mercredi 23 septembre 2009

Les deux Tours

Courrier sur le WTC, et la théorie des cons : peu d'écrits depuis que j'ai ouvert ce blog ont suscité une telle universelle désapprobation. Et bien, je persiste et signe. Tant mieux si la contestation de la version policière et complotiste, l'officielle version du 11 septembre, est battue en brèche, mais défions nous que si l’évidence criante qu'il s'agit d'un mensonge, triomphe, et elle a déjà triomphé sur Internet, si la contestation rationnelle, désintéressée, l'emportait, elle ne soit conduite sur une voie de garage. Et c'est ce qui arrivera n'en doutons pas, si elle est était dirigée par de tels porte-paroles. Nous aurions finalement perdu la partie. Cela reviendrai à en perdre la Substantifique moelle.

Retour sur "La Haine" . D'abord ce n'est pas nous (nous passons au "je" de majesté), qui avons placé la Question Juive en avant, c'est le second Monsieur K, appelons le MK2, qui, tremblant d'indignation, a criminalisé l'interrogation sur la version officielle du 911, comme du "négationisme"! Ce qui prouve que dans son optique, la Version établie des attentats du 11 septembre reste une des Tours de l'Edifice de l'Ordre Mondial, sacrée, presque autant que l'Autre, la plus majestueuse : la Shoah. Tel fuf le grief fait à Monsieur K par M.K2! Quel Aveu! Bien sur, on voit par là qu'il s'agit d'une vraie divergence, mais le plan sur lequel se situe cette divergence reste le même, et du coup on comprend leur accord fondamental.

Résumons : -Pour les uns (K), les deux Tours menacées, sont en passe d'être prises, elles doivent être sacrifiées. K se propose en Pion de la Reine pour conduire cette contre-offensive. Sa position clef va dévoyer l'offensive des Blancs, bluffés par la chute des Tours, donc la faire échouer, car il faut coûte que coûte sauver la Reine, qui elle seule permettra d'éviter le Mat. -Pour les autres (M.K2), cette tactique est pure folie. Pour eux, la position de ces deux Tours est décisive! Si elles sont prises, c'est la Reine, esseulée, qui sera menacée irréversiblement. Or perdre la Reine, c'est le mat à coup sur. Il faut donc solidifier la défense des Deux Tours, avec le même acharnement et le même dispositif que pour la Reine. À nous de jouer.
Félix le chat

vendredi 18 septembre 2009

Sarkozy lebt wie Gott in Frankreich

"Der Sonnenkönig und seine Madame Pompadour : Nicolas Sarkozy und Carla Bruni."
Le Roi Soleil et sa Madame Pompadour, c'est en ces termes souverainement choisis que le journal Allemand Bild Zeitung, sous le titre : Sarkozy lebt wie Gott in Frankreich  (Sarkozy vit comme un Dieu en France !), nous informe sur l'arrière-train de vie de leurs altesses Nicolas Mallah Sarkozy 1er und Carla Bruni de Tedeschi partout.
Genre d'artik que nous ne risquons pas fort heureusement, de lire en ex-France, tant la valetaille des plumitifs hexagonaux, sont de tous petits laquais, serviles, pleutres, médiocres et ignares, toutes qualités qui sont autant d'atouts maîtres afin de parvenir.
Traduction de cet article :
" Toute la France est touchée par les mesures de récession. Toute ? Une personne résiste aux mesures d'économies: le Président Nicolas Sarkozy (54 ans). Le budget de la Présidence qui a toujours été tenu secret en France, pour la première fois fois nous est révélé sous le règne de sa majesté Nicolas Sarkozy.
-Dans les 300 mètres carrés de l'appartement de fonction des Sarkozy les fleurs doivent être fraîches en permanence : coût 280 000 euros par an.
- Lorsque Nicolas Sarkozy voyage à titre privé, un avion gouvernemental vide l'accompagne en permanence, pour lui permettre de rentrer à Paris en cas d'urgence.
- Il dispose de 61 voitures de fonction, 2 Airbus et 6 avions Falcon-Jet. Le dernier avion en date (60 millions d'euros) a été baptisé « Carla » du prénom de madame Sarkozy numéro 3.
- Dépenses annuelles pour les boissons (Champagne, etc.) : 1 million d'euros.
- Il a presque 1 000 employés à son service, deux fois plus que la Reine d'Angleterre. Parmi eux 44 chauffeurs et 87 cuisiniers.
- Les cuisiniers-chefs peuvent se servir librement dans les caves à vin du Palais de l'Élysée, le repas de midi leur est servi par des laquais.
- Carla ou Sarkosy peuvent commander de la nourriture ou des boissons 24 heures sur 24. La cuisine est en service en permanence.
Indignation ? Protestations ? Que nenni! En France il semble être une affaire d'honneur que le Chef de l'État incarne la « Gloire de la nation ».
Il est le successeur du Roi Soleil.  Et c'est exactement comme tel, qu'il vit."
Hegel fait remarquer quelque part que les grands événements et même les grands personnages de l'Histoire s'incarnent pour ainsi dire, deux fois.
Cependant, précise Marx, la première fois, comme Tragédie, la seconde comme farce.
Nicolas 1er pour Louis XIV, l'Elysée pour Versailles, la Bruni pour la Pompadour, Hortefeux pour Monsieur de Lionne, Fillon pour Colbert, le trou-du-fionisme pour le colbertisme, jachère et cachère pour labourage et pâturage et (ô rage, boire à cette mamelle) le Nicolas du Fouquet's pour Nicolas Fouquet.
Ah ! que ne peut-on dire : Sarkozy pour Louis Capet, l'italienne pour l'Autrichienne, le Peloton pour l'Echafaud ?
Le dernier soupir exhalé par ce qui fut jadis un Etat, sera-t-il poussé par ces avocats et ces rastaquouères, chanteuses sans voix et politiques sans vision, s’entourant d’un luxe inouï, par compensation, comme des semelles rehaussant une médiocre stature.
Quels talons !
Un goût de cendre me vient dans la bouche, parce que cette Farce s'est étendue à toute les classes de la société, que nous vivons une époque opaque et nous n'avons plus rien d'épique.

