lundi 27 septembre 2010

Lapsusse linguae

Indubitablement, Madame Dati remonte des bas-fonds. Quand elle sévissait dans le gouvernement UMPute soumise, ce n'était pas son "origine" qui la trahissait, mais ses moeurs de parvenue, qui en faisait la lumpen-pétasse patentée du gouvernement.
Son arrogance envers les subalternes, les frais somptuaires de gueule et de garde-robe, l'incompétence reconnue et les diplômes inconnus, tels furent sa marque, les seaux de vulgarité et de bassesses que, Garde des Sceaux, elle déversa sur la face aveugle de Thémis.
D'ailleurs pour elle Thémis, c'est une marque de cosmétiques, équitable et durable.

J'avais noté en son temps, en quels termes elle avait volé, toutes robes Dior déployées, au secours de Jean Sarkozy, victime selon elle de "discrimination parce qu'élu."
Se souvient on comment elle avait relaté, émerveillée, en septembre 2008, son voyage en Israël et dans les Territoires palestiniens ?
"Il est difficile de rester indifférent à Israël.  Le pays est spirituel, démocratique, libre.(SIC) En fait c'est une bonne démocratie. Personne ne m'a réfréné sur mes objectifs là bas. [ Tu m'étonnes !] "J'ai eu un sentiment de liberté."
Elle expliquait ensuite que sa mère, marrane née en Algérie, vivait dans le quartier réservé  juif, et avait de " merveilleuses relations" avec ses voisins. "Je pense qu'Israel a une société variée, multiculturelle. En Europe, ce n'est reflété qu'à travers le conflit. Mais ce n'est pas cela qui m'intéresse, c'est plutôt le côté humain ".
Et nous, plutôt le côté inhumain, d'une société avariée et multiréciviste dans la barbarie.
Il semble que cette partie de lèche ne devrait pas être comprise uniquement dans un sens figuré.
En effet, hier, invitée dans une de ces émissions de foutre du Canal + ,  elle commit un de ces lapsus linguae, qui, à l'enseigne de celui,  fameux, du Julien Rolex, prononçant "Parti Sioniste" à la place de parti socialiste, fut magistralement révélateur.
Au lieu  "d'inflation" elle articula " fellation " :  "Moi, dit elle, quand je vois certains qui demandent des rentabilités à 20, 25% , avec une fellation quasi nulle, et en particulier en période de crise, etc,..."
Sans doute faut il faire la part du conditionnement professionnel,  mais n'en déplaise à la baudruche Onfray gonflée à l'hélium médiatique, l'inconscient ça existe ! Et il déborde d'autant plus que la nov-langue ânonnée par les gros personnages publics, est tellement automatique, qu'elle relâche l'action de la vigilance. 
Beaucoup (en vérité personne), se demandaient d'où venait la résistible et spectaculaire ascension de la Chamelle, qui n'avait ni la bosse des études, ni celle du talent politique. 
"Personne ne m'a réfréné sur mes objectifs, là bas." Visiblement, ici non plus.
Ici, ce serait donc comme là bas ?

D'après le mussolinien cocaïnome Sigmund, le malaise provoqué par un lapsus se surmonte, la plupart du temps, par un trait d'humour, chez une personne moyennement intelligente. Tel ne sera pas le cas de l'Huile Rachida qui a glapi, courroucée : "ça peut arriver de parler trop vite..."je trouve dommage que ce soit le seul message politique qui ait été repris surtout sur un sujet aussi grave."
Vous ignoriez, sans doute, mesdames, que la fellatio était un "message politique."
N'en faîtes pas des gorges chaudes : Madame Dati a pris langue afin que vous le sussiez.

dimanche 26 septembre 2010

Pilule ou la Fête à Contraception


C’est aujourd’hui Dimanche tiens ma jolie maman
Voici mon fœtus rose dégoulinant de sang .

Ce dimanche 26 septembre est décrété par le Plannning Familial, Journée mondiale de la Contraception et de l'Avortement. Rien de moins.
Parce que, bien sur, l'"IVG", doit être entendu comme un moyen contraceptif comme un autre, n'est ce pas ?
Maria-Contraception, on le sait, à la différence de sa douce soeur Maria-Conception, est une sacrée vieille cochonne à moustaches, vicieuse, flétrie et flétrissante.

