mercredi 21 septembre 2016

Choses vues et sues

Regardé sur le site E&R, un peu de la video de Dieudonné.  Parlant des militaires et des policiers il dit :  "je suis pas certain que lorsqu'ils vont leur demander de tirer sur le peuple ils vont suivre les ordres comme ils le faisaient en 14-18."
Et bien moi je suis sûr du contraire.

Tout d'abord en 14-18, les soldats n'ont pas tiré sur le peuple, où va-t-il chercher ça Dieudo, ha ha ha, mon Dieu qu'il est drôle, quel humoriste !
C'est la gendarmerie qui tirait sur les soldats, par derrière, pour qu'ils marchent plus vite aux charniers, pour faire durer plus longtemps l'hécatombe.

Si l'exemple de la guerre de 14-18 vous paraît trop lointain, ou trop abstrait, veuillez je vous prie considérer que la néo-soldatesque sise près le Bataclan, pendant le carnage, est restée l'arme au pied, sans intervenir.  Normal, c'est un territoire occupé le Bataclan, une enclave, inviolable comme une ambassade, c'est là qu’a lieu un gala annuel pour le bien-être des soldats de Tsahal.
L'armée française de l'OTAN n'aurait pu intervenir au Bataclan sans déclaration préalable de guerre à Israël.
Est-ce, un seul instant, concevable ?  Sûrement pas. Alors, "éternellement", n'est ce pas....

Je vous l'ai déjà dit, dans le douzième arrondissement, nos soldats et soldates montent une garde vigilante devant les locaux  Beth Loubavitch, rue de la Gare de Reuilly.
La secte loubavitch affirme entre autres choses, « que seuls les Juifs sont des êtres Humains et que les "goïm sont de la semence de bétail"qu’il y a moins de différence entre un goy et un animal qu’entre un juif et un goy ? »
Et je sens bien que les femmes à Famas et les noirs sous l'uniforme, qui me regardent avec suspicion quand j'ose passer devant le périmètre de sécurité des locaux loubavitchs, pour aller à la bibliothèque Picpus, ne feraient pas de difficulté pour m'abattre comme une sale bête.
Puis, rentrés dans leurs cases, ils se prépareraient  des sale-selfies à la quenelle. Faire la quenelle ne signifie rien du tout. Ne prouve rien.
La révolution n'est pas un spectacle comique.

Ensuite, quand ils ont suffisamment gardé les Loubavitchs, les militaires s'en vont d'un pas martial prendre faction devant l'Hôpital Rotschild, rue de Picpus, protéger les longévités agoniques des Humains nonagénaires et cacochymes en phase terminale.
Juste entre les deux sites, à l'angle de la rue de Picpus et de la rue de la Gare de Reuilly se trouve la grande bibliothèque municipale de Picpus, cinq étages de bibliothèque, vidéothèque, section jeunesse...là, nulle garde, nulle protection, on y entre comme chez Jean Moulin.
La Bibliothèque a beau s'être récemment renommée Hélène Berr, les zautorités ne sont pas dupes, n'y fréquente que de la semence de bétail.  Peuvent crever la gueule ouverte ces veaux.


 Les Policiers quant à eux, ont mis une heure un quart pour arriver au Bataclan ! Faites le I7,  dîtes qu'il y a une croix gammée dessinée au stylo bille à 800 mètres d'une synagogue, vous n'aurez pas raccroché que déjà vous entendrez hurler les sirènes...
Non, vraiment, pas besoin de tirer sur le peuple, faut laisser faire les collègues djihadistes.

dimanche 18 septembre 2016

Rentrée

C'est aussi la Rentrée pour Alain Soral, prévenu par courrier du ministère de l'intérieur, que les services de renseignement avertissent qu'il devrait faire gaffe, se gaffer des gaffes, et plus particulièrement de leur subdivision du Département Anti Extémistes Socialement Haineux, qu'il se tienne à carreau sinon il va passer à l'as, que s'il continue comme ça il va se faire tuer par un des agents du daech.
Les services de renseignement renseignent, les services tout court sévissent, et leurs affidés saignent les récalcitrants.
A bon entendeur...



