jeudi 30 juillet 2009

Le Baron Aaron, Sacha le pacha

Sacha Baron Cohen.(cliquer pour le voir en grand).
"Il est beau à vomir!" écrivait un autre Cohen, Albert, de son héros de "Belle du Seigneur".
Sans doute convient il d'appliquer ce jugement à cet autre incarnation mais mal rasée, de ce même type spirituel, l'ignobilis Baron Sacha Cohen, ci contre.

Ce cryptonyme de Baron décrypté, n'est autre que l'ennoblissement de Ben Aaron fils d'Aaron. Ce baron ci, convenablement rasé, épilé, défrisé, décrêpi, blondi, dénudé et travesti, ça va donner cette chose là, qui ne devrait pas exister sur la terre mais seulement au fin fond des Abymes d'où elle n'aurait jamais dû remonter. Le nom que porte cette infection est alors Brunö.  Brunetto eût mieux convenu, nom de l'ancien maître, damné, que Dante découvrit gémissant "sous une pluie de Feu", dans le 7ème Cercle de l'Enfer, celui des Sodomites.

Car, se pourlèche le programme du Télé-ramas: "Sacha Baron Cohen revient dans la peau de la folle Brüno, journaliste de mode homosexuel, autrichien et pro nazi ! Un régal estival totalement décalé ".
Un régal totalement d'enculé plutôt, si je puis me permettre, visant à dénoncer les penchants vers les trous noirs et les sombres heures qui gisent au fond de tout blond, de tout Autrichien, fut il pédé. Ou peut être même, parce que pédé, justement, le Spectacle s'ingéniant à représenter les européens comme des invertis et des sodomites qui s'ignorent, et des antisémites génétiques inavoués.
"Insupportable, irrévérencieux, politiquement incorrect mais toujours hilarant" ajoute sans rire le même programme.
"Hilarant", c'est un point de vue, "insupportable", je n'en doute pas un instant, mais "irrévérencieux" je demande à l'égard de qui, et "politiquement incorrect", on marche carrément sur la tête!
On peut être irrévérencieux envers Caïphe ou le Grand Sanhédrin, mais on peut aussi montrer son cul au passage du Christ martyrisé marchant vers le Calvaire, ce qui serait, actuellement, le comble du savoir vivre et de la bienséance, absolutly politicaly correctness.

On va me dire qu'est ce que ça peut vous faire, vous n'avez pas même la boîte à navets, pourquoi vous en prendre à ce pitre, ne seriez vous pas un tout petit peu anti...heu, anti ses mythes à ce baron ?
Ses mythes? Justement, parlons en.
Le pharisien du 22 juillet 2009, ainsi que wikipédale nous apprennent:
"Né à Londres d’un père d’origine juive lituanienne, propriétaire d’un magasin de vêtements, et d’une mère israélienne, professeur de danse, il a été élevé dans la culture juive orthodoxe.
Il a fait des études d’histoire à Cambridge, jusqu’à sa thèse sur le rôle des Juifs dans le mouvement des droits civils américains...Au même moment, il rejoint le mouvement de jeunesse sioniste Habonim Dror." Source Pharisien.
"Fiancé à l'actrice australienne Isla Fisher vue dans Serial noceurs, et [que] le couple a prévu de se marier selon le rite traditionnel juif. Isla Fisher, en témoignage de son amour, s'est convertie au judaïsme avant le mariage, et a reçu la bénédiction des parents de Sacha Baron Cohen, fervents religieux. Selon le producteur de cinéma Jay Roach, Sacha Baron Cohen est lui-même très pratiquant, mange strictement cacher et n'utilise pas le téléphone le jour de shabbat".
Source Wikiki.

Quel Tartuffe, mes aïeux! Je ne connais rien de pire que cette hypocritie.
Être soi même respectueux des valeurs de sa tribu, ayant la religion de la famille, dévôt jusqu'au respect des rites les plus éculés d'une superstition la plus arriérée, nationaliste et chauvin jusqu'au crime, toute l'entreprise sioniste n'étant qu'un long crime envers les Palestiniens, et s'en aller traîner dans la fange la religion, la famille, l'honneur d'une autre espèce!

