dimanche 1 juillet 2018

Au Bataclan

Le Parisien en 2015 :

 « Les tueurs sont impitoyables. Ils ont pourtant épargné [ici le Torchon donne un prénom russe Note du Petit Quimonte ], un jeune majeur « typé », comme le décrit une amie, dont la peau mate le fait souvent passer pour un jeune d’origine maghrébine. « Ils l’ont visé, puis se sont repris, explique cette proche. Ils lui ont dit : Toi, t’es des nôtres !, et ils ont tiré sur un autre jeune à ses côtés. » 

A quoi bon, Vermine du Pharisien, trafiquer des prénoms, quand votre article trahit la vérité ?

Nous sommes tous égaux devant la menace. Mais parfaitement inégaux quant à sa perception.

Il y a 3 niveaux.

1.  Au plus bas, gît le niveau de conscience zéro, le niveau Charlie, déposer des fleurs devant le Bataclan, et appeler à l'amour quand d'autres nous font la guerre. Puis 6 mois plus tard on ira danser dans le sang des assassinés!

2.  Puis viennent deux niveaux, rivaux dans leur condamnation mais égaux, formellement,  dans l'Erreur.

A.Les uns font de la cause efficiente, les barbus, la cause finale et croient dans la croisade anti islamique derrière Monsieur Ku.

B. Les autres minimisent la cause efficiente, et appellent les barbus et bobos a resserrer les rangs, comme dans le métro, pour ne pas tomber dans la haine de l'autre.
Bien sûr ils ne nient  pas la cause efficiente mais s'empressent de la minimiser.  Les pauvres assassins étaient drogués et manipulés !
 Ceux là ne voient pas les ricanements des chances, la secrète fierté adossée aux murs, cette haine raciale, légitimée par Au secours Racisme !

3  Quant au seul niveau digne d'être appelé conscience, il est atteint par ceux qui non seulement devinent derrière ces tueries l'Etat et le gouvernement, mais ne sous estiment pas son agent.
   A QUI PROFITE LE CRIME ?... A L'ETAT! Au ce pouvoir maudit, assassin, vermineux, qui s'est installé à la tête de l'Ex-France. Qui est son peuple de prédilection ? Certainement pas les français de race. C'est un pouvoir étranger dans toutes les acceptions du terme.

  On résume :  les tueries sont l’œuvre d'arabes . D'où l'article cité du Pharisien. Le terreau des attentats est bien l'Immigration maghrébine.
Sa mise en œuvre est le fait des services secrets. 
Il ne faut pas les séparer !
Il y a une querelle de famille entre Finecrotte, Cucuk, la Lévy et les indigênants de l'Institut du monde arabe, à propos de la Palestine ? C'est un épiphénomène !




Aucun commentaire: