mercredi 29 août 2012

Publicité


Vient de paraître VIS COMICA

« À se tordre » Alphonse Vazy. Sud-ouest

« Une imagination poétique digne des plus petits. » André Normand. Les Quenelles Littéraires

« On s’y fend la gueule à coup de hachoir » Les Incompressibles

« On y rit jaune, noir, un vrai nid de guêpes. » Le Nouvel Admirateur

« J’ai bien aimé le coup de l’escalier, sinon c’est plutôt raide. » Philistine Stringulat. La Dinde déchainée.

« KontreKulture la maison d’édition qui monte qui monte...» La Tribune Desornières

« C‘est se foutre du pauvre immonde ! » L’Aberration

« Aberrant ! » L’Immonde

« Vous avez aimé Fragrans, vous adorerez Vis! » Zenia. Ailes

« On n’y croît pas ! » Père de Kouy. La Croâ

« Un régal pour l’esprit et les sens.  » Le petit gastronome illustré

« C’est grave ! » M. Homais. La Revue d’Esculape

« Il faudrait capitonner la couverture » Dr Diafoirus. Le Quotidien d’Hippocrate

« Un livre étrange, aux ris sévères. » Le Corbeau délicieux

lundi 27 août 2012

Border Line


Ibara, à qui, par ce côté, O si peu glorieux, je ressemble, raconte qu'un gros qui lui a manqué de respect, en lui gueulant dessus, l'a échappé belle .
 
" Tu as eu beaucoup de chance, crois moi"

Moi, en tout cas,  je le crois. Dur comme fer.
Aussi j'avais laissé un bref commentaire, mais sa colère "retombée" Ibara a supprimé ce post. C'est bien naturel. Comme il bien naturel que je veuille conserver ce témoignage de ma claire sympathie.
Le voici

Peu importe que ta colère retombe, ce qui compte c'est le moment ! Je sais que le gueulard a vraiment eu beaucoup de chance, une chance de cocu (ce qu'il doit être), aussi incroyable que ta violence intérieure était incoercible !
Ces insulteurs ne savent pas, ne peuvent pas savoir, que nous sommes prêts, mais surtout très très près, de le leur faire sanglant. 
 
felix lechat

vendredi 24 août 2012

Dévirilise à Sion

Vous voudrez bien lire l’article intitulé En Israël, la chute de la fertilité masculine est un enjeu de société, (en cliquant), publié sur le site d’E&R, jeudi 23 août
C’est cette délicieuse lecture qui m’a dicté ces quelques remarques et analyses. Et je me suis senti d’autant plus fondé à les risquer que mon dernier petit ouvrage ( petit par la taille, mais grand par l'esprit, tout comme son auteur)*,  intitulé Fragrans Feminae,  s’ouvre précisément sur ces âpres considérations.

§. Il s’agit d’une effroyable catastrophe planétaire, qui est loin de concerner uniquement l’Israël. Nous noterons cependant que seul l’Israël temporel possède encore cette prérogative, devenue son privilège exclusif, préoccupation saine et légitime, qui devrait être le devoir de tous les Etats, de se soucier de la virilité et de la vigueur génésique de son peuple.
Cependant que leurs coreligionnaires d’Hollywood (l’Israël Éternel ?) font l’apologie de la Nana, prédatrice, supérieure, salvatrice, baiseuse et débrouillarde, faite pour montrer leur chemin aux benêts blancs, pleurnichards et semi-pédérastes qui sont là pour les mettre….en valeur.

§. Ce fléau capital ne concerne nullement que l’humaine espèce seule, puisque dans la faune, on a remarqué que près les lacs et estuaires où se déversent nos eaux usées, la plupart des animaux connaissent une baisse de la fertilité et les mâles adoptent des comportements dévolus aux femelles.
Quoi qu’il en soit, chez Homo sapiens, on a d’ores et déjà fait état (et publié dans des revues scientifiques confidentielles) :
- D’une baisse générale de la fertilité (diminution de 50 % du nombre de spermatozoïdes actifs en cinquante ans).
- De malformations génitales exponentielles : « à Montpellier, le Pr Charles Sultan, pédiatre endocrinologue, estime que le nombre de garçons qui ont un micropénis et d’autres malformations de l’appareil génital comme la descente incomplète des testicules (cryptorchidie) a été multiplié par trois en vingt ans. Le ratio de natalité fille/garçon, traditionnellement favorable aux garçons, s’est inversé. »
- D’explosion des cancers du testicule (multipliés par quatre en cinquante ans).
- En outre, la longueur périnéale chez les nouveau-nés, diminue. La longueur périnéale est la distance des testicules à l’anus.

