mercredi 25 novembre 2015

Que sont les Charlie devenus

§. « Les manifestations sur la voie publique sont interdites » a annoncé le Préfet de police de Paris après les carnages du vendredi 13, dans le cadre de "l’état d’urgence". 
Hier, après le Spectacle de la Tuerie-hebdo, on avait appelé la Populace à descendre dans la rue, pour qu’elle fasse sa Charlie.
 Aujourd’hui on la redoute un peu quand même, comme on craint les réactions d’une brave grosse bête quand on touche à ses petits.
 D’autant qu’on lui promet : C’est que le début d’accord ? Ça va saigner encore et encore ! 

§. Vanité, Lâcheté, Servilité, 
Tel est triptyque qui remplaçait depuis longtemps le tableau de la Liberté défunte, de l’Égalité de Procuste et de la Fraternité des charniers.
Derrière, son point d'appui est la Criminalité.

§. C'est pour ces gens là que nous mourrons.
 Non seulement pour eux, mais par eux, par la main contaminée de sang de leurs propres agents.
 Qui « faisaient du bon boulot » aussi, en Syrie, t’en souvient-il Charlie ?


Que sont les Charlie devenus

Que sont les Charlie devenus 
 Qui gambadaient le long des rues 
 Tout excités ?

L’État d’Urgence décrété 
 Je crois l’État les a ôtés 
 C'est Dictature ! 

 Il se peut que le temps nous dure 
 Sous le joug de cette vile Ordure 
 Ces géôliers 

 Perpétuellement liés 
 N’en êtes vous pas humiliés 
 Ô mes amis ? 

 Ne voyez vous pas l’infamie ?
 Ne sentez vous pas l’Ennemi 
 En haute sphère ?

Dans cet État qui nous atterre 
 Et de partout nous fait la guerre 
 Au temps d’hiver

Son Pacte et son droit mortifère 
 Sa Loi Macron et son gender 
 Sa puantise 

 Est il seyant que l’on vous la dise 
 Pour votre plus grande méprise 
 La Vérité ? 

 Où sont les Charlie exaltés ? 
 Ils ont déserté la cité, 
 Marianne est morte

Ils volent comme feuilles mortes 
 Dès que balles sifflent aux portes 
 Du Bataclan

C’est alors qu’il fallait du cran 
 Sortir et serrer les rangs 
 Sinon Mourir

Le peuple à son mot à dire 
 Renverser, sinon mourir, 
 Gouvernement

Soyez certain jamais ne mens 
 Le coup d’état est permanent 
 Marianne est morte

6 commentaires:

orfeenix a dit…

Pauvre Rutebeuf, en effet il vaut mieux perdre ses amis que voir quotidiennement se manifester de nouveaux ennemis...Je me suis fait la même réflexion que vous, comment, avec tous les films et jeux débiles où sans cesse même les femmes étalent des molosses d'une pichenette, à 100 contre un,il ne s'est trouvé aucun Bruce Willis pour sauver la situation?Peut être une conséquence de la morale bêlante antimilitariste et non violente.

Anonyme a dit…

Cela me fait penser à ce film "Brazil". Excellent.

Beninho a dit…

Les Charlie ont maintenant peur.
De quoi ont-ils peur?
Des barbus, des colorés, basanés, des piols de menton un peu longs, des tissus islamo-portés, des robes longues, du couscous, du halal, etc.
La psychose est de rigueur.

Ce chaos de Satan est parfaitement orchestré et les démocrates de tout bord suivent.

Luttons, oui, mais comment?
Peu de résistants.

Anonyme a dit…

Je ne sais plus qui aurait pu dire: "Il n'est pas souhaitable de transformer les simples soldats en généraux par une trop bonne éducation; alors, autant que cela reste moi." Ah si, je pense que c'est Nocif ou un autre dictateur.


Nocif

zig a dit…

en foutre plein la vu aux pleutres blaireaux ! Leurs seul but faire croire que ! mascarade
de colporteurs !

Le Gall a dit…

Et tu finis en coffret ? c'est ton cercueil de cendres ?