lundi 30 novembre 2015

...et tout le bataclan -3-

§. La chiennerie parlementeuse, censée représenter la Vox populi, a voté comme un seul chien couché la restriction drastique des libertés que l’on nomme État d’urgence, plutôt qu’État policier qui fait mauvais genre.
 À l’exception de six d’entre eux. Auxquels, quelles que soient par ailleurs leurs niches écologiques, il faut décerner l’Os d’or de l’honneur en ces temps cadavériques.

§. Il faut bien comprendre que la racaille des députés et sénateurs n’ont pas seulement voté la prolongation de l’état d’urgence. Ils ont profondément modifié de la loi du 3 avril 1955 dans un sens inimaginablement répressif.
Désormais en fRANCE, il suffit que l’État décide, sans avoir en aucune manière à le prouver, qu’une personne a un « comportement » suspect pour qu’elle puisse être arrêtée.

§. À bas l’état d’urgence ! Sauvons nous nous-mêmes !
Si c’est la guerre, il faut le Salut Public et non la dictature des intérêts privés.
Qui sait si l’antique idée d’Autodéfense populaire ne reprendrait pas du poil de la bête face aux barbus inhumains ?
 C’est une bien mince probabilité, mais que le Pouvoir ne semble pas écarter.

§. Ministre Cazeneuve, l'après midi même des massacres, avait présenté un Plan Arme contre la possession d'armes légales, de fusils de chasse, et comprenant aussi une défense renforcée des armureries.
« Il y aurait », dit le ministère, « 31,2 armes légales en France pour 100 habitants, contre 101,1 pour 100 habitants au États-Unis, 30,3 en Allemagne et 6,7 au Royaume-Uni. »
 C’est beaucoup trop : nous autres sans-dents leur semblons armés jusqu’aux dents.

§. Que la vile populace reste toujours désarmée, et devant la menace mortelle des barbus, n'ait d'autre issue que se mette derrière les vrais professionnels, rasés de près, et "extrêmement musclés".
Voyez vous.

§. Les hasards du calendriers font que le Plan arme du ministre de l’Intérieur a été présenté l’après midi du Vendredi Sanglant.
Et si l’on veut bien se se donner la peine de se souvenir que le matin même de ce même jour, des exercices de simulation d’attaques terroristes avaient été organisé par le SAMU de Paris, on peut se dire : Sacrée journée quand même, et bien remplie !
C’est un deuxième « hasard effroyable » selon la propre expression de l’urgentiste ex-collaborateur de Charlie Hebdo, Patrick Pelloux.

§.  Un hasard et rien d’autre : il n’y a pas, il ne peut pas y avoir de liens entre le terrorisme qui vient du dehors, et la maintenance de l’Ordre qui reste du dedans.
 Les lois qui régissent l’Intérieur ne sauraient être mises en rapport avec celles en vigueur pour l’Extérieur.
 Le Microcosme et le Macrocosme sont deux mondes définitivement séparés, comme H et F vivent en des mondes hétérogènes.
C’est ce qu’on appelle la discontinuité de l’Univers (cité d’été au PS).
 Le contraire de cette loi fondamentale s’appelle le complotisme.

§. Bien avant l’état d’urgence, les observateurs avaient noté la fermeté du gouvernement dans le domaine social, et particulièrement  son mépris des médecins et personnels hospitaliers révoltés contre les Lois Hirsh et Tourraine qui saccagent l'Hôpital public, et font de la plupart des régions
des « déserts médicaux »selon la formule du Conseil national de l’ordre des médecins

§. Dans la foire d'empoigne sociale le gouvernement bafouait ouvertement sa propre doctrine sociale de « contractualisation des rapports sociaux », et manifestait une morgue qui n’appartient qu’aux vainqueurs.
Mais toute la gauche, PC, Front de Gauche, etc., n'a-t-elle pas voté l'Etat d'Urgence ?

§. Du côté droit c'est tout aussi réjouissant.  Ministre Valls ne semblait rien tant redouter que l’irrésistible ascension du Front national.
 Grâce à l’Etat de grâce on assiste à la résistible capitulation du FN.
 Marine Le Pen s'est empressée d’acquiescer à l’invitation de se joindre à l’union sacrée avec le gouvernement.

