vendredi 21 juillet 2017

Vive la Corée du Nord !

Soral pulvérise les idées reçues sur la Corée.

A écouter sur ERFM ,  samedi 22 juillet 2017 à 18h , ou dimanche 23 juillet 2017 à 21h.


mercredi 19 juillet 2017

La Carmen de Félix N.

La Carmen de Félix N. Une imposture au service des impuissants par Marion Palépédès.
Une analyse de mon poème précédemment présenté, estival et hiémal, et qui fait mal, par la Grande Historienne. 




dimanche 2 juillet 2017

V, W ...

L'annonce officielle du décès de la grosse, déjà morte depuis longtemps, m'a remémoré la Grande :



 « Dieu a fait à Moïse et à Josué des promesses purement temporelles à une époque où l’Egypte était tendue vers le salut éternel de l’âme. Les Hébreux, ayant refusé la révélation égyptienne, ont eu le Dieu qu’ils méritaient : un Dieu charnel et collectif qui n’a parlé jusqu’à l’exil à l’âme de personne (à moins que, dans les Psaumes) ?…

Parmi les personnages des récits de l’Ancien Testament, Abel, Enoch, Noé, Melchisédech, Job, Daniel seuls sont purs.
Il n’est pas étonnant qu’un peuple d’esclaves fugitifs, conquérants d’une terre paradisiaque aménagée par des civilisations au labeur desquelles ils n’avaient eu aucune part et qu’ils détruisirent par des massacres — qu’un tel peuple n’ait pu donner grand-chose de bon. Parler de « Dieu éducateur » au sujet de ce peuple est une atroce plaisanterie.

Rien d’étonnant qu’il y ait tant de mal dans une civilisation — la nôtre — viciée à sa base et dans son inspiration même par cet affreux mensonge.
La malédiction d’Israël pèse sur la chrétienté. Les atrocités, l’Inquisition, les exterminations d’hérétiques et d’infidèles, c’était Israël. Le capitalisme, c’était Israël, notamment chez ses pires ennemis.

Il ne peut y avoir de contact « personnel » entre l’homme et Dieu que par la personne du Médiateur. En dehors du Médiateur, la présence de Dieu à l’homme ne peut être que collective, nationale. Israël a simultanément choisi le Dieu national et refusé le Médiateur ; il a peut-être tendu de temps à autre au véritable monothéisme, mais toujours il retombait, et ne pouvait pas ne pas retomber, au Dieu de tribu. »

Simone Weil. La pesanteur et la Grâce


lundi 12 juin 2017

Elections piège à cons

De l'Abstention

52 % : Un désaveu!
"Et la lumière luit dans les ténèbres mais les ténèbres ne l'ont point reçue" Jean 1:5.

La vermine dorée ne luira plus que sur l'arrière fond noir de l'abstention.
Micron est suspendu dans le vide macrocosmique. Si l'on tient compte de cette énergie noire, "En Marche", qui pourtant arrive en tête avec 32,2 % des votants, n'obtient que 13% des inscrits.
Treize sur cent connards a guillotiner, ce serait une révolution économique.

Non seulement le conglomérat LREM est minoritaire, mais il est fondamentalement artificiel : Macron l'a fondé alors qu'il était encore ministre du gouvernement Hollande, et le voilà devenu en quelques semaines le principal parti bourgeois d'Ex-France!  Il s'est constitué en effondrant par pans entiers LR et PS, et en remplaçant par transvasement ces 2 formations historiques classiques.
Il est le nouveau Parti unique et inique, le vrai parti de Réconciliation Nationale qui arrive largement en tête dans le très bourgeois 16e arrondissement et le très immigré 19e arrondissement, par exemple, ainsi que dans tous les biotopes d'élection où prolifère cette double malédiction : la reproduction exponentielle du fric et des faciès ! Cette double abjection de la Richesse qui lamine la société, et du Pullulement qui lui constitue son terreau.
Toute la vieille merde politicarde court se recycler dans ce parti néo-fasciste, sioniste et islamo-sodomite.


Du Suffrâge Universel !

Désormais, seuls les bourgeois, les vieux et les femmes vont voter en Ex-France. Tout ce qui est jeune, viril, exploité ne vote plus.
Le fait que ce vote n'existe pas ne signifie pas qu'il ne signifie rien ou qu'il s'agit d'un vide.
La conscience véritable est une instance négatrice. L'abstention populaire est une sur-conscience politique, ne pouvant dans le cadre truquée du "suffrage universel" s'exprimer positivement
Pour le faire il lui faudra briser ce cadre vermoulu.

Le suffrage universel n’a jamais été une" conquête sociale".
1848, suffrage universel mâle. Il fut octroyé par la bourgeoisie pour vaincre la tentative révolutionnaire de cette époque.
La révolution n'était présente que dans les grands centres industriels.
Le pouvoir de la rusée bourgeoisie institua le suffrage universel pour noyer la poudre des fusils des ouvriers sous les flots des bulletins paysans-petits propriétaires et boutiquiers.
Vae Victis !  Le vaincu perdra jusqu'à sa mémoire révolutionnaire, puisque le suffrage universel qui l'a écrasé, deviendra dans l'imaginaire de la "gauche" domestique, une "grande conquête."

Ah, qu'il m'est doux de pouvoir revenir, in extremis, à mon anarchisme inaugural, de retourner à mon premier engagement de jeunesse, après le Baptême vient la Confirmation ! Le drapeau noir est aussi un linceul. Aujourd'hui, je peux prononcer l'Extrême onction de ce cadavre puant dans les ténèbres parce que j'ai été baptisé politiquement dans la lumière.

1944, droit de vote des femmes. L’ordonnance du 21 avril 1944 donne aux femmes de plus de 21 ans le droit d'aller dans les isoloirs et rend ainsi le suffrage vraiment universel. C'est à dire planétaire. Beaucoup d'esprits légers s' indignent du « droit de vote des étrangers ». Depuis que les femmes votent, on ne voit absolument pas pour quelle raison n’importe qui ou quoi ne pourrait pas élire n'importe où.
On dit aussi qu'elles auraient "conquis" ce droit, d'aller urner comme de grande filles.
Or, "les femmes" n'ont pris aucune part à cette soi disant conquête, le droit de vote ne fut nullement consécutif à une quelconque lutte de suffragettes. Seule l'évolution "objective" des choses, (l'involution devrait on dire) explique cette réforme. Ayant eu le privilège pendant la Deuxième Boucherie de se voir réduites en hachis parmentier sous les déluges de bombes comme de vrais hommes, il était dès lors naturel qu'elles participassent au droit de choisir, tous les 4, 5 ou 7 ans, quels membres de la classe dirigeante ordonneraient ces bombardements.
Ce qui fut fait.
Comiquement, à l'époque, on vit plutôt les milieux radicaux d'extrême gauche traîner des pieds contre ce droit de vote pour dames, au motif que leurs suffrages iraient plus volontiers vers les partis bourgeois conventionnels, et même à l'époque au parti clérical, plutôt qu'au parti révolutionnaire.
Ce qui va s'avérer tout à fait exact. F vote pour la conservation sociale, quelle que soit cette conservation.

L'Abstention est la négation de la farce électorale : son nom positif est Révolution.
Ce que les travailleurs n'auront pas pu saisir dans les urnes, ils devront le prendre autrement, ou devenir des esclaves.


dimanche 21 mai 2017

Le Sauveur Suprême de volailles

Samedi 13 mai, à Villejuif, devant un auditoire recueilli d’un millier de bobos insoumis, s’est tenu la réunion des candidats aux législatives de la France Insoumise.
 Candidats soigneusement épurés de leurs brebis galeuses comme la journaliste Chenon Ramlat pour cause de « soutien d’Assad » et de « négationnisme ». 

 L’ex-Sénateur (mais sénateur un jour sénateur toujours) Mélenchon, drapé dans la toge pourpre du Tribun de la Plèbe, vint conclure ces agapes.
 Son discours fut beau comme l’Antique, l’élite d’Île de fRANCE inSOUMISE se soumettait à son verbe puissant !
 L’électricité passait dans l’auditoire survolté qui scandait par moment ‘’Résistance, résistance !’’ comme un seul Ohm.
 A la fin, les néo-papas barbus tendirent leurs bébés convenablement langés, vers le Sénateur ! Leurs compagnes tendaient leurs poings, avec des trémolos suraigus, admirablement discordants.

À certains moments, je sentais que dans une autre existence, débarrassée du lourd fardeau de la conscience, j’aurais pu m’accorder à certains des propos tenus, du genre :

 « Les communes, matrices des libertés des Françaises et des Français, c’est là qu’a commencé la République » ! 

 ou encore :

 « Un énorme coup de tonnerre se prépare avec l’abrogation du Code du travail » ! « un projet de contre-réforme, de contre-révolution, une violence sociale terrible » ! [remettant en cause] « un siècle et demi de lutte de classe dans notre pays ».
« C’est pour cela que Macron veut les pleins pouvoirs » 

Rien n’est plus vrai. Le code du Travail participe de ce qui fonde la classe ouvrière comme une classe, et non comme une servile réserve taillable et corvéable à merci.
Face à ce projet de « contre-réforme d’une violence sociale terrible », QUE FAIRE ?

 « Mettre en échec la constitution de la majorité macroniste dans c’pays ! (…).
 On peut renverser la situation, c’est le moment ou jamais ! » 

 Diable ! Le Sénateur sur le retour, par un mouvement orbital cyclique reviendrait-il au trotskisme de sa prime jeunesse ?

 Debout les damnés de la terre, debout les forçats de la faim ! 

 Assis, les bobos désorbités, la bouche ouverte, se regardaient, inquiets, en attendant la Chute.
Elle vint !
 On ne saurait tomber de plus haut !

 « La France insoumise propose aux électeurs d’organiser une nouvelle cohabitation ! » 

Ouf, on respire ! L’odeur de poudre des révolutions se dissipe, ce n’était que de la poudre aux yeux. C’était donc ça renverser une situation ! Non pas la renverser dans la paille pour la prendre, de gré ou de force, mais lui tourner virilement le dos, la priant de bien vouloir nous mettre !
Retour à Syriza, retour à l'électoralisme, cette science magique pour dindes votantes, qui ne spécule qu’en terme d'électorat, et non de classe sociale.
 Retour à l'idéologie contre l'histoire, à l’État contre la démocratie.

 On avait bien compris, par la composition du « nouveau » gouvernement Macron que son projet visait à une large cohabitation, à l’image de la « grande coalition », social-démocrate + chrétien-démocrate teutonique.
 Hé bien, cette promiscuité politcarde, ce concubinage de gouvernement, le Sénateur veut en être !
Comme un vulgaire LR ou PS, FI veut cogouverner, apporter sa caution au projet « de contre-révolution, d’une violence sociale terrible » !

