lundi 31 mai 2010

Vénussia Anadyomene


Comme dans un cercueil vert-de-gris, la transfuge
Du NPA, Vénus aux cheveux noirs de geai,
Inflige aux jeunes du FNJ son vermifuge,
Afin de tout racisme et fascisme les purger.


Passée directement du Facteur à Marine,
Sans rien changer de sa doxa resucée,
Comme ça! juste pour se voir en vitrine,
Respirer de sa large narine le succès !


L‘échine est un peu souple et la fille frétille
Pour les avortements, les mariages gays :
Les rides de la Ligue sur un Front fatigué.

Les reins sont tatoués : Vénussia des myrtilles
– Et tout ce corps remue et baisse son large string
Au léchage consciencieux de Monsieur de Rachtring.
 
felix le chat

dimanche 30 mai 2010

Retraite !

Face au désastre annoncé des retraites, la première question que devrait se poser quiconque n’a pas de la laitance sidaïque de latex à la place du cortex, est celle-ci : Comment est-ce possible ?
-De la part d’un gouvernement archi-minoritaire, un gouvernement de nains tellement minuscules qu‘ils semblent sous les lambris précieux de la Raie publique comme un grouillis de morbaques sous une culotte de soie La Perla, un gouvernement de maquereaux sentant l’huile rachida, un gouvernement étrange parce que de l’étranger, un gouvernement français qui n’a de gouvernement que l’apparence du nom, et de français que la gloire de moucher son Nez dans les rideaux du Palais devant une Garde républicaine ébahie, qui n’a jamais vu ça, un "gouvernement"que l’appellation même de « gouvernement » appliquée à une aussi grotesque pantalonnade de tristes fantoches, eût seule dû suffire à le voir balayer d’un grand éclat de rire, un gouvernement de caniches vicieux qui devraient se terrer dans leur niche en s’empiffrant de saint-honoré et y remuer leur courte queue dans l’ancienne garde des seaux de champagne, pour s’étourdir en attendant l’inéluctable nettoyage des écurie de l’Augias populaire.

Est-il possible, le fût-il, de supporter ce pouvoir de l’impuissance, qu’est-ce qui nous vaut d’être pris dans ce piège à rat, de subir le despotisme d’un valet ? Et « rien n'est plus funeste, plus humiliant que d'être le valet d'un valet. » (Marx)
C'est ainsi que le prolétaire français sous la botte allemande en 1940, pouvait encore, dans son abaissement, se targuer d'un peu de fierté car le maître qui le faisait trembler, faisait trembler la terre entière, tandis que la seule chose que son maître actuel ait jamais réussi à faire trembler, ce sont ses Bourses pleines de pus.

La réponse tombe, claire et nette : par la complicité de la gauche, en premier lieu des appareils syndicaux, de tous les bureaucrates corrompus qui parlent au nom des travailleurs qui travaillent.
Sans ces appareils, aussi pourris que les poisons qui suent sous les jupes plissées des putains qui dorment à l’Étable du Faubourg Saint-Honoré, ce « gouvernement de merde » fut en trois jours mis à genoux, obligé de retirer sa réforme.
Le seul éternuement d’une grève interprofessionnelle, comme en 1995, et ce cabinet d’aisance stercoraire avec son étron de projet fienteux, file droit à la fosse septique.
Au lieu que tous les Mélenchon, Besancenot, Buffet, Aubry, et même Thibault, prétendent exiger, en tapant virilement du poing sur la table : "un débat ! ", un débat avec ce gouvernement, sur les critères de ce gouvernement.  Un débat sur le "vieillissement", les "séniors", le "partage des richesses", la "démographie, les "déficits publics", etc., etc.
Or il n'y a rien à débattre avec le conseil d'administration du Gros Argent, des spéculateurs !
Prétendre le contraire, rentrer dans les arguties de ce syndic du Fric et de la Corruption, revient à obscurcir la conscience des opprimés, au lieu de l'éclairer, à "embrouiller tout le monde" comme dit mon ami Rachid.
Tel est le rôle de ces supplétifs de la gauche.
félix le chat

samedi 29 mai 2010

Coup de griffe

Réclame

On n'est jamais si mal servi que par soi et mieux vaut tôt que jamais.
Aussi, il me vient à l'esprit de prévenir mes sept et quatre lecteurs, (sept le chiffre de l'Homme, quatre celui de la Mort, trois celui de la Femme,  H étant F + la Mort), mes dix semblables, plus mon enfant-ma soeur, et qui deviendront arithmétiquement cent vingt et un, un lecteur averti en valant onze... mais prévenu de quoi déjà ?
-Ah oui!  Que je tiens, opiniâtrement, depuis plusieurs mois, dans l'excellent FLASH, journal gentil et intelligent, une courte rubrique de dernière page (la flèche du Parthe), concise mais incisive, intitulée "Le coup de griffe de Félix le chat".

