lundi 23 janvier 2017

Notes primaires sur un bourrage d'urnes

Or donc, à l’heure où nous mettons sous presse, on nous dit qu’il y aurait eu Un million Six-cent mille primates ( 1 601 138 exactement) qui auraient urné pour la primogéniture mâle de la Gauche.

 Certes on est loin des Six millions fantasmés, pour dépasser les Quatre millions quatre cent mille de la primaire de la droite des valeurs boursières, mais l’honneur semble sauf !

Comme il y en avait Quatre-cent mille à midi, puis Neuf-cent mille à 17 heures, cela faisait en moyenne Cent mille de plus chaque heure, on aurait donc pu s’attendre à l’heure de clôture des urnoirs, à un total de Un million cent mille (1100 000) au maximum !

Eh bien non ! En deux heures tous les survivants de Nice, du bataclan, des terrasses, tous les terrassiers de la Loi Khroumi, tous ceux qui, à gauche, n’ont pas encore passé l’arme gauche de par la politique de la gauche, se sont levés en masse pour sauver l’Honneur du Parti sioniste, socialiste, veuillez excuser ce calamiteux lapsus calami. Sept cent milles (700 000) en deux heures !

Un ultime soubresaut citoyen tout à fait admirable.

Alors que de mémoire de vieil observant, tous les bureaux de vote étaient aussi déserts qu’un bistrot à l’heure de l’apéro, rue Ménilmontant, quand les biberonneurs repus vont fumer sur les trottoirs, soudain un afflux de peuple débordait les assesseurs !
Incroyable !
(Aussi on y croit pas.)

De toute manière comme tout le monde votait deux fois, on peut si on veut, si l’on est un accro de l’exactitude, un fana de la vérité, diviser les chiffres par deux. Mais, légalement, pour l’ex Caudillo cela lui fait Quatre-cents nonante-six mille (496 000) partisans, quand même !, ce qui correspond assez exactement au nombre de la communauté des Humains.

Ou Deux-cents quarante-huit mille (248 000) si l’on préfère le réel, qui divise par deux le légal. II La gifle de Lambdalle, ne fut qu’un camouflet microscopique, comparée de cette mandale arithmétique !

 Faut dire que le bilan de sa dictature n’est pas exaltant : la loi Khroumi, l’état policier, le réchauffement climatique social, tempéré par les exterminations estivales, c’est pas folichon.

Et comme la politique étrangère d’un état correspond à sa politique intérieure, il faut bien reconnaître que l’approbation éternelle de l’inhumanité, sur les rives du Jourdain, ne fut pas précisément un choix susceptible de soulever l’enthousiasme des foules, et même celui de ces foules susceptibles, qui appréciaient quand même, la condamnation ferme d’El Blanco sur : « Un apartheid territorial, social, ethnique [qui] s’est imposé à notre pays. » [1]

La France pays d’apartheid !
Faut il ne jamais avoir pris les transports en commun, quand bien même on aurait eu des transports communs, pour oser proférer une telle énormité !

Pour en rester dans la correspondance des politiques intérieures et extérieures, le terrorisme idéologique ici, avec ses procès iniques intentés pour des mots, des gestes, des pensées supposées, le délit d’intention, trouve son pendant à l’extérieur par l’alliance avec le terrorisme wahhabite le plus arriéré et le plus ignoble.
D’autant que le Caudillo lui même déclarait « La France est en guerre contre le terrorisme, le djihadisme, l’islamisme radical. »




Cette duplicité a reçue hier sa sanction.
Et c’est bien fait.

C’est un autre rocardien, Monsieur Hamon, avec un H aspiré, qui est en pole position pour le second tour des primates.
Tous les amis de Manuel valls le trahissent : La rançon de la gloire éternelle.
L'Aubry a annoncé officiellement son soutien à Hamon, dans un communiqué avec 20 autres signataires :« Dimanche prochain, nous voterons Benoît Hamon et nous appelons les électeurs de gauche à se mobiliser etc., bla bla bla. »

Lebranchu, ancienne ministre de Manuel Valls dans une interview au Télégramme :« Bla, bla, bla...Il en ressort une image positive pour Hamon car il est en tête mais apporte aussi de nouvelles idées. Je voterai pour lui, avec l’ensemble des aubrystes. »

Taubira est d’accord.
Et Belkacem, qu’est ce qu’elle dit ?

J’avais commis  ici même un petit texte en lequel j’exprimais que Le mot d’ordre de cette campagne devrait être : TOUT SAUF VALLS !
Il semble que je n’étais pas le seul à le penser. Bientôt nous serons délivré du Hollande. Le serons nous aussi du Valls ?

