mercredi 17 novembre 2010

Le manifeste du Parti JeuneFille


Introduction
Un sexe hante le monde : la JeuneFille.
La richesse des sociétés, à l'époque du capitalisme sénile, s’annonce comme une gigantesque accumulation de JeuneFilles.
Déjà le JeuneFillisme est reconnu comme une puissance par toutes les puissances coalisées du monde.
La JeuneFille paraît au premier coup d'œil quelque chose de trivial et qui se comprend de soi-même.
Au contraire c'est une chose très compliquée, pleine de subtilités métaphysiques et d'arguties théologiques .
Les JeuneFilles diraient, si elles pouvaient penser : « Notre usage intime peut bien intéresser l'homme; pour nous, en tant qu'objets sexuels, nous nous en moquons bien. Ce qui nous regarde c'est notre valeur . Notre rapport entre nous comme choses interchangeables le prouve. Nous ne nous envisageons les unes les autres que comme valeurs d'échange. »
La critique de la raison pratique échoue devant elle. Je ne suis pas là pour qu’on me critique ! dit la JeuneFille.
Nous connaissons maintenant la substance de la JF : c'est la force de réification. Nous connaissons la mesure de sa quantité : c'est la durée du travail nécessaire à leur possession.
Parce que je le vaux bien, c'est clair ! dit la Jeune-Fille.
Il est grand temps que les Jeune-Filles exposent à la face du monde entier, leurs conceptions, leur but et leurs tendances; qu'elles opposent à la légende du sexe faible un manifeste du Sceptre féministe.

1 Mâles et femelles
L'histoire de toute société jusqu'à nos jours n'a été que l'histoire de la lutte du beau sexe pour son émancipation.
Femmes libres et esclaves, patriciennes et plébéiennes, baronnes et serves, bourgeoises et ouvrières, unies, ont mené une guerre ininterrompue à travers les âges contre leurs oppresseurs coalisés.
Qu’aucune chronologie datée de ces hauts faits ne soit relatée nulle part prouve la Domination masculine.  En fait, l’Histoire a été écrite par les mecs c'est clair ? dit la JF
L'antiquité cliquette de la quête incessante de toutes les spartaquettes, pâquerettes écrasées par les lourds quarante-quatre fillette.
Dans les ténèbres du moyen-âge, paysannes et châtelaines se dressèrent ensemble contre la beaufrérie conjointe des Seigneurs et des Serfs. Longtemps les serfs refilaient leur nanas à leurs potes les seigneurs.
Qui s'en repaissaient à l'endroit (et à l'envers) du cuissage et du corsage, en droit de jambage.
L'histoire ne dit pas si une réciprocité s'était instaurée.
La relation de cet usage ancestral attend sa tête chercheuse en science sociale.

2 femelles et féministes
À l'époque moderne, les casernes, les camps de concentration, les pelotons d'exécution, les charniers des guerres mondiales, ont mis un terme au règne de la Raison et à son véhicule : le mâle blanc.
La pensée rationnelle européenne ayant amené à cette impasse, il était temps de tâter d'un peu de l'intuition.
La Nature allait explorer une autre voie.
Le sentiment d'une régression n'est plus porté que par quelques maudits.
Avec eux disparaîtront les derniers regrets.
Dans l’Europe au milieu des ruines surgirent les premiers éléments féministes-révolutionnaires qui allaient ouvrir une voie glorieuse à l’émancipation des Femmes.
Pendant que l’Europe s’exterminait joyeusement, c’est dans les communautés sépharades d'Afrique du Nord que se forgeait une élite, qui transplantée dans les agglomérations urbaines reconstruites d'après guerre, agira comme un levain.
Cependant que dans leurs pouilleries originaires elles n'auraient réussi tout au plus qu'à épouser quelques marchands d'huile, la République leur ouvrit les bras et les cuisses, et par un léchage consciencieux elles devinrent toutes avocates.
Pétries de ressentiment filial, ces femelles infériorisées, ne pouvant s'en prendre à leur race d'élection, décidèrent plutôt de se venger sur des benêts qui rampaient déjà aux pieds de leurs dulcinées, leur déclamant des élégies avec des trémolos.
On leur émancipa leurs idoles.
Le String, la Pilule, Gisèle Halimi, les têtes chercheuses en Sciences Sociale, France-Culture et Ni pute Ni soumise sont les phares de la conquête féministe qui éclairent l'avenir de l'homme d'une journée de la femme perpétuelle.