Ceci est d'autant plus épatant que, comme l'écrit Baudelaire à propos de je ne sais plus qui, mon style est du genre digressif, ma pensée est un thyrse, "bâton hiératique" aux arabesques compliquées de feuilles de vigne, pommes de Pin Sylvestre, et grenades dégoupillées.  Le bâton « c’est votre volonté, droite, ferme et inébranlable » et la bractée, « c’est la promenade de votre fantaisie autour de votre volonté » écrivait le grand Charles.
Sous ce foisonnement, il y a la droiture. Et ma ferula, ma férule, je marche solidement appuyée sur cette tige du Narthex.

En attendant, il me faut, tous les quinze jours, émonder, assarmenter.  Et pour ce faire brider ma fantaisie, me surmonter.
Ce qui, vous le reconnaitrez, sera toujours préférable à se faire descendre.
Donc, tout le monde s'abonne à Flash.
félix le chat

vendredi 28 mai 2010

Ufologie gnostique

L'équation de Drake
Frank Drake est né le 28 Mai 1930 à Chicago.
Sa soeur se prénomme Ullah et enseigne en Transylvanie.
Il est célèbre pour avoir mis au point une équation, en 1961, afin de tenter d'estimer le nombre potentiel de civilisations extraterrestres dans notre bonne vieille galaxie, sociétés avec lesquelles nous devrions tâcher d'entrer en contact.
Voici cette belle équation cosmique :

Nciv = Fét x Ppla x Npla x Pvie x Pint x Pcom x T
 
dans laquelle : Nciv est le nombre de civilisation intelligente et communicante dans la Galaxie.
Fét = le Taux d'apparition d'étoile dans la Galaxie (les dernières estimations donne Fét= à 20 étoiles par an.)
Ppla = pourcentage de ces étoiles possédant des planètes.
(On estime prudemment que seule la moitié des étoiles forment un système planétaire, on a alors f(p)=0.5)
Npla =  Pourcentage de planètes où la vie est apparue c'est-à-dire situées dans une écosphère favorable. (Prudemment on fixe ce nombre à 1: comme dans notre système solaire à nous)
(Ne pas confondre avec Npa qui est le pourcentage d'apparition de Besancenot)
Pvieb = probabilité que la vie apparaisse sur une planète habitable
Pint = la probabilité que l'intelligence apparaisse sur une planète où la vie est apparue
Pcom = probabilité qu'une forme de vie intelligente développe des portables, ou tout autres moyens de communiquer avec d'autres mondes.
T= durée de vie d'une civilisation technologiquement avancée.
En calculant raisonnablement les différents facteurs, on obtient alors : Nciv = 20 x 0,5 x 1 x 0,2 x 1 x 0,5 x T et l'on s'aperçoit  que Nciv  = T !
(Pas mal cet article hein ?)
Forcément, Nciv ne peut être qu'égal au moins à 1, puisque nous existons ( enfin il semblerait ) mais selon les valeurs les plus sures, attribuées aux différent paramètres, il existe des sérieuses probabilités quantiques que nous vivions dans un Univers pléthorique. Soit rempli à ras bord d'une foultitude d'itis.

Le paradoxe de Fermi.
Auparavant, le physicien Enrico Fermi, dans les années 1940-50, avait démontré le contraire par un paradoxe célèbre, que l'existence d'extra-terrestres serait par extraordinaire une possibilité.
Sa soeur à lui s'appelait Fugia. Elle écrivait des vers.
Fermi le premier a eu l'audace de poser la question "Existe-t-il d'autres intelligences dans l'Univers ?"en terme scientifique.
Son raisonnement
1- La Terre est nettement plus jeune que l'Univers (de plusieurs milliards d'années)
2- Si des civilisations technologiques extraterrestres existent ou ont existé dans la Galaxie, alors au moins une a développé et entrepris le voyage / la colonisation interstellaire
3- On démontre aisément que la colonisation de la Galaxie ne nécessiterait que quelques millions d'années;
4- Donc on devrait en voir des traces autour de nous.
5- Or nous n'en voyons pas ! ( quant aux pseudo-témoignages des OVNI de "Ici & maintenant", je vous en prie !)
Nous sommes donc seuls au monde. CQFD.