 Et pour étayer son projet, le Sénateur donna en exemple le gouvernement de cohabitation Chirac-Jospin (1997-2002) !

 « La cohabitation de Lionel Jospin pendant cinq ans a été un des moments les plus positifs de la vie économique française ». 

 Positif, mais pour qui ? Comme bilan de son gouvernement, Jospin avait réclamé la reconnaissance du Medef, qui la lui accordera volontiers.
 Mais pas la population laborieuse qui en 2002, par une abstention exceptionnelle, du jamais vu lors d’une élection présidentielle, a balancé Jospin dans la poubelle de l’histoire.
 La suite on la connaît : ce que Lionel Jospin appellera « du théâtre ». Le théâtre de l’antiâchisme institutionnel.
 Des semaines durant, il nous fallut subir quotidiennement ces monstrations destinées à humilier et à affaiblir l’abstention des ouvriers décriés comme « sales collabos et populistes » !
 Plus de 50% d’abstention pour l'élection de sa majesté le Président, tout l'appareil d'état vacilla : l'élection du président-monarque étant la clé de voûte de la Cinquième République, dans la tradition la plus Louis-Philipparde du Roi bourgeois.

 Petit rappel des haut-faits du gouvernement Jospin 

Aucun gouvernement avant celui là, de mémoire de Cinquième, n’avait plus privatisé, plus déréglementé, davantage mis en œuvre de contre-réformes ayant entraîné des souffrances accrues pour le peuple travailleur. Le Sénateur le sait bien, il en était ministre !

Le gouvernement de Lionel Jospin pendant cinq a :

 -privatisé EDF-GDF
-mis en application le plan Juppé sur la Sécurité sociale, qui avait pourtant dressé contre lui des millions de gens. -mis en place l’euro, qui divisé le pouvoir d’achat par sept
- ‘’annualisé’’ et ‘’flexibilisé’’ le temps de travail
- aboli la loi interdisant le travail en dessous de 16 ans.
-  contre-réforme de l’enseignement technique et professionnel, contre-réforme concoctée par... le ministre Jean-Luc Mélenchon himself !

 - Et, cerise féministe sur le gâteau capitaliste , cet infâme gouvernement a osé rétablir le travail de nuit des femmes dans l’industrie ! Qui était interdit par le Code du travail, précisément !
 Cette régression sociale inouïe s'est faite au nom de « l'égalité homme-femme! » Au nom de la Parité, autre conquête majeure du gouvernement de la gauche plurielle qui fut nommé « le plus féministe de l’histoire » !

 Alors, en 2002, les ouvrières livrées au travail de nuit refusèrent de voter, et les petites-bourgeoises antifâchistes, qui sont toutes aujourd’hui au Parti de gauche, manifestèrent pour traîner dans la boue cette superbe abstention ouvrière !

 Du féminisme réel 

Le gouvernement de la gauche plurielle fut un des exemples les plus aveuglants de la nature réelle du féminisme. De la main droite il a institué la Parité obligatoire et de la gauche il a rétabli le travail de nuit pour les femmes, il fut à la fois le plus féministe et le plus ennemi des femmes !

 Ce fait, comme tant d’autres, est si aveuglant qu’on ne l’a pas vu.
 On appelle désormais féminisme la protection des femmes.
 Prendre le mot pour la chose.

 «  Il y a un féminisme idéal, un idéal du féminisme, en dehors des faits et gestes des féministes, en dehors du féminisme institué, qui serait intrinsèquement bon. Ainsi tout le monde porte son petit féminisme à soi, sa petite idée du féminisme ; dans féminisme il y a féminin, c’est donc qu’il doit bien contenir une part aimable, une défense des femmes, de la « condition de la Femme », n’est-ce pas ? » L'Enfer de Don Juan 

 La défense des femmes, des femmes réelles, qui vivent et meurent, qui peinent et enfantent, nos filles, nos sœurs, nos compagnes, n’est pas, n’a jamais été, l’objet du féminisme.
 Son objet, sa vérité ultime, ce qu’il est en nature et en vérité, je l’ai donné dans une forme théâtrale dans l’Enfer de Don Juan, qui n’est pas seulement un divertissement comique, mais l’expression de la vérité.
Il n’y a aucune contradiction entre l’antiracisme et le féminisme, ils sont étroitement enlacés, éternellement liés, dans l’Union consubstantielle avec leur Père, qu’on ne doit pas nommer.

 FI, Farce Insipide. 

O Sénateur, le gouvernement Jospin est un bel exemple à suivre pour une fRANCE inSOUMISE, insoumise au peuple et à la classe ouvrière.
 I n’est qu’une grosse dinde pleine de farce électorale. De la chair qui s’est faite autour de l’os.
La chair c’était les travailleurs qui ont voté Sénateur comme une continuation dans les urnes de leur marche dans la rue pour défendre leur Vieux Code du Travail. L’os, c’est le Parti de gauche, dont vous pourrez relire le récit de la naissance glorieuse ici, si le cœur vous en dit.



lundi 15 mai 2017

vendredi 12 mai 2017

Imbu Ubu

Nocif, qui n'en rate pas une, m'a écrit  Par contre , vous devenez un peu trop imbu. (Tu vois, mon cher ami, je n'ai pas censuré ta pensée, je l'ai mise en exergue.)
 Imbu de ma propre personne s'entend, auto-satisfait, convaincu de ma supériorité, surtout sociale.

Pourquoi imbus-je ?
L'autre jour il place en commentaire :  "Lisez donc ceci , cela vous retirera l'anneau que vous avez dans le nez"  suivi d'un de ces liens à télécharger, rempli de virus, de spasmes nerveux et de chevaux de Troie hennissant sans anneau dans le museau, et qui vous achèvent un PC avant d'avoir achevé soi-même l'harassante lecture des 5000 pages rigoureusement illisibles, qui vous dévoilent le fin mot des choses
—  A qui parlez vous Nocif là ? A vos compagnons d'étable ? fut ma réponse qui me valut la sienne sus citée.

 Quand au lien, il s'agissait du livre du Kahal.  Je le connais depuis longtemps, ce livre du Kahal, tellement je suis imbu de tout ce que la science, la connaissance et le long travail humain ont produit jusqu'à ce jour.
D'où ma fatuité bien connue.

La thèse dit, en substance :  Il y a des coulisses et des tireurs de ficelle (ce qui est vrai d'ailleurs dans un ordre immédiat), des types en tablier qui font des simagrées dans des loges à cochons, ou des synagogues. Voilà le point d'où il faut partir pour commencer à tout comprendre. Ils ne sont pas d'abord les hommes qui tiennent dans leurs mains les véritables outils de la puissance, industriels, militaires et idéologiques, mais des cervos!  Comment sont apparus ces outils : les Rafales, les Porte-avions, les tanks, les bombes nucléaires ? —  Par des passes magiques, des signes cabalistiques ? On s'en fout.
La pensée magique est l'horizon indépassable des petit-bourgeois parce qu'ils ont la superstition de la cervelle. Ces penseurs en pantoufles apolitiques qui vouent aux autres hommes un mépris de bœuf, sans qu'ils en aient conscience prêtent des surcapacités démiurgiques à un singe imbu de ses grimaces.
Ces misanthropes au nez percé ont la superstition de l'humain.

Pour ma part, comme explication ultime du monde, plutôt que Brafman, je préfère Baudelaire. Je pense qu'il avait vu profondément quelque chose sur les Belges, qui en font le vrai peuple élu.



lundi 8 mai 2017

Des chiffres et des astres


Dessin d'Ibara

Vu la précision des résultats, et la précession des équinoxes, la prestesse et la dextérité des passes médiumniques, et la prestance aussi, offerte cent fois à la délectation des demoiselles par cette ostentation survoltée de jeunesse, exaltée par la proximité d’une descente au tombeau, tant la présence exténuante de la Vieille à ses côtés réverbère ses rayons, l’élection du Maquereau récent possède irrémédiablement et diablement quelque accointance avec l’Enfer, enfer du trompe l’œil et de la Confusion, un enfer indécidable, qui laisse l’âme en suspens dans la poussière ensoleillée, comme la mite qui sort des vieux coffres moisis des prestidigitateurs, ou comme l’ectoplasme tremblant qui sort de la bouche du nécromant.

Mite à laine fétide ou mythe errant juif, Emmanuel Macron est-il le nom d’une mouche bleue étoilée venue sucer de sa trompe les derniers sucs du grand cadavre de l’Ex-France, et qui s’enfuira prestement de ses élytres élyséennes mordorés, chassée par le torchon ou les soviets, ou le nom d’un cadavre déterré et réanimé, dont la putréfaction intérieure ne se sent plus tant il est mort depuis longtemps, la sociale démocratie ayant été déjà appelée un cadavre puant en 1918 par Rosa Luxembourg, puis mise à la fosse par Adolf Hitler ?

A ce paroxysme de perplexité, les chiffres, ne parlant que d’eux mêmes, n’offriront aucune réponse plausible, la minutie de leur examen va forclore toute rectitude, par ce double fait d’une victoire incontestable et l’évidence tout aussi arithmétique d’un échec, vu que l’addition totalitaire des voix blanches, nulles, d’abstention et de haine se monte à cinquante sept pour cent, mesure-t-on ce que cela veut dire, que la légitimé est frappé d’illicite, cependant que la légalité n’est légitimé que par l’arbitraire bestial du suffrage universel, les suffrages exprimés expirant devant l’évidence mortuaire, les ors de la pourriture ne luisant plus que sur l'arrière-fond noir de l'abstention, du jamais vu dans le plébiscite royal de la république quinte, laissant ses laudateurs quinauds.

La divination s’imposera donc comme l’ultime recours, et l’Astral aurait peut être pu nous offrir ses lumières planétaires si le thème, déjà naturellement scindé de par la nature double du signe, ne se révélait pas en plus, extraordinairement ambivalent : terre et feu, yang et yin, pluton et jupiter, le Sagittaire portant un Scorpion en croupe, pourrait être mortellement frappé de son dard et s’effondrer dans la poussière des étoiles obsolètes, ou pourrait aussi de son arc bandé décocher ses traits empoisonnés qui ravageront la France comme les nuées de scorpions de l’Apocalypse.

samedi 6 mai 2017

Dernier râle électoral



Une interviouve réalisée hier au soir, à brûle-pourpoint, par mon camarade Vincent Lapierre.

 Cher Félix, demain dimanche vous serez présent pour un nouveau direct d’ERFM, où avec Alain Soral et d’autres intervenants nous commenterons le résultat final de l’élection présidentielle. En attendant pouvez-vous nous donner votre avis sur le débat qui a opposé Marine Le Pen à Emmanuel Macron ?

