dimanche 2 novembre 2014

Au nouveau Mort

SONNET EN SON NÉANT 


Déjà vous voilà seul,
Envoilé d'un linceul,
Tout seul à jamais seul,
Ainsi vous voici seul.

Seul en votre cercueil,
Sans oreille et sans œil,
Et sans aucun accueil,
En ce leurre du Seuil :

Car il n'est pas d'Après
Ni d'insanes apprêts,
Ci-après le Trépas,

Qui commence céans,
Dans le sein du Néant,
Et ne finira pas.

Félix Niesche ©copyright France

1 commentaire:

Antan a dit…

Sans commentaires ?
Vraiment ?