jeudi 8 décembre 2016

Niveau zéro

J’ai vu hier soir le pugilat organisé par « l’Humoriste en paix. »
 J’ai pas trouvé ça humoristique. Il était absolument intolérable de voir Alain Soral se faire insulter.
Soral ne l’a pas toléré.
 Tant mieux.

La confrontation d’Alain Soral avec quelqu'un qui l’injurie d’emblée, "je te respecte pas", n’aurait pas dû avoir lieu.
Puis le laisser-faire de l’organisateur est plus que suspect.

 Le fondement de cette agressivité semble basée uniquement sur des motions personnelles, nullement sur une divergence politique.
  La preuve : lorsque M. Conversano revient pour discuter avec un suprématiste Noir affirmé, il le fait avec courtoisie et déférence. Tellement de déférence qu’il ne sait même pas efficacement contredire les absurdités que nous avons entendues.
 Il est vrai qu’elles sont aussi apolitiques et aussi plates que les siennes. Là on atteint véritablement le niveau zéro de la conscience politique.

À moins que M. Conservano ne haïsse les Arabes par dieudonnisme accentué, c'est à dire à cause de leur responsabilité majeure en ce qui concerne les traites négrières. Car « les blancs » avaient trouvé là un état de fait. Ils ne l’ont pas créé. Mais au lieu d’émanciper, comme ils le font toujours, par bonté native, les compagnies ont utilisé cette traite à des fins mercantiles.

Face à un tissu de prêt à penser racialiste mal rapiécé, M. Conservano n'a su opposer à son contradicteur qu’il ne devrait pas oublier sa moitié bretonne ! Alors que, précisément, sur cette identité « raciale », il ne fait que suivre sa mère bretonne, qui l'a nourri au lait maternel de la haine des "mâles blancs".  Que sa filiation politique est matrilinéaire.

D'une manière générale que pensent ces gros lourdauds, ces durs à cuire, des femelles blanches qui les trahissent collectivement ?
Croient ils eux aussi, comme les autres patentés de l'antisoralisme, dans la réalité de la "Sororité Aryenne"?

J’espère que ce M. Conservano ne nuira pas, par ricochet, à la nuance que j’affirme régulièrement dans le cadre métapolitique d’E&R, et qu'elle ne va pas devenir par identification identitaire, Achtung verboten !

Les Zidentitaires ! Dorénavant je ne reprendrais plus à mon compte ce mot.
Les étiquettes ne sont décidément un support que pour des marchandises frelatées. La valeur d’échange qui cache une fausse valeur d’usage.
– Il faudra quand même apprendre à distinguer les Zidentitaires des Yidentitaires,  (je choisis ces lettres au hasard pour marquer la différence), et M. Conservano est a ranger dans la première catégorie.



dimanche 4 décembre 2016

Moi, pas président !




I
Or donc, François Hollande a eu le bon goût de ne pas solliciter nos suffrages.
 Lui-Président, qui avait pourtant prévu depuis longtemps de se représenter, le PS lui ayant même acheté en prévision, avec l’argent des contribuables, une super-voiture blindée pour sa campagne, vient de capituler.
 C’est dans sa nature de valet. N’oublions pas qu’il doit sa place à une femme de chambre. Ses maîtres ne voulant plus de lui, il n’avait donc plus le choix.
 – Ses maîtres, vous savez, les gens du « monde de la finance » !

 Ces derniers misent maintenant à droite, Fillon, ou à l’extrême-droite, Valls. Car du point de vue du capital financier il est difficile d’être plus « à droite » que Valls. Il est son représentant le plus extrême. Il a le même programme social que François Fillon, mais avec la trique sioniste en sus. 

Ainsi, nous ne pouvons même pas féliciter Moi-pas-Président de sa décision, puisqu’elle ouvre un boulevard à bien plus détestable que lui.
 Au fond Hollande n’aura servi qu’à une seule chose : mettre en selle le futur Caudillo ! Ce fut cela, précisément, sa tâche fondamentale.
 Car, il n’y avait aucune raison, aucun calcul politicien valable, pour introniser l’Ibère à Sion. Aux primaires socialistes pour les présidentielles 2012, Valls était arrivé bon dernier avec 5 % des voix ! Aussi, en le nommant, François Hollande bafouait une première fois l’électorat socialiste.
 Lui laisser le champ libre revient à tromper les socialistes une deuxième fois. C’est là où le bât blesse.
 Mais un électeur socialiste qu’est ce que c’est, sinon un âne bâté ?

