mercredi 3 décembre 2014

R N


Je voudrais, sans réveiller personne, retourner à pas de loup vers le berceau où gazouille dans ses langes le nouveau-né dit Réconciliation Nationale issu de l'accouplement monstrueux du Lion et du Coq.
Coq que l'on suppose gaulois, mais quid de leo comme dirait l'abbé ?
Car le Lion en héraldique symbolise aussi bien Lyon, capitale de la quenelle que la Belgique une fois. Mais aussi l'Afrique : hic sunt leones « Ici, vivent les lions ».  Et comme la réconciliation avec Nocif n'est pas envisageable en l'état, ne reste plus que l'Afrique comme hypothèse plausible de ce Lion superbe et généreux.
Quelque ridicule que soit ce duo, il reste plein de bons sentiments. Et, si « on ne fait pas de bonne littérature avec des bons sentiments » on peut toujours en faire une cuisine électorale passable.

En vérité, ce qui m'a déçu, ce n'est ni le Lion ni le Coq, mais la Grue ! Soudain, cette apparition inopinée d'une Grue, dans son vol migratoire et son caquetage effarant !
Comment peut on montrer, autrement que pour la bafouer, une Bouteldja ? Citer l’auteure de Nique la France comme pertinente, même un peu, même par éclair, voilà qui m’a niqué l’entendement !
Tous ces  tapages que l'on fait sur "l'islamisme", "l’Islam du quotidien", les "islamo-racailles", etc., me laissent froid.
Mais les Indigénants et leur Indigêne rétribuée de l’Institut du Monde arabe, voilà qui devrait nous mettre en Etat normal de Rivalité & d’Exaspération.  L’aversion que je ressens pour cette péronnelle qui « nique la France », qui dit vouloir "faire l’éducation de C'pays", voir ses simagrées grimaçantes, tout ça suffit à ma patience, et me dispense de l’écouter encore glapir ses arrogantes nullités, crasses, an-historiques et pleines de clichés.
Son PIR n'est que le pire parti des envieux, des parvenus arabo-petits-bourgeois envieux.  Comme si un fils d'ouvrier français était jamais sorti directement de la mine pour rentrer à l'Académie, comme ça, par droit de naissance ! Il fallait de longues générations de travail, de mérite; on devenait d'abord instituteur, le fils se faisait docteur de campagne, le sien Professeur de médecine, dont le fils entrait parfois au collège de France. Et ces indigènes, venus d'hier, se plaignent de n'être pas encore majoritaires dans les conseils d'administration et les parlements !

Tout cela est écrit dans Arabesques, mesdames et messieurs, inutile de siffler aux oreilles d’Alain Soral des Touit-touits pour lui signifier de me chasser hors l’Eglise Réconciliaire.
Arabesques a été lu avant publication, n'en doutez pas.  Nihil novi sub sole,  rien de nouveau sous le soleil et les déserts d'Arabesques;  je ne varie pas.
Citons, pour rire un peu, quelques zestraits  :

§- Comment reprendre ce concept fumeux « d’islamophobie » de la bouche même de cette algérienne venue faire ses besoins ici ? De ce genre de parvenues qui empoisonnent par leur convoitise mal déguisée l’idée même d‘alliance. Et qui, en appelant en termes inappropriées et malpropres (« les blancs, les sous chiens à qui il faut inculquer l’histoire de l’esclavage, de la colonisation ») les véritables rapports de classes qui prévalent ici, enveniment le racisme, leur unique ressort, la seule altitude de bassesse à laquelle ils puissent jamais atteindre.

§- Le "colonialisme", l’esclavage, mais elle n’en sait pas les premiers rudiments ; il lui faudrait retourner à l’école (la vraie, celle où l’on s’instruisait, et non ces centres de propagande gynécologique où l’on ensemence les têtes d’oiseaux avec des granules multicolores).  Ce fameux "colonialisme", c’est à dire la colonisation, ce fut le prolétariat blanc qui le porta sur ses épaules ; ce pillage des ressources pour le seul bénéfice d’une poignée de rapaces, fut financé par la sueur et le sang de la classe ouvrière française.

§- La lutte des classes est un concept triplement difficile pour une cervelle de Dinde, de Dinde levantine, de Dinde levantine parvenue.  Y substituer la ségrégation raciale, quand on est l’exemple vivant de son contraire, c’est à dire la préférence étrangère à tous les étages, est la marque classique de la petite-bourgeoise envieuse, pourrie de ressentiment, qui ne voit pas plus loin que sa voisine, la malheureuse Marie-Chantal qui possède encore, par patrimoine, un peu plus qu’elle.

§- Les indigénants de la « République », ontologiquement inaptes aux concepts (ce qui en devrait faire des bêtes de somme gouvernées par le knout), ne raisonnent et ne résonnent qu’en terme de race, car ils sont le parti des parvenus arabo- petit-bourgeois en France, à l’entendement étroit délimité par le ressentiment communautaire.  Dans leurs « œuvres » comme ce fameux « Nique la France » (le vrai programme), on trouve des milliers fois le mot « Blanc » jamais celui d’ouvriers ni de bourgeois.

