mercredi 17 octobre 2012

Vent d'Antan


Ce cher Antan, par l’intercession de Saint Ibara, s’est adressé au Père (l’Abbé), et inquiet du silence « assourdissant » du fils (votre serviteur), et qui s’éternise, lui demandait s’il fallait attendre le prochain libelle Ad kalendas græcas.
Hé qui sait ?
En tant que de la nature du feu, je ne membrase que bien alimenté, sinon je reste à l'état de braises, inutilisable. Je fais hélas parti de cette race phlogistique, à laquelle il faut du bois, du bois dont on taille les triques, et je n’en trouve plus.
- « Quoi  » s’écriera-t-on (laveur) avec indignation, « avec le Hollandais volant, ce sont des forêts de bois précieux pour un pamphlétaire. Tout y est superbement et miraculeusement abject. »  C’est parfaitement vrai (d’autant que c’est moi qui vient de l’écrire), mais trop de combustible étouffe le feu. Ce serait un sujet à part entière, à traiter sous le libellé Je, ce sentiment d’étrangeté d’être jeté là, en un pareil monde qui, littéralement, ne me regarde pas, mais que je ne peux plus, non plus, voir. L’enlaidissement descend à une profondeur telle, que je sens intuitivement qu’il me faudra changer de registre pour exprimer justement ce que je sens.
Et puis, comme dit l’autre, je n’écris que Cacoethes scribe di , « Soumis à un urgent besoin d'écrire. » Et en ce moment je suis soumis à une autre nécessité urgente qui me prend tout entier.
Sans parler de Bloqqueur, qui depuis quelques temps, fait de la publication technique d'un texte un véritable calvaire.

Ceci dit, c’est une affreuse procrastination qui m’a fait sempiternellement remettre l’annonce d’une cessation momentanée d’activité, comme je le fais d’habitude.
Lecteurs pardonnez moi, j’ai manqué à tous mes devoirs, de mémoire de déblogueur, oncques ne vit pareil manque d’égard, d’autant que l’on a ici, tel l’Antan, tant et tant de fidèles liseurs éminents.

En attendant, Antan n’en emportera pas que du vent. En effet il semble inquiet de savoir si mon « silence » aurait quelque rapport avec le nolle prosequi qu’il lança d’une voix de stentor, dans les corridors des derniers commentaires. « Depuis que j'ai "pondu" quelques remarques sur les commentaires de l'abbé pour son "Du rififi chez les anti-Kadhafi" du samedi 15 septembre 2012, il n'y a plus de production Félixienne… » dit il
Comme j’approuvais sa remarque : « Merci Antan pour votre remarque pleine de bon sens et grâce soit rendu à Orfeenix de ne pas se précipiter dans ces verbosités, en lesquelles d'autres nagent avec délice », faudrait il voir mon actuelle stérilité comme une conséquence ?
Nullement. Pure coïncidence.
Loin de moi l’idée de faire de ce blog un sanctuaire où l’on ne peut chuchoter qu’à voix basse comme à Sainte Geneviève. Mon Dieu, si l’on veut s’y répandre, y prendre ses grands chevaux ou s’y prendre aux cheveux, ai-je jamais empêché personne de déblatérer, à sa guise, même les scènes de ménages n’y furent point censurées.
Un blog n’est pas un livre, sa vocation c’est aussi les commentaires, qui en font souvent le sel.
Donc si malentendu il y eut, qu’il n’y ait plus. Et que point ne passasses pour un imbu.
Car, tantôt lon mignore, Monsignore, à des profondeurs abyssales, tantôt on me jette des pelletées déloges.
Ce qui revient à mengloutir dans les glottes.
À me régurgiter Post prandium après mavoir mâché. Autre moyen de me faire disparaître.
Sous l’ombre d’une statuaire impossible à atteindre.
Mais dans le même temps, je suis incompris et raillé par le vulgaire.
J’entends le grand ramas, qui achoppe sur tous mes mots, me traiter, la bouche en cul de poule, d‘« Ampoulé » ! Va donc hé ampoulé ! Alors que je suis parfaitement elliptique ! Mais eux ne savent pas me lire, ils trébuchent à tous les mots, et cette claudication ils s’en font une gloire. Nourris de la nullité prétentieuse des écrivainEs, du toc des journalistes, le ramas proteste et peste.
Je n‘en ai cure : que l’on m’exècre ou qu’on me loue, j’ai l’impression qu’on parle d’un autre type.
Je suis trop tragique pour me prendre au sérieux.