Herren unabhängige Journalisten, laissez moi, un peu, une fois n’est pas coutume, défendre, les mœurs de notre honorable Prézydent. 


1- Les 280 000 balles de Fleurs fraîches, et le million d'euros de Champagne, ça les défrise les frisés! Ach Paris, Champagner, kleine Kleinlibellen !
Mais c'est le Minimum, dû par tout Capitaliste, à sa Courtisane!
La courtisane est la parure de la civilisation capitaliste.
"Je vous le dis en vérité, la courtisane est plus chère à notre Dieu qu'au financier l'argent de l'actionnaire ; elle est sa fille très aimée, celle qui de toutes les femmes obéit le plus docilement à sa volonté. La courtisane trafique avec ce qu'on ne peut ni peser, ni mesurer, avec la chose immatérielle qui échappe aux lois sacrées de l'échange : elle vend l'amour, comme l'épicier débite le savon et la chandelle, comme le poète détaille l'idéal. Mais en vendant l'amour, la courtisane se vend ; elle donne au sexe de la femme une valeur, son sexe participe alors aux qualités de notre Dieu, il devient une parcelle de Dieu, il est Capital. La courtisane incarne Dieu." Paul Lafargue.
Quand le Prézydent rentre du bureau, harassé, le soir, les nerfs encore à vif par les conneries du Boutefeux, dégoûté de devoir frayer avec les femelles moches, gauches et poilues du gouvernement, les molles caresses de sa courtisane épilée, son art d'agrément, sa voix enchanterrese et sa voie privée, son savoir faire immémorial, lui retapent le moral, et le délassent de toutes ses grimaces : le boulot d’agent de la CIA, ce n'est pas une sinécure!
Quant à la fraîcheur, comprenez, il faut impérativement, que la robe pourpre des roses restât dans l’éclat du matin.
Dans la viande, plus le gîte est corrompue plus la culotte doit paraître fraîche. Des fleurs fanées eussent pu sembler une allusion de mauvais aloi.    

2-Les 61 bagnoles, les 2 Airbus et les 6 avions Falcon-Jet, etc. ?  Vous les verriez bien se trimballer en Vélib hein, c’est bien votre genre, bande d’écolos nazis.