 Marine fut bien plus véridique que le Macron, cela seul compte. Lui s’est marqué comme un histrion, fait pour briller dans les dîners en ville de la nouvelle inintelligentsia, sous-cultivée mais pétée de Thunes ! Là-dedans personne ne connaît la grande Culture Française mais s’extasie devant un plug anal place Vendôme, bien supérieur à la colonne, qui n’est qu’un grotesque symbole phallique du machiste Napoléon qui avait une petite bite.

 C’est amusant, vous dites exactement le contraire de Thierry Meyssan ! 

 Les grands esprits se rencontrent !

 Thierry Meyssan considère que « Emmanuel Macron est un esprit supérieur, bien plus intelligent que sa rivale, souvent charmeur, parfois cassant. Homme de théâtre, il maîtrise l’illusion. » 

Les comédiens brillent par leur esprit, il suffit de les écouter parler pour s’en rendre compte. D’ailleurs ils votent tous Macron.
 Macron intelligent c’est évident, mais un esprit supérieur faut pas charrier ! De cette sorte d’intelligence qui se mesure par Qi Qi ok, mais l’Esprit souffle du côté de Marine ! L’aisance du personnage, voire sa désinvolture qui fait penser à celle de Bertie Wooster, l’égocentrique personnage de Wodehouse, peuvent séduire. Mais il n’est pas charismatique, il fait « jeune premier », on peut tomber sous le charme, c’est une question d’orientation sexuelle.
 Ceci dit, si l’on en croit à la fois et Meyssan et votre dernier reportage, En Marche serait donc un rassemblement d’ânes bâtés dirigés par un Aigle !

 Quant à Marine Le Pen, Thierry Meyssan écrit qu’elle « ne dispose pas d’un esprit brillant capable d’éclairer des salons parisiens, mais d’un discernement clair qui lui permet instantanément d’éliminer la verroterie et les élucubrations ». 

Où M. Meyssan prend-il que ses « salons » pharisiens, seraient sensibles ou intelligibles aux éclairements de l’esprit ? Il se croit au XVIIIe siècle peut être. Dans les salons français de Mesdames de Tencin ou de Sévigné, où l’on cultivait les lumières de l’esprit et l’art de la conversation.

 Vous êtes souvent en désaccord avec les analyses de Thierry Meyssan ?

 Non, pas plus que ça. Il a raison de dire que Macron est intelligent, mais comme un élève de prépa convenablement doté. Qu’il touche sa bille en matière « d’économie » qui le niera ? Encore heureux il a été ministre ! Il donne pleinement satisfaction à ceux qui s’interrogent gravement sur sur la sortie de l’euro, la monnaie qui se rote !
Mais il ne s’agit pas de finir d’euroter, mais de sortir de la superstition économique !

 Qu’est-ce que la superstition économique ? 

 Qu’il n’y a pas une chose qui s’appelle l’économie ! Il y a la religion économique, le monothéisme du marché. Qui est le judaïsme pratique. C’est pour cette raison qu’il est allié objectivement au monothéisme métaphysique absolu : l’Islam. Les deux combattent pour le même substrat. Faire de la Terre une pouillerie, remplacer les classes exploitées conscientes par des populaces arriérées qui ne savent que crier et détruire.
 Leur monde est un égout sans fond où la vie triomphante sera définitivement celle du Rat. Par le pullulement et l’avidité insatiable.
 Par contre leur idéal ne s’accorde pas. Les uns veulent conserver les ténèbres désespérantes pour faire resplendir leurs consolations religieuses, les autres veulent les éclabousser de néons clignotants pour aveugler la conscience de son désespoir.

 Quand vous dites l’Islam, vous voulez dire l’islamisme ? 

 Oui, bien sûr ! Il faut être con comme un Charlie pour s’attaquer à une religion ! Qui est l’âme d’une race. Charlie Hebdo n’est pas anti-islamiste, mais anti-musulmans, ce qui est lâche et répugnant. Ils déplacent frauduleusement la question tragique de l’immigration sur celle de l’islam !

 Dans vos écrits l’immigration est pensée comme une tragédie, validez-vous le concept de Grand Remplacement ?

 La question n’est pas le remplacement par des « étrangers » venus du tiers monde, mais l’étrangeté d’un monde où l’on va devenir soi-même étranger dans son propre pays, où l’on va éprouver le déracinement chez soi, l’exil dans son pays natal.
 Cela s’est produit, et la révolte contre cette dépossession radicale a été baptisée : le Racisme. L’Arnaque absolue.
 L’horreur d’un tel mensonge et sa fondamentale duplicité résident dans la confusion de deux niveaux de la réalité. Il faut distinguer le niveau individuel, privé, et le niveau global, statistique. Le plan privé où l’on peut être plus ou moins xénophobe, et le plan global, politique, où l’on sait que l’on ne saurait sans dommage mêler des peuples séparés non pas par la couleur de la peau, ou la tessiture de la chevelure, mais par la religion, les mœurs, la nourriture, le caractère...

 Qu’est-ce qui vous différencie des identitaires à la Conversano ? 

 Mais l’analyse de cette dépossession de notre être générique justement ! Moi, je ne déteste pas les Arabes en soi. Dans leur substance. Pourquoi serais-je devenu comme ça ?
Je n’ai jamais pensé que la cause formelle de l’Immigration fût l’Islam, sa volonté conquérante. Mais le grand Capital.
 Quant à sa cause finale, c’est le sionisme international.

 Sur les rives du Jourdain, les vrais identitaires sont les Palestiniens !
Et ici les fourriers les plus intransigeants de l’immigration furent les organisations juives. Que l’on se souvienne que l’UEJF fut l’état-major de l’appel au secours du Racisme : « SOS Racisme ! »

 Pensez-vous qu’il y ait quelque chose à attendre de ces élections ? 

 Ce qu’il y a à en attendre c’est ce qu’a dit Thierry Meyssan dans l’article que vous m’avez lu. (Vous voyez que je fais la part des choses, que je ne porte aucune aucune prévention, mais seulement des jugements synthétiques a posteriori.)

 "Le gouffre qui sépare les deux France va continuer à se creuser et à s’élargir. Les citoyens qui souhaitent défendre l’Intérêt général, c’est-à-dire la République, n’ont d’autre choix que de s’organiser pour résister, derrière la cheffe élue de l’opposition, Marine Le Pen, et de se préparer à exercer le pouvoir. Ils doivent admettre que le temps de la courtoisie est fini et que la colère gronde."  On ne saurait mieux dire.
 Nous avons le choix entre la Peste et la Colère !

 Donc, pour une fois, des élections portent un enjeu réel ! 

 Un enjeu oui, mais une possibilité non ! Que l’enjeu soit capital n’est pas dû à la nature viciée du suffrage universel mais aux convulsions ultimes d’une société pourrie, quand la réalité déborde de partout, même dans le paysage légal. De la même manière que la décision du capital financier d’informatiser toute la planète a été détourné de sa destination strictement commerciale et de destruction des emplois, par le génie populaire.*[NOTE]
 Mais le caractère factice reste que la victoire de la candidate de la rupture authentique a été annihilée préventivement. Par celle du Sénateur ! Un grand nombre d’ouvriers et d’employés qui auraient voté Marine se sont rabattus sur lui parce qu’il y a un surmoi social écrasant, le poids des généalogies historiques. Idem chez de nombreux jeunes, acquis au FN, mais plus proche socialement parlant d’une radicalité moins historiquement problématique à leurs yeux.

 Précisons, le Sénateur, pour vous, c’est Mélenchon, qui fut plus 20 ans sénateur. 

 Oui. Je crois que sénateur quand on l’a été, on en conserve sinon le titre honorifique, du moins l’odeur de moisi. C’est une sinécure 100 % parasitaire réservée à ceux qui ont bien mérité de Oligarchie.

 Félix, irez-vous voter demain ? 

Ma nature politique c’est l’Abstention. Mais je vais faire exception.
 Mais vous savez, Vincent, il y a la Marine antivoile et ceux qui naviguent dessus aux vapeurs consensuelles !
 Quand on entend M. Aliot s’en prendre au Naulleau pour avoir « fait des livres avec des gens infréquentables ! » [SIC]
 — « Contre des gens infréquentables, proteste le filet de Naulleau tiède.
 — « Non non non avec ! C’est votre nom qui est à côté du sien ! ... Moi je l’ai fait condamner Alain Soral ! » etc., ad nauseam...

 Alors vous savez, y’aura pas de quoi se frapper la tête contre les murs non plus, si le bellâtre pour écoles de commerce vainc !

* [note] Si bien qu’Internet, l’internet pour tous, a échappé à la gestion centralisée de l’information pour devenir une véritable auto-organisation libre. Jusqu’à quand ?

dimanche 30 avril 2017

Quand les icônes déconnent

Un peuple de merde 


  « N’avons nous pas les dirigeants que nous méritons, peuple de France ?  Un peuple de merde sera dirigé par des merdeux. Ce qui est tout à fait normal. »

Admirables paroles, empreinte de paix et d'Ûmour, de l'Humoriste en paix, que les commentateurs admiratifs se sont empressés de traduire avec une intelligente simplicité par : les Français sont des cons.
 « Le tout est de voir les choses en face, ne pas se mentir » 
ajoute M'Bala M'Bala.

Hé bien d'accord, voyons-les un peu ces choses, précisément, et bien en face.

 Lors de la dernière élection, 47 millions 582 183 français  en âge et en droit d’urner debout dans les isoloirs, étaient inscrits sur les listes. 8 millions 656 346  d’entre eux ont voté Macron.
Soit 18,19 %.

 Pour réaliser ce que ça représente, prenez un groupe de cent, de cent membres d’un peuple de merde : seulement dix huit d'entre eux ont voté Macron. 18 sur 100 ! font un assez beau tas de merde.

Pour bien saisir, ce que ça représente, rapprochant la focale du Macronoscope. Simplifions la fraction : 18/100 = 1/5,5. (1/5,555555555555555555555555555555555555555555 plus exactement mais il faut savoir en finir avec l'infinité.)

  On ne change pas la valeur d'une fraction en multipliant ou en divisant le numérateur et le dénominateur par un même nombre non nul. Même au Cameroun on connaît les fractions, et les fractions de fractions et leur simplification.

 Or donc, dans un groupe de cinq et demi, disons cinq hommes et un nain, ou si on a l’esprit porté aux spéculations mystiques, 5 vivants et un fantôme, ou 5 femmes et un homme, si l’on tient à rester féministe, sur cinq français un seul a voté con, un seul a voté Macron.
Un seul doigt y entre, l’index du proctologue ou le majeur de l'amoureux, et toute la main pue !
C'est un peu vrai, comme il est vrai que les électeurs de Macron vont faire puer toute la France.

