mardi 2 mars 2010

ERnst Röhm

Pendant que je ne suis pas là l'abbé Tymon et Philistine causent dans mon dos. Et à mon sujet. Un comble.
Philistine Stringulat : Hi hi hi j'me marre là, monsieur l'abbé okay ? Du riffifi chez les fafs ! Ca vole haut dans les cimes chez ER, on y manque pas d'air, question niveau des débats c'est clair !
L'abbé Tymon de Quimonte : Par le Ciel, femme, de quoi diantre parlez vous ?
Philisine : Du niveau des discussions politiques en usage à E&R okay : “Crétin”, “dangereux lourdingue, “E&R c’est moi!”, “excité suicidaire”. De l’autre: “bourgeois déclassé”, “menteur”, “grossier”, “malhonnête” et “lâche”.
l'abbé : et d'où prenez vous ces ragots de moutons, je vous prie ?
Philistine : De "l'observatoire de l'extrême droite" du "Monde", monsieur l'abbé.
l'abbé: Je vois ! Vous vous abreuvez dans ce puisard imMonde. Ceux là même qui clabaudent contre les réprouvés. Si l'Afrance n'est pas encore à ce jour couverte de Guantanamos ce n'est pas leur faute à ces journalistes-argousins.
Philistine : Mais l'abbé...
L'abbé : Monsieur l'abbé !
Philistine : Okay, monsieur l'abbé ! Il y a aussi sur les blogs de leur mouvance des échos. Semblerait que chez eux divergeance vaille exclusion. Typique facho c'est clair !
L'abbé : Cela n'est pas spécifique à l'extrême-droite, madame. Le parti se renforce en s'épurant disait Lénine.
Philistine : Mademoiselle ! En attendant leur image en prend un sacré coup, c'est clair !
Dur pour eux maintenant de gérér la réconciliation avec leur image.
l'abbé : Vous voudriez qu'ils s'ingéniassent à ressembler à leur cliché, comme vous même ressemblez à votre photographie ?
Philistine : Au moins s'exprimer clairement ! Félix se tait obstinément depuis le début, ça en dit long, c'est clair!
l'abbé : Il était absent, je crois assez malade, en proie à de lourdes fièvres qu'il dut aller rafraîchir en des climats plus secs que nos saisons trempées de boue.
Philistine : Les climats désertiques aimés des déserteurs hihi, c'est clair !
Ressemblant en cela à Lev Davidovitch, un des Juifs de son Panthéon éclectique et écclésial okay, et qui, au moment crucial de la lutte pour la succession de Lénine se prélassait au bord de la mer noire, c'est clair!
L'abbé : Loin du bordel amer, mon fils soignait ses idées noires. En outre, Major e longinquo reverentia.
Philistine : C'est c'la, oui ! Et de retour okay, il se met à parler comme un bizu, de fromages de chèvres et d'amours caprines, vous trouvez ça clair monsieur l'abbé ?
l'abbé  : Madame, je ne saurais m'exprimer à sa place. Et puis quand on le connait un peu, on sait qu'il est atteint d'une variété d'hamlétisme aigu. Il fait son histrion à mesure que son dégoût empire.
Philistine : Mademoiselle ! C'est bien ce que je dis, il flippe et préfère garder le silence.
L'abbé : Il m'a dit une fois : " parler sur certains sujets, il me semble alors que je vais RENDRE, tout vif, mon âme, comme on rend toute sa bile par un excès de mauvaise vinasse." Genus irritabile vatum.
Philistine : C'est clair, qu'ainsi intimes, vous devez savoir pas mal de trucs monsieur l'abbé.
L'abbé : Mais à la fin, femme, que voulez vous que je dise ?
Philistine: Nous éclairer de vos obscures lumières sur les sombres choses qui ont lieu dans ces bas-fonds que sont les sommets d'ER, c'est clair !
l'abbé : Une mini "nuit des longs couteaux", toute proportion gardée.
Philistine : N'est ce pas davantage une purge façon Staline ?
l'abbé : L'analogie ne vaut pas. Staline liquide ce qui lui fait de l'ombre. Ca n'est pas le cas ici.
Le regretté chancelier a décimé son aile la plus encombrante, la tumultueuse et plébéienne SA, pour ne pas perdre ses bailleurs de fonds.
Philistine : Mais si c'est cela, c'est une mise au pas, une sorte d'émasculation, hi hi : l'arrogante E&R redevenue fan club.
l'abbé : Qu'en savez vous madame ? l'Histoire a depuis, prouvé que le Fuhrer avait une vision autrement d'envergure non ? Ceux qui se croyaient marionnettistes se sont retrouvé à danser comme des pantins mécaniques.