3-Qu'en plus des journalistes, il y ait à l'Elysée une quirielle d'autres domestiques, des portières, des cuisinières, deux fois plus de larbins que chez la The Queen of the Britain, ça vous scandalise ?
Cela prouve finalement votre incurable formalisme de philistins protestants.
C’est faire aussi, permettez moi de vous le dire, bon marché des Voeux de la Queen herself, et même de la Hiérarchie britannique.
Auriez vous oublié que SAR Elizabeth II a adoubé notre cher président de la République, l'élevant au rang de Chevalier. Il fait, depuis le 13 Avril 2008, parti du très honorable et très antique Ordre du Bain, il est dorénavant un Lord, son épouse devenant ipso facto, a Lady, et il a ainsi acquis le privilège de pouvoir se faire appeler Sir Nicolas Sarkozy, président de la République française !
Noblesse oblige.
C'est ça qui leur aura monté à la tête : Sir Nicolas Mallah Boscaï Sarkozy, chevalier de l'Ordre du Bain de Siège et Lady Carla de la Toison Brunie.
Folie des grandeurs. Encore un coup de la perfide Albion.

mardi 15 septembre 2009

Y'a bon Bongo au Gabon

C'est officiel, depuis le 30 août dernier au Gabon, le bon gars c'est Ali Ben Bongo Ondimba, fils et successeur du Roi Omar Bongo.
Le premier Roi de la République Française du Gabon fut Léon Mba.
Le second Roi fut Omar Bongo Ondimba de 1967 à son décès en 2009.
Aujourdh'ui le nouveau Monarque élu, c'est Ali.
Au Gabon, la Couronne est héréditaire, de mâle en mâle par ordre de primogéniture élue démocratiquement par succession directe au suffrage universel sous protection militaire.

Mais l'époque Banania, "y'a bon Bongo au Gabon", est révolue.
Un autre prétendant au trône, Pierre Mamboundou, voudrait être Négus à la place du Négus, et il a de très irascibles partisans.
C'est l'homme des américains là bas.
Dès l'annonce officielle du décès du regretté Président Bongo père, des milliers d'émeutiers, la bave aux lèvres et les machettes en main, se sont répandus dans les rues de Libreville et de Port-Gentil.
Dans cette riante cité, les pacifiques contestataires ont cassé la prison. Aussitôt la lie des trafiquants, des violeurs et des assassins s'est déversée dans les rues en beuglant: "les blancs ouacistes nous avaient mis en prison, tuons les blancs!"
Le Consulat de France a été saccagé.
Trois stations services Total ont été attaquées.
A Libreville tout le monde a cessé ses activités pour regagner gentiment son domicile.
A Port-Gentil un méchant résident blanc raconte: "En rentrant chez moi, j'ai été violemment pris à partie par une centaine de militants réunis devant le siège de l'Union du peuple gabonais (UPG), le principal parti d'opposition de Pierre Mamboundou. " Des "Sale français! Sale blanc" fusent. Je n'ai dû mon salut qu'à l'intervention de l'Armée dispersant les émeutiers."

Bref, une véritable Révolution Orange pour Noirs.
Comme en Côte d'Ivoire, au Congo et ailleurs en Françafrique, l'impérialisme yankee n'a de cesse de tailler des croupières à son Vassal French, en un mot: le pré carré français en Afrique se voit de plus en plus remis en cause devant la rapacité des multinationales américaines.
Cette déstabilisation du Gabon, est une expression de la rivalité aiguë entre l'impérialisme américain et européen pour le contrôle des ressources et des marchés de l'Afrique.
L'avocat Robert Bourgi, conseiller officieux de Nicolas Sarkozy et chaud partisan de son client Ali Bongo a reconnu que par Bongo et Mamboundou interposés c'est un bras de fer France/USA qui a lieu.
C'est comme les finales de fouteballe. D'aucuns voient par exemple des matches Brésil/France, là où il n'y a que la rivalité Nike/Adidas pour la conquête du marché des babouins en survêtement.