 C’est aussi un retour du réel, qui remet les pendules à l’heure, en marquant les vrais préséances hiérarchiques du gouvernement.
 Quel autre Pays pouvait s’enorgueillir de posséder à son sommet un tel premier ministre placé au dessus du Président ? Ce dernier devint le maillon faible de la chaîne matrimoniale qui lie éternellement le Premier.
 Celui qui par son bilan fut nommé le « pire ministre de l’Intérieur », est devenu le pire ennemi de l’intérieur, assis dans son bureau de Premier ministre dans lequel il prospère et ourdit ses intrigues.

 II
 L’Exécutif était déjà en miette, et Hollande à ramasser avec une pelle, par une Nafissatou de service.
La fonction de Bonaparte de la Cinquième fut définitivement ridiculisée par lui, ce qui fut révélé par un bouquin ridicule. Qui montrait que Hollande ne faisait même pas le poids devant son Premier ministre.
 L’appareil d’Etat semblait en panne, jusqu’au premier Corps de répression, la Police, qui est entré en sécession, du jamais vu, estimant que l’Etat d’Urgence ne tenait pas ses promesses, la frustrant du Droit de flinguer tout le monde, sans sommation, à tout va ! [1]

 III
 Lundi à 18h30, Manuel Valls devrait déclarer officiellement sa candidature à la dictature sioniste, à Evry, commune où en 2008 il plantait un arbre pour la cause palestinienne.
 Un homme de conviction, on voit.
 Il va nous éclabousser de grands mots sur la France et le progrès social, lui qui est éternellement lié ailleurs, et qui a taillé à la hache dans les acquis de la classe ouvrière !

 Manuel Valls c’est exactement l’alter ego d’Hillary pour la France. Même programme et semblable hystérie.
 Une Femen, nommée à l’Intérieur, n’aurait rien eu à envier à l’Ibère à Sion de la Servitude. [2] Manuel Valls président, c’est Strauss-Kahn, que dis-je, Anne Sinclair multiplié par Haziza à l’exécutif. L’Elite sans fard, la plèbe sous la trique... et tout le bataclan. Valls au pouvoir ça va peut-être être marrane, mais pas marrant du tout.

 Le mot d’ordre fondamental de cette campagne qui s’ouvre doit être :

 TOUT SAUF VALLS ! 

 IV
 A priori, ce péril primordial peut sembler relativement improbable.
 Le bas Catalan s’étant mis à dos les deux classes fondamentales de la société.
D’une part la bonne bourgeoisie, qu’il a mise à genoux avec ses Flics et ses Femen, et d’autre part la classe ouvrière à qui il a infligé à coup de 49.3 une régression sociale majeure.

 La bourgeoisie a trouvé son Fillon, fait sur mesure pour elle, tout à fait présentable, et non pas souillé par ces relents de poissons de la petite fille d’un marin-pêcheur.

 La classe ouvrière, quant à elle, reste politiquement orpheline, elle n’a aucun porte parole sincère et loyal, seulement des canailles, livrée qu’elle est aux fantoches Filoche, ou aux Sauveurs suprêmes comme l’ex ministre et sénateur Mélenchon, qui rêve de marcher sur les traces d’Aléxis Tsípras en Grèce.

 Alors, le "peuple de gauche" votera-t-il pour pour HILLARY VALLS ?
Et les partis, syndicats, et assoces de cette gauche, seront ils capables de faire campagne pour l’homme de la loi El Kromhi ?
 Oui !
 Et ils ont même commencés !
 Philippe Martinez, secrétaire général de la CGT : « De Macron à la droite, en passant par le Front national, ils sont tous pour accentuer les politiques d’austérité ».
 Ces politiques n’ont-elles pas été poussées au paroxysme par le gouvernement de « gauche » actuel ? L’école dévoyée, l’hôpital public saccagé, le droit du travail piétiné !
 N’oublions pas que lors des mobilisations pour retrait de la loi El Khomri, Martinez, de bout en bout, fut le flanc-garde syndical du gouvernement. C’est lui qui a permis à Valls de réussir son coup de force. [3]

 Et Martinez d’enfoncer le clou : « C’est la continuité de ce qui existe déjà, mais de façon accélérée », ajoutant que Fillon élu, « la mobilisation sera d’actualité ».

