mercredi 7 octobre 2015

Les QI QI des têtes d'oiseaux



L'exercice de la pensée vous ruine une gueule mal préparée.....


Or donc, "C'est prouvé, les femmes sont plus intelligentes que les hommes". Les journaux.
On s'en doutait, remarquez, mais il manquait encore la preuve objective. La voici  :  "Les femmes obtiennent de meilleurs scores que les hommes aux tests de QI.  C'est la première fois que cela arrive depuis 100 ans."

Il était temps !
L'époque con-tampon Reine sonne le glas de cette immémoriale domination dans les bibliothèques !
Aujourd'hui la submersion amazonienne des écrivaines, penseuses, chercheuses, suceuses de matière grise, dégouline d'évidence !
Nous baignons dans du sang intellectuel, cataménial et salvateur.
Dans l'actuel délitement mental, dans notre abaissement généralisé des pantalons, elles excellent toutes.
Les bas-bleus fournissent les gros bataillons du politcal corectness.
La Fâme est l'avenir du Sous-homme.
.........................

En vérité, la MOYENNE statistique est très proche pour les deux imbécillités testées. F et M se sont toujours valus, question QI QI.
La différence entre les deux populations expérimentales réside dans la RÉPARTITION des résultats.
—> Pour F on note une homogénéité, la disparité se révélant assez réduite.
—> Pour H, a contrario, elle est extrême.  Chez H on trouve davantage de génie et d'abrutis.

C'est pour ça que les habitants des prisons et des asiles sont majoritairement mâles.
Et c'est aussi pour cela que H a donné un nom à tout ce qui fut grand, dans la science, la philosophie, l'Art, l'histoire etc.

Autrement dit, de manière plus "scientifique" : statistiquement on trouve moins de F aux deux extrémités de la courbe de distribution de l’intelligence. Elle est statistiquement plus moyenne.
C'est M qui fournit les quotients les plus bas et les plus hauts.

Donc, intellectuellement parlant :
XX est stationnaire, étale, paisible.
XY est la base chromatique de la plus grande disparité : du plus sombre au plus éclatant.

Ce qui vient de changer, révélé par cette stupide étude statistique : H fournit moins de très hauts quotients ! Son marais augmente.
 D'où une baisse en moyenne, et logiquement F passe en tête.
Conclusion :
L'existence de la gynécocratie est consubstantielle à la médiocrité grandissante des messieurs.

Encore Baudelaire :

La femme, esclave vile, orgueilleuse et stupide 
Sans rire s'adorant et s'aimant sans dégoût; 
L'homme, tyran goulu, paillard, dur et cupide, 
Esclave de l'esclave et ruisseau dans l'égout. 

Lisez l'article complet dans Fragrans.


3 commentaires:

Anonyme a dit…

Il ne se supportent plus dans un miroir.

http://38.media.tumblr.com/b7063f5edb37af6872debfcadd926746/tumblr_nrwenu8TfZ1s2yegdo1_500.gif

Nocif

Anonyme a dit…

Puissante et sereine démonstration qui, par des voies démonstratives, corrobore l'hypothèse d'une métaphysique des sexes. Il va sans dire : pour parvenir à l'Idéal d'Égalité, il faudrait réformer la nature humaine de fond en comble, c'est-à-dire, dans un certain sens, la détruire entièrement. Il n'y aura plus que des golems.

Un Canadien errant

Anonyme a dit…

D'autre part, j'ai écouté avec beaucoup d'attention votre entrevue sur la radio d'ERTV. Vous y parliez de votre parcours intellectuel, soit le passage de la mystique à la gnose. Je m'y suis reconnu. Partout l'empreinte extrinsèque de la femme révèle l'essence de féminité, contradictoire avec l'Idéal actuelle de la Femme. Cette essence se présente à moi, chaque jour un peu plus, dans sa vérité intrinsèque : la répétition du même. Sans parler des hommes, ces serviles serviteur du Con, gaspilleurs de Libido (salariat et copulation).

Il serait intéressant de vous entendre davantage là-dessus. Une émission sur le féminisme est de rigueur, dans laquelle vous pourriez exposer longuement vos vues. Elles complèteraient la vision matérialiste et dialectique de ce bon vieux Soral. La confrontation des catégories modernes et des symboles de la tradition est des plus intéressante et me semble une voie intellectuelle d'avenir. En effet, dans cette dialectique modernité-tradition, l'intelligence s'y déploie avec aisance.

Bien à vous,
Un Canadien errant