 
Oh la ferme Fermi !
Réfutation du paradoxe de Fermi.
Comment peut on affirmer en se basant sur notre évolution : civilisations technologiques extraterrestres existent ou ont existé dans la Galaxie, alors au moins une a développé et entrepris le voyage / la colonisation interstellaire
Avons nous l'air de nous préparer à entreprendre pareil voyage ????
Straus Kahn ou Attali ont ils l'apparence de nous mener vers une autre étoile que celle de David :
par quel miracle, auprès duquel, il y faudrait :
1er tourner le dos aux multitudes qui
2° rétablir la rigueur
3°Unifier les pays, donc éliminer la concurrence stérile,
ces trois conditions apparaissent infiniment (ou du moins 10 -3456  fois) plus improbable que
or ces 3 conditions sont necessaires

Que nous enseigne la physique contemporaine
que tout a commencé dans le Vide quantique et que tout finira dans un  néant de plus en plus
nous sommes a mi-chemin, la décrépitude a commencé :
L'avenir dans un monde infini dire comme Simon Bolivar." Son ventre immense contient plus d’espoirs que les évènements passés. Et les évènements futurs doivent être supérieurs aux antérieurs ». Hélas pour nous autrement détrompés, dans la minuscule cohorte qui pense encore : c'est le contraire l'avenir n'est gros que de la féminisation et d'africanisation, )
Reprenons :
"Existe-t-il d'autres intelligences dans l'Univers ?"
Il faut enlever "autre", tout est là. On peut si on veut, lui substituer, pour des raisons euphoniques, pour conserver le rythme de la phrase l'adverbe : " à la fin "
Cela donne: " Existe-t-il, à la fin, de l'intelligence dans l'univers? "
Si cette question paraît trop obscure, si l'on veut à tout prix conserver l'autre, il faudrait clairement poser : "existe-il d'autres conneries dans l'univers?" Mais ça fait pas assez scientifique.
La réponse est manifestement, vu le nombre de galaxies, oui!
Mais, si des civilisations technologiques extraterrestres semblables à la notre, existent ou ont existé dans la Galaxie, alors soit elles sont trop occupées à s'entrétriper soi m^me pour voyager dans le cosmos, soit elles sont déjà réduites en cendre, victimes de leurs propres...contradictions.
Conclusion
Même si le solide raisonnement de Fermi ne paraît pas valide, son résultat reste vrai. L'univers est vide. Nous sommes seuls. Nulle échappatoire, hormis la transcendence.
félix lechat

Superavit fiscal primario

Le gouvernement Sarközy-Fion Fillon et le cabinet de Merkel, dans le communiqué commun de leur plan d'austérité qui gèle les dépenses durant au moins trois ans, sauf celle du paiement de la dette, font référence au "superavit fiscal primario". Ce terme économico-juridique, inventé par le FMI à l'usage des pays de l'Amérique Latine dans les années 80-90, peut se traduire : Tout pour le paiement de la dette!

L'Union "Européenne"! Laissez moi rire !
Ce montage artificiel, qui a fait de l'Europe l'euroland, une terre de ruines, une lande de friches et un champ de foire, une fosse d'aisance pour ploutocrates avec son champ d'épandage où suffoquent les peuples, emblavure ouverte aux quatre vents de toutes les misères noires.  Les vieilles nations historiques avilies, déchues, décomposées en "régions", en "zones", en "bassins d'emploi". Cet Etat major des banquiers-spéculateurs, avec son aréopage de pseudo-parlementaires serviles, qui a organisé cette régression sans précédent dans notre histoire, n'avait de cesse de clamer, et les petits-bourgeois bénis oui-oui derrière eux s'en allaient le répétant comme des kakatoès : c'est "l'Europe", le "Progrès" , l'"Avenir !"
La gueule de l'à-venir !  Il n'aura pas fallu cinq ans après le NON! français pour que ce masque olympien de l'Europe tombe, se fracasse au bas des marches de l'Acropole et qu'apparaisse sa véritable gueule crochue et verdâtre : celle du FMI.

