samedi 28 juin 2014

on the road again



Je roule pour passer l'été 
Sur les routes Occitanes 
Obombrées de vieux platanes 
Je vrombis pour passer l'été 

Que vienne la vieille route
Sous les arbres monumentaux 
Les axes départementaux 
J'ai en horreur l'autoroute 

 Mes pneumatiques piquetés 
De la boue que vous fîtes vôtre 
En ces chemins où l'on se vautre 
 O sur vous mes roues l'ont jeté 

 Déjà le soir s'appesantit 
Temps est venu d'en être quitte
Dieu que je suis passé vite
En ce jour qui s'anéantit 

 Bientôt je vous parais petit 
 Ma voie est des plus lointaines 
 Sur l’asphalte d'Aquitaine 
Piquée de fraises et cailloutis 

 Adieu ! Je reviendrai tantôt 
 Pour les vendanges d'Octobre 
Tirer le vin de l'opprobre 
 C'est l’essence de la moto 

 Je roule pour passer le temps 
 Gorgé d'indice d'octane 
À cent entre les platanes 
 Saurais je freiner à temps ?

félix lechat


5 commentaires:

orfeenix a dit…

J' espère bien, avec les réminiscences du précédent article, n' allez pas nous faire une fin à la Lawrence d' Arabie!

Anonyme a dit…

Bonnes balades!
Je suis tous les jours sur autoroute,c'est mon travail de routier,cette semaine mais je ne sais plus quel jours,sur l'a31 en Bourgogne,j'ai vu,en allant remplir de fuel le reservoir trop petit de ma camionnette,un insolite,un singulier motard,sur un ancien modéle de moto,mais etant guere connaisseur je ne peux en dire plus,il avait comme bagage un petit sac a dos;un motard "rudimentaire",plaisir a croiser ce genre de personne,que la route leur soit agréable a souhaits!
Dom.

L'abbé Tymon de Quimonte a dit…

Et que la vôtre soit prospère !
Merci Dom, au plaisir de vous croiser (bien que j'évite l'autoroute autant que faire se peut)

Antan a dit…

Merci mille fois l'Abbé pour cette ode à la moto. Qui plus est à la Bonneville.
Vous lisant, je roulais aussi.

esprit-i-monde a dit…

Nul difficulté d’accélérer, en effet, mais savoir se réfréner!..