§.  Valls a déclaré sur France Inter : « Nous devons donner tous les moyens, comme cela n’a jamais été fait dans notre pays, à la police, à la gendarmerie ainsi qu’aux services de renseignement. »
 Et aux Femen ?
Comment voulez vous qu'un type de l'extrême droite résiste à ces mots de Police, de Gendarmerie, de maintien de l’Ordre ?

§. C'est dans les gênes de la Droite.
Prenez la  Gendarmerie, ce corps d’élite.  Qui ne se souvient de sa solidité et sa détermination face aux hordes de la Manif pour tous ? Et des courageux policiers déguisés en manifestants qui surgissaient au milieu des enfants dans les landaus pour écraser le fascisme dans les langes.
Sans eux, que seraient devenues les malheureuses Femen, toutes nues, les pauvres, aux milieu des nostalgiques des bûchers de la Sainte Inquisition ? On frémit d'y seulement songer.

§. Les forces de sécurité ! Un fort sentiment de sécurité naît spontanément à leur vue.
 Quand aux services de renseignement, près de 200 morts après l’affaire Charlie-Coulibaly, nous ne pouvons que nous incliner devant leur rare efficacité.

§. Marion Maréchal le 16 septembre : « Nicolas Sarkozy et François Hollande sont responsables du chaos d’où surgissent les monstres du djihadisme, du terrorisme, de l’état islamique, des migrations submergeantes, que les lâchetés rendent inendiguables. L’un et l’autre, Nicolas Sarkozy et François Hollande, chacun sur son strapontin historique, ont contribué à ce chaos criminel. »
L’état d’urgence acceptée avec les responsables et coupables d’un chaos criminel ?

§. Les cotes de popu-hilarité bondissent à se tenir les côtes !
+  32 % pour le Hollanderführer !  Presque autant pour le Caudillo.
 Selon le sondage Odoxa, après les attentats de Paris François Hollande passe à 71% et Manuel Valls à 66% d’opinions favorables !
 Force est de constater que le vendredi 13 novembre fut un jour porte-bonheur pour le Pouvoir.

§. Ce vendredi 13 fut un vendredi étrange et extraordinaire à bien des égards.
Mais est impossible d’imaginer que certains grands dirigeants aient pu s’attendre aux sabbats du bataclan.
Sauf à utiliser les services secrets de savants kabbalistiques et extralucides qui prédisent l’avenir. Mais ça personne n’ose y croire. Trop flippant.
Gouverner n’est pas prévoir.

§. Sinon ce serait à se damner.
Dans quel tourbillon serions nous alors précipités !
Dans le Vortex du plus froid des Monstres froids.
Je plains les malheureux affligés de l’altération morbide du complotisme. Ils sont déjà dans le pressentiment du Pire, dans la Circumversion :  « Le tourbillon glacé du Maudit qui rugit, quoerens quem devoret ».

§. Nous sommes tous égaux devant la menace.
 Mais parfaitement inégaux quant à sa perception.

mercredi 25 novembre 2015

Que sont les Charlie devenus

§. « Les manifestations sur la voie publique sont interdites » a annoncé le Préfet de police de Paris après les carnages du vendredi 13, dans le cadre de "l’état d’urgence". 
Hier, après le Spectacle de la Tuerie-hebdo, on avait appelé la Populace à descendre dans la rue, pour qu’elle fasse sa Charlie.
 Aujourd’hui on la redoute un peu quand même, comme on craint les réactions d’une brave grosse bête quand on touche à ses petits.
 D’autant qu’on lui promet : C’est que le début d’accord ? Ça va saigner encore et encore ! 

§. Vanité, Lâcheté, Servilité, 
Tel est triptyque qui remplaçait depuis longtemps le tableau de la Liberté défunte, de l’Égalité de Procuste et de la Fraternité des charniers.
Derrière, son point d'appui est la Criminalité.