La Pilule
Inventée dès le début des années 1950, commercialisée à partir de 1960, et autorisée en France à partir de 1967 (loi Neuwirth), son action consiste à interférer avec le cycle menstruel naturel de la femme.
Les hormones synthétiques apportées par la prise de la pilule empêchent l'ovulation.
Pour faire avaler aux femmes pareille saloperie on parla d'émancipation féminine.
On se mit à leur débiter soir et matin, midi et minuit, des discours sur leur libération.
Tout à coup, l'état de mère fut décrié comme l'aliénation suprême. Rien ne pouvait être jugé pire, ridicule, vulgaire, qu'une famille nombreuse
La Résistance populaire et chrétienne, sous l'égide et du parti communiste et de l'Église catholique (les extrêmes se touchent tout en s'exécrant) fut stigmatisée comme celle des "Pères lapins".
On décréta qu'en Europe, dans tous les pays industrialisés, le bonheur et la prospérité étaient menacés par un afflux de naissance.
La Pilule devint la Panacée universelle (enfin, pas si universelle que ça), qui devait guérir miraculeusement les symptômes de l'aliénation de la femme et de la pauvreté.
Le résultat ne se fit pas attendre : chute de la Natalité dans une Europe ainsi préparée à recevoir dans son giron des populations substitutives dont la natalité exponentielle s'exhaussera encore par le niveau supérieur de notre médecine et des aides sociales.
On connaît la suite.
Ce qu'on connaît moins bien se sont les conséquences écologiques du flot monstreux d'urines menstruelles gorgées d'œstrogènes quotidiennement rejetées dans les eaux usées des sanitaires et non traitées en stations d’épuration.

Le planning, eugéniste et raciste.
Cette organisation eugéniste, anti pauvres, anti blanche et anti mâle, vit le jour lorsque la doctoresse Lagroua-Weil-Hall de la clinique Birth control créée par Abraham Sanger à New York, en mars 1955, lors d’une communication à l’Académie des sciences morales et politiques, préconisa la création de « centres d’eugénétique » où les couples pourraient recevoir conseils et prescriptions de moyens contraceptifs.
Autour de la Lagroua-Weil-Hall, vont se regrouper toute une camarilla de vieilles femelles appartenant à différents courants franc-maçons, la plupart juives (c'est un fait), des lesbiennes intellectuelles et des gauchistes à l'hygiène douteuse, toutes d'origine bourgeoise.
Ce fut le début d’une propagande sans pareille, dans les média de l'époque, qui ne fit que s’amplifier au cours des années suivantes, et après de multiples rebondissements aboutit à la loi Neuwirth puis à la loi Veil.
Auparavant la commission Marcellin, créée à l’Assemblée pour l’étude des conséquences de la prise de contraceptifs, conclut fin 1965 à son innocuité.
On le voit le combat des avorteuses était bien à l'unisson des intérêts bien compris du capital et de son pouvoir d'Etat.

Les féministes
Pour réussir ce génocide de travailleurs européens, le Capital fit remonter des latrines de l'Histoire une espèce, qui dans l'esprit de personne de sensé n'aurait jamais dû occuper une place de premier plan.
Je veux parler des féministes.
Généalogiquement, ce courant ultra-minoritaire, vient de la plus sordide gougnoterie et des bas fonds de culottes douteuses des bas bleus, ces peu ragoûtants déchets de la féminité avortée par la bourgeoisie, et vivant à l'écart des foules.
La domination du Kapital financier décomposé  fait remonter la Lie : il n'est aucun domaine qui échappe à cette décomposition.
La sortie à l'air libre de cette infection, eût pour effet de contaminer la féminité dans ce qu'elle possède de plus vulnérable, je veux parler de sa cervelle minuscule, en exterminant spirituellement la race originelle de la femme.
Félix le Chat