§- Imaginez une Bouteldja en Algérie, le pays de son cœur. Croyez vous qu’elle serait constamment à l’ouvrir dans le poste, comme ici, dans « c’pays dont il faut faire l’éducation » ?  Elle qui doit tout à C’pays ! Et même davantage, puisque la France, gouvernée par un putanat de laquais hisse les moindres, des laquais de laquais, sur toutes les estrades ; si la reconnaissance n’était pas un vain mot pour ces sortes de gens, elle devrait, à l’instar des croyancieux, ses frères, se mettre à genoux et lécher la poussière devant la face auguste de la France.

 Chacun sa réconciliation. La mienne restera farouchement prolétaire et souchienne, entre gens de Révolution et ceux de Tradition. Réconciliés et unis et contre le Pacte de misère et contre la Loi Taubira.
Il n’y avait pas écrit au Fronton d’E&R :
Vous qui entrez ici, laissez toute ascendance.

13 commentaires:

Anonyme a dit…

Cher Felix,

Réconcilions nous, oui mais où ? Au sein du FN sioniste, du POI cégétiste ou du RN Bouteldjo-compatible ?
Faut-il un nouveau parti prolétaire et identitaire ?

PERRIOT

L'abbé Tymon de Quimonte a dit…

that is the question

Anonyme a dit…

Indeed !

Pourtant les conditions sont elles actuellement réunies en ex-France ? Je veux dire, pensez vous que l'on puisse réellement aller plus loin que ce que font Soral et Dieudonné avec RN en ce moment, en terme de ligne politique ?

Voyez le POI, beaucoup plus sérieux du point de vue social mais qui, si il se tient mieux que d'autres sur certains sujets, ne s'en laisse pas moins aucunement entrainer sur des chemins identiterreux voire encore plus glissants.
N'y a t-il pas eu diabolisation définitive ?
J'en réfère à votre expérience et à votre compréhension de ces phénomènes que j'ai pu apprécier récemment en lisant CCCP et autres chutes.

Bien à vous,


DENIS




Anonyme a dit…

M. Felix

Pourquoi ne pas créer un mouvement métapolitique qui rassemblerait ceux qui se retrouvent dans vos écrits ?
Vos lecteurs sont orphelins. Si l'on y ajoute tous ceux qui ne vous lisent pas mais pour qui vous écrivez, ça fait un paquet de gens qui y trouveraient leur compte.
Non ?

Cdlt,
Jojo

L'abbé Tymon de Quimonte a dit…

Nous nous compterions sur les doigts de la main, amputée du pouce de l'index et du majeur...
Et m^me si j'avais vraiment des partisans, il ne suffit pas d'écrire, il faut être un meneur d'homme, comme Soral, et ce n'est pas mon cas, mon Karma.

Anonyme a dit…

Oui mais vous pourriez être le cerveau, la plume, et déléguer pour le reste.
Je ne sais pas si vous avez des partisans, mais à mon avis vous avez beaucoup de partisans qui s'ignorent. Je pense qu'un grand nombre de gens partagent votre sensibilité, y compris parmi les illettrés.
Et même si vous ne ralliez qu'une poignée de précurseurs (au début), cela serait un moyen de vous faire connaître, de faire connaître votre pensée, de la rendre identifiable, d'être une force d'appoint, d'influence, de pression, de représenter quelque chose et quelques uns, bref d'exister en tant que projet alternatif.
Facile à dire j'en conviens. Mais ça vaut le coup d'essayer je pense.

Bien à vous
Jojo


Anonyme a dit…

Cher Felix,

Je ne pense as que Soral soit véritablement un "meneur d'homme", au contraire. A l'époque où j'étais à ER Paris, en 2008 -2009, c'est Marc George et d'autres qui s'occupaient de tous les aspects politiques et organisationnels de ce qui devait devenir un parti politique. Soral en était la figure charismatique et intellectuelle. Il incarnait si l'on peut dire, mais ne menait pas.

PERRIOT

Beninho a dit…

Salut Félisque,

RECNAT n'a pas de ligne politique définie, certes, mais comment en avoir une?

L'énorme pagaille ambiante, une France divisée, des banques au pouvoir, peu de paysans, des familles éclatées (75% en ex-France, même parmis les islameux et euses), des travailleurs et lleuses du tertiaire majoritaires, l'oeil des veautants riveté sur le smartphone, une gynécocratie exacerbante, la nouvelle religion: la Shoah. + l'immigra-SION, l'armée en déroute...

Que Dieu renvoie Houria Bouteldja en Algérie, qu'elle y soit mariée dans un village profond, de force avec un moustachu de 57 ans, y élève 6 mômes produits en 6 ans, frotte le sol, fasse la popotte, y pisse sa haine de la Gaule dans un chiotte de là-bas et y ferme son clapet. Son mari se chargera de calmer ses pics hormonaux au moyen de torgnoles et autres rapports conjugaux engoissants.

