vendredi 21 décembre 2012

Oracle



Adieu donc !
Puisqu’aussi bien nous allons tous périr pendant la nuit prochaine, lors de cette pénultième Fin du Monde annoncée.
N’en déplaise aux mauvais augures, il y avait bien une issue à ce monde abject : sa disparition. Et une prédiction révolutionnaire exacte : l’heure de sa mort.

Vaticinations impossibles sans quelque maïeutique, dont les prêtres Mayas, les mastoïdes roidis, ayant eu maille à départir avec des Espagnols emmaillotés de ciboires et de miasmes d’ostensoir, furent les grands prédicants.

Mais le maillon faible de ces Mayas aux maillots de corps écarlates, reste la mayonnaise, qu’ils ne connaissaient pas. Ainsi lorsqu’ils ôtaient le cœur palpitant de la poitrine nue de jeunes vierges l’offraient-ils à Quetzalcoatyl sans ce condiment.
Ce bon Quetzalcoatyl, ainsi que d’autres poussahs des cieux comme Allah et YHWH, était une divinité municipale, et à ce titre requérait son tribut de sauce. Dès lors, insuffisamment accommodé, finit-il par lâcher son conseil municipal aztèque.
Les grecs anciens, d’un bon gré kantien considéraient les divinités comme poliades (racine polis « cité »); c’est-à-dire protégeant une seule cité qui en retour lui rendait un culte en fanfare tout à fait municipal.


§. Pauvre Sous-chien, pauvre misère,
Creuse la terre, creuse le temps,

Ton temps est d’aller pourrir sous terre,

Dans un silence assourdissant


Comme Xavier et Audrey Verpoorte, abattus comme des moins que chiens par Ahmed Assous, devant leur voiture dans laquelle pépiait leur nouveau-né à peine âgé de 20 jours.
Heureusement Assous sera absous, car la police toujours pleine de malice conclura à un problème stationnement.
On relira
ceci avant de mourir :
Le savais-tu Martin ? Le savais tu misère ?
- Non, cela dont vous me parlez m'est resté jusqu'à ce jour inconnu...
- Parce que les médias ne t’en ont pas parlé, ou alors une fois, en faisant vite, comme en passant, cependant que pour deux autres gouapes on mit la France à feu et à sang.

On me pardonnera cette digression indigeste, liminaire au pré-engloutissement final.
Mais le plus cruel, plus cruel que l’anéantissement du souffle de vie, n'est ce pas la fin des aspirations ? Qu’importe l’effondrement du bonheur des nantis, à côté du renoncement à l’espérance des misérables.
Espoir de la revanche, de la vengeance, de l’établissement de notre Injustice !

Adjugeons d’un dernier coup de maillet nos Mayas en maillots, en disant que s’ils ne sont pour rien dans la disparition de Stan Maillaud, leurs tramés valaient bien mieux que les coups-de-filets festonnés de nos émailleurs galonnés.
" Tout est chute, naufrage, engloutissement, nuit,
Et l'on dirait qu'un rire infâme est dans ce bruit ;

Rien n'est épargné, rien ne vit, rien ne surnage"

 Totor

 Mâyâ
Bizarre tout de même cette fin collective dans le grand arasement final de la grande Faucheuse égalisatrice. Demain va se lever le voile de la mâyâ, bien râpé le voile, bouffé au mites, et qui se défaisait, se délitait dans la plus grande malpropreté, dans les pires dérèglements, avec les déchirures laissant voir la trame pleine de sanies….
Bizarre cette fin horrible, subite, quand tout semblait descendre doucement en une remontée des bas-fonds, dans une horreur sans fin.

Pour moi, c'est ne plus revoir l'abbé que je regretterais le plus. Never More
félix le chat

7 commentaires:

zig a dit…

le corbeau qui regrette l'abbé donc il saura survivant ? il aura de la nourriture a profusion sur cette terre dévasté ? l'abbé j'aime bien vous lire ? mais parfois j'ai du mal a vous comprendre ? sûrement dû a mon éducation médiocre ? pour le dernier jour de notre planète je regarde les oiseaux qui viennent ce nourrirent dans le jardin , de la modeste pitance que l'on y dépose . comme ils sont beaux que la nature est belle et dire que cette humains finira par tout détruire ce belle équilibre ! si c'est pas aujourd'hui tan pis pour certains et tant mieux pour d'autres ! mais nous y arriverons une autre fois ?

Antan a dit…

Ce changement d'ère (d'air !) est prévu, par les Mayas, vers 17h30 et quelques au Mexique.

Pour l'instant donc, bonne fin d'après-midi à tous.

zig a dit…

ce pauvre martin na pas le temps de pensée , car du soir au matin avec a l'âme un grand courage va labouré le champ des autres !

orfeenix a dit…

L ancien monde est mort et on ne peut même pas crier vive le nouveau... Il va falloir en reconstruire un autre.

esprit-i-monde a dit…

Mince!.. dans celui-ci, c'est exactement pareil!

L'abbé Tymon de Quimonte a dit…

@ l’ami Zig
Explication de texte :
- Ne plus me revoir, jamais plus, c’est le principal regret qui étreint Félix à l’heure où tout va finir…
- Never More (jamais plus) est aussi le dernier mot du poème Le Corbeau d'Edgar Poe…

zig a dit…

merci l'abbé de votre explication . je ne connaissais pas EDGAR POE . je vient de le lire il me fait froid dans le dos ! jamais plus je le lirais ! pauvre félix , il devrait être heureux maintenant .