Car n'en doutons pas le but essentiel de ces événements est de s'emparer des ressources du sous-sol gabonais.
Le Gabon est un pays au sous-sol très riche. Il exporte du manganèse, du pétrole, du gaz, du fer, du bois et bien d'autres produits de son sol et son sous-sol, depuis longtemps. Le "système Bongo" c'est le contrôle des richesses du pays (pétrole, bois, manganèse) et la répartition des revenus qu'elles procurent par l'impérialisme français, "la Françafric."
L'exploitation des mines d'uranium de Mounana, situées à 90 km de Franceville, a été interrompue en 2001 du fait de l'arrivée sur le marché mondial de nouveaux concurrents.La relance de l'exploitation de ses importants gisements d'uranium est aujourd'hui d'actualité. D'où l'enjeu. D'où l'urgence.
L'agent américain qui prézyde à nos destinées avec sa camarilla du Fouquet's, aura t-il la virilité de la réaction de Poutine en Géorgie?
La bourgeoisie française va-t-elle défendre son ultime pré carré africain ou se laisser dépouiller?
"La France", c'est à dire le géant pétrolier Total, clé de voûte de la présence française dans ce pays, laquelle inclut 120 entreprises. La"France", c'est aussi le stationnement du 6e bataillon d'infanterie de Marine française à Libreville.
Ce bataillon de l'armée française va-t-il faire un sort à ces demeurés au service de l'impérialisme américain ou va-t-il assister l'arme aux pieds, aux exactions de ces détenus de droits communs, de ces débiles dirigés par des corrompus, comme la flicaille en Hexagonie laisse piteusement les banlieues aux bons soins de la pègre immigrée des trafiquants de drogue?

Un élémént de réponse nous sera donné par la prise de position spontanée des merdiats "français": il n'y avait qu'à voir le lendemain de "l'élection" d'Ali Bongo, le dessin de cette nullité politiquement correcte, Plantu, à la une de l'imMonde! Leur gourou, leur doux doudou c'est Mamboundou! Tous pro-américains!

Cependant, à l'Elysée on se la joue relax: "Depuis la mort d'Omar Bongo, tous les Cassandre se sont trompés, souligne-t-on dans l'entourage de Nicolas Sarkozy. La campagne se passe dans un bon climat(sic!) et la France observe une stricte neutralité."(resic!)
A Cotonou, le 19 mai 2006, monsieur Sarkozy, pas encore Le Prézydent, n'avait-il pas pourtant, vilipendé la Françafrique, décrite comme "circuits officieux qui ont fait tant de mal par le passé".
C'est Pasqua qui a dû être content.
Le cacochyme sénateur a-t-il rappelé à l'ordre CFA son filleul des écuries d'Augias des Hauts de Seine?

Sur les sites gauchistes, on fait remarquer, avec juste raison, que 60% des 1500 000 habitants du Gabon vivraient dans une certaine indigence, à côté du luxe effréné de la mince couche des serviteurs aux gages des entreprises françaises qui se taillent la part du Lion.
Bongo lui même avait amassé une immense fortune personnelle en prenant sa part des revenus extorqués à son pays. Ali Bongo possède un appartement avenue Foch à Paris et deux Ferraris.
En réalité, si la population ne profite que peu des richesses du Gabon, le PNB par habitant étant relativement élevé, le niveau de vie de beaucoup de Gabonais demeure acceptable, relativement à d'autres contrées d'Afrique.
Mais emportés par leur haine cosmopolite de tout ce qui est français, les gauchistes assimilent les émeutiers partisans de Pierre Mamboundou, à des révolutionnaires partant à l'assaut de toutes les Bastilles du Françafrique.
Et ils laissent entendre que sans ces "sales colonialistes français", la population gabonaise, les savants et ingénieurs Gabonais, ainsi que la classe ouvrière Gabonaise, aurait puissamment modernisé le pays et l'économie, et jouirait collectivement des fruits dorés du manganèse, du pétrole, du gaz, du fer, et de l'Uranium.
Leur type à eux, c'est l’opposant gabonais Bruno Ben MOUBAMBA : « Moi, Bruno Ben MOUBAMBA, j'accuse la France d'être derrière le coup d'Etat en cours au Gabon et je dis au Président Français Nicolas SARKOZY qu'il n'est pas dans l'intérêt de la France d'agir comme elle le fait présentement»
Et lui il représente le peuple? Présentement?

Poutant, monsieur Sarkozy lors des funérailles d’Omar Bongo à Libreville a été ainsi conspué: «Allez-vous en, on veut les chinois, les américains! ».
Voila qui avait le mérite de la clarté.
A mort le paternalisme colonial français! On veut suer de la plus-value, quinze heures par jour, à coup de triques, entassés dans des hangars chinois, gardés par des mercenaires yankees, comme des adultes.
Tel serait pour nos américains godillots, le beau et gai destin à faire gober par les bons gars du Gabon post-Bongo.
Félix le Chat