3- féministes et Jeune-Filles
La libération s'agrandissant sans cesse, la petite culotte diminuait toujours. Le machisme ancien n'a pas seulement forgé sans le savoir, l’arme idéologique qui le mettra à mort; il a produit aussi l’espèce femelle qui maniera cette arme, les nouvelles sans-culottes qui submergeront la royauté solaire virile sous leurs flots de cyprine corrosive.
Soit : la Jeune-Fille, l’être du féminisme réalisé. Ce que l’Anarque est à l’anarchiste
Qui a dépassé le moment dialectique de la négativité.
D’ailleurs la Jeune-Fille a la négativité en horreur. J’ai horreur des mecs négatifs en fait, dit la Jeune-Fille.
Dominant intellectuellement toute la société, elle a instauré sa suprématie sur toute les manifestations de la culture et peut désormais se livrer sans complexe à ses plaisirs.

4- La Parousie ou le règne de la Jeune-Fill
Le mâle blanc n'est plus qu'un spectre sans substance, chiffe molle qui vole au vent de l'avenir comme un vieux string sur une corde à linge.
Dessus sa sépulture il fallait que se dressât un autre sceptre, car « l'être sort du Néant comme une verge qui se dresse. » Jean-Sol Partre.
La Jeune-Fille a élu ce nouveau grand mâle de la terre, à la fois festif et jubilatoire, phallique et brutal, dionysiaque et dandinant, prognathe suprêmement doté par la Nature.
La rencontre de ces deux espèces était prévue depuis toujours dans les plans de la Nature, témoins leurs affinités électives : la danse, les bijoux, la pensée magique, les portables, l'équipe de France de Fout, et j’en passe.
L’antique subordination du principe féminin à la Virilité, sera remplacé par l’unité du tronc phallique etouffé sous la croissance végétale.
Il ne reste plus qu’à tirer l'échelle, l'Histoire ne fut qu'un accident bref.
Il fallait que la possibilité tragique de la conscience avec sa potentialité divine se produisit afin que d'échouer, et être extirpée une fois pour toute de la surface de la terre.
En fait, pas trop tôt, c'est clair !
 Philistine Stringulat - AuteurE

mardi 16 novembre 2010

Matériaux pour une théorie du Vieux-Con -1-

Veuillez relire mon Manifeste , et ma Circé, le chef d'oeuvre qui provoqua l'ire du Vieux Con


§ Il le dit lui même qu'il est un vieux con
§ Tous les Vieux-Cons ne sont pas à la gamelle : hier chez les Situ et les Maos comme chez les trotskyste-apprivoisés. Tout le monde n'est pas sénateur Weber ou Mélangeon
§ Il y a les krivine qui restent en bas pour garder la boutique à besancennot
§ Bas les pattes sur la JeuneFille ! Elle est à moi pense le Vieux-Con
§ Il espère
§ Le vieux conservateur. "De sens rassis"
§ Le vieux prof : "ainsi je la défends ! Quelle intelligence : elle va m'admirer"
§ Le Vieux-Con venge la JeuneFille
§ Les Nymphes roses obsèdent le Vieux-Con : il veut brouter de la vulve rase, ce con.
§ Il leur dit :
"L’insane, quand il pense être homme, rêve de s’autoenculer.
Quand il pense être femme, il songe à se lécher "
§ Il faut traduire : Je ne pense qu'aux Jeunes Filles, à les lécher. Bandant mou.
§ Il leur dit encore :
"Un noir politique loin de l’anarchie, très, très proche du fascisme et du cléricalisme"
§ L'Antifâchisme de la Jeune-Fille
§ Il enfonce bien le clou : " Quoi ! les femmes n'auraient jamais dû manifester leur envie de se libérer d'un carcan moral désuet ? "
§  Il me nomme " Fél-X la chatte " " Le point-Fél-X. Pour félation,et X pour pornographie "
§  Ailleurs : " Vos inspirateurs sont très connus, ils s’appellent : Savonarole, Luther et Müntzer."
§  Car je lui ai interdit de me tutoyer.
Il ne dit pas l'abbé Tymon de Quimonte parce qu'il ne le connait pas.
§  Millie dit : "la bête immonde", elle.
§  Au moins.
§  Je me comprend.
§  N'est ce pas suffisant ?
félix lechat

lundi 15 novembre 2010

Fion bis

Or donc, le Fion vient de nous déféquer sur la face, pour la seconde fois, un autre gros gouvernement de merde. (Je dis seconde fois parce que je pense qu’il n’y en aura pas une troisième)
En dépit que j'en aie, comme tout ce qui vit et frémit en Ex-France, j’en ai été éclaboussé