Gloire au FMI
Affameur Infamie
C'est lui l'idéal
Du Marché Mondial

C'est à Washington
Qu'on donne le ton
Et que son séide
Stauss-Kahn décide

Des plans meurtriers
Qui vont nous saigner
Apportant en France
La désespérance

Le FMI, bras armé de l'impérialisme américain, l'affameur des peuples d'Amérique Latine, le saigneur de l'Afrique, dicte aujourd'hui, directement, sa loi aux ex-nations européennes, au nom des intérêts des nouveaux usuriers.
 Aux travailleurs, aux sueurs de la plus-value, aux peuples, de payer la dette !
C'est Obama, par un simple coup de fil : "Stabiliser l'Europe sera bien pour les Etats-Unis! " Okay ! "Le FMI va conduire la manoeuvre financière dans les mois qui viennent !" Right ! ( le Figaro du 11 Mai), qui a sommé ses deux laquais Merkel et Sarkozy, qui ont aussitôt, le doigt sur la couture du bermuda obtempéré. C'est ainsi que l'U.E disloquée par l'offensive des spéculateurs contre l'Euro, a adopté son fameux plan de "sauvetage" de 750 milliards d'euros, pour "rassurer les marchés"!
Mais cette somme exorbitante ne sera pas créee ex-nihilo : les gouvernements européens, les uns après les autres annoncent des plans de rigueur d'une rare brutalité pour l'amasser : ce sera par le pillage et la destruction des conditions d'existence de l'ouvrier, du cultivateur, du pêcheur, de l'éleveur, du petit-employeur, du médecin, du professeur etc., de tous les créateurs des seules vrais richesses.
En "Hexagonie", en zone Euro-France si on veut, le gouvernement du Fouquet's vient de rendre public son plan contre les retraites :
"- Augmentation de la durée de cotisation.
- Recul de l’âge légal de départ à la retraite.
- Remise en cause du code des pensions et des régimes spéciaux.
- Amputation des salaires des fonctionnaires
Et ce n’est qu’un début ! En l’espace de quelques jours, le gouvernement a offert près de 100 milliards d’euros pour « renflouer la monnaie unique européenne » avant de chiffrer à 100 milliards d’euros les « économies » à réaliser pour revenir aux critères de Maastricht d’ici à 2013." (Informations Ouvrières N° 99)
C'est toute l'Europe qui sera mise désormais sous la tutelle directe du FMI.
Après la Grèce, ce fut la Roumanie, l'Espagne, le Portugal, puis la France, maintenant l'Allemagne et la Grande-Bretagne. Tous ces gouvernement compradores annoncent leurs plans meurtriers. A propos de l'Angleterre et de sa combine de 7 milliards d'économies, The Guardian écrit que ce n'est qu'un amuse-gueule : "se léchant les babines en prévision des coupes coupes budgétaires à venir, les ministres George Osborne et David Laws aiguisents leur couteaux. "
Toute l'Europe connaîtra un sort tragique, à la grecque !

Philistine :  Cucurrucucu... paloma,
Cucurrucucu... no llores,
Las piedras jamas, paloma!
Que van a saber de amores!
Cucurrucucu ! cucurrucucu!
Cucurrucucu !  paloma, ya no llores .
Moi : Silence Philistine! Cessez de roucouler autour de moi en faisant le ménage, ça me déconcentre.
Philistine : Bien monsieur....En fait, c'est à cause de ce que vous écrivez sur la Grèce, ça m'inspire, c'est clair!
Moi :  Ay, ay, ay, ay, ay! Temo le peor!(je crains le pire) ¿ Cuál inspiración?
Philistine : Ecrémer la graisse, (la Grèce okay) quoi de plus naturel ? hi hi hi hi! En fait même Nana Mouskoukouroukouri a fait sa lipposuccion, c'est clair !
Moi : Naturel d'"écrémer" les maigres, pour engraisser la Crème ?
Ainsi donc, le FMI, hier dénoncé par une certaine gauche antifasciste comme l'allié des méchants Colonels et des pires dictatures d'extrême droite, par la magie de la personnalité de son vultueux patron, l'élu de Laberration, le journal des Rothschild, va se voir nimbé de toutes les vertus. Le FMI est grand et DSK est son prophète !
Philistine : En fait, le FMI lutte contre les déficits, et DSK contre le populisme, qui est un déficit d'intelligence, c'est clair!
Moi : On ne peut plus clair.
félix le chat

lundi 24 mai 2010

Chauve qui peut !

Evo Moales serait il fasciste et chauvophobe ?
À la conférence sur le climat de Cochabamba, le chef d'état colombien a volé dans les plumes des amateurs de poulets : “le poulet que nous mangeons est chargé d’hormones féminines, c’est pourquoi les hommes quand ils mangent ce poulet ont des déviations au sein de leur être en tant qu’hommes”.
La calvitie aussi, lui paraît être du nombre des ces déviations contestables: « En Europa casi todos son calvos y esto es por las cosas que comen» . (« en Europe, où presque tous sont chauves c'est à cause de ce qu'ils mangent ») cependant qu'au " sein des peuples indigènes, il n'y a pas de chauves, parce que nous mangeons autrement" a ajouté le président à la belle chevelure de jais, d'origine indienne aymara, ne l’oublions pas.

Les poulets qui rendent chauve et pédé : je laisse à penser quelle ondée ! Les gays en tombèrent à la renverse et leurs pétitions tombèrent à verse.  Aussitôt, la très nécessaire Fédération nationale des lesbiennes, gays, transsexuels et bisexuels (FELGTB) d’Espagne a rugi !
Sa porte parole en porte jarretelles Lizethe Alvarez Echeverri, transsexuelle colombienne résidant à Madrid, est allé illico remettre une lettre de protestation à l’ambassade de Bolivie à Madrid !
Les deux types à moustache qui se sont mariés lundi à Ushuaïa, dans le grand sud argentin, au cours du premier mariage gay de l'histoire de l'Amérique latine, autorisé par la gouverneuse de la Terre de Feu, Mme Fabiana Rios, ont rappelé que  «La méchanceté contre les gays est historique en Amérique latine
Méchants !