Dimanche 29 janvier, que ceux qui n’ont pas peur de se salir les mains aillent glisser un bulletin Hamon dans l’Hurne !


jeudi 19 janvier 2017

Bravo petite !

https://www.facebook.com/1949154848644734/videos/2007140219512863/

On oubliera pas ! Ni le Bataclan, ni le reste!


Pourquoi faut il qu’à Lamballe
 Il se soit pris une mandale ?
Serait ce que tout s’emballe
 Sous le signe de la kabbale ?

"Inadmissible Violence"!
 Dit notre bas-Catalan
 L’admise étant par essence,
Celle subie au Bataclan

Par les affidés du Coran
Tes services n'étaient pas au courant ?
 Quelle criminelle imprévoyance
Quelle violence par négligence !

D'autant qu'ils furent vos complices
Manipulés par les services
Quand ils sévissaient en Syrie !
Qui sait si ici, aussi, ces pourris....

— T'inquiètes, si un a compris
Les autres finiront par comprendre!
Il faudra alors payer le prix
Du sang des larmes et de la cendre!

Et ce ne sera plus une simple beigne
Qui mettra un terme à ton règne
A l"Inadmissible Violence"!
 Que nous subissons en silence

Celle du quarante-neuf trois
Tiré à répétition
Ou des raclures du neuf-trois
 Avec leurs déprédations,

Comme à Juvisy sur Orge !
Il faudra un jour rendre gorge,
Payer pour cette souffrance
Faite à notre mère, à la France !










jeudi 29 décembre 2016

Sauvagerie

Les assassins sont solidaires.
S’il en avait le pouvoir un assassin pourrait en gracier un autre. Mais il faudrait pour ça que la sauvagerie féministe porte le coup de grâce à la politique, faisant d'un criminel vulgaire un homme d'Etat, État qui se verrait alors changé en un véritable bataclan.





Les jolies féministes

samedi 24 décembre 2016

Prière pour Noël




Seigneur Jésus Enfant-Dieu
Que Votre Loi soit accomplie
Quand nous la prions à complies
À genoux sur un prie-dieu.

 Elle a, pour moitié, exaucé
Mon vœu pieux de l’an passé.
 Mais finissez, je Vous supplie
La tâche à moitié accomplie,

En dégageant le Catablan
Le Sicaire très accablant
Qui éternellement suinte
Du sang versé sans une plainte,

 Du sang versé sur les terrasses,
Ah, dégagez le, cependant,
Ce matamore impudent
Qui ne jure que d'une Race,

Laquelle est des plus cornue
De toutes celles connues,
Laquelle est la plus Maudite
Des races hermaphrodites :

Race de vipère
Race née sans père
Race de Qayin !
De toute la plus Yin.


L'abbé Tymon de Quimonte



lundi 12 décembre 2016

Mauvais tissage





Mauvais tissage 

 Je vis dans la Babel meurtrie 
De notre France en gériatrie, 
Service du Docteur Askénazi
Chaud zélateur d'éthanazi. 

Si sa narine gravite autour 
 Des forts affriolants atours 
De nos négresses impavides 
 Perpétuellement gravides, 

 Sa bouche molle fait un rictus 
Quand se subodore un fœtus 
Dessous les ventres indécents 
Des blanches aux seins lactescents. 

 Ah, son Œil cligne comme ce néon 
Au zénith des usines à néant, 
Les grands avortoirs sublunaires
 Au rouge égout embryonnaire. 

Mais encore plus malicieux, 
 Le docteur tisse de faux-cieux 
Au ciel de lit des filles sages : 
Son idée fixe du métissage. 

(Vu que le Métissage n'est pas 
 Une idée politique, n'est ce pas ? 

Mais une atavique obsesSion 
 Une sexuelle addiction 

L’inapaisable demande 
Depuis le Viol des Allemandes.)


jeudi 8 décembre 2016

Niveau zéro




J’ai vu hier soir le pugilat organisé par « l’Humoriste en paix. »
 J’ai pas trouvé ça humoristique. Il était intolérable de voir Alain Soral se faire insulter.
Soral ne l’a pas toléré.
 Tant mieux.
Le second assaut est plus discutable....
Ceci dit, la confrontation d’Alain Soral avec quelqu'un qui l’injurie d’emblée, "je te respecte pas", n’aurait pas dû pouvoir se produire.
En outre le laisser-faire de l’organisateur est plus que suspect.

