samedi 21 décembre 2013

Cold song



Au jour d'Hui c'est l' Hiver.
Le vieux Seigneur d'Hyperborée va se relever de toute sa majesté de glace pour percevoir son strict octroi de Roi À vos skis mes exquises !  À nos précieuses mes délicieuses.
En l'honneur de ce blanc Seigneur des cimmériens, ou ce cimmérien seigneur des Blancs, voici une ample version de basse-baryton de l'aria Cold Song du King Arthur d'Henry Purcell, que ne viendront pas gâter, une fois n'est pas coutume, les réminiscences si belles et haut perchées du fausset de feu Klaus Nomi.
Cold Song parfumé d' Old England (d'anglais médiéval) dont je vous propose une traduction inédite, d'aucuns diront "fantaisiste"(Seigneur délivrez moi des Plats !),  puisque j'ai fait pour elle humble allégeance à la Beauté, plutôt qu'à la littéralité.

What Power art thou,
Who from below,
Hast made me rise,
Unwillingly and slow,
From beds of everlasting snow!

See'st thou not how stiff,
And wondrous old,
Far unfit to bear the bitter cold.

I can scarcely move,
Or draw my breath,
I can scarcely move,
Or draw my breath.

Let me, let me,
Let me, let me,
Freeze again...
Let me, let me,
Freeze again to death !


Quelle Puissance 
Qui vient d'En-Bas
Me pousse à sortir, sans aisance,
À contrecœur, en contrebas,
Hors mon sommeil de Neige, éternel !
 
Ah comment si Froid, si Vieil,
Par tant et tant de neiges recouvert,
Verrai-je sans effroi le temps d'un autre hiver !

Je ne puis remuer
Ni exhaler un souffle,
La plus faible buée,
Sans que l'âme s'essouffle.

Laissez-moi laissez-moi,
De grâce laissez-moi,
De Glace être encor...
Ô laissez-moi,
Geler jusqu'à la Mort !
Traduction félix niesche

17 commentaires:

orfeenix a dit…

Voilà qui ne laisse pas de glace, c' est beau à faire fondre les neiges éternelles.

Anonyme a dit…

Je n'écris pas aussi bien qu'Orfeenix. Elle exprime mieux que moi ce que je pourrais dire...
Ibara

orfeenix a dit…

Ibara n' écrit pas aussi bien, il écrit mieux, et quand il peint, il peint le mieux.

Anonyme a dit…

http://www.youtube.com/watch?v=7BhHVFYqkoo

http://www.youtube.com/watch?v=onVhJgeyHV8
JP

L'abbé Tymon de Quimonte a dit…

Orfeenix & ibara : Thank Thou !

Et ces lointaines vagues musicales venues de l'outre-Tonk, par l'intercession de sainte-Lily, m'emportent...là bas, là bas ! Si loin

Aldébaran a dit…

Voyez vous Félix cette poésie glaçante et désespérante, est d’une éblouissante beauté. Elle porte en elle une trinité : la force d’un verbe, d’une pensée, et l’incarnation musicale.
Vous avez eu raison de ne pas traduire en littéral, votre talent est la monnaie du Français à l’Anglais, le partage de votre talent est une fraternité, vous avez su nous faire apprécier, me faire apprécier et connaître, un auteur dont je n’avais ouïe que l’interprétation Klaus Nomiesque ..
Bonnes fêtes à tous et merci à l’abbé pour ce moment de beauté.

orfeenix a dit…

Aldébaran ne blasphème pas toujours :)

Anonyme a dit…

Si loin, mais si proche toujours, forever, siempre, il est là, dans nos pensées, dans notre coeur. Il est là, Autre à présent mais jamais plus nous ne l'entendrons.
Mai piu. Nevermore, Nevermore, répète le corbeau d'Edgar Allan Poe qui ne sait répondre que ce mot à qui souffre la perte de l'être cher.

Anonyme a dit…

Après le bûcher la canonisation de Lily par le Père-Igor.

Aldébaran a dit…

Merci Orfeenix de me reconnaître dans le camp des gentils !
Lilith fut la première tentatrice, elle est le principe féminin ...Il fut dominateur à une époque .. Puis vint le principe masculin, celui des Patriarches : Abraham, Moise et les autres ... Massacre en tout genre
... Mais on s'en fout !
Zut !
Encore quelques semaines et nous serons fixés.
Nous avons fait le tour et nous sommes dans une impasse ... Entropie !
Nous attirerons à nous la couleur et la vibration égale à notre pensée (imaginez les dégâts pour certains)...
cessez de manger de l'animal - point numéro 1
reconnaître votre voisin comme vous même, point n° 2
Point n° 3 - Vous aimer inconditionnellement (on vous a donné un véhicule, comment l'avez vous traité ??)
Voilà..
Bien à vous car ce qui vient n'est pas Soralien ni Dieudonnesque ! Il ne nous reste que quelques mois , tout au plus, pour retrouver notre enfant intérieur et notre connexion... Rappelle toi ! C'est pourquoi les grands sages sont toujours guillerets ... Nous sommes ... Le fruit d'une association ... Voici que le grand bouleversement arrive ...Par milliers les gens cesse de manger nos frères animaux ... Haut les coeurs les amis, cela dépasse ce que nous sommes ... Mais le plus dur est devant nous !