§. Responsable de cette dévirilisation planétaire la marée d’œstrogènes contenues dans les pilules contraceptives et quotidiennement rejetées dans les eaux usées des sanitaires, quantités phénoménales et phéromonales, fatales au sexe masculin.
Des éléments scientifiques indiscutables mais dissimulés, montrent la coïncidence parfaite de la féminisation physique et idéologique. Le flot monstrueux d’œstrogènes rejeté dans les nappes phréatiques étant le versant organique de la submersion du principe viril par les eaux corrosives amazoniennes.
Or donc à la fin, Y, se révèlera plus vulnérable que X.

§. Cette cause scientifiquement reconnue, sera soigneusement tue, ou plus exactement noyée dans un ensemble d’autres substances, pêle-mêle incriminées. Les « perturbateurs endocriniens omniprésents dans les plastiques », « le port des téléphones mobiles dans les poches de pantalon » « les hormones femelles dans l’eau potable recyclée », les « pesticides par l’agriculture intensive », « la concentration élevée d’œstrogène, une hormone femelle, dans les produits laitiers. »
C’est noyer le poison dans la foison.
En réalité les chercheurs savent parfaitement que la responsable absolu de cette dévirilisation planétaire est la marée d’œstrogènes des pilules contraceptives. Les autres substances ne viennent que s’ajouter, ne font que renchérir sur ce fléau en tant qu’adjuvants, si l’on veut, puisque l’on sait que tous ces dérivés de la pétrochimie, ainsi que les gaz d’échappement et autres composés chimiques, en quelque sorte miment les effets des œstrogènes naturels. Les savants d’ailleurs les nomment les œstrogène-like, car ils présentent les mêmes propriétés, mais atténuées, que les œstrogènes.
Pour tous les chercheurs qui ont étudié de cette dévirilisation planétaire, citons ceux de l’Institut Armand-Frappier, d’Environnement Canada, de Pêches et Océans Canada, etc., toutes leurs études ont montré le rôle irréfutable et prépondérant:«des œstrogènes hormonaux et médicamenteux, provenant des pilules contraceptives consommées par des dizaines de millions ou peut-être même de centaines de millions de femmes dans le monde, et quotidiennement rejetées via les urines dans les eaux usées des sanitaires et non traitées en stations d’épuration.»

§. Seuls les eunuques spirituels et ils sont légions, ne ressentent pas la prise massive de la pilule comme une destruction de la féminité originelle au profit d’un type de néo-féménité moderne, sa contrefaçon viriloïde.
Ne voient pas la coïncidence absolue de la dévirilisation physique et psychologique avec la féminisation métaphysique, entre la marée d’œstrogène et la submersion de la polarité masculine par les eaux corrosives du Kali Yuga.
félix lechat

*Ce qui me perdra c’est ma modestie ! 

dimanche 19 août 2012

Canicule



Le fossé entre les classes se creuse, gorgé de hedge-fund, c’est-à-dire d’ordures, les peuples meurtris trainent leurs plaies dans cette ornière puante, brisés, salis, la rage au ventre.
Le monde est un coffre-fort gigantesque, seule richesse vivante nous sommes cadenassés à double-tour dedans, on étouffe on crève, on crache le sang !