D’autres moins axé sur le cul, mais plus "politiques", rappellent que le mouvement que monsieur Morales a présidé jusqu’en 2005 et qui l’a conduit au pouvoir, le Movimiento al socialismo, s’est longtemps appelé, jusqu’à la fin des années 90, Movimiento al socialismo-unzaguista.
Ce Unzaguista de malheur, accolé longtemps à son parti, rappelle la filiation de celui-ci avec « la doctrine d'Oscar Únzaga de la Vega (1916-1959) qui, en 1937, fonda la Falange socialista boliviana (FSB), à l’imitation de la Falange Española de las JONS de José Antonio Primo de Rivera ».
Et l’idéologie des unzaguistes pouvait se résumer en trois mots " Dieu, patrie et foyer".
Ce socialisme était un socialisme national!  De là au national-socialisme il n’y a qu’un pas de l’oie.
Pourtant, cette Phalange milita pour une réforme agraire qui rendrait la terre aux indiens et s’opposa aux grandes sociétés minières qui exploitaient durement un prolétariat entièrement composé d’indigènes.

L’exact contraire du Bobo d‘ici, qui danse à la Gay pride mais s’apprête à porter ses suffrages au nouvel élu de son cœur, DSK le patron du FMI qui affame les peuples.
"Une certaine gauche sait elle que le Socialiste homophobe Evo Morales est un ancien fasciste ?" interroge gravement un bobo de blog, qui se définit lui-même : «"Ni de droite, surtout pas de gauche et encore moins du centre", et "défenseur des taureaux. Je ne suis qu'amour" (sic)
Moi aussi, et pour en revenir aux déclarations anti-galinacée du président Moralès, partisan de l’Hirsutisme, il s'est parait-il excusé.
Il n’aurait pas dû !
D'autres avant lui, et prestigieux, avaient développé cette opinion.
Platon et Aristote donnaient une définition de l’Homme comme bipède sans poils.
Afin de les réfuter, un jour, le sophiste Antisthène dépluma une volaille et la jeta dans l’Agora en disant : « ecce homo » !
Voila l’homo! 
Du reste le sympathique Evo Morales a bien raison à propos de ces gallinacées qui sont gorgés d’œstrogènes jusqu'au gésier.
Et s’il n’y avait que le poulet transgénique !
On rappellera ici la liste des autres polluants qui féminisent la faune et la flore.
La litanie de ces milliers de polluants ravageurs qui présentent les mêmes propriétés oestrogéniques que les urines des femmes, n'est rien en comparaison des effets de leurs flots dévastateurs, car chargées en produit contraceptifs, et qui se sont déversés depuis des lustres dans les nappes phréatiques.
Et avec les cosmétiques dont elles enduisent leurs muscles, qui sont tous des hydrocarbures aromatiques polycycliques, elles en rajoutent, en précipitant le phénomène.
En cette époque opaque tellurique et aphrodisienne, il n'est jusque dans les mœurs grossières que nous devons endurer qui ne soient chargées des relents d'une bestialité féminine, nous sommes noyés dans une mer pétrochimique d'œstrogènes exogènes, qui charrie en plus un fatras de conceptions gynécologiques dégoûtantes de moralines.
Qui ne sont, sous des formes sécularisées et matérialisées, que les antiques lois égalitaristes et antiaristocratiques de la Mère chthonienne, la Pacha Mama si chère au coeur de Monsieur Morales, qui stigmatise toute reconnaissance d’une différence quelconque, sexuelle au premier chef.
félix le chat

lundi 10 mai 2010

post mortem nihil est ?

J’en ai marre ! Tout m’est à charge, même la pluie, tout me navre et m’accable.
Avec ça, l'abbé qui ne vient plus. Où diable peut il être ? Dieu seul le sait.
Heureusement je me sens soutenu par sa présence métaphysique. Mais je languis après nos bons entretiens roboratifs, qui me distrayaient de la trivialité du quotidien et de la politicaillerie.