Anonyme a dit…

En cette veille de Nativité et afin de ne point rester sur cette note, fruit d'une association de pensée et d'un langage amer, et en attendant les restrictions énoncées, je suggère à ceux qui le peuvent, un dîner simple servit par quelque gente Dame de quelque château Tourangeau ou Gascon plus précocement châtelaine pyrénéenne de quelque Cour Occitane apportant devant le feu de hêtre, les farios saumonées prises à la main, un faisan doré ou un pintadeau aux mousserons de votre bois avant le clafoutis ou un turinois aux châtaignes par exemple.

Et pour les végétariens : une soupe de primevères, un mille feuille au Rocamadour avant la brouillade aux Tuber malanosporum, champignons noirs du Périgord, et une crème brûlée aux lychees et violettes cristallisées.
Le tout sur une musique de Jauffre Rudel, Ventadour ou Maffre Ermengau dont, à la lecture des vers on a reconstitué les musiques.
Joyeux Noël

http://www.youtube.com/watch?v=N2Pb_jpSyiE
http://www.youtube.com/watch?v=9ti59NdbG1c

orfeenix a dit…

Merci pour ce texte courtois et pour ces troubadours qui nous changent des trous du cul médiatiques!
Joyeux Noël à tous les aficionados de notre trouvère préféré.

Aldébaran a dit…

Après ce bon repas de fêtes, la messe de minuit, et si le coeur vous en dit (ou si vous êtes un peu dans l'ennui) : un petit programme au choix ...

Une interview de Céline dans l'intimité du noir et blanc
http://www.youtube.com/watch?v=F5CuPJG4GW0

Ou

Pour se réjouir - Un film extra terrestre de Coline Serreau - La belle verte
Synopsis : Quelque part dans l'univers existe une planète dont les habitants évolués et heureux vivent en parfaite harmonie. De temps en temps quelques-uns d'entre eux partent en excursion sur d'autres planètes. Curieusement, depuis deux cents ans plus personne ne veut aller sur la planète Terre. Or un jour, pour des raisons personnelles, une jeune femme décide de se porter volontaire. Et c'est ainsi que les Terriens la voient atterrir en plein Paris
http://www.youtube.com/watch?v=SNEy0CeION4

Ou
Du mystique et de l'émouvant dans la dimension de feu le Médium Chico Xavier que le Brésil honore, Brésil lui même honoré par des êtres extraordinaires comme Jean de Dieu
Le film Nosso Lar (notre demeure) nous amène à suivre la trajectoire d'un médecin de succès dans le monde spirituel.
Après avoir subi des zones de purgation, André Luiz est emmené à la ville se nommant Nosso Lar.

http://www.youtube.com/watch?v=YLvWp4NKEco

Mais il est temps d'honorer le divin enfant ...
Le temps d'enfiler mes chausses à poulaine et d'enfourcher mon destrier, je me rends au chastel dont parle l'abbé ...
Joyeux Noël à Tous et Toutes

Anonyme a dit…



Les voies/voix du Seigneur sont impénétrables Dame Orfeenix votre père spirituel et trouvère préféré l'a bien saisi .. par poste céleste, d'où cette belle musique.
Bien à vous

Antan a dit…

Le boulevard du crépuscule est un long chemin.

Anonyme a dit…

Il est des crépuscules, rares, plus lumineux qu'une aurore boréale qui se lève dans la transparence de ses matins bleutés.

pi31416 a dit…

Vous avez oublié le plus beau de King Arthur de Purcell: l'appel à la révolte contre l'impôt:

Your hay it is mow'd, and your corn is reap'd;
Your barns will be full, and your hovels heap'd;
Come, boys, come; come, boys, come;
And merrily roar our harvest home.
We've cheated the parson, we'll cheat him again,
For why should a blockhead have one in ten ?
Come, boys, come; come, boys, come;
And merrily roar our harvest home.

Votre foin est coupé et votre blé récolté
Vos granges seront pleines et vos chaumières remplies
Venez, les gars, venez, venez les gars, venez
Engrangeons notre récolte en rugissant.
Nous avons dupé le curé, nous le duperons encore,
Car pourquoi un abruti aurait-il droit à dix pour cent?
Venez, les gars, venez, venez les gars, venez
Engrangeons notre récolte en rugissant(1).

(1) Difficile à traduire. Roar c'est gronder comme un lion. Ici c'est probablement rugir de joie, parce qu'on a évité de payer la dîme (one in ten) au curé.