Soral et Cazeneuve en un combat venimeux


mardi 13 septembre 2016

C'est la rentrée

Salut à tous. C'est la rentrée.
J'ai laissé le bloc à l'abandon, et ça ne se fait pas, je le sais bien. Me restera-t-il une poignée de fidèles ? Je ne les mérite pas.
J'ai rompu les amarres quelque temps avec tout le virtuel, marre de surfer sur les ondes vagues du net, j'ai sillonné le vague du monde. Sans Ail-phone et sans PC, j'ai reposé ma tête dans les fines herbes,  j'ai vu des monts, des forêts, j'ai écrit un nouveau livre, à la main, sur un cahier.
Remerciements à  L. d'avoir prodigué généreusement son précieux temps et usé sa très mauvaise vue sur mon écriture abominable pour le taper, le vilain !
Il paraîtra tantôt, début novembre, je touche du bois, et même du fer, Tocar ferro  disent les Catalans.


Auparavant, le 1er septembre, c'était la Rentrée scolaire dans le cadre de la Réforme du collège de Madame Belkacem. “Réforme” difforme, insensée, qui précipite les parents d’élèves et les professeurs dans la consternation. Il faut lui reconnaître ce mérite : dans ce domaine, l’école publique (comme d’ailleurs dans tous les autres, sécurité publique, hôpital, immigration, chômage, etc.), pour ce qui est de l’acharnement thérapeutique, du travail opiniâtre de dissolution et de ruine, le gouvernement du Bas-Catalan laisse loin derrière lui tous ceux qui l’ont précédé.
 Aucun autre, pour le moment, ne peut sérieusement s’aligner.
 On attend la fin de ce pouvoir comme on espère la guérison d’une maladie mortelle, sans vraiment trop y croire.

 Mais il convient de faire la part des choses, et se souvenir de la maxime si belle et si vraie que Pangloss aimait à répéter à Candide : Tout est pour le mieux dans le pire des mondes. [1]

 Ainsi, les gentilles Mineures dessalées que l’on aime à regarder courir en criant de joie, poursuivies par les Mineurs prognathes et priapiques à la sortie des collèges, auront un enseignement digne de leurs petits pertuis, grâce aux soins vigilants de la néo-Tartuffe, passée du ministère des Femmes savantes à celui de l’École des Femmes.
C’est à ça que l’on juge de la véritable Culture.

 Après les avoir déliées de la honteuse appellation moyenâgeuse de Mademoiselle, Madame Belkacem les débarrasse maintenant de l’inadmissible contracture des vieux programmes scolaires sexistes et machistes, en les nettoyant des scories grecques et latines, et de l’allemand cette langue impardonnable, et de toutes ces histoires à dormir debout qui n’intéressent plus que de vieux fossiles nostalgiques d’un âge révolu. Il faut vivre avec son temps, quand même !

 Fort heureusement l’enseignement de l’Islam reste un “module” obligatoire.
Néanmoins l’étude de la Chrétienté au Moyen Âge et celle du siècle des Lumières deviendront optionnelles. Avec cette réserve que l’enseignement des "débuts du christianisme" et des "débuts du judaïsme" seront encore au programme en sixième, comme le préconise le CSP.
 Cette réserve réjouit les représentants des syndicats de l’enseignement catholique sous contrat, qui ont soutenu la "réforme" Belkacem, pourquoi ne pas le dire ?

 Le siècle des Lumières facultatif c’est très bien. Car c’est l’enseignement de l’incroyance, de l’esprit critique et de l’ironie voltairienne, soit l’irrespect envers les valeurs les mieux établies des superstitions sémitiques millénaires, qui, avec la drogue, l’alcool, la sodomie (optionnelle) et le Renseignement, formatent l’esprit des combattants qui font du bon boulot en Syrie, à Nice, et ailleurs.
Si l’on rapproche cette mise sous le boisseau du matérialisme français du XVIIIe, avec celle de l’étude de la Chrétienté du Moyen Âge, on voit que rien n’est tout a fait blanc, ni noir, mais bistre. 