Je n’ai jugé nullement PC ad valorem, mais Ad rem, ni sa prolixité, ni le fait de donner son opinion ne me dérangeaient, mais seulement sa propension à n’en juger que selon mon appartenance à E&R, de façon idéologique strictement, sans tenir compte de ce que j’écris.
Qu’il lise donc Arabesques, et nous verrons qui est le plus « identitaire » . Seulement cette appellation non contrôlée étant, comme souvent, reprise par beaucoup de gens que je méprise (la racaille des finequelcrottins, qui s’étranglent d’admiration pour Copé en ce moment), je me garderais bien de l’employer jamais.
À E&R nous tentons de surmonter l’antagonisme français/immigrés, qui sert l’Oligarchie, mais nous n’avons pas la prétention d abolir la contradiction. Celle-ci est inhérente à l’immigration elle même.
Il reste que j’aurais dû faire part à temps, d’une certaine vacance du blog, comme de coutume. Je prie Dieu que tous me vueille absouldre !
Pour expiation, j’allions confectionner un Pastiche 51 bien tassé, pour trinquer ensemble à l’élargissement et la sortie clopin-clopant de mes facultés à l’air libre, hors la prison de ma Santé mentale; et à l’embellie de la vôtre, florissante, si j’en juge d'après vos bonnes mines.


Ses coups de griffes, hélas, rognées aux lunules
L'Acedia, ce minuit, broie sous son faix d’onyx
Maint texte sidéral brûlé par le Félix
Que ne recueille plus cinéraire blogule

Sur la crédence, près le P.C, nul artik.
Car le Maître est frappé d’inanité sonore,
Vidé de sa substance, aridité arctique
Dessus la page blanche dont le Néant s’honore.

Avant sa réfection, il doit errer au Styx
Ce Fils livré au fisc, et aux noirs bucentaures
Amants de Nixe ruant du feu, Orfeenix ! [1]

Elle, sans doute nue en son miroir, encor
Que dans ses sanctuaires d’éleveuse prolixe
Se fixe de saints haillons, féerisant son corps.

Or donc, résumons nous :
1- Ce défaut d’alimentation du blog n’est pas un « silence » volontaire, mais un contretemps.
2- Je suis tout entier requis dans une autre tâche.
3- Qui peut durer un certain temps, impondérable.
4- Le présent texte pour aider à se passer joyeusement de mes élucubrations.

A+
si Dieu le veut.
Félix Lechat

[1] Elle ne m'en voudra pas hein ?  C'est pour la rime ! 

20 commentaires:

orfeenix a dit…

A la vôtre! Je me range du côté des élogieux dithyrambiques, pour avoir lu vos livres, pour avoir ri avec vous et pour m' insurger avec vous, j' admire votre faconde, votre lucidité et vos tripes, car votre prose n' est jamais désincarnée, et si vous ne vous reconnaissez pas , je m' y retrouve...Si des fâcheux paralysent votre inspiration ce n' est pas nue devant mon miroir que je les attends, mais sur le pré armée et casquée pour les envoyer braire ailleurs.Je vous aime beaucoup très chastement et vous conjure de continuer d' écrire, pour notre plaisir et notre instruction.

esprit-i-monde a dit…

Faites donc à vos aises, cher abbé. Rien ne sert de forcer la poule (au pot).
Au plaisir de vous lire...

Antan a dit…

Un grand merci l'Abbé pour votre réponse.
Contretemps d'une autre tâche qui, comme le fût du canon, mettra un certain temps à traverser un pont d'érable.
Que ce pont soit solide et que votre bile ne vous tracasse pas davantage, si c'est possible.

Antan a dit…

L'image de cette cette mansarde, c'est Van Gogh, avec sa perspective inversée.
Et pas en couleur en plus mais bien charbonnée.
Un pavillon auriculaire ôté, c'est du déjà vu.
Continuez d'être comme le père Valda, envers et contre tout.

Anonyme a dit…

rime oblige , ma devise pour tout dire ! bonjour a vous ! zig

PC a dit…

Qui est dupe des manœuvres de monsieur Copé ?

Les Juifs Finkielkraut, Zemmour, Elisabeth Levy, Goldnadel, etc. parasitent la colère légitime des Français de souche. L'hôte doit-il cesser de se nourrir afin de ne pas engraisser ses parasites ? En d'autres termes, les Blancs doivent-ils ignorer le racisme qu'ils subissent sous prétexte que la dénonciation qu'ils en font sert AUSSI les Juifs ?

Je dis que les musulmans d'E&R n'ont stratégiquement rien à perdre sur cette ligne, par conséquent je les soupçonne de n'être pas si patriotes qu'ils le prétendent (taqiya), leur haine ressort d'ailleurs sur tous les sujets clivants.

Je dénombre sur E&R moins de musulmans aimant la France que de Français aimant l'islam, voire convertis. J'en ai aussi marre de voir Soral insulter sans vergogne les identitaires et prendre des pincettes avec les musulmans.

Le discours de Soral sur l'islam EST LE DISCOURS DOMINANT, tous les animateurs télé, journaleux, acteurs bobos, et... de nombreux Juifs (plus nombreux que la bande à Finkie) conviennent qu'il ne faut pas faire d'amalgame entre islam et islamisme, entre salafistes et musulmans intégrés.