C'est un Tartuffe, mais à l'envers. C'est encore plus écoeurant. Un dévôt faisant le libertin.
De plus, Tartuffe ne servait que lui même, trompait son monde afin de résoudre sa propre question sociale, en s'emparant de la fortune d'Orgon, et au passage de sa bonne femme Elmire, apaisant du même coup sa libido.
Il n'appartenait pas à une fratrie de Tartuffe, à une tribu tartuffière, à la ligue Tartufière révolutionnaire, confrérie de faux-fréres confits en dévôtion, afin de s'emparer des femmes et de l'or de ces benêts de bourgeois.
Il faudrait donc se représenter un Bentartuffant, respectant le shabbat, faisant le pitre et la tarlouze chez le père Orgon, non pour y briguer une place de bouffon rétribué, mais dans le seul but de rendre les goyim Dorine, Damis, Mariane, Elmire, Cléante et les autres, impudiques, idolâtres, adultères, efféminés et infâmes, afin que leur cité connusse le sort de Sodome et Gomorrhe, et eux même fussent précipités dans le Schéol, d'où l'on ne sort plus, le moment venu.

Au fond ce seraient de vrais faux-Tartuffe, puisqu'animés d'un idéal sincère et feignant l'absence d'idéal.
Des sortes de petits moine-soldats de Tsahal, contraints de faire les pitres pour la cause. Prôner pour les autres le contraire de ce que l'on voudrait pour les siens, enfin de les affaiblir, faire à d'autres ce que l'on aurait en horreur que l'on fasse à ceux que l'on aime, telle serait cette tartufferie d'un type nouveau.
Ici on fait la folle, là on est un fils respectueux, ici on fait la tante nazie, là on est un tonton flingueur juif.
Telle est l'opinion de beaucoup, et non des moindres, qui vont jusqu'à voir sous couvert d'humour, une véritable entreprise de démolition, la destruction de notre civilisation, un pendant spirituel de l'anéantissement physique des palestiniens.

Peut-être. Objectivement oui. Mais subjectivement, je ne crois pas.
C'est faire trop d'honneur à ce genre de pitre. Me fondant sur la répulsion physique qu'il m'inspire, je pense que c'est au contraire un vrai pervers, un faux vrai Tartuffe.
Au yeux des niguedouilles, dont le nom est Légion, il passe pour un faux pitre désopilant, genre: "il propose clairement à Denisot de lui « faire une gâterie » dans les coulisses avant de retirer son short en cuir et de laisser découvrir un string à l’effigie de Sarkozy. Trois minutes de bonheur télévisuel qui résument parfaitement le personnage et l’acteur"....
ha ha ha qu'est ce qu'on se marre, mais au fond, on sait qu'il est très profond, n'est ce pas, faisant avec courage oeuvre de salubrité publique en dénonçant le fascisme, le racisme, l'homophobie, le sexisme, l'exclusion et l'Antisémitisme!
Je pense qu'en réalité, il aime s'exhiber en string, et comme l'auteur des "bienveillantes" il projette dans ses soi-disant personnages ce qu'il est, en réalité.

C'est avec les siens dès lors, qu'il tartufise, par respect atavique et pharisaïque de La Loi.
Au contraire avec nous, il en profite pour se défouler, se montrer tel qu'en lui même, et s'il pourrit alentour, c'est qu'il est lui même une vrai pourriture.
C'est moins politique, mais c'est encore plus écoeurant.
Félix le chat

3 commentaires:

vangauguin a dit…

Sacha vire, par ici...

Anonyme a dit…

Excellent article. Je ne m'attendais pas à ce qu'il fût "religieux". Un comble !

Dogen ophile a dit…

En fait cela fait partie d'une offensive sur tous les fronts:
-Histoire:Lorent Deutsch,Stéphane Bern....et les multiples docs sur les
dernières guerres (le Bien contre le Mal!).
-Comiques:Dahan,Timsit,De Caunes et Garcia dans un passé récent...
-"Médecine sociale":promotion tous azimuts del'homosexualité:C.Fourest entre autres,Soutien inconditionnel à NotreDamedeParis...
Gender (cher à Félix)à tout va !
S'habituer à l'humiliation et au néant.Le peuple semble en voie d'insémination totale.I am très pessimiste !