 Fillon ce serait pire que Valls ! Donc il faudra voter Valls.
 C’est la nouvelle antienne à la mode à gauche, et à l’extrême gauche ! On parle « d’un tournant droitier du grand capitalisme », bref on fascise le Fillon, on le badigeonne de noir, pour faire apparaître bientôt le Caudillo plus rose.
Ce dernier ne gueule t-il pas que sans lui : "la gauche peut disparaître" !

 V
 Marine Le Pen se prépare à affronter ceux qui ne sont, déclare-t-elle, que « les doublures » de Nicolas Sarkozy et François Hollande.
 Bien dit ! 

Trois cas de figure prévisibles, si le Caudillo passe à la primaire ( ce qui est à craindre) : 
Fillon-Caudillo
 Marine-Fillon
 Caudillo-Marine

 Ce dernier pronostic est celui sur lequel misent les Vallsiens. L’enjeu pour la France serait capital ! Un redressement progressif du plaisir d’être en France, ou la France réduite en un vaste bataclan. 

Trois candidats, trois bases sociales.
 Car si Fillon est le crack du CAC 40, et Valls le coq du CRIF, ça ne suffit pas pour se faire élire, il faut une base sociale plus large.

 Celle de manuel Valls sera constituée par la boboïdie des centres viles + l’Immigration.
 Le ministre de l’intérieur choisi par Valls, Bernard Cazeneuve le 26 mai 2014, soit un an et demi avant le Bataclan ne déclarait il pas aux apprentis djihadistes : — « Aux jeunes qui partent en Syrie, je veux dire qu’il y a 1000 combats à mener dans la République, pour la France ! »
 Appel entendu un sinistre Vendredi 13.
 Si Daesh est la créature de l’Empire, l’Islamisme en France est l’alliée des laquais de l’Empire.
L’immigration a voté Hollande, elle votera pour Monsieur "Pas d’amalgame" !

 Monsieur Fillon quant à lui a le soutien de la bonne bourgeoisie et du grand capital ; pour être plus exact de la composante libérale et "entrepreneuriale"du Medef.

 Reste donc pour Marine les couches populaires dites "de souche".
 En ce cas, elle a tout intérêt à rompre en visière, à faire une campagne en rupture.
Sociale et identitaire.
 A nous faire oublier cette tâche que fût pour le Front national le fait d’avoir voté l’état d’urgence, c’est à dire les pleins pouvoirs à un gouvernement pourtant responsable et coupable du chaos sanglant ! [4]

Pour gagner, Marine devra faire une campagne non pas fleur bleue, mais pleine de Flammes !

 Notes [1]
Si la police avait été vraiment du côté de la population, on aurait vu ses représentants faire la grève du racket des automobilistes.

 [2] Fourest à l’époque du Printemps Français, avait narré dans un livre « Inna », comment elle et les répugnantes Femen officiaient la main dans la main avec Valls, alors à l’Intérieur. Elle raconte par exemple que suite à une pénultième et obscène exactions des Femen, ces dernières, une fois n’est pas coutume, furent embarquées par la police. Caroline Fourest écrit : « A peine cinq minutes se sont-elles écoulées, que Manuel Valls m’appelle sur mon portable. Il vient aux nouvelles en demandant “Vous êtes arrêtées ?”, et ajoute aussitôt “J’appelle le préfet et je me renseigne”. Une fois arrivées au commissariat, les Femen sont toutes libres ».

 [3] Avec son compère Jean-Claude Mailly, et appuyé par la FSU et SUD, il s’est tout le temps opposé à la grève générale. Tous ces dirigeants syndicaux ont refusé d’appeler à la grève générale pour le retrait de la loi El Khomri, ce qui eût mis ce gouvernement à genoux en trois jours ! Ils ont dévoyé cette lutte et sauvé le gouvernement en organisant de prétendus « temps forts », épuisants et sans lendemains, qui furent autant de « temps morts ».

 [4] Marion Maréchal le 16 septembre 2015 : « Nicolas Sarkozy et François Hollande sont responsables du chaos d’où surgissent les monstres du djihadisme, du terrorisme, de l’état islamique, des migrations submergeantes, que les lâchetés rendent inendiguables. L’un et l’autre, Nicolas Sarkozy et François Hollande, chacun sur son strapontin historique, ont contribué à ce chaos criminel. » Et deux mois plus tard on vote l’état d’urgence avec les responsables et coupables d’un chaos criminel ?


lundi 28 novembre 2016

primo génitale droite du fric

Le Fion l'a mis bien profond sous la Jupette, cependant qu'à fond de cale le Fish portait la poisse au Coupé, dont le score fut au grattage aussi près d'une puce que celui de la Niquolit-Konpuant-Malrasé  d'un pou de la Raie-publique.