§. C'est pour ces gens là que nous mourrons.
 Non seulement pour eux, mais par eux, par la main contaminée de sang de leurs propres agents.
 Qui « faisaient du bon boulot » aussi, en Syrie, t’en souvient-il Charlie ?


Que sont les Charlie devenus

Que sont les Charlie devenus 
 Qui gambadaient le long des rues 
 Tout excités ?

L’État d’Urgence décrété 
 Je crois l’État les a ôtés 
 C'est Dictature ! 

 Il se peut que le temps nous dure 
 Sous le joug de cette vile Ordure 
 Ces géôliers 

 Perpétuellement liés 
 N’en êtes vous pas humiliés 
 Ô mes amis ? 

 Ne voyez vous pas l’infamie ?
 Ne sentez vous pas l’Ennemi 
 En haute sphère ?

Dans cet État qui nous atterre 
 Et de partout nous fait la guerre 
 Au temps d’hiver

Son Pacte et son droit mortifère 
 Sa Loi Macron et son gender 
 Sa puantise 

 Est il seyant que l’on vous la dise 
 Pour votre plus grande méprise 
 La Vérité ? 

 Où sont les Charlie exaltés ? 
 Ils ont déserté la cité, 
 Marianne est morte

Ils volent comme feuilles mortes 
 Dès que balles sifflent aux portes 
 Du Bataclan

C’est alors qu’il fallait du cran 
 Sortir et serrer les rangs 
 Sinon Mourir

Le peuple à son mot à dire 
 Renverser, sinon mourir, 
 Gouvernement

Soyez certain jamais ne mens 
 Le coup d’état est permanent 
 Marianne est morte

jeudi 19 novembre 2015

....et tout le bataclan .2




§. « Un hasard effroyable » dit Patrick Pelloux l'urgentiste et ex-collaborateur de Charlie-hebdo, dans une vidéo que nous offre le site Panamza. Car, figurez vous, le matin même des attentats des exercices de simulation de ce genre d’attaques terroristes étaient organisés par le SAMU de Paris.
Je dirais plutôt une bienheureuse coïncidence, n'est ce pas. Ou plus pompeusement un isochronisme providentiel !
Car ce ne peut être que la providence, ou l’État-providence, comme vous voudrez, qui veille !

§. Les nôtres
Le Pharisien : « Les tueurs sont impitoyables. Ils ont pourtant épargné [ici le Torchon donne un prénom russe NDLR], un jeune majeur « typé », comme le décrit une amie, dont la peau mate le fait souvent passer pour un jeune d’origine maghrébine. « Ils l’ont visé, puis se sont repris, explique cette proche. « Ils lui ont dit : Toi, t’es des nôtres !, et ils ont tiré sur un autre jeune à ses côtés. »
Donc rester toujours de préférence près d'un grand blond, s'il s'en trouve autour de vous, quand vous sortez.

§. Pour les soucieux de physiognomonie, vous pourrez comparer ici, les visages des victimes avec les faciès des assassins, .
 Cette galerie de portraits vaut tous les discours et tous les débats du monde !

§. TOUS AUX BISTROTS !
L'initiative du mardi 17 novembre fut destinée à "rendre hommage aux victimes des attentats".
"Il a été fauché dans un événement festif, continuer à faire la fête c'est lui rendre hommage" affirment les proches d'une victime.
 Aussitôt les restaurateurs, cafetiers et brasseurs ont décidé de servir de Tiroir caisse de résonance à cette courageuse initiative. Ils ont été soutenus par les entrepreneurs des Pompes funèbres.
Ainsi ce mardi soir les terrasses étaient remplies à l'heure de l'Apéro. " Paris retrouve l'Espoir" dit le Journal, et le patron de troquet son chiffre d'affaire.

§. "Continuons Tous à vivre" !
C'est par ces mots que l'opération "Tous au bistrot" a été lancée sur les rézos socio.
Répondre à la violence par la cirrhose.
Montrons leur que "nous n'avons pas peur" nous exhorte la Mère de Paris !
De leur côté obscur, les Barbus encore en service (secret) ont traduit par "continuez tous à mourir".
Et ils ont lancé l'opération TOUS AUX TOMBEAUX !

