vendredi 25 septembre 2015

La rouge et la Noire


Or donc, après le Transsexuel niant son sexe originel pour un sexe intentionnel, beaucoup plus mûri et réfléchi, vient d’apparaître la Transethnique niquant sa « race », subie et contingente, pour une race choisie et nécessaire, beaucoup plus valorisante.

On le sait, Simone, la grand Sartreuse qui aimait les jambons de Parme et les gigots à l’ail, a démontré puissamment dans le Deuxième Sexe que La Femme est une construction masculine.
Mais Sartre n’avait t-il pas démontré auparavant, dans ses Réflexions sur la Questions Juive que c’est "l’Antisémite qui fait le Juif ?" Donc si le Sexe est une construction sociale, l’Ethnie l’est tout autant.

Telle est la conviction intime de la militante féministe Rachel Dolezal, blanche devenue Noire, Noire qui a défrayé la chronique après qu’elle a été décolorée par ses propres parents, petits fermiers blancs du Montana.

Pour justifier sa négritude l’argument de fond de teint de Rachel était le suivant

« Les choses sont plus complexes que la vérité »

C’est la vérité qui ment, la nature qui a tort, le réel qui est à revoir et corriger. Née blanche Rachel Dolezal pendant plus de dix ans a réussi à faire croire qu’elle était noire. M^me aujourd’hui, démasquée par ses parents, elle persiste et affirme qu’elle est Noire puisqu’elle « se considère Noire ».

Elle utilise le raisonnement des queer : ils se sont, ils ont été « trompé » sur leurs corps. Sa vérité à elle, dans sa tête à elle, lui affirmait qu’elle était blanche en apparence mais Noire en réalité. Quand on lui présente une photo d’elle, avant sa transmutation alchimique qui l’a fit passer d’une nature raciale vile à une nature raciale noble, elle dit que ce cliché est seulement « identifiable en tant que blanche par ceux qui la voient », mais pas par elle, qui sait être Noire au fond.

« Je dirais que cela a commencé vers l’âge de 5 ans. Je me dessinais avec un crayon marron, pas un crayon couleur pêche, avec des cheveux noirs bouclés » « Ma vie a été une survie et ce que j’ai fait tout du long, y compris mon identification, a été fait pour survivre » Dit elle.

Et l’imposture fut carabinée : Comme ses parents avaient adopté un petit négrillon, elle le fit passer pour son fils ! Et un des ses amants Noirs pour son géniteur. Elle s’inscrit à l’Historically black colleges and universities, et en tant que Noire disposa d’une bourse. Durant ses études elle a déposé diverses plaintes pour insultes et menaces racistes anti-noires. ( Le plus comique, quand elle fut démasquée, et que l’université blaque lui coupera sa bourse, elle déposa une plainte..... pour discrimination anti-blanche !) Elle fut aussi instructrice en « africologie », à la Eastern Washington University. Où elle enseigna « The Black Woman’s Struggle » (la lutte de la femme noire) ! Elle participa à différents mouvements racialistes noirs, et codirigea la National Association for the Advancement of Colored People (association nationale pour la promotion des gens dits, allez savoir pourquoi, "de couleurs").

La presse yankie et les rézo sociaux se déchirent à son sujet. Les uns, la minorité, parlent de « tromperie », tels ses parents « inquiets du niveau de malhonnêteté dont Rachel fait preuve ». D’autres, plus indulgents parlent de confusion identitaire.

Mais Rachel, courageusement continue à faire face sombre, et reste une Négresse Féministe en lutte contre « la Domination du Mâle Blanc. »
.........................
Lire la suite sur Fragrans Feminae


4 commentaires:

Anonyme a dit…

Quand la réalité anglo-saxonne rejoint la fiction nieschéenne : https://fr.wikipedia.org/wiki/Otherkin

"Transzoophilia is a thing, Felix". Faut être moderne, merde.

Jimmy John a dit…

Stupéfiants faits divers qui démontrent que la question, voire la guerre raciale nous est portée, possiblement à notre corps défendant.
D'ou mon étonnement devant le positionnement pour le moins ambigu des penseurs de l'officine E&R sur le sujet...

Beninho a dit…

lumineux!

PC a dit…

Encore un coup du capitalisme !