Quant au Grec et au Latin, quelle absurdité ces langues mortes, alors que la vie est là, barbarophone, qui nous interpelle de ses borborygmes rauques in the street. Le grec et le latin « sont une forme d’enfermement dans la culture classique » expliquait la jaune consœur de Belkacem, Fleur, quand elle fut Ministre de la Culture, et qui reconnaissait loyalement n’avoir pas ouvert un seul livre depuis des années.
 Ah, Fleur c’était le bouquet !
 À l’encontre de la « Culture cultivée » [SIC] qu’elle dénonçait et qui serait celle des dead white males haïs par le tout puissant Féminisme hamériquain, Fleur Pèlerin prônait la « culture inclusive ». Quand on lui demandait ce que c’était, elle répondait dans un français impeccable : the street art !
Soit l’art de la rue : tags, crachats, kalachnikov, bataclans et étrons canins !

 À la place du réactionnaire cursus scolaire, les zélèves auront désormais droit aux coups de cutters dans le plexus solaire.
 Bien sûr, toute cette basse besogne se fait au nom de « l’égalité et de la souplesse », car telle est « la philosophie » de cette nouvelle "réforme".
 Souplesse dans l’espace-temps avec, au fur et à mesure du voyage scolaire, des « offres » de thèmes, variés, à choisir par délibérations, pour la durée d’un seul trimestre !
 Pourquoi dans la foulée ne pas constituer le Trimestrat en politique, au lieu du long quinquennat qui lasse tout le monde ?

 Le but : en finir une fois pour toutes avec les psycho-rigides programmes nationaux. L’Élasticité du vagin au lieu de la rigidité du phallus.
 N’est ce pas aimable ?

 Perplexes, les parents qui livrent ainsi leur progéniture à l’entrée d’un collège s’interrogent :
—  Est-ce que notre enfant de douze ans sera avec d’autres enfants de son niveau ?
Ou bien "en classe" avec de solides reproducteurs de quinze ans, qui lui enseigneront les bonnes manières en matière de langues fourrées.
—  Combien y aura-t-il d’heures, de minutes plutôt (en ces modules il faudra compter en minutes, voire en secondes de cours), de math, de français, d’histoire, de sciences ?
 On ne sait pas, on ne comprend plus rien !  Et c’est tant mieux, l’étonnement est la base de la philosophie !
—  Aura-t-il au moins, notre chère tête brune crépue, de vrais professeures, qualifiées, ou du moins un tout petit peu du métier ?
Ou des CDD analphabètes, momentanément détournés du Djihad par les soins diligents du ministre de l’Intérieur ?

 Bernard Cazeneuve le 26 mai 2014, soit un an et demi avant le Bataclan : « Aux jeunes qui partent en Syrie, je veux dire qu’il y a 1000 combats à mener dans la République, pour la France ! »
 Appel entendu, en urgence, à ce qu’il semble.

 Une seule chose demeure certaine, nos enfants apprendront moins, c’est-à-dire seront moins aliénés par l’instruction, au sens réactionnaire du mot, mais en revanche recevront davantage d’éducation, d’éducation à la tolérance et à l’ouverture par balle, qui leur servira dans la vie réelle à bien tolérer les exterminations séquentielles que l’Etat nous promet par tous ses orifices.
 Il faut bien que jeunesse trépasse !

[1] En réalité la maxime de Pangloss, reprise de Leibniz est : Tout est pour le mieux dans le meilleur des mondes. Voltaire. Candide ou l’Optimisme.

mardi 26 juillet 2016

Cassandre

Or donc, après le territoire occupé du bataclan, c'est l'enclave niçoise qui fut le théâtre de la guerre civile que mène l'Etat contre le peuple.
Nul n'est prophète en son pays, sauf moi.

Comme on est jamais si bien servi que par soi-même, laissez moi vous rappeler que le lendemain de l'élection de Hollande, donc il y a plus de 4 ans,  j'écrivais Pire que la gauche plurielle, une analyse du nouveau gouvernement en laquelle nous pouvions lire  : "Le gouvernement Hollande va devoir être un gouvernement de choc contre la population laborieuse. La nomination de Valls à l’Intérieur n’a pas d’autre sens. Et ce gouvernement de choc va s’appuyer sur la petite-bourgeoisie et l’Immigration, la fraction haineuse de l’immigration."
Et qui se concluait de la sorte : " il s’agit de la préparation à une guerre sans merci, celle que va livrer le pouvoir, son Etat, ses flics et ses cagots de tout acabit, contre les derniers hommes libres."

