence"!
 Dit notre bas-Catalan
 L’admise étant par essence,
Celle subie au Bataclan

Par les affidés du Coran
Tes services n'étaient pas au courant ?
 Quelle criminelle imprévoyance
Quelle violence par négligence !

D'autant qu'ils furent vos complices
Manipulés par les services
Quand ils sévissaient en Syrie !
Qui sait si ici, aussi, ces pourris....

— T'inquiètes, si un a compris
Les autres finiront par comprendre!
Il faudra alors payer le prix
Du sang des larmes et de la cendre!

Et ce ne sera plus une simple beigne
Qui mettra un terme à ton règne
A l"Inadmissible Violence"!
 Que nous subissons en silence

Celle du quarante-neuf trois
Tiré à répétition
Ou des raclures du neuf-trois
 Avec leurs déprédations,

Comme à Juvisy sur Orge !
Il faudra un jour rendre gorge,
Payer pour cette souffrance
Faite à notre mère, à la France !