 Le fondement de cette agressivité semble basée uniquement sur des motions personnelles, nullement sur une divergence politique.
  La preuve : lorsque M. Conversano revient pour discuter avec un suprématiste Noir affirmé, il le fait avec courtoisie et déférence. Tellement de déférence qu’il ne sait même pas efficacement contredire les absurdités que nous avons entendues.
 Il est vrai qu’elles sont aussi apolitiques et aussi plates que les siennes. Là on atteint véritablement le niveau zéro de la conscience politique.

À moins que M. Conservano ne haïsse les Arabes par dieudonnisme accentué, c'est à dire à cause de leur responsabilité majeure en ce qui concerne les traites négrières. Car « les blancs » avaient trouvé là un état de fait. Ils ne l’ont pas créé. Mais au lieu d’émanciper, comme ils le font toujours, par bonté native, les compagnies ont utilisé cette traite à des fins mercantiles.

Face à un tissu de prêt à penser racialiste mal rapiécé, M. Conservano n'a su opposer à son contradicteur qu’il ne devrait pas oublier sa moitié bretonne ! Alors que, précisément, sur le choix de son identité « raciale », il ne fait que suivre celui de sa mère bretonne, qui l'a nourri au lait maternel de la méfiance féministe classique à l'encontre des "mâles blancs".  Sa filiation idéologique est matrilinéaire.

D'une manière générale que pensent les gros lourdauds, les durs à cuire, des femelles blanches qui les trahissent collectivement ?
Croient ils eux aussi, comme les autres patentés de l'antisoralisme, dans la réalité de la "Sororité Aryenne"?

J’espère que ce M. Conservano ne nuira pas, par ricochet, à la nuance que j’affirme régulièrement dans le cadre métapolitique d’E&R, et qu'elle ne va pas devenir par identification identitaire, Achtung verboten !

Les Zidentitaires ! Les étiquettes ne sont décidément un support que pour des marchandises frelatées. La valeur d’échange qui cache une fausse valeur d’usage.
– Il faudra quand même apprendre à distinguer les Zidentitaires des Yidentitaires  (je choisis ces lettres au hasard pour marquer la différence), et M. Conservano est à ranger dans la première catégorie.



dimanche 4 décembre 2016

Moi, pas président !




I
Or donc, François Hollande a eu le bon goût de ne pas solliciter nos suffrages.
 Lui-Président, qui avait pourtant prévu depuis longtemps de se représenter, le PS lui ayant même acheté en prévision, avec l’argent des contribuables, une super-voiture blindée pour sa campagne, vient de capituler.
 C’est dans sa nature de valet. N’oublions pas qu’il doit sa place à une femme de chambre. Ses maîtres ne voulant plus de lui, il n’avait donc plus le choix.
 – Ses maîtres, vous savez, les gens du « monde de la finance » !

 Ces derniers misent maintenant à droite, Fillon, ou à l’extrême-droite, Valls. Car du point de vue du capital financier il est difficile d’être plus « à droite » que Valls. Il est son représentant le plus extrême. Il a le même programme social que François Fillon, mais avec la trique sioniste en sus. 

Ainsi, nous ne pouvons même pas féliciter Moi-pas-Président de sa décision, puisqu’elle ouvre un boulevard à bien plus détestable que lui.
 Au fond Hollande n’aura servi qu’à une seule chose : mettre en selle le futur Caudillo ! Ce fut cela, précisément, sa tâche fondamentale.
 Car, il n’y avait aucune raison, aucun calcul politicien valable, pour introniser l’Ibère à Sion. Aux primaires socialistes pour les présidentielles 2012, Valls était arrivé bon dernier avec 5 % des voix ! Aussi, en le nommant, François Hollande bafouait une première fois l’électorat socialiste.
 Lui laisser le champ libre revient à tromper les socialistes une deuxième fois. C’est là où le bât blesse.
 Mais un électeur socialiste qu’est ce que c’est, sinon un âne bâté ?

 C’est aussi un retour du réel, qui remet les pendules à l’heure, en marquant les vrais préséances hiérarchiques du gouvernement.
 Quel autre Pays pouvait s’enorgueillir de posséder à son sommet un tel premier ministre placé au dessus du Président ? Ce dernier devint le maillon faible de la chaîne matrimoniale qui lie éternellement le Premier.
 Celui qui par son bilan fut nommé le « pire ministre de l’Intérieur », est devenu le pire ennemi de l’intérieur, assis dans son bureau de Premier ministre dans lequel il prospère et ourdit ses intrigues.