Dès la nomination de l'Ibère à Sion chef du gouvernement, je commettais un Arriba español !
Qui commençait par :  "Hollande a dit Je vous ai compris, vous voulez que ça change, alors je vais mettre un flic sioniste à la tête du gouvernement pour vous apprendre à vivre."
Et se terminait ainsi : " Le ver est dans le fruit, l’ennemi à l’Intérieur, M. Valls assis dans son bureau. C’est là que Hollande est allé le chercher pour faire son "gouvernement de combat" contre le peuple. Car voyez vous ma chère, la prise du gouvernement par le Ministre de l’Intérieur prélude à la prise de la France par le premier ministre."

Et l'entretien que j'ai donné il y a quelques mois à Rivarol se terminait ainsi :

Que vous ont inspiré les attaques terroristes du 13 Novembre ?

Ces tueries inaugurent un brutal basculement dans la situation politique. Des moyens de guerre civile ont été employés contre le peuple français, pour instaurer un état policier. C'est un coup d'état.
Il faut distinguer la Terreur de son Spectacle, qui éclatait au Stade de France ! Ailleurs, les carnages n'ont pas été improvisé mais au contraire planifiés, hyper organisés. Si nous ne réagissons pas à temps, la France finira réduite en un vaste bataclan, comme Gaza.
Les morts et les blessés, plus de six cent, sont quasiment tous des petits blancs salariés de la classe moyenne. La physionomie des victimes ne correspond pas du tout à celle de la foule ordinaire du quartier populaire qui fût le théâtre de ces abjections. Il y a donc eu tri. Sélection sur des critères de classe et de « races », bien que ces dernières aient été abolies le 16 mai 2012 par décret gouvernemental.

Un réveil du peuple français est possible pour vous ?

Possible dans l'absolu, mais cette possibilité reste aléatoire, rien ne l'assure. Et même tout nous assurerait du contraire. L'heure est tragique et nous n'avons plus rien de tragique.
Hier, après le Spectacle des Tueries-hebdo, on avait appelé la populace à descendre dans la rue, pour qu’elle fasse sa Charlie. Aujourd’hui le pouvoir s'en méfie un peu quand même ! parce qu'on craint toujours les réactions d'une grosse bête quand on touche à ses petits. D’autant qu’on lui promet : « Ce n'est qu'un début, ça va saigner encore et encore ! »
En l’État, Monsieur Popu me fait penser au petit Chaperon rouge du conte, au lit avec le méchant loup. Il se méfie des grandes dents de l'« état d'urgence », il s'étonne des inutiles bras longs des « services », mais il ne soupçonne pas (encore?) le mufle sanglant sous le masque.

à lire : Entretien d' Alain Soral dans Rivarol 


dimanche 10 juillet 2016

gueule de poteau de bois



VIVE LE PORTUGAL!
C’est un vrai régal !

Le gibier du bataclan n'a plus,
Comme il est de la balle au pied dévolu,
Qu’à retourner se prendre des balles
Par les hommes de mains cannibales
De ceux, qu’en vain peuple, il élut
Et qui prirent un  pouvoir absolu.

(On aurait pu dormir grâce aux portugais
c'était une perpective plutôt gaie,
mais hélas les cannibales
foutrons leur merde tribale
ce soir encore par les rues
où ils ont en nombre accouru.
Et, cependant, les flics dorment
afin de reconstituer leur force de travail
pour cogner sur les ouvriers qui forment
les légions contre la loi travail )



jeudi 7 juillet 2016

Deutschland uber balles !


Délivre nous ce soir du bleu, puisque telle est, dit on, la couleur de l'équipe  licrasseuse, aussi bleue que peut l'être la crasse que laisse l'Athlète qui sort du bain.

23 H :  François Hollande a gagné ! Merci mamie Angela !



ça va gueuler toute la nuit ! Oublié le bataclan !
Déjà ça klaquesonne à mort, comme pour l'élection du faux-françois !


et la plus grosse, la plus puante, c'est celle du  fouteballe !

23 h 37 . Sondage LPQI: la cote de popu-hilarité de Hollande remonte de 12 points


vendredi 24 juin 2016

Leave !