Trois remarques sur cette nouvelle defecatio de Fion 2, avec son grouillis de ministres qui boudonne sur le visage de l’Afrance, comme un masque de mouches véreuses sur un supplicié.
1°- Parmi ceux qui ont giclé, tombant à la fosse, deux étrons de poids :
- Le Kouchmerde, sinistre chien courant de l’Otan, le marchand de riz complet devenu Empereur du Kossovo puis ministre des affaires israéliennes en Hexagonie.
-Le Weuhoeurk, truand. À été dégueulé. Ça dégoûte d’en causer.
- Quant à notre Ministre des Sports trempée dans l’encre du favoritisme et remisée au vestiaire, le croirez vous, elle va me manquer.
Elle m’inspirait la Ramapithèque emblème de la diversité, et bien davantage que les autres raclures de bidet du gynécée ministruel.
En outre, ôter cette petite touche d’ébène dans cette vomissure de lymphe blanchâtre qui s’écoule de ces nouvelles charognes de gouvernement, c’est du dernier malsain. Une once de charbon est excellent contre l’excès de flatulence délétères, voici un conseil de thérapeutique sociale gratuit.
De la dernière lâcheté aussi : pour complaire aux gorets roses de l’extrême droââte en vue des zélections à venir. Minable. Pour le coup le Cran d’arrêt auraient raison de s’ouvrir. Mais il ne le fera nullement, n’étant qu’un ramas négro-bourgeois prétentieux, trop timoré pour mordre la Main qui le nourrit avec de grasses prébendes.

2°- Un petit nouveau : Le grand Juppé. Bien connu de la police . À son actif : corruption et abus de biens publics. Condamné en 2004 avec perte de droits civiques et inéligibilité. Devient Sinistre de la défense des léphants et des anciens con battus.

3°- Parmi les inamovibles, nous noterons le maintien, quoiqu’à un poste différent, du Cétacé, la Truie rose de Mer, vaccinée H1N1 à l’eau distillée dans un gymnase .
La Roseline des suppositoires pharmaceutiques Sanofi. Qui s’est engraissée davantage s’il se peut, en colportant la rumeur d’une pandémie aussi mortelle qu’artificielle dans le but de faire réaliser des profits juteux aux laboratoires mortifères, infectant la moitié de la population avec un vaccin à base de fœtus décomposés et de restes d’enfants palestiniens éviscérés Beth Din, le tout malaxé avec des dérivés toxiques des forages pétroliers.
Elle a passé de « la santé publique » qu’elle a suffisamment contribué à dégrader, non pas à la Santé, ce qui serait sa vraie place après un tel forfait, mais à « ministre des solidarités et de la cohésion sociale » ce qui ne veut rien dire. En tout cas pas de la solidarité et la cohésion entre les sexes ennemis ! Parce qu’en dehors de sa profession Madame a des opinions féministes ultra. Elle est une de ces exagérées tricoteuses qui va nous confectionner des sous-vêtements des plus exigus pour nos génitoires, n’en doutons pas.

Cette nouvelle sinécure, où le cétacé n’aura plus, entre deux gougnotteries anti-mâles, qu’à trimballer son saindoux dans des galas, est la récompense pour ses bons et loyaux sévices, sur la demande des labo-ploutocraties, dont ce gouvernement de bran, en son entier, n’est que le serviteur à gages.

lundi 8 novembre 2010

Morgenthau bis

Le Plan Morgenthau

Au sortir de la Deuxième Boucherie mondiale, le plan Morgenthau ne proposait rien moins que de “transformer l'Allemagne en champs de pommes de terre”, les allemands en Untermenschen perpétuels :  les mâles en serfs courbés sur la glèbe, les femelles en pain de fesses.
On explique généralement la haine de Morgenthau envers l'Allemagne parce qu'il était israélite.
Il est vrai que l'on peut se faire une idée précise du sort qu'il réservait pour l'après-guerre au Reich honni, en observant celui de Gaza ou de Cisjordanie sous occupation adjuivante.
D'ailleurs, lors de la seconde Conférence de Québec, en septembre 1944, même Churchill, peu suspect de porter une indulgence coupable à l'égard du Volk allemand, fut consterné par un tel plan, qu'il qualifia de "unnatural, un-Chretian and unnecessary".
On ne saurait mieux dire.
"Je considère le plan Morgenthau avec autant d'enthousiasme, déclara-t-il, que si je me liais moi-même les poignets à un Allemand mort".

