mardi 11 janvier 2011

Figure de proue -2-


En ce début deux mille onze, tous les yeux globalisés ont tourné leurs globules vers l’horizon indépassable de l’élection providentielle de deux mille douze!
L’Oligarchie prétend nous rejouer en 2012, le 21 avril 2002 à l'envers. 

Retour sur une urnation funéraire
Un commentateur m’écrit avec justesse : « ….de gôche quand même. Qui rappelons le, lors de la période Jospin, ils ont été au gouvernement qui a le plus privatisé dans l'histoire de la cinquième république. Eh oui c'était au temps où l'ex-france était championne du monde au stade de France, et où M'dame Buffet était au gouvernement, et applaudissait des quatre mains les privatisations. Manque de bol en ces temps là, Lionel s'est pris une volée de pierres à Ramallah, lapidé comme jamais, ce qui était de $inistre augure quelques années plus tard où le PS s'est fait lapider par le suffrage universel. »
Cela est parfaitement vu.

Avril 2002 ne fut nullement une quelconque poussée hémorroïdaire de l‘extrême-droâte, mais une loi de la justice immanente.
Par une véritable grève des votes, l’électorat ouvrier et populaire, l’électorat dit « de gôche », infligea un châtiment implacable à la Gauche dite plurielle, le gouvernement qui a le plus privatisé depuis 1945 !
-gouvernement ultra-féministe, à qui revient la paternité de la "Parité" et qui rétablit le travail de nuit des ouvrières dans l’industrie;
-gouvernement le plus enduit de « jeunisme » qui supprima l’interdiction du travail en entreprise pour les enfants de moins de seize ans;
- gouvernement immigra-sioniste raffolant des petits beurs mais qui détestait les arabes, les vrais arabes dans les pays des arabes;
- gouvernement Exhibi-sioniste tellement, que la Jospinasse alla faire des démonstrations là bas, ne trouvant rien de mieux pour complaire à ses maîtres raéliens que d’aller insulter le Hezbollah libanais à Ramallah en Cisjordanie, ce qui lui valut cette volée de pierres, prémonitoire d'une autre,  par les étudiants palestiniens.

Grève massive des votes donc qui ébranla tout l’édifice de la V° République, parce que l’élection du Bonaparte au suffrage universel est la clef de voûte de ces institutions.
Aussi la Réaction à cet événement fut à la mesure de la trouille des biens pensants, y compris de JMLP qui n’en menait pas large. Car la violence d’une réaction est d’autant plus grande que la menace a paru terrifiante.

Petite-bourgeoisie et Fascisme
Dans la définition marxienne classique, le fascisme c’est la ressource contre-révolutionnaire suprême pour la classe dirigeante défigurée par la peur. Peut-être.
Mais le fascisme, comme tout le reste, n’échappe pas à l’Entropie. Tout se transforme, change évolue, involue serait plus exact.
On commence par Hitler financé par les trusts de l’acier, on finit par Pinochet marionnette des Chicago-Boys.
Avant le fascisme-État, le "fascisme-mouvement" va marcher au pas de la Loi grâce à la petite-bourgeoisie mobilisée, qui, devenue enragée, se déchaîne non contre le Capital, anonyme, mais contre la classe ouvrière .
À cet égard, les événements de mai-juin 2002 furent une forme contemporaine de cette politique, la plus spectaculaire manifestation du néofascisme de masse d’après guerre, en Europe.
Qu’importe l’étiquette du flacon : « l’antiracisme » (le pire racisme anti-blanc) et le féminazisme, ne compte que l’ivresse du lynchage !
Les idéologies changeantes ne changent rien au contenu de classe, réel, à la nature d’un phénomène social.

Cette classe intermédiaire la plus minable et la plus honteuse depuis l’aube du capitalisme, qui va du vendeur de téléphones portables à l’animateur socioculturel, en passant par la pléthore des pseudos artistes et toute la néo-domesticité du secteur dit des « services », forme la nouvelle petite-bourgeoisie alliée objective du lumpenprolétariat raciste immigré.
Ensemble, les uns malades d’indignation les autres ivres de « la rage »,  sous la férule de tous les branleurs « antifascistes » professionnels, tout le ramas des électeurs frustrés de Jospin va se déchaîner contre ces « salauds d’abstentionnistes. »
Le petit-bourgeois urbain, contrairement à l’ouvrier, est ultra-sensible aux fumeroles idéologiques (la parité) qui dissimulent l’exploitation capitaliste brutale (le travail de nuit pour les ouvrières ). Le capital lui demeure inaperçu, cependant que le prolétariat blanc (le populiste!), lui semble trop visible, omniprésent, omniscient, fauteurs de régression sociale, ils ont pour lui une répugnance invincible.  (Cf : les Deschiens, qui mettent leurs propres gueules répugnantes, au service de cette idéologie rancie.)

Derrière cette pseudo « révolte citoyenne », se profilait le mufle totalitaire du rhinocéros de l’unanimité obligatoire, l’unanimité de la haine, haine femelle contre les individus encore libres, libres de la liberté virile de refuser d’adhérer à un consensus préfabriqué.
Il faut « Refaire le monde » braillent ils, c’est-à-dire le parfaire, en le purgeant définitivement de ces restes antédiluviens qui témoignent de l’antique tragédie historique de la conscience, ce qui revient fatalement à défendre bec et ongles ce monde ci, tel qu’il est, et qu’ils adorent précisément pour ce qu’il est en acte, et même tantôt pour ce qu’il est en puissance : le chaos racial, la pourriture étalée, le vide sidéral de la conscience, le Pinacle de la décomposition.  