« Je pense que nous sommes déconnectés de la classe ouvrière blanche » 

 C’est par ces mots riches de sens que Stephen Crabb, secrétaire d’Etat au Travail et aux Retraites a reconnu la défaite de l’Union américaine, plus connue sous le nom aimable d’union européenne. 

L’assassinat de Cox aura donc été vain.
 C’est Cameron qui est mort. Enfin, il faut l’espérer, mais avec la Ploutocratie, il faut s’attendre à tous les coups fourrés.
Nous autres, nous en savons quelque chose ayant dû avaler la couleuvre en 2005, et c’est dur à digérer une couleuvre pour un "froggy."
 Il faut dire aussi que si la France entière ne fut qu’une clameur NON !, à Hidalgo-City, à l’époque Delanoé-ville, le vote OUI a frôlé les 80% !
 Et pour réussir à enfiler par derrière le grand corps démembré de la France, il faut en passer par son pétulant Anus parisien.

 Le ministre Crabb encore :
 « Lorsque nous avons essayé de leur expliquer à quel point le marché unique européen était bénéfique pour leurs emplois, leurs moyens d’existence, nous n’avons pas transmis ces messages avec succès. »
 Really ? Ils ne vous ont pas cru les benêts. Ils préfèrent ajouter foi à ce qu’ils vivent, aux millions de "petits boulots" et d’emplois précaires sous payés, aux licenciements, à la précarité, à la vie chère à la barbarie. Quelle bande d’abrutis ces prolos blancs, il est vraiment temps de les remplacer définitivement !
 Il faut dire qu’ils avaient mis le paquet : Les trois syndicats Energie & mines, celui des conducteurs de locomotives (ASLEF), des cheminots (RMT), des boulangers (BFAWU), avaient appelé à voter pour le retrait de la Grande-Bretagne de l’Union européenne !

 La "classe ouvrière blanche" de Grande Bretagne vient donc de passer le témoin aux ouvriers français.
 C’est un encouragement à tenir bon, pour défendre le Code du travail, c’est à dire un pilier fondamental qui maintien la nation et la classe qui oeuvre.
 Jusqu’au retrait, jusqu’à la défaite du gouvernement Hollande-Valls-Cazeneuve !

 N’oublions pas que ce gouvernement, en dehors de ses traits spécifiques, cette odeur sui generis qui n’appartient qu’à lui, n’est qu’une marionnette de l’Union dite européenne. C’est là qu’est le Centre de l’Entreprise funéraire qui racle nos nations jusqu’à l’os, avant de les jeter, squelettes s’entrechoquant et cliquetant, dans la fosse commune.
 C’est ce Centre décisionnel qui a manigancé l’el-Loi Khomri, qui peaufine son « accord de libre-échange transatlantique entre l’Europe et les Etats-Unis », [le kafkaïen TAFTA], traité qui parachèvera l’allégeance et la servitude économique de l’Europe.

 « Passé le choc du séisme historique du Brexit, l’Union européenne pourra-t-elle survivre à l’humiliant désaveu infligé au projet d’intégration né des ruines de la Seconde Guerre mondiale ? » interroge Paris Match ?
 Bonne question ! (à ceci près que le « projet d’intégration »n’est pas né des ruines de la guerre, mais de la reconstruction des trente glorieuses ; il fallait revenir au pla Morgenthau, rétablir les ruines ! Telle est l’essence de l’U.E),
 À nous (les peuples) d’y répondre !

 Leave ! Life !

jeudi 23 juin 2016

unos días en Sevilla

à  Ibara,
¡Hola Caballero ! Andalucía !


¡Arriba España!









Elle est toujours là,
Ma muse alanguie,
Et sa main s'appuie 
Sur mon crâne las.

Ma muse du Styx, 
Près de moi repose, 
Sur mon crâne pose
Sa dextre d'Onyx.



Puis, ça repart ! Hombre !



mercredi 15 juin 2016

Vacance

Pardonnez moi, si j'ai laissé encore tomber le Bloc sur mes pieds fourchus, parce que je suis un peu dans un nouvel ouvrage;  et puis pour m'alléger, comme après l'orage l'air, et partir enfin dans le vent, le cœur moins lourd, sur ma vieille Bonneville.