Ce plan Morgenthau avait pourtant ses partisans, non des moindres, en particulier Roosevelt himself.
Parce qu'en dehors de l'inspiration bestialement tribale de son initiateur, il avait un fondement obectif : les impérialismes d'Europe étaient si faibles, les bourgeoisies tellement épuisées, leurs économies et appareils d'Etat si délabrés, que leur transformation en simples "bourgeoisies compradores" c'est à dire en simples vassales et {relais} de l'impérialisme américain, paraissait une possibilité à tenter.
Au cours de la guerre, Roosevelt et son gouvernement s'orientaient dans ce sens, notamment à l'égard de la France. Ôter à l'impérialisme français son empire colonial, ne plus le concevoir que comme un gouvernement fantoche à sa solde, dépouiller la bourgeoisie française des attributs de la souveraineté et de l'indépendance nationales, tels étaient les projet en cour à la Maison Blanche. (C'est à dire la situation qui est la nôtre dès 1945.)
Il fut même question que dès après le Débar­quement, l'administration militaire américaine débarquât la française, et gouvernât directement, du moins pour un temps, la France, comme les troupes alliées devaient administrer pendant quelques années l'Allemagne à genoux.
D'une façon générale, au cours de la guerre, les dirigeants politiques américains, se proposaient de réduire l'indépendance politique des bourgeoisies européennes à la portion congrue, leurs principales forces productives détruites, afin de ne laisser subsister en Europe que les forces productives complémentaires à celles de l'impérialisme U.S.
.
Pourquoi ça n'a pas marché.

Ces objectifs philanthropiques se révélèrent totalement irréalisables, et l'impérialisme américain dut, provisoirement, les abandonner et modifier rapidement et profondément sa politique.
Quelle que soit sa puissance, l'impérialisme américain est soumis aux lois de l'Histoire et les brutes utilitaristes qui président à ses destinées ont dû en rabattre devant ces lois de fer.
Réduire les bourgeoisies européennes historiques au niveau de simples courroies de transmission, comme de vulgaires Latifundes d'Amérique latine, cela representait un véritable basculement historique, un bouleversement de tout l'équilibre mondial plus démesuré que celui du projet Nazi.
En outre, elle aurait signifié la déchéance pour des millions et des millions de prolétaires et de paysans européens, et en cela, elle aurait précipité la crise révolutionnaire issue de la guerre.
Car la vague révolutionnaire d'après-guerre, qui déferla sur l'Europe fut telle, qu'elle contraint l'impérialisme américain à abandonner ses plans.
A l'Est de l'Europe, les bourgeoisies et les appareils d'Etat bourgeois étaient décomposés tellement, que les syndicats ouvriers détenaient l'essentiel du pouvoir, notamment à Prague.
À l'Ouest, n'ayant en face de lui que des appareils d'Etat exsangues, le prolétariat européen, y compris le prolétariat allemand, représentait une puissance redoutable.
Avec l'application du plan Morgenthau il n'aurait pas eu d'autre choix que de se précipiter dans une guerre civile à l'échelle de l'Europe toute entière. Et il eût peut-être pu ouvrir d'autres voies d'unification de l'Europe, en créant des Etats-Unis-Socialistes d'une Europe débarrassée des ses parasites capitalistes.
Seul le prestige et la force de l'Armée Rouge et de l'appareil policier totalitaire du Kremlin était en mesure de rétablir “l'ordre”en Europe de l'Est, comme de l'Ouest.
Sans le concours des tous puissants Partis communistes Italien et Français (dans lequel tout le monde était colonel), il eût été impossible de replâtrer, voire de rebâtir en ces pays des appareils d'Etat digne de ce nom, et de l'économie capitaliste en état de marche.
En conséquence, l'impérialisme américain modifia sa politique, contraint qu'il fut de remettre en selle les bourgeoisies européennes, y compris la bourgeoisie allemande, en leur injectant massivement des crédits, et d'abandonner l'Est de l'Europe à l'appétit insatiable de Staline.

