lundi 23 mars 2015

C'est fini






Ce blog est clos :
Que nul ne pleure
Quand sonne l'heure
Du noir Huis Clos. 

Il a passé :
Il faut qu'il meure.
Mais je demeure
Indépassé.


Départementales

Chiffres officiels du Ministère du djihad intérieur.

Sur les 42 millions 489 mille 590 monômes en âge d'Urner :
Le Parti Socialiste n' obtient que 6,36 % de leurs suffrages !
Soit 2 millions 703 mille 751 semi-mongoliens qui ont encore plébiscité ce cadavre puant. Les plus Charlie sans nul doute.

Le Front Nationâl quant à lui,
— Le front quoi ?
— Oui bon, le Front, quoi !
Ce front Rastaquouère-National obtient lui 12,02 % des suffrages !
Soit 5 millions 108 mille 666 gens !
Le FN devient, arithmétiquement, le Premier parti d'Israël-France !

Donc, non seulement le PS est totalement disqualifié pour être un parti de gouvernement, mais Valls, lui m^me, qui s'est engagé corps et âme contre le FN, en faisant une affaire personnelle, est doublement disqualifié.
Si l'Ibère à Sion, éternellement lié à l'Espagne, était un homme ordinaire il retournerait d'où il est venu. Et fissa !
Et, qui sait, monsieur Michel Thooris qui fait le ballot avec madame Estrosi à Nice,

Monsieur Thooris FN. Cliquer pour le voir plus gros

pourrait éventuellement postuler pour devenir Caudillo à la place du Caudillo !
Ce serait une cohapination circoncrite PS-FN, Hollande et Thooris. (De quoi consoler Bibi de la perte de son bichon Manu.)

Mais le futur Manuel 1er, César, n'est pas un homme ordinaire !
Devant l'adversité, son regard de plomb se durcit !
Et Manuel, comme son nom l'indique, tient d'une main aussi froide que celle d'un serpent, l'Archet du Pouvoir, faisant grincer les cordes à nœuds, jusqu'à ce qu'on demande grâce.
Ou qu'on lui retire de force l'Instrument de sa main trémulante !
Félix Mélomane.

vendredi 13 mars 2015

Etat du ciel au risque de Baudelaire

Le ciel, artificiellement couvert de faux nuages devient le reflet maudit de l'Etat qui opprime et emprisonne.

"En haut, le ciel ! Ce mur de caveau qui étouffe." 

L' Anarchie exigerait d'authentiques Individus. La communauté des forts.
Mais devant la Prolifération de la massa perditionis on devine la pérennité de l'Etat. Et d'un Etat toujours plus omnipotent et omniprésent.
Jusqu'à étendre sur la masse grise le linceul de l'éternelle Grisaille.

Nos beaux étés rayés de la carte du Ciel
"Adieu vives clartés" adieu cieux impeccables ! 

Quand l’État étalant ses chimiques traînées, "d'une vaste prison imite les barreaux", combien peu sommes nous de prisonniers à serrer les poings de rage ?
"Colère, Haine, frissons, horreur," impuissance !  Et, comme le soleil sous son voile blanchâtre, "nos cœurs ne seront plus que blocs rouges et glacés."

jeudi 12 mars 2015

mauvais sang

J'ai toujours voulu donner forme à ce que j'ai rapporté d'informe !
Je suis devenu petit horloger. Petit tailleur de pierres de vision.
Là est ma faute.
J'aurais dû rester en tête à tête avec Elle.

Ah mon Dieu je me suis fait voyant pour rien ! Je n'ai pas rapporté les quintessences ! Parce que je n'étais pas assez fort, d'une force surhumaine, pour tenir et mithridatiser les poisons !
Toutes les formes de souffrances, de folies je les ai endurées, pourtant, quelles tortures ineffables! qui à la fin auront eu raison de moi.
Corps délabré, esprit en flamme, je suis bel et bien devenu grand malade et suprême Savant. Et maudit par la société.
Mais je ne suis plus digne de la malédiction.
Dans, et malgré, les chose inouïes et innommables je suis resté vivant, et crevé par les "longs dérèglements de tous les sens", je ne suis plus qu'une maudite ruine intellectuelle.

Sinon Dieu m'aurait aimé et fait mourir jeune pour m'avoir vite près de Lui.
Alors je vieillis petitement auprès de son vicaire.

dimanche 8 mars 2015

International Women's Day


Aujourd'hui, comme tous les Huit Mars, nous fêtons dignement la Journée Internationale des bonnes-femmes.
Coutume très nécessaire, élevée désormais au rang d'Institution.

L'histoire de toute société jusqu'à nos jours n'a été que l'histoire de la lutte du beau sexe (F) pour son émancipation.
Tout au long de la Nuit, la nuit des temps, F a gémi sous le poids du mâle, les ovules sous la férule, la croupe sous la coupe masculine.
Longtemps elle demeura enchaînée au pénible "devoir d'enfanter l'humanité".
F libres et F esclaves, patriciennes et plébéiennes, baronnes et serves, bourgeoises et ouvrières, unies, ont mené une guerre ininterrompue à travers les âges contre leurs oppresseurs coalisés.
L'antiquité cliquette de la quête glorieuse de toutes les Spartaquettes, pâquerettes écrasées par les lourds quarante-quatre fillette.
Dans les ténèbres du moyen-âge, paysannes et châtelaines se dressèrent ensemble contre la beaufrérie conjointe des Seigneurs et des Serfs. Les serfs refilaient leur nanas à leurs potes les seigneurs. L'histoire ne dit pas si une réciprocité s'était instaurée.
La relation de cet usage ancestral attend sa tête chercheuse en science sociale.
Sur les ruines de la féodalité, à l'aube de l'époque bourgeoise, si F n'a pas réussi à abolir absolument l'oppression, elle allait jeter les bases de la possibilité de son émancipation.
Ainsi, à  l’époque moderne, la Pilule, Gisèle Halimi, le String, les têtes chercheuses en Sciences Sociale, France-Culture, Osez Le Clito, Caroline Fourest, etc., devinrent les phares de la Grande Conquête Féministe qui éclairent l'avenir de l'homme d'une journée de la femme perpétuelle.


mercredi 4 mars 2015

Faux et usages de faux


La Mort est en garde à vue pour faux, usage de faux, et blanchiment d'os.

La Faucheuse a fauché faussement. Sa faux, comme dirait Gougnotte, ne fut ni fine ni effilée dans ses émissaires, voire ses boucs émissaires, et vaine dans ses objets. Les plus semblables aux morts meurent le plus vainement.
(Et pour ce qui concerne l'hebdromadaire pas halal, meurent plus nuisibles encore que vivants.)

Dire que naguère on nommait France pays de Descartes! On se pince !
Si une espèce de Charb se mange un autobus en pleine poire quand il traverse le Boulevard Richard Lenoir et que vous vous exclamiez Bien fait pour sa gueule ! Est ce répréhensible ? C'est un manque de charité ça c'est sûr, mais est ce un délit pénal ? Est ce une apologie de la Conduite en état d'ivresse, de l'Holocauste par car ? Est ce une négation du Code de la Route ?