§. Il ne faut d'ailleurs plus les appeler CPF, Chances pour la France, mais CPSF, Chances pour les services funéraires.

§. L'Ignoble Cambadélis nous prévient sur France Info :« Nous entrons dans les années de sang, il y aura des morts, il faut que tout le monde en soit conscient ».
« La France est en guerre » renchérit Hollande devant les députés et sénateurs réunis en congrès. Notons que c'est « Sa guerre » à lui, n'est ce pas, celle qu'il a lui m^me déclaré, sans nous demander notre avis, en bon caniche de l'OTAN.

 §. Et ces pour ces gens là que nous mourrons !

§. Le projet de loi d’extension de l’état d’urgence, adopté par le conseil des ministres, sera soumis demain au Sénat. Il prolonge jusqu’en février 2016 l’état d’urgence, et élargit le régime d’assignation à résidence.
 Les perquisitions administratives (c'est à dire décidées par le gouvernement sans l’accord d’un juge) pourront être menées chez qui bon leur semble. Et les arrestations pourront avoir lieu à tout heure du jour et de la nuit, sur simple décision du pouvoir.
Egalement le gouvernement pourra obtenir le blocage immédiat des sites internet qui lui déplaisent, sans aucune formalité préalable, immédiatement et sans délai, ni contrôle d'aucune sorte de la CNIL.

§. C'est donc dès à présent la Dictature.

 §. Outre cette prolongation Ad vitam æternam de l’état d’urgence », Hollande a ajouté : « Nous devons aller au-delà de l’urgence (…) nous devons faire évoluer notre Constitution (…) ».
 Comment ?
— En modifiant l’article 36 de la constitution de la Ve République pour y faire figurer « l’état de siège » !
Le Général de Gaulle l'avait utilisé durant cinq mois pendant la guerre d'Algérie. François Hollande, beaucoup plus ambitieux, veut le maintenir jusqu'au terme de son mandat. Et au delà, si les élections étaient annulées pour cause de guerre.
Nul doute que ça se fera.

§. A sa mort le Hollanderführer nommera le Caudillo comme successeur.
Quant à ce Dernier, à l'heure dernière, comme son maître Franco il rétablira la Monarchie en intronisant sa favorite du Maroc, Reine de France !

TOUS AU BISTROT !



mardi 17 novembre 2015

Barbarie, barbaresques... et tout le bataclan


§. Vous voudrez excuser mon manque apparent de réactivité, en cette heure cruciale, hormis ces quelques lignes lapidaires que je laissais  avant de courir attraper mon train.  C'est que je partais ce samedi matin à Heidelberg, en n'emportant ni PC ni tablette, pour couper les ponts et passer

Le Pont sonore de passants et de voitures 

vers le Sentier des Philosophes.
Mais tout au long du Philosophenweg, mon âme restait sombre et hantée.
Maudite soit cette époque. 


§. Tout à l'heure, en rentrant, j'apprenais que mon propre immeuble était endeuillé par la mort d'une résidente, belle jeune femme d'origine italienne, assassinée dans le bouge du Bataclan, et que je croisais parfois devant nos belles poubelles jaunes et vertes en lesquelles nous triions citoyennement nos ordures ménagères.
D'autres ordures bien plus dégoûtantes, et qui n'ont pas ménagé leur peine, se sont chargées d'abréger son séjour ici bas. Elle avait 24 ans.

§. Mais le comble de ma consternation a été atteint quand je reçus par la figure le commentaire de Jimmy John.
Or donc, après que beaucoup ont été dessoudé, il faudrait "Ressouder la France". Tel était le sens d'un texte émanant de la rédaction E&R.  Je veux croire qu'il est à prendre au second degré, telle cette phrase :  "Ainsi, la qualité de vie française, notre quiétude, que tant de pays nous envient, et qui est symbolisée par Paris, est ébranlée" qui semble n'avoir été écrite que dans le but de provoquer l'hilarité.
Personne au monde ne croit plus dans la "qualité de vie française". Quand je vais ailleurs, à l'Etranger ou en Province, tous me plaignent de vivre dans cet égout puant.