dimanche 19 septembre 2010

Beyond Petroleum




Rimbaldiennes
Une éruption soudaine en Avril: -un goût de naphte vole dans l'air ; - une odeur de méthane suant dans le Golfe, - ils ont foui, -enfoui leur mufles avides au fond de puits inouïs  - le saccage des plages, la ruine de la Louisiane et du Mississipi .
Tant pis pour le Sud, c’était pourtant bien.
Apprentis-sorciers
Les diptères des forages pélagiques ont enfoncé leurs dards bien trop loin dans les profondeurs du monde.
L’abîme sondé en laisse entrevoir un autre, insondable
Ainsi ils ont percé le mystère du pétrole abiotique, hydrocarbure d'origine non fossile, présent dans les entrailles de la Terre depuis sa formation, fluide protecteur comme l’est le liquide céphalo-rachidien sous la voûte crânienne* et dont les ressources seraient quasiment illimitées
Voila maintenant plus de 7 mois que le robinet du malheur fuit à gros bouillon, à plus 1600 mètres de profondeur, et n’est pas prêt d’être fermé .
Les pronostics les plus optimistes des experts comme  Matthew Simmons, laissent à penser que "la fuite va durer au moins  24 ans !".   
*(Selon les vues inspirées du Nocif)
Pétrole abiotique
Dès  le début du 19ème siècle, Gay-Lussac, ou Humboldt, avaient contesté la thèse que le pétrole serait issu de la décomposition de la matière biologique, mais qu’il était plutôt une substance abiotique, venant des grandes profondeurs, dessous les plaines abyssales des grands océans
Où l'on voit que les seuls fossiles sont les dinosaures intellectuels, sédiments pontifiants, squelettes faisant tresse avec leur Chaire, géologues aux gages des grandes compagnies pétrolières géantes. Avec leur mythe frauduleux du Pic pétrolier !  
Dès les années 50, en Russie on connaissait bien la Théorie abiotique du pétrole, raison pour laquelle BP appelle à la rescousse  aujourd'hui, des experts russes, comme Vladimir Kutcherov, spécialiste de premier plan, professeur à l’Institut royal de technologie de Suède et à l’université pétrolière et gazière de l’État russe, ou Anatoly Sagalevich de l’Institut d’Océanologie de Shirshov et de l’Académie des sciences russe. L'inventeur des submersibles MIR-1 et MIR-2, sous-marins atteignant les plus grandes profondeurs dans les gouffres amers.
Russes
Pour Vladimir Kutcherov :  « l’ampleur potentielle de ce qui s’écoule dans le golfe du Mexique est sous-estimée et pourrait durer des années et des années, de nombreuses années ».
Ainsi le pire serait à venir : après l’échouage hideux du Golfe du Mexique, la marée énorme, escortée des hippocampes noirs, atteindra les anciens parapets d’Europe
Anatoly Sagalevich, quant à lui déclare :  « Le fond océanique a été irrémédiablement endommagé, la planète doit se préparer à un désastre écologique au-delà de toute compréhension » .
Ces experts russes pressent les Américains d’utiliser une explosion nucléaire pour éteindre le puits, « avant» , et je cite encore Anatoly Sagalevich : « avant qu’il ne détruise l’Océan Atlantique ».
Détruire l'océan Atlantique !
.
Vieil océan,
Est-il possible ? Se peut-il, devant ce sourd mugissement perpétuel, que les zommes, ces gnomes, ces ouistitis infatués et copulateurs, trémulant sur le rivage, puissent te détruire ?
Il ne "m'appartient pas, le droit insigne de me dire ton égal
Vieil océan, ô grand célibataire, quand tu parcours la solitude solennelle de tes royaumes flegmatiques, tu t’enorgueillis à juste titre de ta magnificence native, et des éloges vrais que je m’empresse de te donner."
Les Chants de Maldoror - Chant ISi tu es la demeure du prince des ténèbres, pourquoi Hadès n'a-t-il pas forgé tes grands fonds comme du métal incandescent ?"Vieil océan, aux vagues de cristal... Mes yeux se mouillent de larmes abondantes, et je n’ai pas la force de poursuivre," car je dois retourner auprès de l'ignoble race humaine.Ô Soulève toi vite! Déroule tes vagues de cristal avant qu'elles noircissent, à des hauteurs béantes et engloutit la race maudite des hommes dans le Barathre de Hadès !
Obama et attaque contre l'Iran
On nous dit qu'on tente de colmater les brèches. Foutaise!  Mensonges encore et toujours.
Obama qui marche la main dans la main avec BP ne s'acharne qu'à enfouir les seules fuites sur l’ampleur véritable de la catastrophe.
De plus, il est indéniable que cet accident est lié à la Politique, aux préparatifs de guerre contre l’Iran.
« Selon les sources de Wayne Madsen Report au sein du Corps des ingénieurs de l’armée et de la Federal Emergency Management Agency, le Pentagone et les ministères de l'intérieur et de l'énergie ont dit à l'Administration Obama que les 3 à 4 milliards de barils de pétrole nouvellement découverts dans le Golfe du Mexique couvriraient les besoins pétroliers pendant au maximum huit mois, au cas où une attaque militaire contre l'Iran aboutissait au blocage de la circulation des pétroliers dans le détroit d'Ormuz, entraînant l’arrêt de l’approvisionnement pétrolier du Golfe Persique pour les USA.
Obama a donné dès le début le feu vert pour les opérations du forage risqué à Macondo.»