(Philistine : C'est d'un goût !)


Excellent de Benoist ( je sais, je sais, on doit dire "Benoist"), ici, sur le Fion.


mardi 22 novembre 2016

Dans le Fion Juppé !

Fillon a gagné parce qu'il a dit qu’il allait changer les rapports avec la Russie de Poutine, et qu'il fallait flinguer  DAECH et pas Assad.
Et seulement pour ça.
C'est un effet secondaire de l'élection de TRump.

Juppé, malgré son catholicisme affiché, n'est qu'un laquais....

mercredi 16 novembre 2016

TrumpER Myself



§. Or donc, après ma prestation subalterne et balbutiante à radio ER, le bruit court que j’aurais << racialisé >> la victoire de Donald Trump. Je serais un « tribaliste » !
88% du vote Nègre pour Kali-Klinton ce ne serait pas un critère. Mais une incidente.
Le vote de la Lippe, ce serait uniquement la faute du Nez. J'aurais le front de voir les choses autrement.
Un Con écrit : « Pauvre Félix, après le trotskisme le tribalisme. Je n’ai jamais compris ce que Soral a pu lui trouver.  »
T’inquiètes pas, Ducon, malgré mon acouphène je ne suis pas encore assez sourd pour ne pas entendre sonner l’Heure.

§. KK a raison de renvoyer la publication de mon dernier livre aux calendes.  Finalement je n’intéresse qu'une poignée de lecteurs, cependant que les ouvrages de branlette intellectuelle font florès.

§. On a pu lire aussi que je serais un disciple de Zemmour.  L’homme qui croit, après les tueries du Bas-Catalan, à la version de service, celle des assassins. L’homme qui croit que le Bataclan + le stade de France + les commandos des terrasses c’est les huit djihadistes désignés ! Un exploit digne de celui des pilotes des pseudos avions du WTC!
 Le contraire de moi, en somme !
Publié dans Rivarol : Que vous ont inspiré les attaques terroristes du 13 Novembre ?
 Myself : — ....Les français me font penser au petit Chaperon rouge du conte, au lit avec le méchant loup. Il se méfie des grandes dents de l'« état d'urgence », il s'étonne des inutiles bras long des « services », mais il ne soupçonne pas [encore?] le mufle sanglant sous le masque.

§. J’admets bien volontiers, ma place tertiaire, voire quaternaire, dans l’association. Mais ce que j’admets plus difficilement c’est que des esprits de troisième catégorie se croient autorisés à me faire la leçon ‘’intellectuelle’’ avec une familiarité de vestiaire, jusqu’à ce tutoiement dont je dois leur demander compte, car il n’est de mise qu’entre pairs.

 §. Tout à coup, les voilà qui sortent, coalisés, ânonnant du sous-soral pour primate coranique, ou pour beauf musculo-respiratoire, ne jurant que par leurs « couilles » ! Tout ne serait qu'une question de poids testiculaire. Eux, sont lourdement pourvus. Moi pas, naturellement, car je suis poète.  C’est à dire légèrement femellisé sur les bords. Je n'entendrais pas la çossiologie, mais seulement un peu la zoologie, puisque le racialisme dont on m'accuse est un matérialisme zoologique. Ma haine des abstractions ne résulterait que de mon inaptitude, bien connue, au concept.

 §. — La poésie ? Je la voudrais constante, parce qu’elle seule rédime la platitude essentielle, elle seule proteste complètement contre la hideur du monde post-moderne.
Le poète est un voyou de l’esprit.
 Pour la plupart, les balivernes prétentieuses des abstractions ont toujours le dessus contre l’expérience et les émotions de la vie ordinaire, vécues et comprises avec tous ses risques. Ils appellent ça penser.

§. — Soral ? "Les propos du tribun flamboyant" (Ibara), ils ne les comprennent que de la façon la plus basse, la plus vulgaire, c'est à dire sans son génie.

