vendredi 10 janvier 2014

passages de la Main d'or



« Il faut en vérité que la politique soit bien impudente pour avoir le front de leurrer la nation à ce point, et que la nation soit bien sotte et bien niaise pour se laisser matagraboliser ainsi ! »
Victor Prosper Considérant, Destinée sociale.
(Matagraboliser, inventé par Rabelais dans son Gargantua. On dirait aujourd’hui « embrouiller »)

Pastiche de la Main d'or

Je suis le ténébreux, le noir, le dieu donné,
Le Prince des Quenelles au Théâtre aboli
Mon public est lésé, dehors, abandonné
Quand sonne dans la Nuit l'effroyable l'hallali !


Il s'est moqué du Nasal !
« Quelle ingratitude ! » pense non sans quelques raisons ce dernier, l'englobant dans sa demi-négritude, car le Nasal ramène tout à la race.  Mordre la main qui les ont tant nourri !
Nonobstant, « on » refusa de financer, quand même, le film sur la traite des nègres, une Shoah par chaîne et carcan. Car tu dois le savoir, Sous-clebs, non seulement le Vel d'Hiv c'est toi, mais la Traite aussi c'est ta faute, ta très grande faute.

Cependant, Diabolo ne se moque pas des malheurs passés du Nasal, il se moque des Nez et des Faux-nez, ici et maintenant.
Il les trouve, morveux, imbus, et qui ne se mouchent pas du coude ; trop ostensiblement visibles au milieu de la figure peinturlurée du Spectacle. Il pense que s'ils prolifèrent dans ce milieu qui fut naguère le sien, c'est qu'il existe un népotisme du Nez.
Il ne se moque pas, non plus,  de l'Antique Sinusite, mais du fait que ses postillons s 'éternuent toujours sur notre face, soixante-dix années après, éternisant le rhume du cerveaux et ses glaires malodorants.
Et surtout de ce fait funeste et surprenant, que plus la contagion s'est éloignée, plus les mesures prophylactiques doivent être renforcées !
Reconnaître cela, est-ce vraiment un crime ?

Ses plaisanteries surfent sur une certaine xénophobie, ciblée, plutôt bon enfant.  Est ce donc si nouveau qu'il faille l'imputer à crime ? Hier, les vannes sur les "portos", les "ritals", les "bicots", etc....Aujourd'hui sur les blondes, les bolosses.
Marion s'est pendue de n'avoir pu supporter ces harcèlements racistes. Mais les Marion, n'est ce pas, tout le monde s'en fout.
Hollande ne dédaigne pas non plus ces pointes d’humour propre à l’esprit français. « Déjà bien qu’il en soit revenu vivant ! », dit-il de Valls retour d'Algérie.
Quel tollé ! Cette susceptibilité, qui vaut bien l'autre, était lisible dans les commentaires qui rapportaient cette boutade. Semble être un trait de caractère levantin.   
À propos, il est bon de remarquer que ce sont les mêmes exactement qui avaient tonné au nom du droit imprescriptible à se moquer de l’Islam, qui veulent interdire, par tous les moyens, légaux et extra-légaux, celui inadmissible de se moquer des Juifs !

Ils appellent Racisme un comique qui scelle une vraie fraternité de races. B.B.B pour une fois réellement réconciliés l'espace d'un parterre.
Ces apologistes de Saint-Métissage recouvrent un Métis des poils de la bête immonde. Tel Alcide revêtu de la tunique empoisonnée par le sang du centaure Nessus, Dieudonné doit enfiler le noir costard d'Hugo Boss.
Ah ! Il lui en faut du courage, de la pugnacité, pour tenir et supporter cette flétrissure urticante, qui hérisse et exaspère la douleur; douleur telle qu' Alcide en déracina les grands pins de Thessalie!

Sans arrêt ils nous jettent du sang à la figure. Depuis soixante-dix ans ils n'ont de cesse de nous étouffer au dessous des charniers.
"Laissez les morts enterrer les morts" pourrions nous nous contenter de leur dire.
Mais ce sang nous ne l'avons pas versé, ni nos pères !
Mais eux, pendant ce temps, ne se sont ils point couverts de sang en Palestine, en Syrie ?
Qui sont ils vraiment, ces ...coalisés qui aboient vers des répressions policières ?
Regardons ce qu'ils font et non ce qu'ils disent qu'ils sont, et on verra ce qu'ils sont.

Et quand on les a bien regardé on vomit. La mesure est pleine, la coupe de fiel déborde !
L'Enfer n'a pas vomi meute de chiens ne cessant d'aboyer à l'infâme, plus abhorrée et plus infâme !
Leurs larges gueules ouvertes de Cerbère exhalent une puanteur telle, que toute la France en sera asphyxiée.
Dieudonné a donné prétexte, par sa "révolution" gérée comme un spectacle comique, à l'inévitable réaction d'étouffement des libertés !
Et là ça cesse d'être comique.
félix lechat

11 commentaires:

Antan a dit…

Belle réplique à ce tremblement de terre.
À quand le lever de rideau ?

esprit-i-monde a dit…

Amusant: ** Hugo Boss fournisseur de l'armée allemande en 40

esprit-i-monde a dit…

Lien: http://fr.answers.yahoo.com/question/index?qid=20090511081907AAWcJ1u

esprit-i-monde a dit…

la quenelle révélatrice de la condition de la sous-France...
ou la découverte de la muselière des sous-chiens.

orfeenix a dit…

C' est bon , on a une autre quenelle à fournir à l' intarissable fascination des français pour le rien: la maîtresse du roi.Espérons que cela fasse diversion.

esprit-i-monde a dit…

La nation, elle entretient ses rêves, ses illusions, de père en fils, barbouillée de consommation... Elle rêve debout dans les grilles de la dictature.

Anonyme a dit…



Lorsque qu'on joue avec le droit et ce qu'il n'interdit pas, il faut aussi savoir en payer le prix. Cela fait partie du jeu.
Il paraît que l'auto dérision est la forme d'humour la plus efficace et la plus bénigne; sans doute ! et dans les lazzis énumérés, "portos, ritals, bicots, blondes, bolosses" etc, on peut en "rire", sans pour autant y voir d'innocence "bon enfant".
"... à condition qu'une chèvre me lèche les orteils m'aurait dit un ami en parlant de certains humoristes ".

Anonyme a dit…

Antan: le spectacle de l'humanité se joue derrière le rideau; devant, il n'est que l'image d'une représentation travestie. L'acteur qui joue un rôle, avec plus ou moins de talent, en fait son métier, ce qui lui confère une place dans la communauté humaine et lui procure des revenus surnuméraires de ses pôvres fans qui d'un côté comme de l'autre ne voient peut-être pas au delà des mots.
Bien à vous

Antan a dit…

@Anonyme du 12 janvier 2014 15:36

Effectivement Anonyme, tout est possible et même surtout certain dans ce monde tordu.
D'accord avec vous.
Cordialement.

Anonyme a dit…

Merci Antan pour votre réponse, c'est si rare que quelqu'un soit d'accord avec moi sur ce fil ...
Je rajoute que ceux qui acceptent ces métiers publics, humoristes, écrivains etc, acceptent aussi d'être critiqués, voire blâmés; les risques du métiers ! à condition qu'on ne blâme jamais leur public, c'est à dire ceux qui les font vivre.
Pardonnez moi de rester anonyme.
Bien à vous.

Anonyme a dit…

Esprit-i-monde, merci pour le lien, je ne savais pas pour Hugo Boss. Voyez mon ignorance.
On en apprend des choses sur ce fil.
Bien à vous.