 II
 L’Exécutif était déjà en miette, et Hollande à ramasser avec une pelle, par une Nafissatou de service.
La fonction de Bonaparte de la Cinquième fut définitivement ridiculisée par lui, ce qui fut révélé par un bouquin ridicule. Qui montrait que Hollande ne faisait même pas le poids devant son Premier ministre.
 L’appareil d’Etat semblait en panne, jusqu’au premier Corps de répression, la Police, qui est entré en sécession, du jamais vu, estimant que l’Etat d’Urgence ne tenait pas ses promesses, la frustrant du Droit de flinguer tout le monde, sans sommation, à tout va ! [1]

 III
 Lundi à 18h30, Manuel Valls devrait déclarer officiellement sa candidature à la dictature sioniste, à Evry, commune où en 2008 il plantait un arbre pour la cause palestinienne.
 Un homme de conviction, on voit.
 Il va nous éclabousser de grands mots sur la France et le progrès social, lui qui est éternellement lié ailleurs, et qui a taillé à la hache dans les acquis de la classe ouvrière !

 Manuel Valls c’est exactement l’alter ego d’Hillary pour la France. Même programme et semblable hystérie.
 Une Femen, nommée à l’Intérieur, n’aurait rien eu à envier à l’Ibère à Sion de la Servitude. [2] Manuel Valls président, c’est Strauss-Kahn, que dis-je, Anne Sinclair multiplié par Haziza à l’exécutif. L’Elite sans fard, la plèbe sous la trique... et tout le bataclan. Valls au pouvoir ça va peut-être être marrane, mais pas marrant du tout.

 Le mot d’ordre fondamental de cette campagne qui s’ouvre doit être :

 TOUT SAUF VALLS ! 

 IV
 A priori, ce péril primordial peut sembler relativement improbable.
 Le bas Catalan s’étant mis à dos les deux classes fondamentales de la société.
D’une part la bonne bourgeoisie, qu’il a mise à genoux avec ses Flics et ses Femen, et d’autre part la classe ouvrière à qui il a infligé à coup de 49.3 une régression sociale majeure.

 La bourgeoisie a trouvé son Fillon, fait sur mesure pour elle, tout à fait présentable, et non pas souillé par ces relents de poissons de la petite fille d’un marin-pêcheur.

 La classe ouvrière, quant à elle, reste politiquement orpheline, elle n’a aucun porte parole sincère et loyal, seulement des canailles, livrée qu’elle est aux fantoches Filoche, ou aux Sauveurs suprêmes comme l’ex ministre et sénateur Mélenchon, qui rêve de marcher sur les traces d’Aléxis Tsípras en Grèce.

 Alors, le "peuple de gauche" votera-t-il pour pour HILLARY VALLS ?
Et les partis, syndicats, et assoces de cette gauche, seront ils capables de faire campagne pour l’homme de la loi El Kromhi ?
 Oui !
 Et ils ont même commencés !
 Philippe Martinez, secrétaire général de la CGT : « De Macron à la droite, en passant par le Front national, ils sont tous pour accentuer les politiques d’austérité ».
 Ces politiques n’ont-elles pas été poussées au paroxysme par le gouvernement de « gauche » actuel ? L’école dévoyée, l’hôpital public saccagé, le droit du travail piétiné !
 N’oublions pas que lors des mobilisations pour retrait de la loi El Khomri, Martinez, de bout en bout, fut le flanc-garde syndical du gouvernement. C’est lui qui a permis à Valls de réussir son coup de force. [3]

 Et Martinez d’enfoncer le clou : « C’est la continuité de ce qui existe déjà, mais de façon accélérée », ajoutant que Fillon élu, « la mobilisation sera d’actualité ».

 Fillon ce serait pire que Valls ! Donc il faudra voter Valls.
 C’est la nouvelle antienne à la mode à gauche, et à l’extrême gauche ! On parle « d’un tournant droitier du grand capitalisme », bref on fascise le Fillon, on le badigeonne de noir, pour faire apparaître bientôt le Caudillo plus rose.
Ce dernier ne gueule t-il pas que sans lui : "la gauche peut disparaître" !

 V
 Marine Le Pen se prépare à affronter ceux qui ne sont, déclare-t-elle, que « les doublures » de Nicolas Sarkozy et François Hollande.
 Bien dit ! 