Bref, si je critique cette ligne c'est parce que j'ai DEJA tendu la main aux musulmans avant de passer "identitaire", je croyais en cette utopie multicucul. J'ai maintenant l'impression qu'elle n'est pas seulement inefficiente, mais carrément contreproductive.

Vous l'avez noté, les reproches que je vous adresse concernent uniquement votre appartenance à E&R, parce que justement je tiens compte de ce que vous écrivez en dehors, et je vous approuve sur tout le reste. J'ai lu vos trois premiers livres et je commencerai Arabesque demain. Preuve que je suis fan ! Je vous trouve d'ailleurs particulièrement doué et drôle dans les dialogues, j'attends avec impatience que soient publiés les Entretiens.

les orguliens n'ont qu'une couille a dit…

on parle de vous

http://orgulocratie.forumgratuit.tv/viewtopic.php?f=13&t=460

PC a dit…

Lu. Nous sommes donc du même avis ! Sans concession à l'égard des musulmans en France.

Motivé par la lecture de vos pamphlets, je me suis essayé au pastiche félixien sur l'évènement du jour :

Depuis ce matin ça glose, ça éructe, ça bêle pêle-mêle sur les membres de Génération Identitaire qualifiés par les merdias de racistes, extrémistes, fanatiques, haineux et j'en passe, suite à leur aktion à Poitiers.
C'est l'hallali !

Leurs revendications ? Ils veulent un référendum sur l'immigration et sur la construction de mosquées. Quelle odieuse prétention à la démocratie ! Fachos ! Sauvages ! Comment osent-ils, ces scélérats, ces rats d'égout, dégouttant de fiel et de boue de soue, dessous leurs masques de porcs même pas halals, même pas cashers pour deux sous !... Ou trois ! Car le youtre rupin, le rustre youpin, guette. Tapi dans le purin tel un Bernard Tapie, et tapinant toujours, l'hermite fangeux hurle aux fâcheux, aux fachos, à l'entité antitermites ; à la bête immonde qui ressurgit là, entre les mosquées et les synagogues qui sont le symbole de la Ripoublique. En hébreu, qui veut dire errant, clochard, Jakubowicz veut sans doute dire Pourriture. Et cette charogne exhale un fumet des plus méphitiques.

Or donc, toute la mécanique ta mère se met en branle, excisant sur-le-champ que l'on dissolve ce groupe d'extrême doigte, et les cacopigistes des organes du Grand Capital se frottent les mains. Ou l'inverse.

Telle est la situation en ex-France lorsque l'on a l'audace de réclamer à travers le référendum une authentique démocratie : bâillonés, qualifiés d'extrémistes par ceux-là mêmes qui se disent démocrates, et qui partout imposent au NOM des droits de l'homme la dictature du Marché.
Et tout immigré, par nature, est complice de ce vil manège.

« Les fascistes de demain s'appelleront eux-mêmes antifascistes » W. Churchill

esprit-i-monde a dit…
Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.
esprit-i-monde a dit…

Humain... Quel curieux habitacle?..

Antan a dit…

Je pense, Cher Abbé, que vos billets ne suivront pas le report constant du rachat de cette pauvre Grèce qui, nous ayant dispensé le savoir qui fit notre culture, semble abandonnée par ses misérables enfants non reconnaissants.
Autre attente, le reflet d'Orfeenix dans un miroir serait-il aussi repoussé "ad kalendas græcas" ?

orfeenix a dit…

Cher Antan, notre France est devenue si bégueule qu' il me faut garder tout reflet pour les yeux avertis, voire extravertis...

esprit-i-monde a dit…

Je me demande dans quelle mesure la pensée grecque n'a pas finalement enfermé la véritable culture européenne dans une autre camisole de force intellectualisée?..

esprit-i-monde a dit…

... quand je constate à quel point cette pensée fait tourner en rond.

Antan a dit…

Chère Orfeenix,
J'espère faire partie des avertis parce qu'ils en valent deux...
Le reflet est virtuel et ne saurait vous atteindre, sauf un autre reflet tout aussi virtuel.

orfeenix a dit…

Nous sommes aussi des êtres de chair et de sang, et c' est en cette chair que nous subissons les conséquences des abstractions pondues par les énarques, tout nous atteint, je ne crois pas au virtuel.

Antan a dit…

Et pourtant, il tourne.
Les flammes seront virtuelles, je l'espère.

esprit-i-monde a dit…

Orfeenix, vous trouverez une vidéo récente sur mon blog traitant des causes et effets sur l'histoire récente de ce monde... C'est long (trois heures), mais vaut la peine!

orfeenix a dit…

Houla! Trois heures ! J'y vais en pointillés!

esprit-i-monde a dit…

http://esprit-i-monde.over-blog.com/3-index.html