La connerie est donc contagieuse, il suffît d’une infime minorité de cons pour contaminer tous les autres. Ce doit être encore une spécificité merdique française.
Dont acte.



 Contrairement à ce que ces propos acerbes et croates pourraient laisser croire, j’apprécie grandement Dieudonné. Dans cette morne plaine pleine de conformités basses, on ne peux pas ne pas admirer une éminence qui se lève, un Individu, un vrai de vrai, un irréductible, un Caractère !
Il a fait monter, il a mis en pleine lumière, il a fait rayonner des réprouvés ! Il s'est moqué du Cahal!

Le Prince des Quenelles au Théâtre injurié 
 Se moque crânement des Zélites médiatique 
 Il fait monter sur scène le Prince d'Armorique 
 Et le Vieux Professeur au front ceint du laurier.

Mais, l'on ne vit pas que d'humour et d'eau claire, la politique tique et parfois l'on ne rit. Parfois j'ai ressenti un vague malaise par l'expression de ce que j’appellerais le « dieudonnisme », qui ne résume pas Dieudonné, mais qui est ce parti pris politiquement ambiguë, ce parti pris double, qui me semble une remontée d’égout SOS Racisme, ou une resucée du vieux tiers-mondisme, traite négrière et salauds de blancs.


 La connerie en question 




    La question de la connerie, c'est la compréhension de la farce électorale dans toute son effectivité.
Election piège à cons, ça paraît aujourd'hui con et périmé, mais c'est l'aujourd'hui qui est devenu con et périmé. C'est la conscience qui s'est perdue.
Le suffrage universel c'est l'arnaque suprême, la participation des esclaves à leur servitude, l'horizon borné par les zurnes, la clé de voûte du crétinisme parlementaire, la conscience politique ramenée à l'Isoloir, à la politicaille puante comme des pissotières, avec sa meute des "chiens de politiciens" professionnels, cette vermine.

 Mais en dehors de cette conscience perdue, à l’intérieur même du crétinisme électoraliste, peut on penser qu' existe un vote spécifiquement con ?
Bien que la connerie ne se mesure pas, qu’il n'y ait pas un mètre-étalon de la connerie déposé à Sèvres comme disait Jean Gabin dans Le Cave se rebiffe, on pourra tout de même tomber d’accord sur ceci, qu’après 5 ans de Hollandisme révolutionnaire, voter Hamon ou Macron, c'est-à-dire Hollande bis, c'est considérablement con. C'est prodigieusement con, d'une connerie gargantuesque !
Sur 100 français, il y en a eu pourtant 24 pour en redemander, pour vouloir un rab de Bataclan et de terrasses, d'État policier, de 49.3, de licenciements, de privatisations, de liquidation de l'Hôpital, de transgénisme, de communautarisme dégénéré, de guerres au moyen-orient, de servitude hébraïque, Qatarie, Saoud.

 24 sur 100. Disons 25 pour arrondir, comme dans la Gironde. 25 sur 100 fâmezéhomes comme disent les cons, c'est à dire un sur quatre électrices, mâle ou femelle est une connasse.

Est-ce que la détermination d'une partie est aussi la détermination du tout ? That is the question.

 Dans mon système, qui est un anti-système, qui est un système contre, un système Anarchiste, seuls le vote Marine et l’Abstention sont non-cons. Dans ce système j'ai le droit de dire qu'une majorité de 61 sur 100 est une majorité d'imbéciles.

 Mais dans le système humoriste qui est un système de foule, un système de camerounais, un système de traites, un système de repentance, un système de comptabilité, on n’a pas le droit de ranger les électeurs mélenchons dans le peuple de merde ! On n'a pas le droit de dire que le veaute macron par contiguïté, par concomitance a corrompu tous les autres veaux.
 Dans le système camerounais, qui est un système comptable, qui est un ordre de repentance comptabilisé, qui un ordre de grandeur numérique, un système africain où les centaines de millions de noirs de la Traite battent les six millions de juifs de la Shoah, un système à CRAN plutôt qu'à CRIJ, dans ce système les votes Artaud, Toutou et Hamon, mais surtout le vote Mélenchon qui arrive largement en tête dans toutes les banlieues, sont des votes honorables, antiracistes, THEO-cratiques! 

Dans mon système qui est un système de Royauté, le suffrage universel est une faute contre l’esprit. Il est le principe de pesanteur, le poids de la masse sur l'Individu libre. L’écrasement de la pensée. La féminisation de l'État. Dans mon système on associe le Nombre, le Pullulement, à l'Arriération. _ « La grande mosquée de Paris et sa fédération nationale appellent les musulmans de France à voter massivement pour le candidat Emmanuel Macron ».
Dans mon système on a le droit de dire que la dictature de la quantité c'est aussi le règne d'El Connerie.

 Mais dans le système camerounais qui est un système mélenchonien, un système duplice, un système double, un système à deux publics, on a pas le droit d'enduire les masses noires ou marrons de merde !
 Dans mon système, qui est un système du sarcasme, un système de Monument aux morts, un système de Souchiens poignardés par des Chances, l'explosion du vote mélenchon dans les banlieues immigrées, en lesquelles parfois le Hamon bat la Marine, pourrait être qualifié de vote fécal, excrémentiel.

 Dans un système mélenchonien, on n'a ni la force, ni la simplicité, ni le courage de prendre la moitié de son Public à rebrousse-poil, et d'appeler à voter clairement Marine, seule façon pourtant de battre vraiment le Macron.

En n'appelant pas à voter Marine on participe, même indirectement, même courbement, même à reculons, à la victoire de l'Employé de Rothschild, à la défaite de la France. Ipso facto on se trouve contraint, dialectiquement, de faire peser la responsabilité de cette défaite sur le pauvre peuple, et on dira que c'est un peuple de merde.

 Sur ce point la politique de Humoriste en paix s'oppose diamétralement à celle de Soral, qui démonte l'imposture Mélenchon, et appelle ardemment au vote Marine.
On a pu dire, avec juste raison, que PS et LR avaient volé en éclat lors de cette dernière farce électorale. C'était un bénéfice secondaire.
Dira-t-on bientôt qu'il y en eût un autre ? Que le Janus-brifon Réconciliation Nationale s'est cassé en deux parts irréconciliables : l'aile gauche du Front national et l'annexe du souk des Indigênants de la république ?

Lire la suite sur le site d'Egalité & Réconciliation

Belle réponse de Dieudo ! 

jeudi 27 avril 2017

Le rôle du Sénateur

Même parmi nous, — minou? Quel chat ? Celui de Schrödinger ? À la fois mort et vif, réel et virtuel comme le Sénateur Hollogrammique ?
 Disons : dans nos rangs, — quels rangs ? Les épiciers éparpillés qui ne visent qu’à faire miroiter devant nos yeux éblouis toutes les facettes de leurs esprits éminents non seulement ne marchent pas ensemble, comme dans un vrai poujadisme populiste à béret, mais mendient à droite et à gauche des accords consensuels avec les Grossistes autorisés, genre Onfay.
On naît dissident, on ne le devient pas.
 Bon. Même dans la Boutique bio dissidente, on s’est extasié de la campagne du Sénateur Mélenchon et de son Hologramme, comme le coup d’un maître sachant manier les outils de la modernité, qui sont pourtant l’effectivité de la déréalisation, l’évidence « technologique » de la néantisation. Ce n’est pas la « prouesse technique » qui est critiquable, mais la soumission de la critique à la technologie.

À ce jeu de dupe post-moderne il est normal qu’à la fin triomphât l’Hologramme, qui multiplie dans l’espace électromagnétique les clones du leader maximo dont l’ubiquité résolument factice résonne à l’unisson de la facticité absolu de son programme a minima.

 Que peut-on rêver de plus définitivement creux que de cette gauche prétendument insoumise, qui, à la fin, produira le comble de la soumission passive en appelant à urner comme des veaux en batterie pour le représentant le plus extrême du capital financier ?
 Et quand elle arrive au pouvoir, par accident, elle révèle aussitôt une soumission active, comme Syriza en Grèce, ou Colau en Espagne, l’ont suffisamment démontré.
Cette gauche qui n’est radicale que dans l’Impuissance, impuissance à pouvoir mais aussi à vouloir. La radicalité vide des mélenchoniens vise à remplir l’absence de volonté.
Un vide pour remplir une absence, n’est ce pas précisément le vide politque qui naît de l’absence de révolution ?
 Ce n’est même plus le désir flamboyant d’Utopie, mais l’utopie d’échapper à au réel, par la magie des incantations qui bercent jusqu’à obtenir cette nuit politique à dormir debout.
Ce n'est pas la contestation du Simulacre mais le simulacre de la contestation.

 Il reste que le Sénateur radical-socialiste a réussi à capter le désir de revanche sociale des ouvriers doublement humiliés d’avoir été vaincus par un gouvernement faible, et par la pusillanimité de ses dirigeants syndicaux. Mais cette captation était captieuse, élu, le Sénateur n’aurait jamais rétabli le Code du Travail, mais renégocié la Loi Komhri.

 Être plus radical ça ne veut pas dire se radicaliser dans le sens où l’entendent les flics du pouvoir.
C’est à dire plus abruti de narcotique religieux, plus haschischéen, assassin manipulable par les services secrets.
Fiché S = Bon pour les services.
 Au contraire, être radical c’est aller à la racine des choses.


« La théorie est capable de saisir les masses, dès qu’elle argumente ad hominem, et elle argumente ad hominem dès qu’elle devient radicale. Être radical, c’est saisir les choses à la racine, mais la racine, pour l’homme, c’est l’homme lui-même. » dit Marx. 

Ad hominem : Pourquoi étais tu Sénateur ?

 Le Sénateur Mélenchon qui a été trotskiste, savait le mot de Trotsky, que la conscience clopine lamentablement derrière la réalité, aussi a-t-il décidé de la recouvrir pudiquement avec le linceul virtuel pour assombrir le peu de clarté, même diffractée, qui filtrait dans notre conscience, comme les chemtrails obscurcissant le ciel font de notre vie un égout puant où la vie triomphante est celle du Rat.  Où la valeur suprême est le grouillement pour les rats d’en bas, pendant que les rats dominants nous défèquent dessus au travers les écrans.

Marine et Mélenchon ont pu rétablir l’illusion que la farce électorale portait un peu réalité mais cette ultime illusion a été écarté comme le voile de la Maya par le Macron qui est la quintessence de la facticité,


« Faire de la politique autrement », autrement qu’avec la raison et pas même avec le cœur.