Philistine : En fait, à défaut de la soi-disant "présence métaphysique" de l'abbé, je suis là moi okay, et bien là, en chair et en os, c'est clair!
Moi : En chair, n'exagérons rien, mais vous êtes en effet là et moi j'en suis déjà bien las. Et puis une fois pour toute, cessez de surgir comme ça comme une stryge dans la nuit qui pousse des cris perçants. J’ai failli défaillir d’une attaque extrasystolique
Philistine : Voudriez vous en fait que je fasse appeler un autre abbé, pour les ultimes secours de la Religion !
Moi : Je soupire après les bons entretiens de l'abbé, qui est mon ami et même davantage, mon Père, mon vrai père. Mais même à l'Article, je n'aurais que faire de toute la prêtraille, ensoutanée ou pas.
Philistine : En fait votre commune aversion pour le clergé moderne est connue, clairement. Mais tout de même vous avez bien une foi religieuse ?
Moi : Je suis vieux-chrétien, tendance Saint-André-des-Champs, mais je n'ai pas « la foi » et ne pratique pas.
Philistine : ????en fait,  pas clair, c'est clair !
Moi : Vous ne comprenez pas ? Je suis pour le catholicisme mâle du moyen-âge. Je suis un donc catholique, point n'est besoin de crôare pour l'être.
Philistine : En fait quand on croit pas dans le catéchisme, on ne peut se dire chrétien c'est clair! L'abbé au moins à la foi.
Moi : Qui vous dit que je ne crois dans rien ? Le crédo de l'Abbé Tymon descend à une profondeur insoupçonnée, au delà de toutes les croyances/incroyances. Pour lui Dieu est Néant au delà de l'Etre et du non-Être.
Philistine : En fait, le catholicisme, mâle ou femelle, c'est le jugement post mortem, okay! La vie éternelle, les Bons et les Méchants, sans ça, tout tombe, tout s'effondre, c'est clair !
Moi : A un niveau exotérique, c'est exact. Mais passé un certain seuil on peut s'en passer. La survie personnelle perpétuelle est une caricature du Soi impersonnel, unique, et semblable à lui-même.
Philistine :  En fait pour vous : post mortem nihil est, comme dit l'abbé dans votre correspondance.
Moi : Ah parce que vous lisez ma correpondance ! N'importe! La vraie question c'est : y a-t-il une vie avant la Mort.  D'ailleurs selon toujours ce bon abbé, les portes du séjour céleste sont "encombrées de faces menaçantes et de bras flamboyant".
Craignons dès lors, davantage, la Seconde Mort, dans les ténèbres des cavernes du Putrata, bien plus redoutable que l'Autre.
Cela dit, quand je vous contemple, vanitas vanitatum, toute métaphysique me semble un  fatras.
Philistine : En fait, trop honorée de l’apprendre, mais quel rapport, là ?
Moi : Vous êtes à mes yeux la preuve vivante de l’inanité de l'idée d’une quelconque survie outre-tombe.
Philistine : Trop nul là ! En fait on voit que ces choses vous sont obscures, clairement, hi hi hi !
Moi : Silence fille de salle! Quelles sont ces familiarités ?
Je vous rappelle que vous êtes encore à mon service, tant que dureront les éjaculations hyperboréennes Eyjajfölles, espèce de folle !
Allez donc finir d’essuyer la vaisselle ! Et que ça saute!
Philistine : Mais, monsieur, il n'y plus de torchons.
Moi : Vous êtes bien culottée, ce soir, je trouve, Philistine.
Philistine : Oui monsieur, pardon monsieur.

samedi 8 mai 2010

Golem et Super-rabbins

Inexplicablement, jusqu’à ce jour, à l’âge le plus tendre j’éprouvais une aversion pour les super-héros musculo-respiratoires : les Batman, Superman, Spiderman, Iron-man et autres Mongolman en collant.
La fée tutélaire qui surveille et régit l’éducation des petits enfants m’a épargné cette inclination, n’imposant à mes panoplies de Chevalier ou de Sioux l’humiliante promiscuité d’accoutrements pédérastiques, moulants et ridicules.

L‘avouerai-je : plus d’une fois, dans mes enfantines chimèries, intrépide et fringuant, je volais au secours de sœur Marie-Angélique, la gentille nonnette qui nous enseignait le catéchisme, et dont j’étais le fervent. Mille fois je la sauvais de périls innommables, la dent du Griffon ou la griffe de la Stryge, la prenant en croupe sur mon Hippogriffe, et je coiffais son front blanc du Diadème et nous filions ensemble, renversant tout, comme la tempête.
Mais, jamais, ni Morphée ni Nyx ne me virent accomplir ces hauts faits, engoncé dans une couche-culotte rouge avec la cape assortie ou un maillot orné d’un SF, Super-Félix.

Cette antipathie native envers les super-ordinaires, les ordinaires dotés de super pouvoirs traduisait mon aversion constitutive pour le monde désenchanté des adultes.
Non que je fusse précocement lucide ou simplement difficile dans mes goûts : Tintin, mais aussi les Katzenjammer Kids, tante Pim avec le Capitaine et l’Astronome, Pipo, Concombre et Pougatchov, sans rien dire de Tartine, du diabolo Geppo, des Pieds Nickelés et de mon homonyme Félix le chat, faisaient mes délices.
Mais décidément ces super-héros en collant je ne marchais pas.
Toute la spiritualité, toute la poésie absente des ces comics décérébrés, réalistes, mais d’un réalisme écœurant puisque les super pouvoirs violaient ignominieusement les lois de la réalité, c’est absurde et invraisemblable. D’un invraisemblable grotesque, infantile, et non enfantin .
Un monde réaliste, trivial, infiniment différent de la magie des contes et des mythes, car sous le masque du Merveilleux se cache le visage de la profonde vérité, avec quelque chose de voilé, d'étrange et d'exquis, un monde vidés d’elfes et de lutins remplacés par des directeurs de banque ou des avocats volants.