C'te planète bleue
La marée noire qui porta M. Obama à la maison Blanche va confluer en une autre marée de même couleur, mais d'une ampleur cosmique, car c’est la première fois qu’autant de pétrole se répand et va continuer de se répandre dans les eaux de notre planète. « Un tiers des océans, et tout ce qui vit dedans va périr »
Autrement dit, la prophétie talmudique du métissage de "c’te planète" va se réaliser pour ainsi dire trois fois : d’abord sur un plan métaphysique, puis physique, enfin astrophysique. 
Gaïa, unique Oasis dans le grand vide inhospitalier, va faire enfin repentance, et se parer au goût du jour.
Elle va se diluer très heureusement dans toutes les flots Noir et Brun, laissant tomber son Bleu océanique pour un voile de deuil, et aperçue depuis les sondes Voyager ou Pioneer, ou depuis les envieuses exo-planètes tristes, perdre son étincelant Saphir, pour un Bistre plus seyant, tellement plus démocratique et moins discriminant.  

Le silence des écolos
Or donc, la plus terrible catastrophe écologique de tous les temps vient de commencer, et les "écologistes", sont pris d'un mutisme non plus abyssal, mais hadal, tout tendus vers une complicité... éblouissante
Ici nous atteignons à un nouvel Abyme au fond des abîmes, toute critique pâlit devant le dévoilement de leur veulerie, qui surpasse infiniment la capacité de tous les mépris du monde. Un mépris qui voudrait descendre au fond de ce gouffre sans fond de servilité, de grossière tartuferie, se sentirait pris de vertige devant l'insondable.
Qu'est ce que le Vert en politique? La couleur du parti le plus extrême de  l'U.E, le plus homogène à la "mondialisation"= la dictature de la Banque et des multinationales, gorgé de pétrodollars, déguisé en défenseur de l'environnement mais qui s'en fout comme d'une guigne.
Avec Deep Water, les travestissements tombent, le vert est nu comme un ver.
La seule mesure prophylactique à prendre, serait d'exterminer à tour de bras, à grands coups de triques, de gaz asphyxiants, partout où on la rencontre, cette vermine contagieuse, infecte, comme ces vils scolopendres gluants verdâtres, ces écolo-blattes, mâles ou femelles, en train de répandre, à la bouche d'un métro, sa diatribe diarrhéique virale.
félix le chat

mercredi 15 septembre 2010

Liberez Sanguinet !