L’Hologramme sénatorial annonçait la venue du Fantoche achevé Macron qui désincarne un peu plus la substance politique, dont on a dit qu’elle était usée, jusqu’à la trame,
La victoire de Macron dévoile une misologie si fondamentale qu’elle rend réel et rationnel le soupçon de contrefaçon du monde, qui a toujours été la marque des gnostiques,
Ce n’est pas le règne de l’avoir à la place de l’être, c’est qu’il n’y a plus assez d’être: 

La vraie vie est absente

samedi 22 avril 2017

Vote sous haute sécurité



Suite à "l'attentat" sur les Champs, demain 70.000 soldats et policiers seront massés autour des bureaux de vote. Nous urnerons donc sous la menace des armes.
Gageons que cette présence de l’Etat d'urgence va inciter les plus indécis à se réfugier frileusement dans le giron de l’Etat tel qu'il est.

Mon pronostic du tiercé gagnant dans l'ordre :
1ère, la jument  Marine, casaque brune, montée par Monsieur Louis
2ème, le hongre Macron, casaque or, monté par Monsieur le Baron de Rothschild
3ème, l'étalon  Mélenchon, casaque rouge, monté par Miss Chikirou.

Talonné, en 4ème position, par l'outsider Fillon, casaque bleue pétrole à 13000 euros, monté par Miss Pénélope.

jeudi 20 avril 2017

Chères Brigandes





Décidément ces Brigandes plus je les écoute plus je les aime. En cette période putride de l’élection excrémentielle, il est bon d'entendre ce rappel aimable de la nature de "ces rats puants" de ces "parasites" : les politiciens.

"Il faut les mettre tous contre un mur
Et dézinguer un millier
[seulement ? ]de ces raclures
chantent nos trouvères masquées.

Et ici les métaphysiciens corpusculaires découvriront nos affinités électives en lisant cet extrait de  l'ENFER DE DON JUAN :


"Depuis la dégénérescence, puis la mise à mort de la Royauté solaire, l’État s’est métamorphosé en un chancre induré. Une camisole de force qui étouffe la société. Les gouvernements ploutocratiques, au service exclusif de la Banque, sont des gouvernements-ulcères, mortels aux peuples. Le personnel qui les constitue est formé par la plus basse catégorie humaine. Ceux qui ne savent rien faire, ni travailler, ni créer, qui ne sont ni des tribuns, ni des meneurs d’hommes, seulement de serviles canailles. C’est à cause du travail de sape de cette pourriture que l’État est tombé en quenouille."*

*Tomber en quenouille, dans la langue de Molière veut dire passer aux mains des femmes.


lundi 17 avril 2017

Le Chemin des Dames




Sinistre plaisanterie de monsieur Hollande, hier, dimanche de Pâques, atrocement méprisante pour les Soldats morts, lors de la commémoration de la tragédie du Chemin des Dames du 16 avril 1917. 
Celui qui préside encore à nos destinées post-mortem a dit : « Les Dames n’avaient pas accouché d’une victoire » !

 Cette blague vulgaire fut bien assortie à la teneur de son propos, une propagande anti « nationaliste », car bien sûr c’est le méchant nationalisme cause de la boucherie de la Grande Guerre, c’est bien connu.

 « Nationalisme qui resurgit avec d’autres traits, mais avec la même haine ! » ajoute-t- il pour enfoncer les clous du cercueil hexagonal.
 C’est donc le nationalisme, ergo "La HAINE" ! la cause de tous nos maux.
 Non pas l’impérialisme, non pas les intérêts sordides des maîtres de la finance, dont Hollande est la femme de ménage !
Pas le Capital qui déguisait ses appétits de rapines sous le noble masque du nationalisme, mais le masque lui même !
 Comme aujourd’hui l’impérialisme sioniste déguise ses interventions sous le masque sirupeux de l’humanitaire !

 Nationalisme et patriotisme furent dévoyés à des fins contraires à leurs idéaux, pour le fer, l’acier, les coffres forts et les hauts fourneaux !

 Voici le texte célèbre d’Anatole France :

 Ceux qui moururent dans cette guerre ne surent pas pourquoi ils mourraient. Il en est de même dans toutes les guerres. Mais non pas au même degré. Ceux qui tombèrent à Jemmapes ne se trompaient pas à ce point sur la cause à laquelle ils se dévouaient. _ Cette fois, l’ignorance des victimes est tragique. On croit mourir pour la patrie ; on meurt pour des industriels. Ces maîtres de l’heure possédaient les trois choses nécessaires aux grandes entreprises modernes : des usines, des banques, des journaux. 

On croyait mourir pour la France ou l’Allemagne, on mourait pour les chiffres d’affaire !
 De nos jours, c’est encore un chemin des dames : on croit tuer pour le Droit des Femmes, afghanes ou d’ailleurs, à se dévoiler, mais on tue pour la Jérusalem terrestre.

 Mémoire pour mémoire, humour noir contre humour gras, voici de nouveau offert à votre délectation morose un extrait du Chemin des Dames, publié dans Fragrans Feminae. 

 Clio est une ironiste. Qui dit toujours la vérité.
Plus exactement, elle trahit souvent le mensonge légal en désignant les évènements par un nom qui révèle le contenu caché des choses.
 Que cette hécatombe inaugurale de jeunes hommes, français et allemands, dans son plus célèbre théâtre des opérations, se perpétua au lieu dit Le Chemin des Dames, pourrait paraître simplement une poétique contingence du destin.
 Ce serait un peu court, mesdames !
 Il fallait bien que jeunesse mâle trépassât, puisque mourir fut ce chemin, hérissé de barbelés et de baïonnettes, qui menait à la riante clairière de votre « émancipation. »

 Or donc, notre vieux pays fut mis à feu et à sang, la fine fleur de sa jeunesse mâle hachée comme chair à canon.
 Les maitres d’oeuvre de ces carnages furent les galonnards aussi vaniteux qu’incapables, eux-mêmes domestiques à gages des « usiniers », des maîtres de forges, des combinards, des profiteurs de guerre, des embusqués de l’arrière.
 Au Chemin des Dames, l’offensive du boucher Nivelle fit 281 000 morts en seulement quarante jours. Soit 90% de perte !
 Au total, pour le Vieux Continent, quand les massacres cesseront, on dénombrera plus de DIX MILLIONS de morts et VINGT MILLIONS de mutilés.
Dont un million quatre cent milles français.
 Chaque jour que Dieu faisait plus de 1.000 jeunes français tombaient, et cela pendant quatre ans. Le plus petit village, avec son clocher, possède son monument aux morts au fronton duquel se déclinent les noms de nos aïeuls, nos propres noms.

 La bourgeoisie capitaliste a réglé son vieux compte historique avec les ouvriers, les artisans et les paysans, le vieux peuple révolutionnaire qui en 1793, 1848, 1871, a tenté de lui ravir son pouvoir.
 Par la même occasion, elle en finit avec les rejetons des vieilles familles catholiques de la ci-devant noblesse.
 Le peuple véritable connut une telle saignée qu’il ne s’en relèvera jamais.
 Cette boucherie, dont aucun mot si fort soit-il ne rendra compte de la catastrophique signification, historique et métaphysique, ouvrit sur une époque inédite et une humanité nouvelle.
 Le centre de gravité de l’Histoire se déplaça irrémédiablement.
Le capitalisme qui, par les profits de guerre planta ses fondations dans les charniers, fondera définitivement son assise dans la pourriture même.
 Triomphe de la Finance et du Maître de la Finance.
 Le vingtième siècle pouvait commencer.


dimanche 16 avril 2017

Candida electoralis

Certaines pratiques érotiques de groupe, exposent au risque du Candida electoralis. 
On verra ici les germes les plus virulents. Vous pouvez les y retrouver tous ! enfouis dans les circonlocutions.

 Quand Dupont, teignant l'Urne de tricolore, demanda à Nathalie empourprée : "ne nous faisons pas de poutou mais léchons ton mac, rond comme une queue de truelle",  la salace linotte chemina de sa pine à l'odeur marine à mon fion bien examiné, avec un art tôt consommé.




vendredi 14 avril 2017

Alors, c'est la guerre !

Résumons les événements récents.
1. Les Casques blancs ont produits des vidéos d'enfants empoisonnés par les Escadrons de la Mort d’Erdogan et leur potes les égorgeurs modérés de Hollande et Merkel.

2. Pour ne pas être en reste le Casque jaune de la maison blanche fait abattre cinq autres beaux enfants à coup de Tomahawk !

Cette hystérie, qui dénote d’un manque patent de virilité réjouit les Pussy-hat , au plus haut point. De joie elles jetèrent leur hat roses par dessus les moulins pour rafraîchir enfin leur pussy en chaleur ! Vive Hillary Trump !criaient-elles à New York dans la 47° rue.
Autre bénéfice secondaire, localement, les électeurs français auront eu un aperçu sur le degré de servilité des candidats en lice. Sans surprise les pires va-t-en guerre se recrutent à gauche : le trio Macron-Hamon-Poutou !
Et oui, Poutou le rrrrrrévolutionnaire, le « Crasseux, mal rasé, mal élevé » comme dit l'excellente Marion Maréchal, s'est révélé comme un des plus serviles laquais de l'impérialisme américain !

Tout de suite la question se pose : La rébellion de Trump contre le fameux "Etat profond hamériquain" était elle factice ou simplement étudiée ? Artificielle ou artificieuse ? Etait-ce la ruse du renard ou les rodomontades d'un roquet ?
Les boutiquiers de la dissidonce, les bavards infatués qui ne comprennent rien à rien, les tenants de l'ère inflationnaire du vide vont y aller de leurs dissertations !
Y’ a de la conférence dans l’air les gars !

"Ces événements, dans leur simplicité fondamentale, nous dépassent,  nous allons donc longuement les expliquer aux autres, pour ajouter notre confusion au chaos."

Pauvres tristes cons à la triste figure, engoncés dans leurs vieilleries idéologiques, qui sont le poids des choses mortes sur les cerveaux des vivants.
Le mort saisit le vif.

 "Laissons les morts enterrer les morts" dit Jésus Christ!

 La simplicité, la voici. Pour flinguer Assad, c'est à dire continuer le plan Yinon, il  faudrait à Trump la complicité de Poutine.
Les services télépathiques de l'Abbé ont pu saisir une bribe de conversation téléphonique secrète entre le beau papa de Kushner et Vladimir :

– «  Ecoute mon Poupou tu es un milliardaire ne l’oublie jamais ! Et moi je suis le milliardaire de tous les milliardaires, celui qui défend la multinationale des milliardaires du monde !
– Je suis aussi le chef d'Etat de la Russie !
– Tu es milliardaire d’abord !
– Je ne veux pas, je ne peux pas, consentir à devenir un valet comme Hollande !
– Personne te demande de descendre aussi bas. Reste ce que tu es et nous ferons un partenariat.
Tu ne veux pas la guerre nucléaire tout de même ?
bzzgrrdzzzgkw...

