vendredi 15 août 2014

Suie




Je ne sais plus où j'en suis
 Mon âme est noircie de suie
 En vain chaque aube m'essuie
 Une saleté me poursuit

Qu'est cette cendre, ce suif
Qui suinte, suint homicide
Et à mon corps très acide
Jusqu'à me faire un air juif ?

Un Juif qui serait apocryphe,
Encor un petit peu pensif,
Pas à cent pour cent répulsif,
Mi homme mi hippogriffe.

 Ah ! Culpabilisation
Scorie de l'âme soucieuse
De se sentir silencieuse
Devant les crimes de Sion !




dimanche 10 août 2014

Douve


Ibara. Le puits de l'oubli

Puis on descendait profondément avec des torches en des voûtes démentes
Éclairant le scandale de ta sinueuse scène capitale:
Secrète et peu profonde ondulation d'eaux noires

Soudain allumée d'autodafés d'hérésies schismatiques
Douve
Livrée aux regards combustibles du schiste

 O Souterraine
à jamais en mon sang noir
Mon aimée ma seule aimée mon unique Reine


mercredi 6 août 2014

HIROSHIMA


Pendant que les chiens sanglants du Jourdain jappent, au Japon l’on commémore HIROSHIMA- leur amour en chaleur thermonucléaire du 6 août 1945, et la remise du couvert le 9 août, avec la très chrétienne Nagasaki, le second coup de foudre Yanki.
 Ce jour là, à Hiroshima, beaucoup furent subitement métamorphosés en chaleur et lumière, fantômes infrarouges et spectres ultraviolets, rayonnant d’X et brillant de gamma, et allèrent danser dans l’ionosphère, au delà d'Uranus, au grand bal des super-novae débutantes, cependant qu’ici-bas leurs ombres subsistent sur les murs.

mardi 5 août 2014

Démographie !

Le professeur Arnon Sofer, démographe à l’Université de Haïfa, conseiller de ministres et de chefs d’état-major, reconnu haute conscience morale et subtil prévisionniste, avait déterré cette profonde, profonde Vérité :
 « Quand 2,5 millions de personnes vivront dans l’espace clos de Gaza, cela va être une catastrophe humaine. Ces gens deviendront encore plus animaux qu’ils ne le sont aujourd’hui avec l’aide d’un islam fondamentaliste dément. La pression à la frontière sera effrayante. Ce sera une guerre terrible. Alors, si nous désirons demeurer en vie, nous devons tuer, tuer et tuer. Toute la journée, chaque jour. Si nous ne tuons pas, nous cesserons d’exister. » Cité par le Jérusalem Post du 21 mai 2004

Tue, tue ! Petit tue ! 
 Tue, tue, turlututu 
 Kippa pointue ! 

 Sois obtus ! tue ! 
 Tue in situ ! 
 T’as tout à tuer, tue ! 

 T’as pas tort, tue ! 
 Tu es zélu, sais tu ?
Alors Tue ! 

 « En France ON tue des Noirs, des Juifs et des Arabes » !


écrivent sur un drap les enfants d’un premier lit de de Sofer, ceux-là même qui font résonner le Sophar, et applaudissent aux massacres à Gaza.

 Une saison à Denfert 


 L’autre jour à Denfert-Rochereau, quelques vagues députés socialistes à état d’âme avaient participé un peu à la manifestation d’indignation humaine contre l’Enfer à l’uranium appauvri de Gaza .
 Classique.
 C’est le coup Fabius-Hémoglobine faisant semblant de soutenir le Non à la constitution en 2005.
 Voyez vous, le Pouvoir est un chœur qui se chante à plusieurs voix. Le PS ne doit pas se couper absolument d’un mouvement qui touche son électobirat naturel.
 Mais El Blancos a encore gueulé comme un putois ! Ah celui là, avec son sang catalan franquiste qui ne s’allume jamais vraiment qu’aux inquisitions et aux bûchers, quel Intolérant quand même ! 
Passons.

 Revenons à Denfert. Là, les organisateur accueillirent ces gouvernementaux fils-députés à bras ouverts, cependant qu’ils affirmaient que jamais le national-soralisme ne pénétrerait leurs monstrations. Lutte contre l’Extrrrrême-Drrrrroite oblige !
 - Pourquoi messieurs, il y aurait donc une position politique plus à droite qu’un soutien à une expédition exterminatrice d’une armée suréquipée contre un peuple désarmé ?
 Si oui, veuillez nous dire laquelle, je vous prie.
 Vous, les zantisionistes professionnels et confessionnels, vous êtes des canailles. Permettez moi de vous le dire. Vous avez confisqué la légitime indignation pour laisser entr’ouverte la porte à vos potes gouvernementaux, pour que, les massacres terminés, vous puissiez de nouveau, bras dessus bras dessous, défiler, illuminés par la fameuse enseigne,
 L’Impardonnable bannière :
 « En France ON tue des Noirs, des Juifs et des Arabes » !