vendredi 11 septembre 2009

La Théorie du Complot















Pour fêter dignement le 8ème anniversaire de la Théorie Officielle du 11 septembre, vous voudrez bien aller boire un verre de connaissance au Café d'Egalité & Réconciliation qui nous sert en tasse tous les éléments suspects de cette machination.
On se souviendra de ce journaliste à Le Point, dont nous avons oublié le nom, qui avait commis le un article diffamatoire de dénonciation à l'encontre d'Aymeric Chauprade* , avec un gros stylo à clous, afin de fournir un prétexte pour le ministre des Zarmés pour le congédier du Collège interarmées de Défense.
Ce qui fut fait.
Le servile flic de la pensée avait écrit:
"Ce qui pose problème sous la plume de cet enseignant qu'on penserait enclin à une certaine rigueur, c'est qu'il conforte de son autorité "scientifique" ces théories complotistes..."

Complotiste :  telle est désormais l'appellation journaliste-policière pour discréditer d'entrée de jeu toute recherche indépendante. 

*« Géopolitique, constantes et changements dans l'histoire » d'Aymeric Chauprade, Editions Ellipses.

mercredi 9 septembre 2009

Urgence !

Hausse du forfait hospitalier
Une bonne nouvelle: Vingt euros par jour! La moitié de ce que gagne un salarié payé au Smic ! Cela fait 25 % d'augmentation!
Au moment où le chômage, total et partiel, connaît une hausse galopante! Pour cet automne une nouvelle vague de destructions d'emplois et de fermetures d'usines est d'ores et déjà prévue par tous les experts capitalistiques, tel Le Financial Times, le quotidien financier britannique qui écrit: « la montée du chômage, le retour des bonus des banquiers et les coupes dans les dépenses publiques » risquent de provoquer « une réelle révolte de la part de nos peuples ».
Dieu les entende.
Au moment où salaires et retraites sont bloqués.
Au moment où les fonds publics ont été transfusé des veines des travailleurs pour arroser, dans les hôtels particuliers, les châteaux et les yacht, les orgies des spéculateurs et de leurs putains dansant sous cette vivifiante pluie de sang!
420 milliards de fonds publics accordés aux banques! Dont 100 milliards, on le sait, sont déjà engloutis dans la spéculation!
Cette nouvelle augmentation est une nouvelle agression contre les salariés et contre leurs mutuelles.
Rappel: ce forfait fut institué par le gouvernement de gôôôche Mauroy-Ralite en 1983 (20 francs à l'époque soit à peu près 3 euros) pour lutter contre le fameux trou de la sécu.
Le TROU de la Sécurité sociale.
Évalué à 30 milliards dont 10 milliards pour l’Assurance maladie (sur un budget global de 360 milliards).
Mais il est un chiffre qui n’est publié nulle part: celui des exonérations de cotisations accordées aux capitalistes par les gouvernements depuis 1991: il s’agit de 260 milliards d’euros, dont 34 milliards en 2009.
Et pourquoi ces exonérations? Pour l'aide à la création d’emplois!
Mais où sont-ils ces emplois crées?
Alors va-t-on restituer toutes les cotisations non versées par les entreprises qui licencient au lieu d'embaucher? Tu parles! Les responsables désignés sont les médecins et les malades! Pas les patrons voyous et les spéculateurs! Telle est la politique "de santé" dictée par le traité de Maastricht, qui prétend enfermer la Sécurité sociale dans un budget, devenu enveloppe fermée en 2004. D'exonérations patronales en" réformes", on en est arrivé à une situation où, au prétexte du respect des fameux critères sacro-saints dudit traité de Maastricht, la Sécurité sociale réduit sa prise en charge à peau de chagrin, les assurances privées étant invitées à envahir ce juteux marché qui, jusque-là, leur échappait. 25 propositions Seront présentées par la direction de la Caisse nationale de l’Assurance maladie demain, jeudi 10 septembre aux « partenaires sociaux ». La presse se fait très discrète. Heureusement je suis là. Ces propositions visent à diminuer de 2 milliards par an, les dépenses de l’Assurance maladie au nom de la réduction des déficits publics et sociaux exigée par Bruxelles. En voici quelques unes: -Nouvelle baisse du remboursement de plusieurs autres médicaments -Encore des restrictions sur les rémunérations des actes médicaux -Réglementations nouvelles imposées aux personnels soignants -Diminution de la durée d’hospitalisation -Limitation des transports en ambulance -Transfert de la gestion des arrêts de travail, passant des syndicats de salariés aux employeurs. -Suppression de 3 maladies supplémentaires en inscriptions d'affection en longue durée (ALD). C'est un véritable dispositif de guerre contre la Sécurité Sociale des Travailleurs de France. Pris au piège. Notre malheureuse protection sociale française, ou plus exactement ce qu'il en reste, est étranglée entre les deux mâchoires d'une tenaille de fer. D'une part par les diktats de l’Union européenne, qui au nom de la "concurrence libre et non faussée" est à l'origine de ce déficit gigantesque créé par l’aide aux banquiers et aux spéculateurs. D'autre part une incroyable invasion/substitution de population, qui, avec ses puissantes organisations de défense, au prétexte de soigner "toute la misère du monde", parachève le boulot d'extermination de l'hôpital public et de la sécurité sociale félix le chat