Et plus ils n'ont rien à foutre des pauvres, qu'ils crèvent, plus ils ferment les hôpitaux, baissent les retraites, plus ils jettent les vrais travailleurs à la casse afin de rembourser leur Dette infâme au centuple, plus le discours devient maternel.
« Attention à la marche, veillez à vos petites affaires, ne fumez pas, respirez, mangez cinq fruits tous les jours, allez régulièrement à selle, souriez vous êtes enculés, buvez trente-cinq litres d’eau chameaux, il fait très chaud, vieillards descendez au frigo ! »

Autres temps autres monstres. À la place du Père fouettard de l’Impérialisme, en avant-marche pour les hécatombes, la Mauvaise Mère de la Décomposition, vautrée dans les rigoles d’outre-tombe.
Cette Putain fardée qui te fait risette, cette pusssy-riot d'orifices, qui te la bâille belle de tout son méat fétide, et se fout bien de toi, c’est le dernier avatar de Kali, la dernière imago du procès pédérastique du capitalisme grabataire.
félix lechat

mercredi 15 août 2012

An-atomiques

On sait que les Vraicons Israéliens trépignent et tapent du poing sur l’étal, pour hâter leur préparatif létal pour l’Iran, qui devrait être embaumé à la saison des chrysanthèmes, après la pantomime américaine de novembre, c’est à dire la prévisible homologation bis de leur Polichinelle.

Pendant que ces va-t-en-guerre du Jourdain jappaient, au Japon l'on commémorait HIROSHIMA leur amour en chaleur thermonucléaire du 6 août 1945, et la remise de couvert du 9 août,  avec la très chrétienne Nagasaki, leur second coup de foudre yanki. 
En cette date anniversaire, craignons que des millions d’Iraniens irradiés n'aillent un jour prochain, au delà d'Uranus, danser dans l'ionosphère, au grand bal des aurores boréales, avec les défunts d'Hiroshima, fantômes infrarouges et spectres ultraviolets, rayonnant d'X et brillant de gamma, cependant qu’ici-bas leurs ombres restent fixées à jamais sur les murs.
Négatifs radioactifs de ces photons nippons fautifs, dont les heureux propriétaires, transformés en chaleur et lumière, rayonnent dans notre souvenir.

  Quel est le crime inexpiable de l'Iran ?
1. Appeler un Shah un Shah, un crime un crime, l’Israël bourreau et la Palestine victime.
2.  Lier son propre programme nucléaire, à la question des armes nucléaires israéliennes.
On atteint ici le fond de l'inadmissible, le passible de missiles ! 
Refuser à l'égard du petit État, si courageux et qui a tant souffert, un régime de faveur morale, là git le grand sacrilège, crime de lèse-Electivité, susceptible de radioactivité.

En provocant cette ire, l’Iran s’est radiée d’elle-même de la communauté des non-irradiés.
Ainsi d’aucuns, envisagent sérieusement de la vitrifier, et in vitro de mettre bas un nouvel avorton, avatar multiethnique Turco-Perso-Kurdo-Balouche du plan Yinon.
Un peu comme feu l'Iraq lyriquement ramené à l'âge des pierres-à-feu.
Les petits Persans, comme les enfants de Gaza, gouteront-ils, à échéance, et à leur tour, aux saveurs amères du Plutonium ?
félix lechat

jeudi 9 août 2012

Fragrans Feminae

 
"juillet en hiver". Peinture d'Ibara

Ce reproche de reposer mon front blême sur mes lauriers nains, rien n’est plus injuste !
Amis lecteurs pardonnez moi ces absences, ces défaillances, et ces départs sans crier gare, je n’étais pas en train…
Ah ces mois du brillant Hélios passés dans l’Hadès !

Enfin, le deuxième opus de mes zœuvres incomplètes vient de sortir.
Fragrans Feminae : c’est sur la gynécocratie, vous pouvez l'avoir en cliquant ici,


Dedans cet ouvrage j'ai négligé le portrait de Marie-Entresol Touraine à cause de ses gros yeux écarquillés qui ressemblent comme deux yeux de veau à ceux d'une autre Marie-Salope, dont le souvenir me donne le mal de mer.  
Horizontale officielle de la Marine Nationale, peintre en bâtiment des bittes damarrage, elle produit des pastels de facture exclusivement rectangulaire, géométrie euclidienne tout à fait appropriée à l’élément ondulatoire et à la nomination d'aquarelliste attitrée de la Flotte.
Le moteur marin fonctionne encore au Piston on dirait.