Philistine : Et vous subodorez que le leader maximo d'E&R veut quelque chose de grand ?
l'abbé : Femme je ne subodore rien. Je ne sais ce que veulent ni les uns ni les autres, mais je sais ce qu' On ne veut pas.
philistine : On veut bien qu'il y ait une Marine anti-voile, mais qu'il y ait des héritiers de Duprat donne des vapeurs, n'est ce pas ?
L’abbé : C'est exact.
Duprat est de cujus successione agitur, celui de la succession duquel on débat, qui a fait problème.
Philistine : Beaucoup de bruit pour quelques roses, vous ne pensez pas ?
L'abbé : Mais les fleurs de cimetières, nom commun des lentigos actiniques sombres, ne sont qu'un symtôme, non la maladie mortelle elle même.
C’est la cause immédiate, l’assassinat de Sarajevo par Prinzip. Et on fit valoir à Alain Soral que le principe de l'assassinat restait une option retenue pour quiconque revendiquerait des droits à la succession politique de Duprat.
Philistine : Okay, selon votre analyse, la ligne politique de Röhm nuirait gravement à la santé d'ER et plus particulièrement à celle de son président. Pourtant leur insignifiance est patente, c'est clair !
L'abbé : Vieille histoire. Le Pouvoir en place, est aristotélicien. Il s'inquiète autant de ce qui est en puissance, que de ce qui est en acte.
Fleurir des tombes déplaît, si ces fleurs dispersent leur pollen singulier au nez des vivants.
Philistine : Monsieur l'abbé, il s'agit de quelque chose, qu'instruits du passé il nous faut redouter plus que tout. L'Oeuf du serpent, issu du monstrueux accouplement mère rouge et père brun. Qu'il faut écraser systématiquement, c'est clair!
L’abbé : Si vous le dîtes.
L'insignifiance d'ER dès lors n'est que de taille, son apparition n'est pas sans signification, en un sens anagogique.
Philistine : Vous savez sans doute, okay, monsieur l'abbé, toutes ces choses via Félix. Comme il était, ce n'est un secret pour personne, un des plus ardents partisans du passage d'ER à la forme parti, quid de lui  ?
L'abbé : Latiniste en diable, madame.
Ce bon Félix, une fois n'est pas coutume, suivit mon conseil, sa vue intellectuelle se trouvant en ce moment obscurcie, de ne point s'aller perdre dans la circumversion, dans les ténèbres extérieures des Daïmons qui rugissent, mais de rester au centre, sans profèrer un murmure.
Philistine : Rester au Centre, c'est rester près le Chef , malgrè sa camaraderie pour le Réprouvé ?
L'abbé : C'est s'approcher au plus près de l'ignition, du Feu enigmatique, loin de ce qui est superflu et qui gueule le plus.
Au reste, l'incroyable réussite de cette mise au pas, qui se fit d'une main de maître, O homines ad servitutem paratos, laisse à penser que la voie qu'il croyait excellente, ne l'était pas.
Philistine : La dictature du fait accompli, si je vous comprend bien, c'est clair!
L'abbé : Il est clair, en effet, que vous ne comprenez rien du tout.
La politique se fait d'abord avec une matière première : les hommes réels, tels qu'ils sont. “Partout où il y a de l’homme, il y a de l’hommerie” disait Saint François de Sales. Faut faire avec.
Philistine : Voulez vous dire que dans ce panier de crabes d'ER, la qualité humaine laisserait à désirer ?
l'abbé : Certainement pas.
Chez ceux qui choisissent la voie de la main gauche, Ceteris paribus sic stantibus, toute chose égale par ailleurs, ces gens là sont pour moi, ce que l'on fait de mieux...
philistine : mais ?
l'abbé: ...nous sommes dans les temps rétrécis, rabougris, tout s'accélère tout se délite, c'est la délitescence qui s'accélère, âge terminal de la Chute.
Gardons nous cependant, de porter envie aux triomphants du jour. Leurs jours sont comptés.
Sic transit gloria mundi !
Philistine : Okay, amen.

2 commentaires:

Anonyme a dit…

On t'aime.....

Anonyme a dit…

tu publies ça....!!!! Il va y avoir des/une? jalouse(s)!!!!