Plus tard je songeais que ces figures des "comics", mélange de fantasmes de toute puissance des femelles, et d’hystérie de punition des névrotiques, révèlent la nature essentiellement gynécocratique et névrosée de l’Amérique.
Fantasme de toute puissance contraire de l’héroïsme : le super héros transforme une forme de pouvoir financier ou scientifique, en pouvoir magique directement utilisable par lui, la notion de limite n'existe plus, les images s'appellent les unes les autres en une surenchère hystérique.
C’est la psyché typique du Névrosé et de la femelle hystérique, comme elle, il ne supporte aucun délai entre le désir et sa réalisation, et fait l’impasse rationnelle sur l’obtention d’une nature supérieure.

Combien étranges et étrangers à mon âme, me disais-je ces américains, d’une race qui m’est dissemblable, insolite, car la race doit être évaluée, non par son extériorité corporelle, ses traits raciaux somatiques, mais son intériorité psychique .
Le caractère si limité de l'imagination des américains, la pauvreté de leur imaginaire, cet infantilisme, était la rançon, pensais-je, de ce monde du business, du capitalisme définitif, dans lequel l'âme plébéienne, toute rabougrie, répand au dehors, sa nullité crasse.
Résultat d’une société passée directement de la barbarie à la décadence sans jamais avoir connu la civilisation. « C'est-à-dire de civilisations où l'homme s'est barré toute possibilité d'un contact effectif avec le monde de la transcendance, a perdu toute véritable compréhension des connaissances relatives à un tel monde et propres à une tradition vraiment digne de ce nom. » Julius Evola

Or donc, quelle ne fut pas ma surprise de découvrir aujourd’hui l’extraction véritable Inter faeces et urinam nescimur, de ces guignols en maillot moulant.
« A Berlin, une exposition fait briller les couleurs juives des super-héros » AFP. 04/05/2010
"Héros, monstres et super-rabbins - Des BD aux couleurs juives", exposition qui se tient jusqu'au 8 août au Musée juif de Berlin.
« Les figures les plus connues du panthéon des "comics" américains ont tous pour créateur des descendants de familles juives émigrées d'Europe »
J’ignorais parfaitement ce détail, ainsi que le fait "Que leurs aventures"(dans lesquelles ils ont mis tout leur fanatisme tribal)," étaient truffées d'allusions à l'Ancien testament ", "explique Cilly Kugelmann, directrice de la programmation du Musée juif." Toujours l"AFP.
C’est pourquoi, leurs fameux dons, ils les possèdent ontologiquement, de par leur nature propre, parce qu’ils sont des élus, des êtres de race supérieure.
Si les Nazis depuis 50 ans, ne vivent plus que dans les cervelles malodorantes des serviteurs de l’Oligarchie, Superman lui, avatar du Golem, continue de sévir, de se battre encore et toujours, contre eux.
Et cela se vérifie dans les films actuels, on ne compte plus le nombre de gratte-ciels défoncés à coup de poing et de super pouvoirs, un sacré tas de WTC.
"Bon sang mais c'est bien sur!" pourrais je, à mon tour,  m'écrier, comme l'inspecteur Bourrel dans les cinq dernières minutes (du Kali Yuga).

Davantage que la science que péniblement on acquiert;
plus encore que la conscience qui s’intensifie quand nos sens sont intellectualisés;
je révère par dessus tout, cette Intuition, cette perception antéprédicative qui passe par delà les raisonnements:
cette nescience au delà de la science, au delà de l’ignorance.
Ce à quoi l’âme est disposée;
disposition qui révèle l’âme de la race, la race intérieure, race de l'esprit.
Dégoûts enfantins et qui se trouvent plus tard, bien plus tard, explicités, en quelque sorte confortés par des éléments tangibles, par la connaissance.
C’est l’âme qui se connaît elle-même, et l’esprit de l’enfant est prévenu originairement par sa sensibilité.
Ô Enfance : jardin ensoleillé, dans lequel Dieu se promène, comme en notre premier paradis, qui fit dire à Baudelaire que "le génie c'est l'enfance retrouvée à volonté".
félix le chat

jeudi 6 mai 2010

Allez vous faire empapandréouter chez les Grecs !

À l’Assemblée nationale, dans la nuit du 4 mai, les députés du Parti socialiste ont voté avec l’UMP la participation de la France au plan Papandréou-FMI dit « plan d’aide » à la Grèce.
François Hollande a justifié ce vote : « nous ne sommes pas là dans un débat droite-gauche nous sommes là dans un débat européen et un débat de principe ».
Quel principe ? « Sauver l’euro ! » fut la réponse de ce Gros.
Rappelons que ce prêt, de 80 milliards de Rots, est subordonné par l’Union européenne à un plan drastique de retour aux critères de Maastricht : le peuple grec invité à se serrer toujours plus la ceinture :
-recul du départ à la retraite à 67 ans ,
-suppression du 13ème mois des fonctionnaires,
-augmentation de la TVA
-baisse généralisée des salaires et des pensions

Ainsi donc un véritable consensus droite-gauche s’est établit, pour défendre les intérêts des banquiers faillis et des spéculateurs, un consensus contre les peuples !
Le socialiste Strauss-Kahn, s’est déclaré « admiratif de l’extrême rigueur choisie par le gouvernement [du socialiste ] Papandréou, qui a préféré de durs sacrifices immédiats pour sortir au plus vite son pays de la crise ».
Les 30 milliards prêtés par le Fonds monétaire international, sont régis par la clause dite de « conditionnalité » : c’est-à-dire des mesures encore plus meurtrières, avec tout pouvoir au FMI et à ses experts pour les faire appliquer.