Aussi sentirent-ils leur Être-là, menacé de mort, par cette présence du Populiste en Chef au second tour, qui signifiait pour eux la fin possible des grasses subventions aux assoces diverses et avariées luttant contre l’homophobie et le sexisme, l’arrêt des défilés de trous-du-cul en talons aiguilles, des raves partouzes et autres bassins de vente libre de toutes les drogues, la cessation des bacchanales électrifiées du métissage obligatoire entre les abrutis ithyphalliques et prognathes et les pétassées jurassiques du String.

Aimer ce monde tel qu’il est, à la folie, et pour le faire jouir, si ce n’est pas la Jospine ce sera la Grande Biroute !
À suivre...
Demain (ou après demain ou un autre jour) : Jeunesse et Contre-révolution.
Félix le chat

15 commentaires:

zig a dit…

de toute façon pour 2012 les biroutes sont sur le pied de guerre,ils savent d'avance quelle biroute seras opérationnel pour la sodome a venir et les français une fois de plus voterons pour la biroute élu par eux pour nous , normale le peuple trop vaniteux pour certains ou trop ilote pour d'autres ignore leurs inconscients ignorantus ignorantas(pour les inconscients lisez sigmund freud) donc quant vous votez peuples ce n'ai pas votre conscient qui vote mais l'image voulu et préparé par les médiamerdes dans votre inconscient. mais a l'école de l'abêtissement ou vous avez étudiez ils ne le disent pas ils ne sont pas la pour ça voyons!!!

orfeenix a dit…

Que de fats schismes entre les partis...Restaurer la dignité des âmes appelées à la contemplation du beau et à la méditation du vrai,voilà ce que j' attends des politiciens,après tant pis si on est un peu daltonien ou pas bien latéralisé.

Anonyme a dit…

le suffrage universel apportait, par son côté pseudo-démocratique (démago),à toute les formes de gouvernances erratiques, l'absolution...

Nocif

Anonyme a dit…

absolument orfeenix...

NC

Anonyme a dit…

Sauf qu'il s'agit d'un schisme entendu d'avance destiné a diviser les esprits.

Nocif

Anonyme a dit…

Il n'y a de leur part aucune volonté d'améliorer les situations. Y croire encore ne fusse qu'à 1 pour cent, c'est déjà s'abandonner.

Nocif

orfeenix a dit…

Je sais bien Nocif,c' est d' ailleurs pour cela que je ne vote pas, je ne suis pas citoyenne, si moyenne,j' attends LE parti enthousiasmant, un mélange de monarchie éclairée, de république à la Péricles et de mécénat.

Anonyme a dit…

les gouvernances totalitaire disent ferme ta gueule! et les gouvernements démocratique disent parle toujours !

Anonyme a dit…

pour info:

En Belchic, nous sommes obligés de voter... sans quoi, ils ne sauraient plus manipuler les résultats.

Aussi comme vous ne le savez sans doute pas, après les élections, les partis traditionnels forment des coalisions pour obtenir de nouvelles majorités (qui ne respectent pas le choix des électeurs...

Pas besoin de deuxième tour de passe-passe comme chez-vous.
Nos politiciens se partagent donc "entre eux", les mêmes, les porte-feuilles ministériels (et émoluments) depuis la nuit des temps...
Il s'agit d'un autre style alchimi-comique de conservation des clés du pouvoir.
"Si nous ne votons pas nous recevons une amende de mille euros".

Alors ce beau mot démo"n"cratie, y en a pas plus que l'on a du beurre au c..

Nocif

Anonyme a dit…

Petites corrections, désolé:

En bref, les intellectuels (qui pourraient changer les choses) se divisent, s'entre dévorant dans des batailles de concepts politico-philosophique d'un autre temps et sont de ce fait toujours en retard sur la balle...
Et les ouvriers préfère faire hypocritement confiance aux intellectuels, pour pouvoir regarder leur match de foot tranquille soulevant de temps en temps une fesse histoire de se relâcher un peu de leur enfer journalier.

Nocif

Anonyme a dit…

Dimanche 12 octobre 2008 7 12 /10 /2008 12:10
Je pensais à un tout nouveau concept...
"La grève des élections"...
Cela ne coûterait pas, personne ne serait pris en otage, nul besoin de syndicat pour agir... Et cela laisserait nos "amis" les politiques entièrement responsable d'exercer leurs belles ambitions envers leurs bons peuples... Mais surtout, ils seraient seul devant leurs mensonges, car nous, n'ayant rien cautionné!..

Nocif

Anonyme a dit…

une pièce d'orfèvrerie !
Tonkin

Anonyme a dit…

Car il faut bien le comprendre, l'espoir du peuple est à la politique ce qu'est la nicotine à la cigarette.

Nocif

Anonyme a dit…

ce que le peuple espère des politiques est utopique les politiques sont des hommes au même titre que le peuple ils aspires a une seule chose la domination jouissive sur les dominés , triste règle de la nature ? orgeuille et vanité héritage des dieux eux même imparfait. nous somment a des millénaires de la parfaite harmonie il nous faudras être au dessus des dieux mais sa ne saura pas sur cette planète !?

Anonyme a dit…

Nous étions en dieu et y retournerons tôt ou tard dans la nuit... Voir l'échelle de Jacob (un tableau)

Nocif