A partir de là on m’a brouillé l’écoute et je n’ai pas ouï.

A propos de guerre nucléaire,  Steven Starr, un scientifique renommé de l'institution  Physicians for Social Responsibility et de la Nuclear Age Peace Foundation, s'est penché sur  les conséquences d' un échange de bons et loyaux services nucléaires entre Washington et Moscou.
Voici ce qu'il dit :

"Le nombre de morts sera dans les dizaines de millions dans la première heure," écrit il,  "et ce ne sera que l’horrible début."
" Les deux pays ont entre eux 3500 armes nucléaires stratégiques déployées et opérationnelles qu’ils peuvent détoner en une heure. Ils disposent de 4600 armes nucléaires en réserve et qui sont prêtes à être utilisées. Compte tenu de ce grand nombre de méga-armes, il est fort possible que la plupart des grandes villes des deux pays soient touchées." 

" 30 % des populations américaine et russe seront tuées dans la première heure. Quelques semaines plus tard, les retombées radioactives en tueront encore 50 % ou plus. L’hiver nucléaire, une période glacière causée par l’impact environnemental de la guerre nucléaire qui  provoquera probablement la mort de faim de la plupart des êtres humains de la planète dans deux ans."

Voilà qui est fort prometteur.
Pourvu que Poutine tienne bon et aille à la guerre !
Mieux vaut une fin horrible que l'Horreur sans fin !


Jésus porte sa croix






dimanche 9 avril 2017

Ivanka


Pour comprendre le revirement de Trump 

Qui peut se résumer par le changement gravitationnel radical qui s'est produit dans la sphère d'influence du président. L’éviction de Steve Bannon, nationaliste américain, « l’Amérique d’abord », remplacé par son gendre Jared Kushner, Juif orthodoxe, « l’Israël avant tout ».
 Ah, Ivanka !
Ayez des filles !



vendredi 7 avril 2017

Le retour du concret

Trump passait son temps à dire qu'il ne voulait plus que "l'Amérique soit le gendarme du monde", c'est à dire le sicaire sioniste mondial, or ce jour il se comporte comme le pire reître qui soit, qui n'a pas attendu longtemps avant d’appuyer sur la gâchette contre....l'Ennemi N°1 de l'Israël.
A son tour il devient le polichinelle des forces impérialistes réelles, qui n'ont pas été renversées par son élection. Le mal est trop profond, cette gangrène économique, sociale, morale qui descend jusqu'au cœur. Il faudrait l'extirper, récurer jusqu'à l'os toute cette pourriture qui ronge tout le corps social, jusqu'à amputer ses membres les plus corrompus. C'est la révolution.
 Une élection n'est qu'un remède de bonne-femme.
Le malade se berce d'illusion, jusqu'à la prochaine crise, qui lui révèle que son État s'est aggravé.


samedi 1 avril 2017

Dernières nouvelles colo-électorales

Le ralliement du Bas-Catalan fait frémir l’Employé de banque. Je n’ai jamais dit que la Guyane était une île, dit il, ni que Valls était utile. Il porte la poisse, c'est un vendredi 13 novembre permanent.

Alors le CRIF a ordonné à Valls de rallier Marine Le Pen pour la faire perdre. Aussitôt il a déclaré être prêt à redevenir Caudillo dans un gouvernement de centre-extrême droite, avec Aliot au Quai, Thooris à l’Intérieur, et Maître Collard à l'Injustice.


lundi 27 mars 2017

Marine et Mon Fion Ron Chon

1. Marine Le pen est en compétition avec quatre compères dont les noms finissent par ON, quatre sacrées têtes de compétents, mais pas seulement.
C’est aussi un regroupement onomatopéique ésotérique, le ON signifiant dans la Science Secrète la contrefaçon du son de la Gloire, le OM sans la vibration, qui est déjà la corruption du AUM initial.

 « ON est un Âne ! » disait on autrefois. L’Âne qui herbeille dans l’enclos d’Hereb, le principe centripète qui induit l’accablement solitaire et les désintégrations collectives.
 Mais passons, je ne peux ici en dire plus.

 2. Quelle est la signification profane des ces 4 noms du N.O.M ?
 Commençons par Monsieur Fillon, à qui ON tente par tous les moyens de couper les ailes pour les faire pousser au Macron.
 On voit bien qu’un Fillon sans L devient un fion, un fion maigrichon mis en examen pour être farci par un Anus Artificiel, nécessaire au Gros Merdiat qui nous défèque sans arrêt du plomb durci sur la figure par la lucarne à gogoy.
 Ce T.D.C artificiel porte un nom qui ne se prononce qu’entre initiés du Microcosme.

 Or donc Monsieur Macron se sent pousser des ailes. Le prétendant très prétendant, très prétentieux et très ignare, ne sait même pas qu’il y a une culture française. Pour lui la Guyane est une île et la « France est un hôtel. »
 Il consacrera la fin du Politique, déjà largement ravalé à une activité de police ou d’attaché de presse, ce qui revient au même.
 Après un larbin de la finance nous aurons la finance directement, un trader, un opérateur boursier, un Golden boy à la place d’un chef d’état.
 Ce sera l’Etat Rothschild sans fioritures, la Banque qui saisira directement tous les aspects de l’existence dans ses tenailles de fer comptables.
 Souvenons nous que la plus atroce dictature d’Amérique Latine fut concocté par les Chicago-boys, des Traders comme Macron.

 A priori, la bourgeoisie ne veut pas de ce bellâtre pour étudiante d’école de commerce. C’est le Fillon qu’elle veut la masse bourgeoise, même sans L, car il est de son milieu.
 Tel est le sens ultime de la fronde Fillon. Sinon ce serait de sa part pure folie, fuite en avant, inconsidérée.

3.  Étudions un peu les deux qu’on arbore, si le bore, métalloïde dur et noir, pouvait ici servir à quelque chose.

 Ben Hamon, fils de Mammon, est un Hollande lifté. Rappelez vous, le hideux Hollander volant qui fut le Nafissatou de la Phynance. On retrouvera la lettre Phi dans un instant.

 Issu du plus répugnant « gouvernement » que la France ait jamais eu à supporter, il en garde à jamais l’odeur, la caque sent toujours le hareng.
 Ce Rose doit se raser cinq fois par jour pour ne plus avoir les joues bleues, la Gestapo féministe apprécie ce désir de peau lisse.
 Sa porte-parole, Laura Slimani, psalmodie la litanie classique contre les vieux mâles blancs ! Le maire de Montpellier, Philippe Saurel, étant passé chez le Macron, Slimani se réjouit dans un touit de voir « un autre vieux mâle blanc libéral en moins » dans le camp du « candidat féministe » Hamon. 

Un peu réprimandée pour ce touit banalement féministe, Slimani a répondu avec brio : « Dire actuellement que les responsables politiques de notre pays sont majoritairement des hommes, blancs, de plus de 50 ans, libéraux est malheureusement la stricte réalité. (...) Qui peut prétendre que cela représente la société française ? Qui peut prétendre que ce n’est pas le fruit d’une histoire de discriminations raciales, sexuelles et sociales ? »

 Elle a aussi du nez la porte parole, car dit-elle :« Malheureusement, dès que l’on parle de discrimination, cela déclenche des réactions nauséabondes. »
 Nauséabondes ? Vous avez dit nauséabondes ? Comme c’est bien senti et original !

 En dehors de l’éradication olfactive des mâles blancs, le programme de Hamon c’est cannabis pour tous, et revenu universel pour se le payer.
 Et depuis que la candidature unique avec le Mélenchon est à jamais révolue il feint d’être aussi pour l’abrogation de la Loi Valls-Komhri.

 Le Sénateur Mélenchon, qui fait de l’abolition de la loi El Komrhi l’axe de sa campagne, possède un petit côté out of the system, qui, bien que factice, nous le rend moins émétique que le Hamon. Il dit être en marche vers la Sixième Ripoublique, dont il deviendrait le Général de gauche ! Mystérieusement son signe est celui de la philosophie.

 Par ce φ, il propose aux travailleurs d’aller se faire faire une démocratie chez les grecs. Comme Alexis Tsipras avec Syriza ?
 C’est un faux Lion, mais un vrai Bichon le Mélenchon.
 Il porte le dévoiement du φ, qui est le signe du Nombre d’Or, mais deviendra celui du Golden-Boy. 

Son refus obstiné d’une candidature inique avec Ben Hamon prouve qu’il est En Marche pour l’Employé de Rothschild.

4; Marine Le Pen Marine Le Pen ne les dépasse pas seulement par la taille mais aussi par la stature politique. Preuve cette émission de politique infantile dans laquelle, seule, elle refusa de se commettre.
 Devant l’entendement à peine ébauché de petits enfants, les 4 autres se sont déshonorés davantage, s’il se peut.
 Et comme il fallait s’y attendre le préféré des tout-petits fut le fringant employé de banque, jeune et dynamique, chou-chou des organisateurs de l’émission.

 Pendant ce temps Marine Le Pen jouait dans la cour des grands.



 5.  Cette farce électorale va déboucher sur une situation rien moins que farce.
 Le suffrage universel c’est de droit pour les exploités de choisir « une fois tous les trois ou six ans quel membre de la classe dirigeante va les représenter et fouler aux pieds le peuple au Parlement » écrivait Marx. D’où la logique inévitable du droit de vote des dames, puisque les critères deviennent de plus en plus des critères de séduction personnels — personnaliser la politique pour dépolitiser les personnes en lice.

 Eh bien, je vais vous dire, puisque tout le monde porte son petit féminisme à soi, moi, féministe absolument, je vais voter pour la seule femme qui pourrait les battre ceux qu’elle dépasse d’une tête. 

Tout le monde, tout ce qui compte dans le monde qui compte, prévoit un duel final Marine-Macron. 

L’Élection du MacrON serait la fin de tout. A dater de ce moment le désespoir en politique serait d’une lucidité absolue.

 Si Marine était l’élue, ce ne serait pas un dénouement mais un commencement. Les plus grands combats seraient alors devant nous.
 La Théogonie récente, récit mythologique d’une sodomie, ne fut qu’une répétition générale, un exercice de simulation des exactions à venir de la cinquième colonne immigrée.
À cette occasion les bandes supplétives attifées en antifa en ont profité aussi pour s’exercer.


 Pour nous, à ce moment là, il nous faudrait impérativement devenir « plus fort, plus méchant, plus profond. »

 — « Plus fort plus méchant plus profond » ? demandai je effrayé.
Oui, répéta-t-il, plus fort, plus méchant, plus, profond ! »
Et le dieu tentateur souriait de son sourire alcyonien, comme si il venait de dire une gentillesse. [Nietzsche ]

Plus fort, plus méchant, plus profond que« le mâle blanc » ordinaire comme l’est Don Juan dans L’Enfer de Don Juan, livre trop fort, trop méchant, trop profond pour être lu par des domestiques. Comment pourraient ils le supporter ?