Nous autres, en Europe, nous devons ce sursis de notre déchéance programmée, au Grand Prolétariat européen.
.
Le Plan Marshall

Si la vague révolutionnaire en Europe a été conte­nue, elle n'a pas été vaine : elle a renforcé considéra­blement le prolétariat face à des bourgeoisies déliquescentes.
En France, la Sécurité Sociale, une puissante fonction publique, divers droits et garanties, furent la rançon payée pour l'obtention de retour aux charmes très discrets de la société bourgeoise.
Longtemps la France demeura un pays capitaliste truffé de socialisme dans ses interstices.
Ainsi, l'assistance américaine aux bourgeoisies européennes permit la reconstitution des états bourgeois, et le redémarrage de l'économie des principaux pays capitalistes d'Europe.
Pendant près de vingt ans, la capacité des Etats européens à impulser l'économie dépendît de la capacité de l'Etat américain de les financer plus ou moins directement.
 
La guerre froide, la course aux armements, la politique des blocs, la guerre du Viet-Nam constituront un puissant volant d'entraînement pour toute l'économie capitaliste.
Bien évidemment le capital américain a profité largement de cette reconstruction de l'économie capitaliste en Europe qu'est le plan Marschall. Il s'est assuré de fortes positions en Angleterre, en Allemagne de l'Ouest, en Italie, en France, en Belgique, en Hollande, en Grèce, en Espagne. De plus le capital américain liait à sa politique les bourgeoisies et les états d'Europe par les liens du Pacte Atlantique.
La transformation des banques centrales en banque d'Etat, l'organisation du crédit à l'échelle internationale sur la base de l'étalon dollar, ont finalement permis le financement de cette conjoncture économique sans précédent.
Là, gît le secret de la période de prospérité, dite des trente glorieuses....
Mais c'est fini. La réalité à repris ses droits.
Miné par la contradiction fondamentale du capitalisme, les USA, un demi-siècle ans plus tard, sont contraints de revenier à un plan Morgenthau bis pour l'Europe, dont l'Union Européenne est l'état-major.  
félix niesche

dimanche 7 novembre 2010

Vient de paraître


En couverture la houri égérie de tous les niqueurs d'algérie en France
Niquent en France, pas l'algérie mais la France! Pas depuis leur pouillerie, celle de l'égérie, que nenni, mais en plein coeur de France. Quelles Chances! 
Parce qu'on s'en doutait, le titre véritable de cette nouvelle déjection c'est "Nique la France".

Ci contre l'auteur. Un nommé Bouamama (sic), niqueur-chercheur, grassement rétribué par nos impôts de sous chiens, dont le visage d'intellectuel surmené respire la compétence, la franchise et l'intégrité.
Ça donne envie de se précipiter pour le lire.

vendredi 5 novembre 2010

Le Rama tel qu'on le balaie -2-


"Je suis la meilleure de tous les Noirs"
Mea culpa, mea culpa, mea maxima culpa ! 
Je bats ainsi ma coulpe, parce que, contrairement à tout ce que je laissais entendre dans l‘article précédent, bercé par le chant du Cachalot, le ramas tout laid n’aurait pas été « promue » parce que « femme et noire », mais uniquement grâce à ses seuls talents.
-"Je suis la meilleure de tous les noirs !" dixit  Rama Yade entrant au Gouvernement. (propos rapporté par Hélène Monnier. Agora vox)
 « Vous savez, il faut venir de très loin, en termes de réflexion personnelle, pour en arriver là où j´en suis ». Jeune Afrique
Toujours modeste elle précise :
« Nicolas Sarkozy et François Fillon m´ont fait confiance sur la base de mes compétences. S´il fallait un noir pour un noir, il y en avait d´autres à l´UMP. »  Jeune Afrique n° 2511

1)° Compétences en Géographie :
« Il y a de l’héroïsme dans le parcours des migrants. Parce que quand on traverse l’océan Atlantique depuis l’Afrique pour venir en France sur une pirogue en bois... » France 2-À vous de juger.
Nous avons jugé : Le Rama rame ferme en géo.