lundi 7 septembre 2009

Lewis Caroll

Nympholepte sublimé.

Et son Alice, Alice Liddell, photographiée par lui en 1858.

"Nous qui avons vu la lumière, nous les errants solitaires, les nympholeptes."
Vladimir Nbokov, Lolita.

vendredi 4 septembre 2009

"Un raz de marée de pauvreté."

L'im-Monde du 1er septembre récapitule : « Le 15 septembre 2008, la banque d’affaires Lehman Brothers faisait faillite. Comme terrassée par un infarctus, l’économie mondiale s’effondrait (…). Mais, se félicite le plumitif: "Un an a passé (…). Les gouvernements “ont fait leur job”, le système financier a été sauvé. "
Ouf! on respire.
Oui, les gouvernements ont « fait leur job »! En ex-France par exemple, the Fouquet's government a offert gentiment 420 milliards d’euros aux capitalistes et aux spéculateurs. Cash! La fameuse "reprise", c’est celle de la spéculation, de l’exploitation et des licenciements.

A l’université d'été du PS*, Martine Aubry a virilement tonné contre : « la désindustrialisation, avec son cortège de licenciements, (qui) n’est ni nécessaire, ni utile, ni fatale ».
Mais la digne fifille à son papa Delors, qui sert les mêmes intérêts avec le même jésuitisme, dès lors qu'elle condescend à descendre, en se bouchant le nez, dans l'arène où le sort véritable de la population se joue laisse tomber le masque jauressien:
Quid des milliards versés aux capitalistes, madame ?
Il fallait bien sûr les aider. » Bien sûr?
Faut-il interdire les licenciements? Horreur! Que nenni !
Mais, il faut « financer le reclassement des salariés, accroître le niveau et la durée de l’indemnisation du chômage ».
Donc justification des licenciements, mais avec des chômeurs... heu-reux!
Et le sort des jeunes, enchaînés à la précarité, à la surexploitation, aux petits boulots de merde?
-« Création de 150 000 emplois jeunes dans l’économie verte! » . Autrement dit, les chaînes de la précarité, des petits boulots de merde, de la surexploitation, mais repeintes en vert. C'est plus seyant.

Les élections régionales de 2010, les prézydentielles de 2012 : tel est l'horizon borné de leur crétinisme parlementaire!
Et les communistes de la Buffet, les communistes rrrévolutionnaires (excusez du peu!) du NPA, ainsi que les affidés des parties de gôche du sénateur Mélanchon, ne sont nullement en reste, se chamaillant comme des chiffonniers pour des histoires d'alliances "tactiques", qui avec le MoDem, qui avec "Europe écologie".

Et pendant que ces cloches de voix roses, rougâtres et glauques sonnent dans les nuages, les fonds publics s'écoulent dans les coffres des spéculateurs et des parasites financiers, des centaines de milliers de familles se voient immédiatement menacées d’être précipitées dans la misère la plus noire, de perdre leur logement, leur emploi, de ne plus pouvoir tout simplement manger à leur faim:
Julien Laupêtre, le président du Secours Populaire, interrogé par l'AFP le 1ER septembre a parlé d': "Un raz de marée de pauvreté." Il a lancé ce cri d'alarmi: "Parmi ceux ceux qu'on voit affluer avec la crise actuelle, il y a beaucoup de jeunes, et particulièrement des étudiants qui ne mangent pas à leur faim."