Le FN sera un parti au pouvoir parmis les partis au pouvoir de nuire à la France.

Le chaos nous guette.

A +

Jimmy John a dit…

J'ai beau tourner le problème dans tous les sens, je ne vois aucune vertu à la création de Rn, sinon des avantages pour ses créateurs, ce que je n'ose envisager sérieusement, me refusant de considérer sérieusement une trahison du coq gaulois et du lion camerounais. Cela serait trop douloureux.

Alors, quels sont les objectifs avancés?

- Organiser un contrepouvoir dans le but d'influencer la ligne du FN considérée désormais comme trop sioniste et islamophobe? Cela nécessiterait que RN obtienne très rapidement un poids électoral significatif - disons autour de 5% - afin de pouvoir peser sérieusemnt dans le débat.
Irréaliste dans le laps de temps imparti.

- Ramener l'électorat arabo-muzz dans le giron d'un FN ayant fait sa rédemption?
Irréaliste, la lecture des commentaires sur le site E&R montrent que les arabo-muzz haïssent viscéralement le FN plus qu'aucun autre parti, PS compris.

- Obtenir une visibilité médiatique supérieure à celle d'E&R en touchant une frange de la population peu encline à fréquenter internet, et encore moins les sites de la dissidence.
Les pouvoirs en place accordent un temps de parole à qui ils veulent, quand ils veulent, et lorsqu'ils le font, c'est dans l'unique but de calomnier (les exemples d'Asselineau, Cheminade ou NDA le démontrent.

- Si quand bien même NR et ses représentants obtenaient un temps d'antenne acceptable, il est à craindre que ce serait pour servir le système en, endossant le rôle du méchant, celui de repoussoir pour la masse lobotomisée des bien pensants.
Quel Soral et Dieudonné acceptent ce rôle en échange d'un abandon des poursuites judiciaires à leur encontre démontrerait qu'ils ont abandonné la défense du bien commun pour celle de leurs intérêts particuliers.

- Prétendre vouloir lutter contre le système abhorré de démocratie élective en y participant me semble être une utopie vouée à l'échec: s'engager dans une partie de Monopoly sans pouvoir en fixer le règles tout en étant convaincu de pouvoir faire tomber la banque est d'une grande naïveté.

Enfin, la réconciliation, c'est une main tendue, chacun faisant un pas vers l'autre et des compromis acceptables par tous afin de recréer un vivre ensemble.
Or la tendance qui semble se dessiner c'est derniers temps est d'accepter toutes les malversations et revendications provenant des arabo-muzz et des africains, de faire taire toute critique au motif que c'est pousser au choc des civilisations, et à terme, favoriser l'émergence de la "guerre civile".
Tel est du moins mon ressenti.
Or, une réconciliation fondée sur de telles bases, avec des concessions faites exclusivement par une seule des parties en présence n'est plus une réconciliation; pour l'Européen que je suis, ça s'apparente à une enculade en règle.

JJ

Anonyme a dit…

Une idée fixe suffit amplement à une vie...Une à deux misères aussi...

Quelles béquilles confortables!

Quand on a cessé de marcher pour trainer avec la patte du ressentiment.

Anonyme a dit…

Que chacun soit ce qu'il est et fasse selon son être. L'histoire discernera l'excellence de la médiocrité. Ce qui compte cependant, c'est la hiérarchie entre ces deux termes. Lequel triomphera de l'autre ? Soral et Dieudonné sont, culturellement et politiquement, l'excellence même de ce que peut produire l'ingenium français : race des libérateurs et du sacrifice (du sacré). Pour cette seule raison, il faut les soutenir, car la politique est essentiellement une affaire de conservation, et répond à la question de savoir : quel type(s) d'homme voulons-nous ? Dans le camp d'en-face, je ne vois qu'une horde de sans-génies, de minables diablotins. Mais comme je disais plus tôt : que chacun soit ce qu'il est, et comme dirait Soral « chacun à sa place ».

- Perr

L'abbé Tymon de Quimonte a dit…

Voilà enfin de vrais commentaires, de très bonne facture, qui relèvent le niveau habituel de l'exercice.
Merci à tous.
Et la discussion n'est pas close!

Dupont Marcel a dit…

Salut, Felix!

La vidéo Dieudo-Soral ("moi et Dieudonné", lol) sur le projet "Réconciliation Nationale", j'ai de suite pensé que c'est juste un "coup", pour faire chier, une tentative de mettre un peu de boxon.
Pas plus, pas moins cependant.
Et une revanche à prendre sur Marine & co.
Je dis ça, je ne vais pas voter, hein...

Bon, et sinon, pourquoi t'as pas été publié récemment sur E&R, ma gueule?
Ta patte manque!

Gerard J. Schaefer.