2°) Compétences en Histoire (qui pagaient souvent en cadence avec la géo.)
Son Prézydent et Maître, ayant à Dakar prononcé en un discours fameux  « L’homme africain n’est pas assez entré dans l’histoire »,  elle a brillamment rétorqué : « Sarkozy n'est pas un Africain. Moi je pense que non seulement l'homme africain est entré dans l'histoire mais qu'il a même été le premier à y entrer. »
Pourquoi ?
Parce que j'en connais la culture »  RFI. 30/10/2010
C'est effectivement une preuve. Preuve d'une confusion entre Histoire et Préhistoire. D'ailleurs sommée de s'expliquer sur sa réaction,  l'ignorantine a servilement gloussé que ses propos : "étaient ironiques". Car, a-t-elle poursuivi : "Nicolas Sarkozy ne pouvait ignorer l'exitence de Lucy."
Donc Lucy, est la preuve d'entrée dans l'Histoire.
Et nous autres, ignorants que nous sommes, qui croyions que l’Histoire était avérée par l’existence d'une chronologie datée des événements, l'adoption de l'écriture, la constitution d'Etats, les grandes découvertes, etc..., des machins comme ça, quoi; et non!  Le rassemblement de petits os, par des humoristes anglais amateurs des Beatles, c'est ce ramas là qui prouve l'Histoire.
Quoiqu'elle prétende aujourd'hui, lA Ministre n'avait pas l'air du tout d'ironiser quand elle a tancé son Prézydent. Mais pas du tout.
"Je suis pas son professeur.(sic) Qu'est-ce-que vous voulez que je fasse que je saute sur la tribune et que je gifle le président de la République. J'y peux rien (resic) . C'est le président de la République, c'est le Président de tous les Français"!
Hé bé,  il en a eu de la chance le Prézydent d’être le prézydent de tous les français. Sans ça deux baffes !
Ce qui nous amène aux :

3°) Compétences en français :
« Je suis pas son professeur... J'y peux rien »
Cette langue parlée, si vulgaire avec cet oubli des négations, peint le débraillé moral de tout le marigot, tellement assorti à cette confusion sous-intellectuelle entre l’Histoire et la Mode.
À moins que cette négation des négations, empruntât à ce bon vieil Hegel, car Hegel c’est la dialectique des maîtres et des esclaves, Ramatoulaye sait ça, et l’esclavage c’est « la traite négrière », c‘est « le plus grave ». Plus grave que La Shoah, ou pareil ?
On en sort pas.
Notons au passage que celui qui a donné ses lettres de noblesse à l'Afro-centrisme, l'affreux centrisme sûr de lui et dominateur, est un maître à penser compatriote de la Ministre des Stades : le Sénégalais Cheikh Anta Diop : « l'un des plus grand savant du monde, de tout les temps » .
Est-ce parce que la proportion de l'héritage indo-européen avoisine les 100 % dans la grammaire grecque, balayant d’un revers méprisant tout le fatras des théories serviles "Black Athena", qui affirment toute honte bue que la civilisation Hellène antique doit tout à "l'homme africain", que Rama Yade malmène autant notre pauvre langue, avec sa vilaine langue rose de bois d'ébène ?
Parce qu’elle cause la Ramasse, toute noire de la rage la plus échevelée, d'un ressentiment qui est, selon ses propres dires, strictement « identitaire », se flattant de la ramener où bon lui semble et quand il lui plaît.
À cet effet, elle vient successivement, de :

1Erement, décider toute seule de faire virer le funeste Christian Vanneste de l’UMP !
Carrément! Elle exige de son parti, l’Union Matrimoniale des Pourritures, vendues ou achetées à vil prix, ou si l’on préfère : vendues et achetées à vil prix, ou si l’on préfère: achetées à vil prix puis revendues encore moins chères, ce ramas de raclures de bidets, dont elle fait parti : " d’engager sans tarder à son encontre une procédure d’exclusion qui permettra à M. Vanneste de rejoindre ses amis d’extrême droite".
Ce qui serait un honneur; et lui a valu cette réponse cinglante de l'intéressé : 
"Manifestement, elle a un besoin quasiment pathologique d'exister médiatiquement" . "C'est bien de toujours vouloir surfer sur les médias mais (…) il y a un moment où le caractère superficiel de ses interventions nuit à son action politique (…) Les interventions vibrionnantes et sans fond de Rama Yade sont celles d'une femme qui n'a aucune connaissance, aucune culture et qui vient d'arriver. C'est agaçant..."
Très agaçant.