Il ne s'agit plus de débat, mais de salut public!
- Interdire immédiatement par la loi tous les licenciements,
- Annuler tous les plans annoncés par les directions des grandes entreprises.
C'est poser inéluctablement la question suivante : quel gouvernement pourrait prendre une telle mesure d'urgence? Parce que si l'interdiction des licenciements est une mesure simple et nécessaire, elle remet en cause toute la logique du fonctionnement de "l'économie" capitaliste putréfié.
Un tel gouvernement ne saurait, dans l'état actuel, sortir comme Athéna, tout armé et casqué, des Urnes.

E&R, pour sa part, se prononce pour :
-l’interdiction de tous les licenciements,
-la nationalisation sans indemnité ni rachat des entreprises qui licencient,
-la confiscation de leurs avoirs,
-la confiscation des 420 milliards offerts aux banquiers.
-un vrai travail avec un vrai salaire pour tous les français.
-pour cela: mettre en oeuvre un véritable plan de maintien des emplois et des garanties collectives.

Réponses à deux critiques.
I- On nous objecte souventes fois ceci : Pour les PME, les petites entreprises non cotées en bourse, interdire tout licenciement revient à pénaliser ces boîtes en bloquant l'embauche.
Il faudrait parler dès lors d'interdire les licenciements boursiers.
Mais dans la pratique il est assez difficile de distinguer un licenciement boursier d'un licenciement qui ne le serait pas.
De plus, concernant les PME:
1°) sa pénalisation serait relativisée par le blocage des licenciements dans les plus grandes boites et chez les concurrents
2°) personne n'a dit que les petites entreprises n'auraient pas besoin d'être aidées aussi ... mais autrement, par un gouvernement représentant réellement la Nation et les travailleurs. Un tel gouvernement, prenant des mesures d'urgence en faveur de tous les producteurs de la richesse véritable, en prendra aussi, nécessairement envers les PME, mais d'un autre type que les soi disant "aide aux PME": -les conditions de crédit -de prix pour les sous-traitants - des aides à l'investissement etc....

II- Dans la nouvelle division internationale du capital, notre pays ne pourrait plus jouer aucun rôle au niveau de la production mondiale en conservant "un coût du travail" trop élevé.
Sous couvert de réalisme c'est une protestation idéologique, l’idéologie du capital financier.
En réalité notre pays dispose de nombreux savoir-faire et atouts dans des domaines industriels d’avenir: produire propre, produire de la qualité, produire en économisant au mieux les matières premières; le Nucléaire, la haute technologie....
Ce ne sont ni les Chinois, ni les Indiens, ni les Brésiliens qui peuvent se concentrer sur ces questions car ils ont d’abord à répondre aux besoins de leurs populations. En revanche, dans le cadre de coopérations internationales fondées sur l’intérêt réciproque, nous pourrions largement contribuer au développement du monde.
Une industrie française, une industrie bien orientée et soutenue nationalement, peut avoir toute sa place pour la France et dans le monde et donner du travail à tous.
Parmi les spectres hideux qui hantent la Terre, celui de la plus criante inégalité, de la Faim, un gouvernement national véritablement socialiste, rompant avec l'etat major de l'impérialisme, l'Union "européenne", mettrait immédiatement hors jachère les centaines de milliers d'hectares de terres cultivables de France, appuierait le développement d'une agriculture biologique et la rennaissance de notre paysannerie, son savoir faire immémorial, la richesse et la diversité de nos terroirs....

C’est un front de lutte qu’il faut construire, pas un front électoraliste ou un cartel de gauche ou de droite à l’eau tiède.
Félix le chat
*Anecdote lue dans Informations Ouvrières : "Lorsque Fabius (Dégoulinant de sang contaminé, NDFLC) a exhorté les militants à participer massivement à la journée du 3 otobre contre la privatisation de la Poste, un militant l'interroge: "avec ce que tu (on se tutoie au PS, hein, c'est pas un parti bourgeois. NDFLC) as fait avec Jospin concernant les privatisations, comment peut-on être crédible."
Oui, comment?

mardi 1 septembre 2009

Suédoises-3-


À propos de ce clash récent ente la Suède et l’Israël, j’écrivais tantôt que suédoises sont les exagérées du féminisme. Les féministes y sont puissantes, résultat du puritanisme protestant dans les pays nordiques. Et le Parti Féministe Suédois, l’expression du meilleur côté de la suédoise, son côté gardienne exacerbée du désordre établit.