§. Je dois dire que le retour en Ex-France, et particulièrement dans sa poubelle pARIS, provoque toujours ce choc anaphylactique, cette commotion esthétique, ce traumatisme moral qui nous fait rentrer brusquement en Absurdie, en laquelle les lois élémentaires de la vie sont bafouées. C'est notre quotidien qui est gâté.
L'Immigration dans sa vérité est un phénomène destructeur en ce qu'il nous atteint dans le principe même de notre pulsion de vie. Il nous fait déracinés chez nous, en exil dans notre patrie même.
Ceux qui ne le ressentent pas méritent de périr. Ils sont faits pour le couteau.

§.  Tout ici est laideur, saleté, bestialité, et haine raciste.
Et après les boucheries de Vendredi 13, viendra s'ajouter le poids de l'omniprésence policière, dans une ville pourtant déjà fliquée à mort, où l'on ne peut pas faire le plus petit pas de travers sans être agressé légalement.

§. Finalement les assassins du 13 novembre auront fait en une seule nuit ce que leurs frères mettent à peu près dix ans à réaliser.  Envoyer ad patres deux centaines de sous-chiens. C'est à peu près le nombre de personnes tuées entre 2000 et 2009 que nous révèle Hervé Ryssen dans son ouvrage.
Et les survivants iront déposer des gerbes devant Le Carillon et Le Bataclan, du même pas martial avec lequel ils avancent dans leurs Marches Blanches, depuis des décennies.

§. Après examen attentif des victimes, sa Seigneurie Cukierman nous fait l'honneur de reconnaître "que les familles juives n’étaient pas visées dans cet attentat".
Et en effet les morts du 13 novembre semblent tous triés sur le volet de l'arrière-garde.
D'ailleurs il semblerait que "Des-responsables-de-la-communaute-juive-ont été-prevenus-de-l'imminence-d-une-attaque-le-matin-des-tueries", si l'on en croit le site Times of Israël.
Nous lisons : "Vendredi matin, des responsables de la sécurité de la communauté juive en France ont été informés de la possibilité très réelle d’une imminente attaque terroriste de grande envergure dans le pays, selon Jonathan-Simon Sellem, un journaliste indépendant et représentant des Français en Israël."
Voilà qui met du baume au cœur.

§. Nous présentons nos condoléances attristées à l'Union de Juifs Etudiant la France qui ne pourront pas cette fois, hélas, se trimbaler avec leur pancarte classique : "EN FRANCE ON TUE DES JUIFS DES NOIRS ET DES ARABES".

§. Tout cela offre de l'eau au moulin de ceux qui voient dans ces attentats la préparation d'une soi-disant " Guerre des civilisations".
Mais si l'on voulait en arriver à cette guerre, qui est la guerre civile, on laisserait un peu de jeu aux identitaires et aux dissidents.  Aux armes on ne répond que par les armes.
Tel ne sera pas le cas.  Bien au contraire. "L'état d'urgence" est un coup d'état qui légitime des lois et des actions tyranniques pour contrôler totalement la population, et réprimer ses éléments les plus lucides.

§. Redisons le sans nous lasser : Cette guerre est celle du peuple contre ce gouvernement de guerre civile; cette dictature sioniste qui cherche à asseoir son pouvoir par l’état d'urgence et la police.
Et les Barbus de l'Etat islamique, ce ramassis d'arriérés et d'assassins, sont ses hommes de main, ici comme en Syrie.
Vous pourrez lire, si ça vous chante, ce texte écrit by myself sur le Maître-Site : Faut il attendre 2017 ?

A qui profitent les massacres du 13 novembre ?  A L'ETAT!  A ce pouvoir maudit, assassin, vermineux qui s'est installé et assis sur la tête d'Ex-France.




samedi 14 novembre 2015

Vendredi sanglant

Lourdement équipés, de fusils de guerre et d'explosifs, des barbus assassins, qui étaient pourtant connus de la police, et sous la surveillance des « services », ont pu commettre la boucherie cachère du 13 novembre.
 Y a-t-il une police dans ce pays ?  Dans l’État le plus bureaucratique et le plus centralisé d'Europe ? 