2ème, de provoquer Marine LePen en duel . 
« Je pourrais sans problème débattre avec elle. Ce serait justement l’occasion de lui rappeler que je ne suis pas binationale. D’ailleurs, qu’elle me fiche la paix avec ma citoyenneté ! Je suis aussi française qu’elle, et peut-être même plus. Car moi, je l’ai choisi ».
Sans problème ? Pauvre gentille négrillonne qui se ferait bouffer toute crue par l'abominable lionne !
Un avant goût de ce festin de bestiaires sur la personne de lA ministre des vestiaires, nous est offert par les romains marinistes impitoyables du site NPI :
« La belle-fille du chanteur yddish Ben Zimet, née et élevée au Sénégal jusqu’à ses 11 ans, de confession musulmane mais éduquée dans une pension catholique, a « choisi » de devenir citoyenne française ?
C’est bien le contraire qui eût été étonnant ! Toute fille de diplomate qu’elle soit, elle ne pouvait décemment refuser les nombreux avantages de la Nation la plus généreuse du monde avec ses immigrés. »
Et vlan ! Prend ça sur la couche de fond de teint !
Et puis on aimerait savoir de quel côté elle est, à la fin, cette opportuniste !
Adepte du Panafricanisme, avec Black Athena et les élucubrations racialistes débiles du Cheikh Anta Diop,  ou "Franco-française", plus française qu'une française historique et de souche ?

 L'Hubris du Rama
-Un jour, dans la médina de Dakar, l’inoxydable Ségolène pavoisait dans un boubou rutilant et se targuait de sa naissance en ces lieux. Aussitôt le Rama jaloux : "Il ne suffit pas de porter le boubou pour être sénégalaise !"
Oui, mais il ne suffit pas de parler le Bobo pour être française .
Au fond Ramatoullaye Zimet-Yade est sénégalaise de conviction et préfèrera toujours le Sénégal à la France. Son ambition extravagante, son hubris, est de prendre une revanche pour sa famille et sa belle-famille qui furent toujours étroitement liées avec celles du Sénégal corrompu de la dette et du pillage.
A ceux qui penserait que je suis un tantinet frivole de m’acharner ainsi sur ce second couteau :  « la musulmane discrète », comme l´appelle Charasse, disons :
1°-  elle symbolise bien l'ahurissante ascension des médiocres et la préférence étrangère à tous les étages, véritables marques de fabrique de l'ascenseur du Fouquet's
2° -elle est au service des adversaires de la francophonie africaine.
Peau Noire masque blanc de rage. Et du ressentiment ontologique.
Ainsi, elle suit avant tout les conseils de son mari, le mondialiste Joseph Zimet, fils d'un chanteur Yiddish, qui aimerait la faire danser sur une autre musique. Des gens qui considèrent sa carrière en France comme un marchepied vers le pouvoir là bas.  Rêvant du jour où elle sera "GouverneurE" d'une  Région le Sénègal, devenu champ de ruines, ils le feraient reconstruire par Halliburton.
félix le chat

jeudi 4 novembre 2010

Coup de Griffe

Le Rapport de l'expert Attila


Le courtisan Attali a été choisi comme "Expert" par sa Majesté du Fouquet‘s.
Normal, ses vastes compétences sont reconnues par l’Univers ébloui.
N’avait-il pas fait paver de marbre, de marbre de Carrare, les marches qui menaient à son non moins vaste bureau de la BERD, avant de la couler ?
Il a donc distrait un peu de son temps précieux de conseiller précieux des précieux capitalistes, pour désigner les vices et mettre enfin hors d'état de nuire les vicieux, responsables de l’endettement public.
Et qui sont ils ces nuisant ?
Ces salauds d’assurés sociaux, bien sur!
Qu’il faut en urgence priver de médicaments, et particulièrement ceux remboursés à 100%! des diabétiques, qui se sucrent, et des cancéreux, gavés de chimios onéreuses à faire se dresser les cheveux sur leur tête.
Visés aussi les scandaleuses allocations familiales et les effectifs jugés pléthoriques de la Sécu.

Quant aux prestidigitateurs financiers qui ont volatilisé 2200 milliards d'euros depuis la crise de 2008 : Bon appétit, Messieurs!
Ô courtisan intègre! Conseiller vertueux !
Voilà votre façon de servir, serviteur qui pillez la maison !
Ruy Félix Blas