 
    Le très décoletté marchand de bois précieux, Hotul Levy dit Bernard Bhotul, multi-milliardaire stipendiaire de la CIA, immense philosophe du Mossad, flanqué :
- à sa gauche, de la hideuse progéniture incestueuse de feu le grand fumiste-dandy pour téléspectateurs,
- à sa droite, du sinistre des affaires israéliennes, tout à fait étrangères à la France, porteur de sac de riz complet avant les mises à sac non moins complètes des Bombing et des massives attack yankee,
a décidé de prendre fait et cause pour la sinistre Sanguinet, aide-meurtrière à gueule d'ange, délicieuse créature à la fois la maîtresse de l'assassin de son mari, et du commanditaire de cet assassinat. Pour appitoyer le gogogoyim, ces infatigables défenseurs des grandes causes humanitaires, hier Popaulenski, aujourd'hui Sanguinet, ont décidé de travestir sa condamnation à être pendue haut et court, par une lapidation, plus à même d'émouvoir les Strings, et qui fleure bon son imaginaire levantin et sa science vétéro-talmudique :
Deutéronome 22:13-21 : 20. Mais si le fait est vrai, si la jeune femme ne s’est point trouvée vierge, 21. on fera sortir la jeune femme à l’entrée de la maison de son père; elle sera lapidée par les gens de la ville, et elle mourra, parce qu’elle a commis une infamie en Israël, en se prostituant dans la maison de son père. Tu ôteras ainsi le mal du milieu de toi.
 Sous le regard bovin du bobo ébaubi, ils exhibent partout le minois recueilli de la créature qui a drogué son mari et l’a fait tuer durant son sommeil par son amant,
meurtrière meurtrie d'être recluse dans sa geôle vetuste, pieusement assise sous son voile de soie grise, Sainte Nitouche à qui l'on donnerait le Dieu de Moïse sans peccavi.
   Devant cette nouvelle grande cause humanitaire, celle de tous ceux qui ont applaudi lors du dépeçage de l'ex-Yougoslavie, de la destruction de l'Irak, qui ont sabré le champagne pendant les massacres à Gaza, irradiant l'uranium, éclaboussés de sanies, ruisselant du sang des enfants palestiniens, phosphorescent de richesses innombrables, dégoulinant de sang, couverts de sang des pieds à la tête, pataugeant dans le sang des petits enfants palestiniens dans les artères ouvertes de Gaza, trafiquants de la Mémoire, qui sont aujourd'hui sont les fourriers des tueries en Afganistan, au nom du droit des femmes à disposer du droit d'être abattues comme des hommes, c'est à dire comme des chiennes; devant la cause de tous ces gens là, de tout ce que le monde compte de gens qui comptent, en banque, et content des contes à mourir enfant, à Gaza, mon âme enflammée n'est qu'un cri de prostitution, de protestation :

Liberez Sanguinet !!! 
Et aussi Gilad Shalit, Bernard Madoff, Marc Dutroux etc., Tous les autres héroïques combattants de la Liberté *félix lechat
* La liberté organique du Commerce, du commerce des organes, du commerce des enfants, la liberté de circulation des hommes et des capitaux, la liberté pour l'Israèl de vivre en sécurité derrière des Murs reconnus de séparations, la liberté pour les gros colons de faire des colonies partout et de ne pas tirer la chasse, la liberté d'appauvrir l'uranium, la liberté d'enrichir les Banquiers, la liberté de blanchir l'argent sale et le phosphore, la liberté de durcir les plombs et la liberté de les péter quand ça leur plaît, la liberté d'uriner sur l'Iran, afin de la mieux "vitrifier", la liberté policière de laisser travailler les marchands de drogue à la gare de Saint Denis, la liberté policière de persécuter les honnêtes gens, la liberté de commémorer, la liberté du Sexe, (non pas la liberté par rapport au sexe), la liberté prosélyte des Sodomites, la liberté des culomanes, des gamahucheuses, des gougnoteuses, des avorteuses, des urolagnistes, des scatophages, des transsexuelles, de défiler gaiement en l'honneur de Priape, la liberté de la licence, la liberté de licencier, la liberté de travailler jusqu'à ce qu'on en crève, la liberté de se strier le rectum de cordelettes et de le faire savoir alentour, la liberté de l'acouphène de rendre fou.
Toutes libertés qui oppriment les humbles, et affranchissent les avantageux, libertés chéries qui font de l'occident un pandémonium d'horreurs, d'abjectes laideurs, de misères sans nom..

dimanche 5 septembre 2010

Le Cocyte glacé -4-

Dans ma quête, désespérée, d'un sens quelconque, à ce qui vient de me frapper, cette brutale descente dans l'Enfer Stridulant, je feuilletais la Divine Comédie de Dante Alighieri, en quête d'un passage où le poète eût décrit une Bolge où croupiraient des confrères en damnation térébrante.
Ah ces premières lignes qui sonnent comme un glas dans mes ténèbres :

Nel mezzo del cammin di nostra vita
mi ritrovai per una selva oscura
ché la diritta via era smarrita.
Ahi quanto a dir qual era è cosa dura
esta selva selvaggia e aspra e forte
che nel pensier rinova la paura!
Tant'è amara che poco è più morte

que je traduirais en les infléchissant, ô! à peine, et l’immortel Dante m’en veuille absoudre, tant elles résonnent en tempête sous mon crâne comme un écho à son tourment :
Au milieu du chemin de ma vie
je me retrouvai dans une forêt stridulante
car la voie du Silence était perdue.
Ah dire ce qu’elle était est chose dure
cette forêt féroce et âpre et forte
qui ranime la Peur dans la Pensée !
Elle est si amère que la Mort ne l’est guère plus

On le sait, al Infierno de Dante a la forme d’un cône renversé composé de Cercles. Chacun des Cercles a pour Gardien un Daemon qui fut jadis un Fameux de notre mythologie Grecque.
Minos, devenu démon ailé, est à l’accueil.  Les Cerbères sont dévolus à la garde des gourmands, Pluton, tel qu’en lui-même, tourmente les avares et les prodigues, le Minotaure s’occupe des violents, etc., et Lucifer, règne dans le lieu le plus éloigné de Dieu, le Centre de la terre.

