lundi 13 octobre 2014

D'un Z qui veut dire Zemmour

Monsieur Z est un français juif, c'est plutôt rare à notre époque; d'être français avant que d'être juif, pour un juif.
Doit -on lui chercher une querelle d'allemand parce qu'en tant que juif, il ne condamnera jamais l'Israël terrestre ?
 Cette question finalement ouvre sur la nature de la Domine à Sion.
Ceux qui ne voient que le nez au milieu du visage ne voient pas le vrai visage du Nez.
L'Israël terrestre leur dissimule l'Israël éternel.
Ils ne jurent que contre la LDJ, ne perçoivent pas la plus essentielle nuisance de l'Union Juive Etudiant la France.
Ainsi ils crient haro sur l’âne bâté du préjugé, blâmant Monsieur Z de ne désigner à la vindicte, que le menu fretin noirâtre.
Cependant que s’engraissent les gros requins, blancs et adjuivants, de la Phynance.
Cela est vrai : crucifiés par le Capital nous le sommes.

Mais il ne savent pas la tradition très antique qui dit qu’au calvaire le Crucifié portait un masque noir. Car Son Visage était recouvert d'un essaim grouillant de mouches noires.
Et ce n'était pas la moindre des tortures ineffables subies par le Sauveur, ces mouches affreuses qui s'abattaient sur les plaies de la Sainte Face !
Cette m^me tradition très ancienne, parle de Belzébuth, Beelzebūb en latin, comme le "Seigneur des mouches."

Noirs de l'âme, véreux, leurs cous boursouflés cerclés de cols blancs, leurs doigts crochus crispés à leurs coffres fort, tels sont les actuels maîtres du monde, les adorateurs du Seigneur de tout ce qui vole!
Mais cette Vermine financière en puisant ses profits dans la plus profonde pourriture a fait refluer tout un remugle d'égout, le bas-fond qui exacerbe notre malheur.
Car pour servir leurs noirs desseins (blanchir leurs sous, la traite des blanches et de la blanche ) ces Cols Blancs utilisent les denses Essaims Noirs.
Qui les servent en sicaires et stercoraires. En Syrie et en chieries.

Rien n'est plus sot que de les opposer.
Car si nous ne pouvons nous unir contre ceux là qui ont empoisonné le monde entier, à qui la faute ?
Précisément à ceux qui empoisonnent notre vie de tous les jours.

Félix Niesche

3 commentaires:

Beninho a dit…

Mon cher Félisque, du haut de mon nez de goy, j'ai flairé du bon, un texte pour les Zemmour-eux, on gain pour la littérature de France.
Ah, combien de temps durera la mascarade..?

Jimmy John a dit…

Il n'est pas question de chercher querelle à Monsieur Z, simplement de l'ignorer, lui le plagiaire de Monsieur S, lui l'usurpateur ayant sa place dans les médiats pour y tenir le rôle du méchant, celui que la foule moutonnière se plait à haïr et à huer.
Et ce rôle a cela de dangereux que Monsieur Z n'est pas un "éveilleur de conscience", un "marchepied vers la dissidence vraie" comme certains le prétendent, mais qu'au contraire il serve à indiquer la limite à ne pas franchir, celles des opinions extrêmes qu'on a droit d'adopter.

Nous pouvons c'est vrai lui reconnaître, son amour non feint pour la culture Française, mais il m'est personnellement insupportable de voir que ce séfarade huileux ou que cet ashkénaze haineux qu'est Monsieur F soient les seules autorités autorisées à prétendument(?) défendre la civilisation Européenne et "judéo chrétienne" (sic).

Anonyme a dit…

Hélène Cixous vient de remporter le prix de la Langue française pour l'ensemble de son œuvre : il y a bas-bleu. Et nulle mention de Félix Niesche dans cette affaire ! Qu'en pense l'éminent symptomatologiste que vous êtes ? Comment évaluez-vous l’œuvre de cette prodigue laitière ?

Cordialement,
Ecce_Momo