 Comment votre organisme d’herbivore pourrait-il le digérer ?


mardi 7 mars 2017

ça y est, on peut

le commander, ici L'Enfer de Don Juan !
Sans crainte du Commandeur !




Treize euros ! Très heureux, c'est donné ! A vos sous !

vendredi 24 février 2017

Le ralliement

« Le danger est trop grand, il faut changer les choses et le faire d’urgence » a dit François Bayrou en plein Etat d’urgence, pour justifier sa nouvelle volte face d’inconsistant. [1]

 Quelle fourche du Démon du MoDem vous pique, Monsieur Bayrou ?
 Pour quelle raison ce ralliement à la plus foireuse, la plus dégoûtante de toutes les gauchiasses déféquées par la Finance cosmopolite ?

— Parce que nous somme dans une « situation [qui] nourrit le pire des risques »

Fichtre ! Et quel est donc ce risque, Monsieur Bayrou ?

— « Une flambée de l’extrême droite » !

Evidemment, là, on ne peut que s’incliner. Mais, Monsieur le Ministre, ces propos sur la colonisation comme Crime contre l’humanité, crime qui a accru le nombre des vivants de la dite humanité ?

— Ah, mais je lui ai pas envoyé dire !

 Dire quoi Monsieur Bayrou ?

 — Mon « incompréhension » !

 Carrément ! Et après ? — « Il m’a entendu, je crois. » ....

Ça prouve au moins qu’il n’est pas sourd.
 Aussitôt, à peine ce ralliement su, la Bourse a bondit, le CAC a fait comme les algériens pendant la colonisation, il s’est multiplié !

    De toute manière, Monsieur le Maire de Pau, permettez à un humble et ancien palois de vous le dire : si votre pire inquiétude est la victoire de Marine Le Pen, vous faites un très mauvais calcul.
Marine Le Pen n’aurait aucune chance face à un Fillon, rendu plus propre, ou à un Hamon allié à un Mélenchon. Mais elle a toute ses chance, et la nôtre, de battre un Macron !
 Si vous ne l’entrevoyez pas, si vous ne le pressentez pas, vous manquez de la pénétration politique nécessaire pour cesser d’être un loser, Mister Bayrou ! (Il faut parler anglais quand on est du Macron.)

Citations du Notable de Pau
— Septembre 2016, en prose :

 « Derrière Emmanuel Macron il y a des grands intérêts financiers incompatibles avec l’impartialité exigée par la fonction politique. Il y a là une tentative qui a déjà été faite plusieurs fois par plusieurs grands intérêts financiers et autres, qui ne se contentent pas d’avoir le pouvoir économique, mais qui veulent avoir le pouvoir politique. »

 « On a déjà essayé en 2007 avec Nicolas Sarkozy et ça n’a pas très bien marché. On a essayé en 2012 avec Dominique Strauss-Kahn… »

 « D’ailleurs c’est très simple : posez-vous la question du pourquoi ces heures et ces heures de télévision en direct ? Pourquoi ces couvertures de magazines, pourquoi ces pages et ces pages autours de photographies ou d’histoires assez vides ? »

 « Il y a la séparation de l’Église et de l’État. Moi je suis pour la séparation de l’État et de l’argent (…) Je ne suis pas pour que le pouvoir de l’argent prenne le pas en politique. Il faut en tenir compte, il faut le savoir il faut le connaître, il faut favoriser quand on peut l’activité et la création de richesses. Mais il ne faut pas que l’un ait le pas sur l’autre. »

— Février 2017, en vers (et contre tous) :

Je suis Monsieur Bayrou, le Magistrat de Pau 
Le bourgeois d’Aquitaine à l’accent aboli, 
 Je n’ai qu’une parole, et elle vaut balle-peau ! 
Mais ma conscience est bonne quand je me mets au lit.

Ah, Monsieur du Macron je suis votre féal ! 
Je vous laisse le Fillon, je lèche votre Ré- 
-putation d’Héritier et de Gendre idéal, 
Et le sillon qu’elle laisse sur la Publique Raie.

Monsieur Macron m’a répondu : vous en êtes un ! 
Tout le monde le pense, mais personne ne le dit 
Et pour vous remercier d’être tant opportun, 
Je vais vous adouber, cochon qui s’en dédit !


Il y a la séparation de l’Église et de l’État. Moi je suis pour la séparation de l’État et de l’argent 
Ah, hypocrites ! La voilà bien la droite des valeurs boursière, la parole d’une partie de la droite catholique, celle qui donne la colique !
L’éternel Ralliement ! Tout le temps à se vendre aux milieux de l’Argent, en fin de compte, en fin de calcul, en fin dernière.


[1] Il avait appelé à voter Hollande en 2012 !

jeudi 23 février 2017

Ah j'ai ri, Française

Après les propos lâches et veules du lâche et veule Macron, pour satisfaire à la la Pègre algérienne, je "réactualise" ce petit texte rimbaldien.
Qu'est ce qu'un "génocide" qui aurait pour résultat l'accroissement d'une population, sa multiplication par cinq ou dix au lieu de sa destruction ?
  Pauvre petit Micron de macron, avec sa tête de c.., de chef-comptable, mais qui n'a même pas les capacités d'un comptable-dernier, s'il en a l’étroitesse d'esprit.

On pourra lire aussi, ici, la cinglante mise au point de Bernard Lugan.
Et les plus consciencieux liront le Rapport sur les archives de la Préfecture de police relatives à la manifestation organisée par le FLN le 17 octobre 1961. Où l’on verra que la racaille anti-complotiste, produit encore une belle théorie du complot, car pour étayer leur mensonge du massacre d'Algériens du 17 octobre, il leur faut poser que l’Institut Médico-légal ait été dans la combine !

*
**

       S’il est un gros besoin de Mémé Moire qu’il faut absolument satisfaire, c’est celui de l’Holocauste de centaines d’Algériens immergés dans la Seine et nos amours par la police raciste, le 17 octobre 1961.
Comme ils flottaient les FLN !

Ah, j’ai ri française, au Pont Saint Michel, en écoutant les sirènes, Pa Pon, Pa Pon ! et regardant couler la Seine et nos bougnouls !
 Son cours charriant les centaines de milliers de cadavres d'Arabes flottant sur leurs valises, à défaut de cercueils.
 Eux qui avaient reconstruit la France pourtant !

Sous le pont Mirabeau coule la Seine
Et nos bougnoules
Il faut que tu t’en souvienne 
 Ils étaient plusieurs centaines 

 Que France se repente et meure 
 Afin qu’ Hollande demeure

Il est des nations faites pour montrer leur chemin aux autres.
 Aujourd’hui dévolu au grand Israël, ce prestige fut longtemps usurpé par la France, patrie des Droits de l’Homme et des Pantalons.
 Mais nos rigoureux temps menstruels, autrement éclairés à la bougie fondante du Sapeur, ne furent pas long à éventrer l’imposture :
— Que ces droits dans leurs bottes sont des fils de Pétains de ta race !


Article 1 : Les hommes naissent et demeurent libres et égaux en droits.
Vous avez bien lu "En droits" ! Voilà où le bât blesse !
Car l'envers de cet "en droits" c'est qu'il laisse sur leur faim les races susceptibles !
Les dames zintellectuelles, les gens dit bizarrement, "de couleurs", lors qu’ils sont tout noirs ou bistres, les zinvertis, etc, etc, tous ceux qui se sentent discriminés par essence.
Ils savent bien, ces derniers, que les Zommes naissent zégos à l'envers aussi bien qu'à l'endroit.!

Zégos en tout !  C'est à dire pareils les zunzozautres !
( Ensuite c’est à eux, les zommes, qu’il appartiendra par un choix librement choisi, de déterminer quel sexe, quelle classe, quelle tournure convient le mieux à leur genre !)

Zinon, z’est du nazisme, du nauzéabond !
Pédales du Vel d’Hiv, trayeurs de mamelles négrières ! Et toi vil Colonialisme, que de crimes en ton nom !

 Vranze ! Maudite ! Mère de tous les vices de procédure je te salue une dernière fois !
Adieu, tu es mûre pour le trépas, et par une route de renoncements ta faiblesse te mène aux confins du tiers-monde et de la Barbarie, patrie des sous-hommes et des nazillons !
 Peuplée de Dupont-la-Joie, racistes, collabos, feignants, alcooliques, anonymes, sexistes, homophobes, transophobes, j'en passe et des plus phobes...
 Salope.

Ah ! Peuple vomi par l'Abyme, hors le gouffre sans fond vomissant du charbon !
Mineurs ! Gueules Noires offertes à la délectation de nos vierges folles !
Reniflons ensemble les prévisions du météorisme, de la populo-boulimie vrombissant à genoux les doigts dans la gueule sans fond du populisme, populo aboulie d’insanité émétique !

Et les rares, les trop rares rescapés des trains d’enfer des millions et millions et millions et millions et millions et millions qui roulaient à tombeau fermé vers les grands incinérateurs sous la lune, ces miraculés arrachés aux mains de la mort travaillèrent d’arrache-pied à l'extermination d’un tel préjugé, vivace surtout chez ceux qui ne furent que concentrés, camp-concentrés, trigano-concentrés, campés dans leurs préjugés, car nullement exterminés, jamais exterminés, vous entendez : EXTERMINÉS !
 Sur quel ton faut-il vous le dire à la fin !


mercredi 8 février 2017

L'autre est Hamon

"L'autre" c'est celui qui monte dans le champ du mal d'horreur.

Or donc, d’une part la candidature Fillon est compromise, hélas, et même très fortement compromise,



et d’autre part, se profile une alliance entre le Hamon et le Melenchon.
 Il existe deux pétitions invitant Mélenchon et Jadot à s’entendre avec Hamon.
« Ceux qui parrainent Macron seront exclus du PS », a déclaré Cambadélis, sur RMC/BFMTV

 Un sondage annonce déjà qu’une alliance Hamon-Mélenchon-Jadot arriverait en tête du premier tour des présidentielles !
Et, que face à Marine, Hamon finirait à coup sûr président de la république !
 C’est le plan B de l’Oligarchie.

Déjà les durs de dur, les casseurs d’assiettes, ceux qui disaient après la Loi Kroumhi  « Plus jamais je ne voterai pour le PS » s’apprêtent à urner comme des boeufs pour Hamon.

 Jadot, fort de ses 2,58 % a déjà dit OK ! Tu m’étonnes. Il sera ministre, alors que tout seul il irait dans les poubelles, certes avec tri sélectif des ordures, mais quand même !