En cette lecture initiatique et descendante, je ne trouvais nulle Bolge qui offrit un tant soit peu un pendant à ma Peine : peut être parce que cette chose intolérable ne devrait pas exister, ni dans le Ciel, ni sur la terre et ni même sous la terre "d’où l’on ne peut fuir."
Las, j’arrivais enfin dans le 9ème cercle, ou le Cocyte glacé, dans lequel les damnés grelottent la tête plongée dans la glace éternelle.
Ce cercle est le plus profond du "royaume des douleurs". Celui là est réservé aux Traîtres.

D’abord, La Caina réservée aux traîtres envers leurs parents.
Puis l’Antenora en laquelle grelottent les traîtres envers leur patrie, tête baissée dans la glace éternelle comme dans la Caina.
(L’archevêque Ruggieri qui s’y trouve, a un sort particulier. Il se fait en plus dévorer le cerveau par Ugolin, qui se venge ainsi parce qu’il a peut être dû manger les cadavres de ses enfants dans la vie réelle à cause de l’archevêque. Sans doute moi aussi je me fais bouffer la cervelle, tout vif, mais enfin je n’ai jamais fait profession dans l’art d’accommoder les bébés comme le philanthrope Jonathan Swift, qui fit cette « Modeste Proposition pour empêcher les enfants des pauvres d'être à la charge de leurs parents ou de leur pays et pour les rendre utiles au public. »
« Quant à notre ville de Dublin, on pourrait y aménager des abattoirs, dans les quartiers les plus appropriés, et qu'on en soit assuré, les bouchers ne manqueront pas, bien que je recommande d'acheter plutôt les nourrissons vivants et de les préparer « au sang» comme les cochons à rôtir. »)

Or donc, après l’affreuse Antenora, on tombe plus bas encore dans la Tolomea.
Là sont les traîtres envers leurs hôtes ou leur parti . Ceux-là grelottent la tête renversée en arrière, et le gel les empêche de pleurer, ce dont ils doivent avoir grande envie, en outre leurs pieds gèlent aussi.
Soudain, je lis ceci : eux seuls parmi les heureux hôtes de ces lieux, ont le "privilège" de descendre en Enfer avant leur mort, cependant que leur corps reste sur terre habité par un démon qui les torture.
Aussitôt, saisi, j’aperçu ici une similitude frappante, deux points communs avec mon propre cas :
1- Une descente aux Enfers anthume.
Moi-même, si je puis dire, n’étant plus qu’un spectre sifflant condamné à hanter son ancienne vie, comme on hante un château en ruine, faire tout vif le deuil de tout ce que j‘aimais dans l‘existence, comme un mort, mais qui aurait la disgrâce de se savoir mort.
Un revenant rivé à lui-même, comme Prométhée à son rocher, et comme lui, dévoré, sempiternellement, mais dans la tête, et par un maudit Moustique strident au lieu du vautour.
(Étais je donc bien « heureux », avant ? Je suis bien obligé de répondre, oui, sinon « heureux », du moins joyeux, plein d’une féroce alacrité, seuls les imbéciles parmi ceux qui me lisent, principalement les dindes, parce que je méprisais avec la violence d’une passion, tout ce qu'eux-mêmes révèrent, pensaient stupidement que j’étais un esprit chagrin.)

2- Mon apparence terrestre est bien devenue celle d'un démon.
Possédé par les daemons de Théralène, de Rivotril, et d'autres produits chargés de la démonopharmafœtuspétrocologie industrielle, déjà mon regard vitreux, d’outre-tombe, la petite flamme d’ironie depuis longtemps éteinte, se rapproche du magnifique regard, tant prisé des dames, de Monsieur Rambo, qui fut nommé, par antiphrase, œil du Tigre.
Que n’ai-je, avec son regard lumineux de ruminant en train de mâcher du chiendant tout en laissant tomber une lourde bouse, ses capacités musculo-respiratoires?  On pourrait dès lors me suivre à la trace, à Villejuif, comme le Petit Poucet, par le nombre de Têtes de Nœud étendues sur le trottoir copieusement rossées.
Hélas on ne peut pas tout avoir.