Trois cas de figure prévisibles, si le Caudillo passe à la primaire ( ce qui est à craindre) : 
Fillon-Caudillo
 Marine-Fillon
 Caudillo-Marine

 Ce dernier pronostic est celui sur lequel misent les Vallsiens. L’enjeu pour la France serait capital ! Un redressement progressif du plaisir d’être en France, ou la France réduite en un vaste bataclan. 

Trois candidats, trois bases sociales.
 Car si Fillon est le crack du CAC 40, et Valls le coq du CRIF, ça ne suffit pas pour se faire élire, il faut une base sociale plus large.

 Celle de manuel Valls sera constituée par la boboïdie des centres viles + l’Immigration.
 Le ministre de l’intérieur choisi par Valls, Bernard Cazeneuve le 26 mai 2014, soit un an et demi avant le Bataclan ne déclarait il pas aux apprentis djihadistes : — « Aux jeunes qui partent en Syrie, je veux dire qu’il y a 1000 combats à mener dans la République, pour la France ! »
 Appel entendu un sinistre Vendredi 13.
 Si Daesh est la créature de l’Empire, l’Islamisme en France est l’alliée des laquais de l’Empire.
L’immigration a voté Hollande, elle votera pour Monsieur "Pas d’amalgame" !

 Monsieur Fillon quant à lui a le soutien de la bonne bourgeoisie et du grand capital ; pour être plus exact de la composante libérale et "entrepreneuriale"du Medef.

 Reste donc pour Marine les couches populaires dites "de souche".
 En ce cas, elle a tout intérêt à rompre en visière, à faire une campagne en rupture.
Sociale et identitaire.
 A nous faire oublier cette tâche que fût pour le Front national le fait d’avoir voté l’état d’urgence, c’est à dire les pleins pouvoirs à un gouvernement pourtant responsable et coupable du chaos sanglant ! [4]

Pour gagner, Marine devra faire une campagne non pas fleur bleue, mais pleine de Flammes !

 Notes [1]
Si la police avait été vraiment du côté de la population, on aurait vu ses représentants faire la grève du racket des automobilistes.

 [2] Fourest à l’époque du Printemps Français, avait narré dans un livre « Inna », comment elle et les répugnantes Femen officiaient la main dans la main avec Valls, alors à l’Intérieur. Elle raconte par exemple que suite à une pénultième et obscène exactions des Femen, ces dernières, une fois n’est pas coutume, furent embarquées par la police. Caroline Fourest écrit : « A peine cinq minutes se sont-elles écoulées, que Manuel Valls m’appelle sur mon portable. Il vient aux nouvelles en demandant “Vous êtes arrêtées ?”, et ajoute aussitôt “J’appelle le préfet et je me renseigne”. Une fois arrivées au commissariat, les Femen sont toutes libres ».

 [3] Avec son compère Jean-Claude Mailly, et appuyé par la FSU et SUD, il s’est tout le temps opposé à la grève générale. Tous ces dirigeants syndicaux ont refusé d’appeler à la grève générale pour le retrait de la loi El Khomri, ce qui eût mis ce gouvernement à genoux en trois jours ! Ils ont dévoyé cette lutte et sauvé le gouvernement en organisant de prétendus « temps forts », épuisants et sans lendemains, qui furent autant de « temps morts ».

 [4] Marion Maréchal le 16 septembre 2015 : « Nicolas Sarkozy et François Hollande sont responsables du chaos d’où surgissent les monstres du djihadisme, du terrorisme, de l’état islamique, des migrations submergeantes, que les lâchetés rendent inendiguables. L’un et l’autre, Nicolas Sarkozy et François Hollande, chacun sur son strapontin historique, ont contribué à ce chaos criminel. » Et deux mois plus tard on vote l’état d’urgence avec les responsables et coupables d’un chaos criminel ?


lundi 28 novembre 2016

la primo génitale de la droite du fric

Le Fion l'a mis bien profond sous la Jupette, cependant qu'à fond de cale le Fish portait la poisse au Coupé, dont le score fut au grattage aussi près d'une puce que celui de la Niquolit-Konpuant-Malrasé  d'un pou de la Raie-publique.

(Philistine : — C'est d'un goût !)


Un excellent de Benoist ( je sais, je sais, on doit pas dire le "de"), ici, sur le Fion.


mardi 22 novembre 2016

Dans le Fion Juppé !

Fillon a gagné parce qu'il a dit qu’il allait changer les rapports avec la Russie de Poutine, et qu'il fallait flinguer  DAECH et pas Assad.
Et seulement pour ça.
C'est un effet secondaire de l'élection de TRump.

Juppé, malgré son catholicisme affiché, n'est qu'un laquais....