 Quant au Sénateur, il dit pas non. Il tergiverse. Dans Le Pharisien, à la question : « Vous allez travailler avec Benoît Hamon ? », il a répondu :  « Pourquoi pas ? ».
   Il est pas débile le Sénateur, ou l’Ex-Sénateur, ou l’ancien sénateur socialiste, il sait qu’il ne sera jamais élu Prézydent. Par contre, avec l’Hamon, en aval il pourrait obtenir un maroquin, et des plus régaliens, et des plus prestigieux !
 Et pourquoi pas Matignon !

 Si Marine Le Pen PEUT battre Macron, elle sera, inexorablement, battue par l'Hamon allié au Sénateur.
A tel point que j’en arrive à penser, mais ne le répétez à personne, que face à un Hamon triomphant, vaudrait mieux un Fillon qu’une Marine.

La situation n'est pas grave, mais tout à fait désespérée.

lundi 6 février 2017

En avant-première

Prochainement, sous peu, on annonce la venue au monde du petit dernier, qui naîtra dans les forceps et les flammes : c’est un mâle, dit l'écho.
Son Double est aussi du théâtre. De la cruauté misogyne.
Nous l'attendons : sa pièce est chauffée (et comment!), son lit est fait, déjà plein de senteurs de soufre et de luxure, sous la couverture.
La voici (on la doit à Marie) :



vendredi 3 février 2017

Humeur à la mi-nuit

§. Je viens d'écouter le narbonoïde Conservano sur Radio-Versaillaise.
 Avec ces lâches et veules bourgeois qui lui servaient la soupe, dans le but de traîner Soral dans la boue, le cul sur leur chaises, sans tenir compte du réel, à savoir que le Pouvoir présent, dont ils sont les serviteurs inconscients, ne s'y est pas trompé, qui les ignore, et nous persécute par tous ses orifices puants, médiatiques, policiers, judiciaires, et nous seuls !
En ce moment même Soral est en état d'arrestation.

§. Et ils parlèrent en bien du fascisme, ces bourgeois de l'âme, avec leur tiède tempérament ! Mais du paléo-fascisme il n'en ont même pas l'ombre du plus petit pressentiment, tous ces masturbateurs intellectuels, il n'en ont pas goûté la véritable saveur, sauf un peu Conservano, par le poing de Soral.
Le fascisme ancien, fut, au départ, en dehors des autres déterminations regrettables, parce que liées à la GUERRE, un mouvement révolutionnaire exaltant, qui proposait une vision politique grandiose, la création d'un "homme nouveau", mais s'il n'alla pas loin dans cette voie c'est à cause précisément de l'esprit bourgeois, du style bourgeois, dans tout ce qui en lui, demeura ignoblement bourgeois et qui n'avait pas été extirpé.

 §. Puis, inéluctablement, vint le plaidoyer alter-féministe, exprimé par le fausset du Rastaquouère qui rompit quelques lances imaginaires contre l'odieuse misogynie, qui serait inspirée des Arabes, en des termes qui trahissaient l'absence de virilité intérieure du champion énamouré.
 D'ailleurs il ponctuait toutes ses phrases par des "en fait", tellement révélateurs de son être.

§. Je l'ai dit, un alter-féminisme, un féminisme new-look, bon chic bon genre, se vend maintenant en solde dans les rayons libre-échangistes de la droite décomplexée et islamophobe.
Ainsi se construit avec plumes et brindilles un féminisme de valeur actuelle et d’éléments utilisables, qui fait se pâmer tout un peuple de dindes romaines, de bécassines bigotes et autres oies blanches, révulsées qu'on ne les appelât plus mesdemoiselles, mais mesdames, ce qui les vieillit, et que l’on pût les violer impunément, comme de vulgaires teutonnes en 1945, qui, elles, l’avaient bien cherché !
Et les poules font chanter les coqs !
Les coquelets de la droite des valeurs, à valeur de sabre et de goupillon, mais aussi de couleuvres, coqueriquent d’admiration devant les nouvelles cocottes alter-féministes, qui ont soulevé le lièvre de Cologne.

§. Ont ils jamais lu Le Mythe du XXe siècle ces neo- Aryens, qui ne jurent que par leur fâmes  ?

 §. On peut donner sur un point raison à ces bourgeois : le vote des femmes n'explique pas tout.
 Ainsi, l’on en vient à se dire que le retour au pouvoir des "bien-pensants" serait la réaction des imbéciles, car leur lâcheté intrinsèque nous prémunit d’une solution hardie, d’une solution de force.
La manif pour tous l’a suffisamment montré, l’impuissance et la pusillanimité peuvent être élevées au rang de leurs vertus cardinales.
 Décidément, les bourgeois versaillais resteront à jamais indignes de la France.






lundi 23 janvier 2017

Notes primaires sur un bourrage d'urnes

Or donc, à l’heure où nous mettons sous presse, on nous dit qu’il y aurait eu Un million Six-cent mille primates ( 1 601 138 exactement) qui auraient urné pour la primogéniture mâle de la Gauche.

 Certes on est loin des Six millions fantasmés, pour dépasser les Quatre millions quatre cent mille de la primaire de la droite des valeurs boursières, mais l’honneur semble sauf !

Comme il y en avait Quatre-cent mille à midi, puis Neuf-cent mille à 17 heures, cela faisait en moyenne Cent mille de plus chaque heure, on aurait donc pu s’attendre à l’heure de clôture des urnoirs, à un total de Un million cent mille (1100 000) au maximum !

Eh bien non ! En deux heures tous les survivants de Nice, du bataclan, des terrasses, tous les terrassiers de la Loi Khroumi, tous ceux qui, à gauche, n’ont pas encore passé l’arme gauche de par la politique de la gauche, se sont levés en masse pour sauver l’Honneur du Parti sioniste, socialiste, veuillez excuser ce calamiteux lapsus calami. Sept cent milles (700 000) en deux heures !

Un ultime soubresaut citoyen tout à fait admirable.

Alors que de mémoire de vieil observant, tous les bureaux de vote étaient aussi déserts qu’un bistrot à l’heure de l’apéro, rue Ménilmontant, quand les biberonneurs repus vont fumer sur les trottoirs, soudain un afflux de peuple débordait les assesseurs !
Incroyable !
(Aussi on y croit pas.)

De toute manière comme tout le monde votait deux fois, on peut si on veut, si l’on est un accro de l’exactitude, un fana de la vérité, diviser les chiffres par deux. Mais, légalement, pour l’ex Caudillo cela lui fait Quatre-cents nonante-six mille (496 000) partisans, quand même !, ce qui correspond assez exactement au nombre de la communauté des Humains.

Ou Deux-cents quarante-huit mille (248 000) si l’on préfère le réel, qui divise par deux le légal. II La gifle de Lambdalle, ne fut qu’un camouflet microscopique, comparée de cette mandale arithmétique !

 Faut dire que le bilan de sa dictature n’est pas exaltant : la loi Khroumi, l’état policier, le réchauffement climatique social, tempéré par les exterminations estivales, c’est pas folichon.

Et comme la politique étrangère d’un état correspond à sa politique intérieure, il faut bien reconnaître que l’approbation éternelle de l’inhumanité, sur les rives du Jourdain, ne fut pas précisément un choix susceptible de soulever l’enthousiasme des foules, et même celui de ces foules susceptibles, qui appréciaient quand même, la condamnation ferme d’El Blanco sur : « Un apartheid territorial, social, ethnique [qui] s’est imposé à notre pays. » [1]

La France pays d’apartheid !
Faut il ne jamais avoir pris les transports en commun, quand bien même on aurait eu des transports communs, pour oser proférer une telle énormité !

Pour en rester dans la correspondance des politiques intérieures et extérieures, le terrorisme idéologique ici, avec ses procès iniques intentés pour des mots, des gestes, des pensées supposées, le délit d’intention, trouve son pendant à l’extérieur par l’alliance avec le terrorisme wahhabite le plus arriéré et le plus ignoble.
D’autant que le Caudillo lui même déclarait « La France est en guerre contre le terrorisme, le djihadisme, l’islamisme radical. »




Cette duplicité a reçue hier sa sanction.
Et c’est bien fait.

C’est un autre rocardien, Monsieur Hamon, avec un H aspiré, qui est en pole position pour le second tour des primates.
Tous les amis de Manuel valls le trahissent : La rançon de la gloire éternelle.
L'Aubry a annoncé officiellement son soutien à Hamon, dans un communiqué avec 20 autres signataires :« Dimanche prochain, nous voterons Benoît Hamon et nous appelons les électeurs de gauche à se mobiliser etc., bla bla bla. »

Lebranchu, ancienne ministre de Manuel Valls dans une interview au Télégramme :« Bla, bla, bla...Il en ressort une image positive pour Hamon car il est en tête mais apporte aussi de nouvelles idées. Je voterai pour lui, avec l’ensemble des aubrystes. »

Taubira est d’accord.
Et Belkacem, qu’est ce qu’elle dit ?

J’avais commis  ici même un petit texte en lequel j’exprimais que Le mot d’ordre de cette campagne devrait être : TOUT SAUF VALLS !
Il semble que je n’étais pas le seul à le penser. Bientôt nous serons délivré du Hollande. Le serons nous aussi du Valls ?

Dimanche 29 janvier, que ceux qui n’ont pas peur de se salir les mains aillent glisser un bulletin Hamon dans l’Hurne !


jeudi 19 janvier 2017

Bravo petite !

https://www.facebook.com/1949154848644734/videos/2007140219512863/

On oubliera pas ! Ni le Bataclan, ni le reste!


Pourquoi faut il qu’à Lamballe
 Il se soit pris une mandale ?
Serait ce que tout s’emballe
 Sous le signe de la kabbale ?

"Inadmissible Violence"!
 Dit notre bas-Catalan
 L’admise étant par essence,
Celle subie au Bataclan

Par les affidés du Coran
Tes services n'étaient pas au courant ?
 Quelle criminelle imprévoyance
Quelle violence par négligence !

D'autant qu'ils furent vos complices
Manipulés par les services
Quand ils sévissaient en Syrie !
Qui sait si ici, aussi, ces pourris....

— T'inquiètes, si un a compris
Les autres finiront par comprendre!
Il faudra alors payer le prix
Du sang des larmes et de la cendre!

Et ce ne sera plus une simple beigne
Qui mettra un terme à ton règne
A l"Inadmissible Violence"!
 Que nous subissons en silence

Celle du quarante-neuf trois
Tiré à répétition
Ou des raclures du neuf-trois
 Avec leurs déprédations,

Comme à Juvisy sur Orge !
Il faudra un jour rendre gorge,
Payer pour cette souffrance
Faite à notre mère, à la France !