Si je suis précipité tout vif en cette variété d’Enfer Toloméaque, en attendant les futures glaciations éternelles, serait ce parce que je fus un Traître envers mes hôtes ou mon parti ?
Envers mes zotes ? Que nenni! Je n’en ai guère, je n'ai qu'une hôtesse, alliciante et sporadique, et je l’ai toujours bien honorée, comme Balzac Olympe Pélissier ou la Comtesse Guidoboni-Visconti.
(Sait on assez que le Titan de la littérature choisit d’intituler son œuvre la Comédie humaine en référence à la Divine Comédie de Dante.)
Aurais-je été traître à un parti ?
Mais quel parti ? L’ultragauche de ma prime jeunesse ? Mais je l’ai quittée en claquant la porte, peu avare de mon mépris pour certaines idées (féminisme, antifâchisme) devenues homogènes au Grand Capital cosmopolite et pourrisseur.
Je n'ai même pas trahi Alain Soral, récemment, lors de la nuit des petits canifs, d’E&R, alors que j'étais plutôt "du parti" de ceux qui militaient vers une "forme-parti" de notre association, avec Sébastien DR ou M.G-France
Aurais je alors trahi leur parti à eux ? Mais leur parti non plus ne me disait pas grand-chose, d’ailleurs à l'époque je l’ignorais, eux aussi taisaient leur vrai nom : qu'ils militaient pour Monsieur Gaullistch.
Ce qui est tout à fait honorable, voire louable, mais si je n’ai rien contre la victoire de Monsieur Gollnish, tout cela m'emmerde à une profondeur insoupçonnée, les Gallicans autant que les Marianistes.

Mon seul parti c'était le Noir et Rouge, Noir du parti très regrettable et très antique, de feu l'abbé Tymon de Quimonte, et Rouge du sang des prolétaires européens.
(Européens, car comme le disait l'ami Dieudonné à une gentille Speakerine outrageusement fardée, de la télévision d'outremer, pâmée, toute frétillante sur son siège design ergonomique : "j'ai 2 pygmées qui crèvent la dalle dans mon jardin, l'Histoire européenne j'en ai rien à foutre," ou à peu près.  Pareil pour moi, en dehors de celle, tragique, de l'Europe, les histoires de Pygmées, plutôt la pré-histoire proliférencieuse du populaciage sacralisé, je n'en ai cure. Que tout crève ! Que les quilles éclatent, entre les deux mâchoires de la Tenaille mortelle :  le Parasitisme Capitaliste d'un côté et le Pullululement  d'un autre, le premier livrant des armes à jet continu au second : massacres, boucheries ethniques, misère crasse, épidémies etc., etc. Et la masse de perdition des malheureux croyancieux-populacieux n'apercevant autres issues pour échapper à leur sort, que de venir par ici pour pouvoir bouffer, du transgénique d'abord, puis de la cramouille rase, ensuite.)
Parti dont, est-il bien utile de le préciser, j’étais le seul adhérent.

Me serais je, dès lors, trahi moi-même ?
Qui sait ? Mais alors je dois prendre garde à ne point mettre un terme à mon supplice actuel.
Car dans l’Inferno de Dante, les violents contre eux-mêmes, les Suicidés, seront transformés en buissons dans la forêt des Harpies, monstres aux corps d’oiseaux et têtes de femmes, perchés sur les arbres.
Puis les Harpies prennent leur essor et descendent détacher une à une, les feuilles des suicidés-buissons, ce qui en fait un supplice atroce.
Comme, une à une, me sont arrachées les pages noircies de Solitude et de Silence du Livre de mon ancienne vie, par les bavardages charanbiancocouineurs des Harpies à cervelle d’oiseaux et plumage de sous-putes sous-suceuses du Poste, qu’il me faut sempiternellement laisser en marche ou crève.
Harpies de la Gynécocratie de notre enfer sublunaire, imbues de leur fausse gloire de diseuses de pacotilles et de suceuses du Néant.
Félix Niesche