§. Pour moi, je n'admets de réfléchir uniquement que sur les situations réelles, concrètes.
 Je ne suis pas un nintellectuel.
Je suis resté une sorte d'existentialiste, du moins d’existentiel, au sens où je me méfie des grandes pensées systémiques. J’ai toujours préféré à Hegel, les philosophes dit « du soupçon » comme Nietzsche ou Marx. Auxquels il faudrait joindre Kierkegaard.

 §. On m’a entendu dire "Je ne suis pas marxiste". Je voulais dire exactement à Alain Soral, "Si c’est ça le marxisme et bien moi je n’en suis pas".

§. J’ai écrit dans Rivarol ceci : Mon engagement inaugural à l'extrême gauche s’intègre maintenant dans un sens plus global, une totalité dans laquelle je conserve le marxisme en tant que le meilleur outil de compréhension de l'entropie du champ clos capitaliste. De par son corpus scientifique, son noyau dur de découvertes conceptuelles, le marxisme est une extraordinaire physique sociale, dont le champ d'application serait celui du mode de production capitaliste. Mais la compréhension ultime de cette entropie sociale, en tant que « deuxième loi de la thermodynamique » dans le règne de la quantité, est le processus d'Involution, tel que la Tradition nous l'enseigne. Cette physique et cette métaphysique s'enrichissent l'une l'autre, à la condition de liquider tout l'aspect idéologique du marxisme, et d'introduire un peu de dialectique dans la rigidité doctrinale de la Tradition.

§. Physique parce que cette science dure, efficace, ruine toute sociologie, la rendant obsolète, un bavardage. Un logos.
Jamais, comme aujourd'hui, la vétusté et l'inanité des idéologies gauche/droite n’est apparu avec autant d'éclat. Plus besoin de produire des analyses mais du reportage. Tout est étalé au grand jour
Les vielles zidéologies m’emmerdent je vois les hommes réels tels qu'ils sont.
Je hais ces pauvres abstractions qui donnent au moindre l'illusion de penser, eux qui ne pensent que par chromos.
 Je rejette avec répulsion le fatras messianique et progressiste, et je ne peux qu'adhérer à la vision métaphysique évolienne, soit à une transcendance immanente.

§. Le Marché mondial, le système de prédation bancaire, ont unifié « c'te planète ».  On peut donc considérer l'humanité entière, avec toute ses composantes ethniques, religieuses, qui formaient un tissus bariolé, divers, comme unifiée.
 C'est un système clos. Le monde entier est dans la camisole de force du mode de production maffieux, qui est le capitalisme en voie de putréfaction.
 À ce titre il subit le deuxième loi de la thermodynamique.
Qui stipule que tout système clos va vers une homogénéisation et un désordre croissant.  

§. Il n'existe aucune idéologie du passé, donc aucune politique praticable, qui réponde aux exigences du temps présent.
 Puisqu'il faudrait d'une part porter un coup décisif au pouvoir du Capital, et d'autre part rompre avec la fondation universaliste, et mettre au monde  un socialisme différentialiste. Un socialisme identitaire.

§. Un musulman patriote est un oxymore pour maure, soit deux déterminations qui s'excluent l’une l’autre. Si on est patriote on fait de la religion une affaire privée. Si on est d’Islam, sa patrie est la Umma. L’Islam "de France" est un pur phantasme : combien de divisions ?
 La umma, communauté de tous les musulmans va au-delà de leur nationalité.
 En ex-France elle est un masque pour la solidarité raciale. Véhémente, celle là.
 Si la substitution de population n’a aucune autre origine que la lutte des classes, je ne puis que me rendre à cette autre évidence : il faut une unité à un peuple pour se battre. La question ethnique est profonde et fondamentale. Les guerres de classes et de races sont désormais totalement imbriquées.

§. Toutes les vieilles zidéologies sont puisées dans l'arasenal du vieux XX siècle et donc ne sont plus en rapport avec l'inédit de la situation présente.
 Une catastrophique explosion démographique + la pérennisation des mafias bancaires. Et la clique dégénérée des Mafieux favorise la submersion des proliférencieux, pour fonder une populace grouillante à leur mesure.
J'ai fait litière du dégoûtant judéo-crétinisme et de tout universalisme sirupeux.  Comprendre que « le circulus de dévorement » comme disent les Goncourt est la loi ultime.

 §. Pour conclure, il me faut dire à ceux qui mettent à tous propos leurs testicules sur la table, même à l’heure des repas, quelques paroles aimables.
Premièrement :  si cette permanente mention de leurs génitaux les valorise à leurs yeux c’est parce qu'ils sont trop accros aux sites de Ben-Trouducul, où l’on reluque bien davantage des burnes et des bites, que les belles femmes nues que d'autres sont en train de baiser, tout comme Ben-Cul les baise.