Une Chienne, fut elle de garde n’est qu’une femelle, et le féminisme est bien une entreprise de femellisation, et par là de déféminisation de la femme.
La féministe devenant la femelle au carré, ultime, quintessenciée.
Chez nos cousins germains simiens, un seul mâle, le dominant, dispose de l’intégralité du cheptel femelle. Autour, les jeunes mâles frustrés essaient de le lui ravir. Et oncques ne vit sous les cieux obombrés des grands arbres, la moindre petite femelle singe prêter, une seule fois, main forte à un des jeunes mâles révoltés. Elles restent passives, dans la stupéfaction femelle originelle, se désintéressant de tous ces tapages, attendant le dénouement, les cuisses ouvertes et l’œil éteint en mâchant des feuilles.
Par contre, à peine le Vieux terrassé, elles le quittent immédiatement, pour se mettre à la colle avec le nouveau triomphant.
Telles sont les mœurs de nos proches parents dans la Nature, nos gènes sont identiques aux leurs, et là où il y a pareils gènes il y a plaisir nonpareil.

Philistine, toujours à lire par dessus mon épaule (ce qui me gêne en la genese de mes pénibles élaborations et me porte sur les nerfs) vient à l’instant de s'esclaffer :
-  Non mais j'hallucine, là ! En fait c’est quoi là ces histoires de gorilles mâles et femelles à propos d'un incident diplomatique entre un pays en passe de redevenir nazi okay, et le petit Etat courageux qui a tant souffert, toujours en butte à la haine du reste du mondre, okay ?
Elle s'attira cette réponse cinglante :
- Une fois pour toute, j'en ai marre qu'on lise par dessus mon épaule pendant que j'écris, ça me gêne, ça coupe mes moyens !

Philistine: - hi hi hi, trop moyen les moyens coupés, là, c’est clair. En fait les mecs sont vraiment hypra-sensibles à la castration trop nul !

Félix : à la castration de mon maigre talent, constamment menacé, ce petit plus que j'ai, tellement difficile à garder, que tout irrite, dont tous sont irrités.

Philistine: En fait, ce qui vous perdra c'est votre modestie. Trait plaisant et commun à tout paranoïaque, clairement ! Et en fait c'est vrai que c'est particulièrement talentueux de lier un problème grave d'antisémitisme avec un antiféminisme primaire à l'usage des gorilles !

Félix : Je plaisantais plaisante amie ! Mais je ne comprends pas en quoi, par quel détours de vos raisonnement tortueux, la Suède serait "en passe de redevenir nazie" ?  

Philistine: En fait, qu’a fait la Suède pendant la seconde guerre mondiale ? Elle a refusé, okay, d’intervenir contre la Shoah ?

Félix: On se pince ! C'est une stupidité et un anachronisme : rester neutre ça n'était pas "refuser d'intervenir contre la Shoah !".
Ceci dit, c’est tout à fait saisissant de remarquer, comme spontanément, vous parlez toutes, sans réfléchir et sans les avoir jamais lues, exactement comme le gouvernement israélien dans ses déclarations.
« Le gouvernement suédois ne peut plus se taire. Au Moyen-âge, on répandait des diffamations accusant les juifs de préparer le pain azyme de Pâques avec du sang d'enfants chrétiens, et aujourd'hui ce sont les soldats de Tsahal (l'armée israélienne) qui sont accusés de tuer des Palestiniens pour prélever leurs organes. » Ainsi parlait le ministre israélien des Finances Youval Steinitz; les Grands esprits se rejoignent.

Philistine: En fait, ça prouve notre pertinence okay, et que nous ne sommes nullement des grues, cependant que vous, vous isonnez comme une coquecigrue, mélangeant vos obsessions de monomaniaque à des histoires de babouins prognathes et de gorilles phallocrates, tout ça touillé avec un antiraélisme de primate, clairement!

Félix: Je sais ce que je dis. L'avouerais-je, j'ai bien connut jadis, une suédoise....

Philistine : En fait, y' a une faute là okay, "connu" ne prend pas de T...

Félix : Si fait mademoiselle, il est ici à bon escient. Connaître est pris au sens biblique, voyez vous!
Connaître le :
" Petit ruysseau appaysant toute ardeur
Mal et langueur : ô lieu solacieux,
Et gracieux sejour délicieux "
Et maintenant, avec votre permission, j'allions continuer d'écrire, allez vous me laisser un peu tranquille à la fin ?
félix le chat