Qui, dans un premier temps les a armés, équipés, choyés, puis transportés en Lybie, puis en Syrie en disant qu'ils faisaient là bas "du bon boulot ?"
Ceux là m^me qui aujourd'hui décrètent l'état d'urgence, se souviennent qu'il y a des frontières et demandent l'ouverture de camps de concentration.

 Nous sentons nous protégés par les Valls, Taubira, Hidalgo et Hollande ?
 Peut on laisser nos vies et celles de ceux que nous aimons entre les mains de ces gens ?

mercredi 11 novembre 2015

Armistice avec l'enfer

                                                                                                        
Ceux qui partirent tranquilles...Et qui ne revinrent pas. Ceux de la vieille race française de Saint-André-des-Champs, morte avec eux dans les charniers du métissage.

« Vous pouvez partir tranquilles… vous serez remplacés dans vos boulots promptement, dans vos maisons et vos lits… dix fois plutôt qu’une !… Vos femmes d’ailleurs ne demandent qu’à se rendre, que dis-je ! elles sont aussi impatientes de vous mener gare de l’Est que Lizok Lévy, Yubelkrantz… de vous propulser au casse-pipe… La femme est une traîtresse chienne née […] La femme, surtout la Française, raffole des crépus, des Abyssins, ils vous ont des bites surprenantes ! Ils sont si vicieux, si câlins. Ils comprennent si bien les femmes!… Ah! cet Orient!… c’est autre chose!… cocus des tranchées, pauvre viande kachère !  »
L.F Céline

 En Mémoire des anciens Poilus, épilés par la Faucheuse esthéticienne, afin que le Monde devint Con.
Vous pourrez relire LE CHEMIN DES DAMES 


dimanche 1 novembre 2015

Exil

À la Raie Publique, l'autre jour, avant qu'un tique tombe de la Déesse de fer, je peux en parler maintenant, jour de tous les Saints, j'ai vu se congratuler un trio de sodomites mondains, dont deux en train de se lécher la bave, tous trois dilatés extravasant la sanie, et qui occupent des places de premier plan dans le cloaque politicien.

Personne de propre ne peut les regarder faire sans se sentir en exil.

 Il fallait voir un peu l’expression satisfaite de ces gueules d’empeigne, l’enfer n’a pas vomi monstres plus flaccides et plus fangeux. Le poil gris recouvert par l’excrément, balayettes de latrines non rincées, leurs haleines mêlées laissaient des remugles d'anus jusque chez les fleuristes.

 Depuis longtemps, je le sais bien allez, on travaille la France de l’Intérieur, et de plus haut, et Dieu sait avec quelle opiniâtre haine, à en faire une contrée où la propreté morale passe pour le vice, et jamais vice ne versa autant d'inversion, mais jusqu’à présent ces manigances ne se faisaient que sous couvert, que travesties...

 Mais on atteint le fond puisque les pourrisseurs se montrent en tête des processions avec le drapeau, sous les fanfares...
 Écoulements dont le robinet ouvert, clamé, est l’infestation des jeunes ; on les mène par le piercing puis on les entasse dans des enclos, on leur déverse des seaux d’alcool, de capotes, d'ecstasy et de rap toni-truand sur le podium, sans voir QUI les agite et les remue à la manière du Fondeur de Boutons avec la longue cuillère dans ce chaudron où l' on n’aura qu’à recueillir les larves.

  « T’as vu », dit l'un des trois, « à quelles hauteurs nous avons atteint, quels résultats notre œuvre ? Est-il possible, dans ce pays qui était tout de même une bonne et brave Nation, avec un fond excellent, un Peuple, est-il possible, que nous, fait de toute éternité pour croupir dans les tunnels, qui léchions naguère, accroupis, la pisse dans les vespasiennes, est il possible que nous fussions élus Rois, par les descendants ? »