Secondement, c’est que tout le poids de leurs gonades n’a pas réussi à écraser le féminisme. Au contraire. C’est donc qu’ils acceptent [ne ressentent pas] la castration...avec de très grosses couilles. Grand bonheur leur fasse.
 Cette ostentation des attributs sexuels masculins n’est que la compensation de la virilité intérieure absente.
Je ne suis certainement pas un bégueule, un ''raffiné''« prou-proust » comme dit Louis-Ferdinand, un ennemi de la gaudriole. Bien au contraire.
 Mais la sempiternelle mention de vos attributs, sont comme vos néo-barbes, ou les vulves rases de vos connasses.
Quelques unes, pourquoi pas. Mais tout le monde c'est lassant, et absolument ridicule.


lundi 14 novembre 2016

Bataclan

Hier, un Assassin est revenu sur le lieu de son crime.


mercredi 9 novembre 2016

Divine Surprise !




Mon Dieu l'abbé, grâce à vos prières....
Victoire de Donald Trump, contre toute attente et contre tout l’Establishment !
Vivent les Mâles Blancs !

Première réaction : Marine LePen : "Félicitations au nouveau président des Etats-Unis Donald Trump et au peuple américain, libre ! MLP"

La haine pour l'Oligarchie grandit !
Les zélites s'étranglent de rage et de consternation. La pègre d'Hollywood, Ben Cinema et la racaille égotique des zacteurs, twittent en sanglotant de toute leur petite colère impuissante...

L'ambassadeur de France aux Etats-Unis Gérard Araud,perd ses petits nerfs et décrit «un monde [qui] s'effondre sous nos yeux» sur Twitter... puis, réalise qu'il sort de la réserve diplomatique et efface son message.

En Ex-France, un des ignobles parasites du Sénat, une Benquelquechose, se prenant pour le centre du monde déclare :


"La victoire de #Trump, c'est aussi une défaite majeure de la lutte contre le réchauffement climatique. Une défaite pour cette planète. "
Pourquoi cette restriction ?
C'est une défaite pour l'Univers, et au delà !







GAG : "L'Elysée n'avait préparé qu'une seule lettre de félicitations à Clinton."
"La veille des résultats, les conseillers de François Hollande n'ont préparé qu'une seule lettre de félicitation adressée à Hillary Clinton" . RTL
La clique du Hollandais Volant et du Bas-Catalan, n'a pas envisagé une seule seconde une victoire de Donald Trump !
 Quelle abominable sanglante et puante racaille !
Dans le même ordre d'idée, l'Immonde reconnaît qu'il n'a pas prévu la victoire de Trump, qu'il n'a pas pris le pouls de l'Amérique profonde. Tu m'étonnes !  Leur dernier reportage avait lieu à New-York, au milieu de la lie cosmopolite, de là ils concluaient à l'Hillaryté gagnante.  New York étant à 80% clitonidien.  De la même manière que Paris votait à 80% OUI au traité constitutionnel, cependant que la France entière disait NON à 55%!

Allons ! Ce n'est qu'un début.  Le plus dur reste à faire.



mercredi 19 octobre 2016

Kali-Klinton



Vu sur Fragrans Feminae

Existe-t-il un lien entre la gynécocratie et la victoire prévisible, abjecte, monstrueuse, de Clinton, l’Hilare-hystérique sorcière ?
 Oui à tous les niveaux.

 Au niveau fondamental. Cause finale
Clinton est l’élue du Kali Yuga. La Sorcière de l’âge sombre annoncée par la Tradition.

 Niveau idéologique. Cause formelle
Règne supérieur, sacerdotal, du féminisme, en tant qu’argument massue, devant lequel le temporel s’incline.

 Niveau effectif. Cause efficiente
Le vote des femmes.  Très nettement M votre Trump, F Clinton.

 Révulsion rationnelle, abjection morale, horreur esthétique.

 Ténèbres. L’Élue, mise en chaleur thermonucléaire, rira !  Et l' hystérique Hylarité surplombera les cataclysmes atomiques.

Le vice béant et puant, ménauposé,  va pisser sur la morale.