Il est bon de voir les masses se dresser contre les crapules socialistes, l’Internationale Socialiste étant le principal pilier des institutions de l’Union américaine dite « européenne » grande pourvoyeuse de misère.
C’est ce que les travailleurs français avaient réalisé, négativement en 2002, en s’abstenant massivement de voter pour leur candidat historique, Jospin, ce qui provoqua le séisme politique que l’on sait, qui contraint le pouvoir de la Cinquième République ébranlée, à déchaîner dans la rue les hordes de la petite-bourgeoisie hystérique, dirigées par le PCF et la LCR, contre la classe ouvrière (abstentionniste et fâchiste.)

Cette phrase, que les bobos téléspectateurs antifascistes et ignares récitent comme des perroquets : « le ventre est toujours fécond d’où surgira la Bête », n’oublions jamais que pour son auteur Berthold Brecht, si la bête était la dictature policière du Capital financier, le ventre fécond était la Social-démocratie !
Les Noske, Scheidemann et Hébert, qui noyèrent la commune de Berlin dans le sang à l'aide des Corps francs* sont les ancêtres des Strauss-Kahn, Papandréou, Hollande.

Le Président (PS) de la commission des finances de l’Assemblée nationale en France, Jérôme Cahuzac après s’être félicité du plan anti-ouvrier de Papandréou a martelé : « Ne confondons pas tout, ni l’âge légal, l’âge moyen de départ en retraite, ni les durées de cotisation, et pas davantage les questions internationales et celles qui relèvent de la politique interne. »
C’est lui qu’il faut confondre ! 75% des français estiment que les vampires de la finance repus du sang grec, pourraient tout aussi bien saigner notre pays.
Comment, les mesures d’austérité, en France, dont la réforme des retraites visant ici aussi à satisfaire aux exigences des banques et de l’UE,  ne reviendraient pas à nous faire empapandréouter comme des Grecs ?

Défions nous aussi des autres démagogues de "la gauche de la gauche", tel le Sénateur Mélenchon :
"Je vois arriver dans la vieille Europe et par les pays latin les scénarios qui ont conduit à la désintégration politique et économique de l'Amérique latine, et par conséquent je suis très inquiet",
Traduction : Attention ! apprentis sorciers, avec vos plans vous créez un risque de Chavez en Europe.
Il feint de tenir un discours radical :  "Rien dans le problème de la dette grecque ne justifie un traitement pareil ."
Non monsieur le sénateur, il n'y a pas un problème de dette.
Annulation de la dette et annulation du plan de rigueur qui étrangle le peuple pour la payer, tels sont les mots d'ordre, critères séparateurs entre ceux qui sont pour ou contre le consensus avec le FMI.

Même jeu, et pire encore, chez l’alter facteur.  Ce soir se tiendra à Paris un grand meeting NPA auquel participeront Marie-George Buffet (PCF), Jean-Luc Mélenchon (Parti de gauche) et Cécile Duflot (Verts).
"Martine Aubry est la bienvenue à nos côtés"  vient de déclarer Besancennot. Appel au consensus avec la direction du PS elle même engluée dans l'Union sacrée avec le FMI !

Quand à la Buffet, elle voit dans ce plan pour la Grèce : "un grand n’importe quoi ".  
Nous, nous proposons qu’il y ait des nationalisations d’un certain nombre de banques, que nous créions un compte financier public du crédit, et qu’il se conjugue avec la Banque centrale européenne qui aurait de nouveaux pouvoirs pour aider au développement et à l’emploi au niveau de l’Union européenne.
N'importe quoi ! Ce galimatias politique incompréhensible qui dit en une seule phrase tout et son contraire :
Nationalisation des banques pour mieux les soumettre à la BCE ?
BCE qui aurait de nouveaux pouvoirs ? Pour aider au développement de l'emploi ? La BCE ?
C'est se foutre du monde.
Traduction là encore : sauver une Union Européenne qui fait eau de toute part !

Embrouiller tout, obscurcir la conscience, tel est le rôle de ces chiens courants du Capital, qui feignent d’appuyer la révolte des classes qui vivent de leur travail, pour mieux l’étouffer.
Félix Niesche
* Plus féroces et davantage fiers contre des ouvriers désarmés, que contre nos Poilus au Chemin des Dames.