 La Vieille Femme, de genre encore femelle, mais de sexe plus, élevée à la déchéance suprême.


lundi 17 octobre 2016

Sous le pont

S’il est un gros besoin de Mémé Moire qu’il faut absolument satisfaire, c’est celui de l’Holocauste de centaines d’Algériens immergés dans la Seine et nos amours par la police raciste, le 17 octobre 1961.
Ils flottaient les FLN !

Ah, j’ai ri française, au Pont Saint Michel, en écoutant les sirènes, Pa Pon, Pa Pon ! et regardant couler la Seine et nos bougnouls !
 Son cours charriant les centaines de milliers de cadavres d'Arabes flottant sur leurs valises, à défaut de cercueils.
 Eux qui avaient reconstruit la France pourtant !

Sous le pont Mirabeau coule la Seine
Et nos bougnoules
Il faut que tu t’en souvienne 
 Ils étaient plusieurs centaines 

 Que France se repente et meure 
 Afin qu’ Hollande demeure

Il est des nations faites pour montrer leur chemin aux autres.
 Aujourd’hui dévolu au grand Israël, ce prestige fut longtemps usurpé par la France, patrie des Droits de l’Homme et des Pantalons.
 Mais nos rigoureux temps menstruels, autrement éclairés à la bougie fondante du Sapeur, ne furent pas long à éventrer l’imposture :
— Que ces droits dans leurs bottes sont des fils de Pétains de ta race !


Article 1 : Les hommes naissent et demeurent libres et égaux en droits.
Vous avez bien lu "En droits" ! Voilà où le bât blesse !
Car l'envers de cet "en droits" c'est qu'il laisse sur leur faim les races susceptibles !
Les dames zintellectuelles, les gens dit bizarrement, "de couleurs", lors qu’ils sont tout noirs ou bistres, les zinvertis, etc, etc, tous ceux qui se sentent discriminés par essence.
Ils savent bien, ces derniers, que les Zommes naissent zégos à l'envers aussi bien qu'à l'endroit.!

Zégos en tout !  C'est à dire pareils les zunzozautres !
( Ensuite c’est à eux, les zommes, qu’il appartiendra par un choix librement choisi, de déterminer quel sexe, quelle classe, quelle tournure convient le mieux à leur genre !)

Zinon, z’est du nazisme, du nauzéabond !
Pédales du Vel d’Hiv, trayeurs de mamelles négrières ! Et toi vil Colonialisme, que de crimes en ton nom !

 Vranze ! Maudite ! Mère de tous les vices de procédure je te salue une dernière fois !
Adieu, tu es mûre pour le trépas, et par une route de renoncements ta faiblesse te mène aux confins du tiers-monde et de la Barbarie, patrie des sous-hommes et des nazillons !
 Peuplée de Dupont-la-Joie, racistes, collabos, feignants, alcooliques, anonymes, sexistes, homophobes, transophobes, j'en passe et des plus phobes...
 Salope.

Ah ! Peuple vomi par l'Abyme, hors le gouffre sans fond vomissant du charbon !
Mineurs ! Gueules Noires offertes à la délectation de nos vierges folles !
Reniflons ensemble les prévisions du météorisme, de la populo-boulimie vrombissant à genoux les doigts dans la gueule sans fond du populisme, populo aboulie d’insanité émétique !

Et les rares, les trop rares rescapés des trains d’enfer des millions et millions et millions et millions et millions et millions qui roulaient à tombeau fermé vers les grands incinérateurs sous la lune, ces miraculés arrachés aux mains de la mort travaillèrent d’arrache-pied à l'extermination d’un tel préjugé, vivace surtout chez ceux qui ne furent que concentrés, camp-concentrés, trigano-concentrés, campés dans leurs préjugés, car nullement exterminés, jamais exterminés, vous entendez : EXTERMINÉS !
 Sur quel ton faut-il vous le dire à la fin !

Ceux qui préfèrent un travail sérieux à des divagations rimbaldiennes, se rendront ici lire ce très nécessaire article de Bernard Lugan, qui évente l'Imposture. 
Et les plus consciencieux liront le Rapport sur les archives de la Préfecture de police relatives à la manifestation organisée par le FLN le 17 octobre 1961.

 Ou l’on verra que la racaille anticomplotiste, produit aussi une belle théorie du complot.
Car pour étayer leur mensonge du massacre d'Algériens du 17 octobre, il leur faut supposer que l’Institut Médico-légal ait été aussi dans la combine !
Du lourd.